Magique

Le champ de bataille se tenait entre les vastes plaines et une zone montagneuse mal fréquentée et truffée de cavernes gobelines. Qui savait quoi d’autre se tapissait dans les tréfonds des grottes ? « Capitaine ! » L’interpellée se tourna vers celui de ses trois compagnons qui lui avait adressé la parole. Les deux autres se tenaient, vigilants, à l’affût d’un quelconque danger.

Comme la vétérane levait un sourcil interrogateur dans sa direction, le soldat continua : « Il n’y a que de la chair à canon en face, pourquoi n’attaquons-nous pas ? » La femme ne répondit pas tout de suite. Elle enleva son casque, laissant s’échapper de longues mèches blondes, et s’épongea le front. Il faisait chaud à côté de ces montagnes, dont certaines étaient des volcans encore en activité.

Replaçant son heaume ailé, elle désigna les gobelins qui grouillaient sur les flancs rocailleux et expliqua : « Comme tu l’as si bien souligné : il ne s’agit que de chair à canon et de faibles combattants. Sauf qu’ils sont là, bien en vue, comme une provocation. Cela signifie que le véritable danger est caché.
– Je me doute, intervint un deuxième soldat des Veilleurs. Mais grâce à vous, nous sommes plus aguerris. Je pense que c’est le moment de nous débarrasser de ces gêneurs, ainsi nous aurons la voie libre jusqu’aux sommets des montagnes.
– Certes. » La capitaine sourit par devers elle. Ses trois compagnons se montraient tellement juvéniles parfois !

Elle laissa s’écouler quelques secondes avant de lui expliquer de nouveau : « Sauf que si nous tombons de manière irréfléchie, ce seraient eux qui auraient la voie libre jusqu’au bout des plaines. Et ce serait un problème, n’est ce pas ? » La question était rhétorique et ses trois Veilleurs acquiescèrent.

La capitaine savait que ses compagnons et elle allaient bientôt avoir le renfort de sentinelles volantes. Ces créatures mi-humaines, mi-oiseaux, étaient un atout précieux. Du ciel elles avaient une vue globale du champ de bataille. La vétérane attendit de savoir que le sentinelles allaient arriver pour lancer ses Veilleurs à l’assaut des gobelins, restant elle-même en retrait afin de les couvrir.

Un tremblement secoua la montagne et, alors que des éclairs jaillissaient du sommet pour frapper deux de ses soldats, plusieurs gobelins s’attaquèrent au troisième. Il se défendit vaillamment et parvint à en tuer deux avant d’être submergé par le nombre. Leur capitaine, prise de court par la rapidité de l’attaque, ne put que les regarder disparaître avec horreur. Elle n’avait pas pensé que l’Ennemi possédait autant de défenses magiques. Sa détermination se renforça. Les sentinelles aériennes venaient d’arriver. Elle ne doutait pas qu’ensemble, elles parviendraient à venger ses compagnons tombés.

Elle manqua de trébucher. Un nouveau tremblement ébranlait le sol. A côté des montagnes déjà existantes, une nouvelle poussait hors de terre. Il s’agissait d’un volcan, qui entra aussitôt en éruption. Un énorme rocher fut catapulté par l’explosion et frappa le contingent de sentinelles de plein fouet. La capitaine, à présent seule, n’eût pas le temps de s’émouvoir qu’un gigantesque dragon rouge se posa en face d’elle.
La vétérane savait que sa fin venait d’arriver.

 

« Hum. Bon. Et bien j’ai perdu : tu me finis au prochain tour, je n’ai presque plus de points de vie.
– On en refait une autre ?
– Pourquoi pas. » Les deux belligérants rassemblèrent chacun leurs cartes pour les mélanger et entamer un nouveau duel.

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s