NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 23, 24 et 25

– Que faisiez-vous avec mon père ? demanda Ethelle. Est-ce qu’il allait bien ? Est-ce vous qui lui avez permis d’accéder à la fortune de RotorCorp, AérosTech et MécanInc ? Est-ce à cause de vous qu’il a été tué ? Connaissez-vous son assassin ?
– Oh, euh, un instant mademoiselle, s’il vous plait ! plaida Julien [noter avant aussi qu’il a un fort accent] Vous parlez vite et je ne connais pas encore très bien votre langue. Je n’ai pas retenu toutes les questions ; pouvez-vous me les rappeler une par une ?
– Oui bien sûr, pardonnez mon impatience. Reprenons. »

La jeune femme rousse prit une grande inspiration pour s’enjoindre à réfréner son impétuosité. Cet homme qui se trouvait face à elle ressemblait, en quelque sorte, à un érudit, comme ceux qu’elle avait pu rencontrer lors de certains dîner organisés par Charles Morton. A l’époque où elle était encore une personne aidée d’Eastlond, elle avait souvent regardé de haut ces rats de bibliothèque qui s’effrayaient du moindre contact humain. Celui-là leur ressemblait beaucoup et elle décida de le ménager. « Comment avez-vous connu mon père ? reprit-elle d’une voix plus douce.
– Il a trouvé le code pour ouvrir la boîte. Ce n’est pas très difficile, je suis surpris qu’il n’y ait pas plus de gens qui me fassent sortir.
– Hum, moui, c’est surprenant. »

Ethelle avait trouvé la résolution de l’énigme plutôt difficile. Si [Bidulette] n’avait pas été là, elle n’y serait sans doute pas parvenue. « Que vous demandait-il ? s’enquit-elle ensuite, bien décidée à apprendre le plus de choses possible de cet esprit.
– Il me demandait principalement d’effectuer des calculs, répondit Julien.
– Des calculs ?
– Oui, il voulait que je fasse des estimations sur la [mot que je ne trouve pas qui doit ressembler à rendement] d’entreprises selon divers paramètres.
– Oh, je vois, déclara Ethelle. Etait-ce efficace ?
– Je pense oui, je ne sais pas. Les calculs théoriques fonctionnaient en tous cas !
– Vos calculs prenaient-ils en compte les créatures magiques ?
– Bien sûr bien sûr ! » Julien hocha vigoureusement la tête. « C’était même le coeur du problème. Mais je pense que votre père a réussi à en tirer parti. »

La jeune femme rousse baissa les yeux dans son giron, où elle tenait ses mains croisées. Elle était impressionnée que son père, loin de paniquer en constatant l’arrivée de créatures magiques, avait décidé d’en tirer parti. Il avait dû tout de suite comprendre son aubaine en tombant sur la boîte avec l’esprit érudit. Elle était toute aussi impressionnée que Charles Morton ait réussi à résoudre l’énigme du cube coloré, même si Julien trouvait que c’était facile.

« Savez-vous quoi que ce soit au sujet de… son décès ? demanda Ethelle en relevant la tête vers son interlocuteur.
– Son décès ? s’ébahit l’homme. J’ai bien peur que non. Je me demandais pourquoi il ne m’appelait plus, mais jamais je n’aurai pensé que… [préciser avant que Julien est étonné de la mort de Charles Morton ou alors enlever les mentions de décès ou alors dire qu’il comprend pas parce qu’elle parle trop vite et préciser qu’après Ethelle fait attention à son débit de paroles] Je suis désolé, mes condoléances mademoiselle. » Il ôta ses lunettes pour les nettoyer machinalement avec son haut, tandis que la jeune femme hochait la tête.

Ethelle était déçue. Elle connaissait à présent la raison du succès de son père, mais elle n’avait toujours aucune idée des raisons de sa mort. Plus exactement, elle se doutait des raison, mais elle ne savait pas qui pouvait être le coupable. La jeune femme avait très envie de rendre Arabella Finley responsable de tout. Cette femme infâme avait dérobé la mallette de son père et envoyé son majordome à ses trousses : elle faisait une coupable idéale. Mais comme les actions de Charles Morton avaient initialement fait la fortune de la famille Finley, Ethelle n’était pas certaine que la Veuve-Noire était véritablement coupable. Tout au plus s’était-elle montrée opportuniste.

« Vous a-t-il parlé de choses qui l’inquiétaient ? s’enquit ensuite Ethelle pour voir si elle pouvait obtenir des indices de manière indirecte.
– Oui, confirma Julien en rechaussant ses lunettes. Il était inquiet lorsque les trois entreprises qu’il suivait ont commencé à subir des revers qui n’entraient pas dans les calculs prévisionnels. Malheureusement, je ne pouvais pas lui apporter de réponses quant aux origines des probèmes, juste faire des calculs pour redresser la situation ! C’est là qu’il ne m’a plus appelé. J’ai pensé qu’il ne me trouvait plus utile.
– Je vois, déclara la jeune femme rousse. [Bidulette], l’esprit de mon pendentif, peut voir et entendre ce qu’il se passe lorsqu’elle est enfermée. N’est ce pas le cas pour vous ?
– Malheureusement non. Je n’ai pas cette chance. Je pense que la personne qui m’a enfermé n’y connaissait pas grand chose. »

Le ton de Julien était amer. « Ce n’est pas quelque chose de compliqué d’enfermer un esprit dans un objet ? demanda Ethelle.
– Je n’étais pas un esprit. J’étais un être humain normal à la base. Mes camarades et moi faisions des tests sur la magie. C’était quelque chose de nouveau et, au début, personne ne nous croyait quand on expliquait que l’un d’entre nous était en train de développer des pouvoirs magiques.
– Vous avez vécu une résurgence de la magie vous aussi, alors.
– Oui, c’est ça. Et nous n’étions pas prudents, je dois bien l’avouer. Et mon ami magicien encore moins que nous autres. Je pense qu’on pouvait dire qu’il est très vite devenu accro à ses nouveaux pouvoirs. Et aussi, qu’il estimait qu’il avait ainsi la chance de trouver un moyen d’acquérir la vie éternelle.
– Rien que ça, commenta Ethelle. A-t-il réussi ?
– Je ne sais pas. J’ai fait partie de ses expériences ratées avant de voir un résultat concluant.
– Il a expérimenté sur vous ?
– Oui, il m’a enfermé dans un rubik’s cube – c’est le nom de cette boîte – et je suis devenu l’esprit de l’objet.
– Au final, il vous a fait atteindre une forme d’immortalité, déclara la jeune femme rousse. Il aurait dû se lier à un objet lui aussi !
– C’est vrai, acquiesça Julien. Je ne sais pas combien de temps j’ai passé dans mon cube, mais entre temps le monde a bien changé et moi… et moi je n’ai pas vieilli. Ensuite, il ne m’a jamais rappelé hors du cube, je ne sais pas s’il a trouvé une immortalité moins… contraignante pourrait-on dire.
– Comment s’appelle-t-il ? Peut-être en entendrai-je parler.
– Il s’appelle RD. En tous cas, il se faisait appeler ainsi.
– RD, c’est étrange, remarqua Ethelle. Je prends note, sait-on jamais.
– Oh, je ne peux plus rester. »

Il disparut dans un nuage de fumée et réintégra son cube, comme [Bidulette] le faisait avec le camée. Ethelle récupéra le cube qui avait repris l’apparence d’une cassette. Elle rangea le tout dans la mallette de son père qu’elle dissimula de nouveau. Elle resta pensive un instant, se remémorant la conversation avec l’esprit de la boîte. Entre lui, [Truc] et [Bidulette], elle avait beaucoup de sujets de réflexion. Parmis tous ces sujets de réflexion, elle se demanda si Nicolas avait fini par digérer l’apparition de l’esprit de sa grand-mère décédée. Elle décida de quitter sa chambre pour se renseigner.

Ethelle ne trouva son hôte ni dans le salon de sa mère qu’il affectionnait particulièrement, ni dans la grande salle ni dans la bibliothèque. Elle jeta un coup d’oeil par toutes les fenêtres, mais ne l’aperçut pas non plus dans les jardins à présent dépouillés de toute verdure. Lorsqu’elle croisa Henry, elle lui demanda s’il savait où se trouvait le maître des lieux. « Monsieur Merryweather se morfond dans ses appartements, lui apprit-il. Il ne veut voir personne pour le moment. [Il me semble que j’ai un problème temporel, je me demande si j’ai pas oublié de faire passer la nuit]
– Je comprends, dit Ethelle. Sauriez-vous où je pourrais trouver [Truc] dans ce cas ? [si Henry sait que Truc s’appelle Truc]
– Oui, vous le trouverez sur la berge du lac. Du moins était-il là la dernière fois que je l’ai aperçu.
– Merci. »

La jeune femme s’empressa d’aller chercher son carnet et d’enfiler des vêtements chauds. En sortant dehors, elle frissonna. Une brise glacée se faufila dans son cou. Elle resserra son écharpe et se dirigea vers la plage privée des Merryweather. [Truc] se tenait au bord de l’eau, bras croisés, face à une créature du lac. A la grande surprise d’Ethelle, ils paraissaient absorbés dans une grande discussion, paisible qui plus est. Après un bref instant d’arrêt, la jeune femme s’approcha d’eux.

En la voyant arriver vers eux, la créature aquatique eut un mouvement de recul. [Truc] tourna la tête pour voir ce qui effrayait son inquiétante interlocutrice et l’apaisa en constatant qu’il s’agissait de la jeune femme rousse. Il adressa un sourire lumineux à Ethelle et, lorsqu’elle se trouva proche de lui, il la salua de manière hésitante : « Bonjour mademoiselle. Je suis heureux de vous voir, je vous présente… » Mademoiselle Morton ne comprit pas le mot qu’il prononça ensuite et aurait été bien incapable de le prononcer. Elle inclina la tête à l’intention de la créature, puis s’exclama :

« Mais ! Depuis quand parlez-vous ma langue ?
– Depuis peu, avoua [Truc]. Belisama s’est réveillée, c’est grâce à elle que je peux parler avec vous. Pas encore très bien parce que c’est un tour qui lui demande beaucoup d’énergie et il n’y a pas encore assez de magie dans laquelle puiser.
– Où est-elle ? s’enquit Ethelle en espérant qu’il ne parlait pas de l’hideuse créature aquatique.
– Elle a été recueillie par le peuple qui vit dans ce lac, elle est tout près. Si elle était plus loin, nous ne pourrions pas encore communiquer. Notre discussion a été édifiante et j’en suis content : nous ne nous étions pas quittés en très bons termes.
– Comment donc en pas très bons termes ? s’enquit curieusement la jeune femme rousse.
– Disons que nous étions engagés dans un combat à mort, déclara platement [Truc]. Pour des êtres comme nous, c’est très long et dévastateur.
– Pour quelle raison vous étiez-vous… hum… disputés ?
– Je n’ai pas très envie d’en parler à vrai dire. »

Ethelle hocha la tête et n’insista pas. « Quand pourrons-nous voir cette Belisama ? s’enquit-elle avec curiosité.
– Bientôt. Attendons. » [Truc] avait le regard distant, qui fixait de ses yeux violets un point au large du lac de Lancy. La jeune femme rousse n’osa rien ajouter et patienta près de lui. Elle se demandait comment il se faisait qu’il n’ait pas froid. Il n’avait revêtu aucun manteau et ne paraissait pas souffrir des températures glaciales.

Au bout de quelques minutes, Ethelle eut l’impression que l’eau au centre du lac se mettait à bouillonner. Pour cause, une troupe entière de créatures aquatiques crevaient la surface de l’eau, se mettant ensuite à nager en direction du domaine des Merryweather. La jeune femme rousse s’enjoignit à rester stoïque en les voyant foncer vers eux. C’est alors qu’elle aperçut que quelqu’un se tenait sur le dos de l’une de ces créatures. Lorsqu’elles s’approchèrent, Ethelle réalisa que ce quelqu’un était une femme et que, là où [Truc] avait les yeux violets et Chaahk verts, Belisama les avait dorés.

La femme qui chevauchait la créature lacustre leur fit un signe joyeux de la main. [Truc] émit un rire bref, pinçant les lèvres derechef dans une petite moue comme pour s’empêcher de pleurer, avant de répondre de même. Ethelle remarqua qu’il avait les larmes aux yeux. En arrivant, Belisama bondit sur la petite plage et se pendit au cou de [Truc], qui lui rendit tendrement son étreinte. Les deux riaient et pleuraient en même temps ; face à la puissance manifeste de leurs sentiments, Ethelle sentit des larmes lui piquer les yeux.

[vérifier si j’ai assez insisté sur la souffrance de Truc avant]

Se séparant, ils échangèrent quelques mots dans une langue qu’Ethelle ne comprenait pas. Elle n’était pas sûre qu’il s’agisse de la langue antique dont Simon Derrington lui avait appris quelques bribes. Sensible à l’émotion ambiante, la jeune femme rousse resta poliment en retrait. Elle remarqua que les créatures aquatiques faisaient de même, en produisant quant à elles des vocalises qui sonnaient étrangement à l’oreille d’Ethelle. Cette dernière commençait à s’habituer à l’apparence, selon elle repoussante, des habitants lacustres. Elle devait même admettre que leurs chants – s’il s’agissait bien de musique – étaient plutôt agréables.

« Je te présente mademoiselle Ethelle Morton, déclara [Truc] dans la langue de la jeune femme rousse.
– Enchantée, mademoiselle Morton, déclara Belisama presque sans accent.
– De même, répondit machinalement Ethelle.
– Je vous suis reconnaissante d’avoir pris soin de [Truc] pendant qu’il récupérait ses esprits.
– Pendant qu’il récupérait ses esprits ? répéta la jeune femme rousse. Avait-il perdu la tête ?
– Oh, non non, lui assura Belisama. C’est juste que lorsque nous revenons à la vie grâce à une quantité de magie suffisante, nous sommes un peu perdus. »

La femme aux yeux dorés s’interrompit ; les habitants du lac essayaient d’attirer son attention. Elle se tourna vers eux et discuta un petit moment dans leur langue qu’Ethelle trouvait aussi incompréhensible qu’imprononçable. Après leur échange, les créatures leur firent des signes et retournèrent s’engloutir dans les eaux lacustres. « Pardonnez-moi, lança Ethelle une fois qu’ils eurent disparu. Mais quelle est cette histoire de montagne dont [Truc] parlait lorsque nous l’avons trouvé ?
– Ah, la montagne, oui. » dit Belisama.

Les deux dieux échangèrent un regard entendu. « Cette montagne est l’endroit d’où l’on peut éradiquer la magie. »

 

Je ne sais pas combien de mots pour ces trois jours, mais je dirais un peu plus de 2000

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.