NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 19

(changement de chapitre)

Lors du dîner, l’inconnu afficha une mine abattue. Jusqu’à la fin du plat principal, il ne réagit ni aux tentatives de communication de Nicolas ni à ceux d’Ethelle. La tête dans son assiette, il n’en picora qu’un peu et passa le plus clair de son temps à se morfondre. Plusieurs fois, les deux jeunes gens échangèrent des regards impuissants : comment réconforter quelqu’un à qui l’on ne pouvait pas parler ?

Soudain, l’atmosphère autour de l’homme se fit plus sombre et froide. Ethelle et Nicolas eurent l’impression qu’une fine brume émanait de lui et recouvrait le sol de la grande salle à manger. Son regard s’était fait très dur, comme s’il était en pleine concentration. Un souffle se fit entendre et une forme apparut à côté de l’inconnu. Le domestique qui s’apprêtait à débarrasser les assiettes poussa un bref cri d’effroi avant de s’évanouir. Effrayés, les deux jeunes gens se figèrent en voyant que la forme était une vieille femme aux cheveux immaculés enserrés dans une coiffure compliquée, d’une pâleur mortelle et vêtue d’une robe qui avait dû être à la mode une trentaine d’années auparavant.

« Nicolas, mon petit, tu as bien grandi ! se réjouit la dame âgée.
– B… bonne maman Jocelyn ? s’ébahit le jeune Merryweather les yeux se remplissant de larmes.
– Je crains de n’être plus qu’un souvenir, déclara Jocelyn Merryweather en jetant un coup d’œil à l’inconnu concentré qui murmurait rapidement entre ses dents. J’ai été appelée par ce monsieur.
– Pourquoi ? demanda son petit fils qui faisait beaucoup d’efforts pour s’empêcher de pleurer.
– Il n’arrivait pas à vous parler, il m’a donc réveillée afin que je lui serve de porte-parole. Il s’appelle [Truc], dieu des morts et du temps et… Bah, il est bien pompeux cet homme là je trouve ! Peu importe ce qu’il dit qu’il est. Il a un message pour vous : il voudrait retrouver une certaine Belisama. Je ne sais pas si c’est pour s’excuser ou si c’est pour l’achever, ce n’est pas très clair. Il semblerait qu’ils aient une relation complexe ces deux là ! Et, aussi, il exige que vous passiez le message au monde qu’il fera tomber la foudre sur quiconque s’approchera de la montagne… la montagne mangeuse de magie ? Je n’ai jamais entendu parler d’une telle montagne. Mais il a l’air très sûr de lui. Et en colère, aussi. Prend garde mon petit. »

Sur ces mots, elle disparut et, en même temps que la brume se dispersait, Ethelle et Nicolas réalisèrent que [Truc] avait perdu connaissance, la tête posée sur son bras à côté de son assiette. Il se réveilla, papillonnant des paupières, alors qu’Henry et deux autres domestiques faisaient irruption pour voir ce qui était à l’origine du cri qu’ils avaient entendu. Les deux domestiques relevèrent leur camarade qui s’était évanoui et Henry s’enquit auprès de son maître si tout allait bien, avec son flegme habituel. Nicolas ne répondit pas tout de suite. Ethelle supposa qu’il ne devait pas être certain de la réponse à donner.

« Je pense que tout va bien, oui, finit par dire le jeune Merryweather encore sous le choc de la discussion avec sa défunte grand-mère. En revanche, je n’ai plus faim. Je vais me retirer.

 

542 glorieux mots pour aujourd’hui.

Audiobook : Le Cœur de l’Hiver, Partie 2 Chapitre 12

Glorieuses salutations !

Voici le chapitre 12 de la deuxième partie du Cœur de l’Hiver :

– Version WordPress :

 

– Version SoundCloud :

 

– Version YouTube :

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 18

J’espère que ma lettre vous trouvera en bonne santé après avoir fait un bon voyage. Les créatures magiques pullulent tellement à présent que je crains qu’elle ne perturbent le bon fonctionnement des trains en créant des accidents. Nous concernant, nous n’avons pas vécu d’autres épisodes aussi effrayants que celui des créatures sorties du lac. J’espère que nous continuerons à être tranquilles de ce côté là et que vous aussi.

J’ai beaucoup songé à ce que vous m’avez raconté concernant les secrets de mon père, mais j’aimerais en savoir plus encore. Vous m’avez certainement rapporté tout ce qui vous semblait utile. Si vous le pouvez, j’apprécierais que vous me racontiez tout ce qui vous passe par la tête concernant ce secret. Je suis convaincue que le moindre détail peut s’avérer important dans cette affaire. Si je veux pouvoir retrouver et utiliser ce secret, j’ai besoin d’en connaître le plus possible à ce sujet.

Je vous remercie par avance de tout ce que vous pourrez me dire à ce sujet et vous assure de l’expression de mes sentiments les plus amicaux,

Ethelle Morton. »

 

La jeune femme sécha l’encre en tamponnant délicatement sa lettre avec du papier buvard, puis la relut. Elle la trouva courte, mais estima que cette amorce de conversation suffirait ; elle aurait tout le temps de s’épancher plus avant lors des prochains échanges épistoliers. Ethelle s’empara d’une enveloppe dans laquelle elle glissa sa lettre et la cacheta, écrivant ensuite soigneusement l’adresse de la famille [Machintruc], puis sortit de sa chambre et pria le premier domestique croisé de poster son courrier.

En essayant de retourner dans le petit salon où se tenait précédemment Nicolas, Ethelle manqua de percuter madame Cartridge au détour d’un couloir. « Pardonnez-moi ! s’excusa prestement la jeune femme rousse.
– Vous n’auriez pas à vous excuser si vous n’étiez pas en train de courir de manière inconvenante dans les couloirs, lui reprocha madame Cartridge toujours très collet monté. Vous n’êtes plus une enfant il me semble. »

Ethelle rougit de colère. Comment cette vieille pie osait-elle l’insulter de la sorte ? Elle réitéra ses excuses, sur un ton plus froid et emboîta le pas à madame Cartridge qui avait décidé qu’elle était trop pressée et de passer outre. Les deux femmes se dirigèrent de concert jusqu’à la chambre de l’inconnu. Nicolas, qui attendait madame Cartridge, adressa un sourire à Ethelle et fit signe à Henry d’ouvrir la porte. En pénétrant dans la pièce, madame Cartridge se retourna vers mademoiselle Morton et les deux hommes pour leur intimer de rester dehors, afin de la laisser seule avec son patient.

Les trois obtempérèrent. Ethelle et Nicolas patientèrent à l’extérieur, tandis qu’Henry retournait à ses tâches de majordome. « J’espère que ce n’est pas trop grave, déclara la jeune femme rousse.
– Je pense qu’il a surtout des soucis dans sa tête, soupira Nicolas. Je doute que madame Cartridge puisse y faire grand chose.
– Nous verrons bien. »

De longues minutes plus tard, madame Cartridge sortit de la pièce en rajustant ses lunettes. « Votre invité est particulièrement épuisé, expliqua-t-elle. Je ne sais pas quelle prouesse il a bien pu accomplir, mais il est à bout de forces. Néanmoins il a l’air de se remettre de minute en minute. Je n’ai donc que du repos à lui prescrire.
– Et… c’est tout ? s’étonna Nicolas.
– C’est tout. A présent, si vous voulez bien m’excuser, j’ai encore d’autres patients à voir. »

Nicolas la remercia et la régla avant qu’elle ne s’en aille. Comme elle avait prescrit du repos, ils quittèrent l’endroit et allèrent vaquer à d’autres occupations. Le jeune Merryweather assura Ethelle qu’il s’arrangerait pour que leur invité dîne avec eux, sous réserve qu’il soit assez en forme. La jeune femme espéra que ce serait le cas. Elle passa le reste de sa journée à parcourir ses notes et à ajouter ce dont elle se souvenait de la langue antique dans son petit carnet. Elle comptait l’utiliser pour essayer de communiquer avec l’inconnu.

 

(changement de chapitre)

 

Après quelques temps à chercher des indices concernant une possible apparition d’Amaterasu, Valentin soupira. Il ne savait pas vraiment comment amorcer efficacement ces recherches. Pourtant, il était plutôt doué dans le domaine. Il lâcha : « Ce qui est beau avec Internet, c’est qu’on trouve de tout. Après, l’inconvénient avec Internet, c’est qu’on trouve de tout aussi.
– Je te fais confiance, lui assura Asklepios. Ton amie et toi êtes des personnes généreuses et curieuses. Nous avons beaucoup de chance de vous avoir rencontrés.
– Oh, merci. »

Valentin ne s’attendait pas à recevoir un compliment ; il sourit à son interlocuteur d’un air gêné. Asklepios lui rendit un sourire apaisant. Il avait une physionomie qui mettait le jeune homme en confiance. « Qu’est ce que c’est ? S’enquit le médecin en voyant une fenêtre d’information apparaître sur un coin de l’écran.
– Oh, ça, ce sont les infos. Je suppose qu’une des personnes qui utilise ce poste aime bien rester au courant de ce qu’il se passe dans le monde. Ah mais c’est l’éruption d’un volcan ! »

Curieux, le jeune homme ouvrit la fenêtre en grand, pour lire rapidement l’article. « Waw… Émit-il. Un nouveau volcan vient d’apparaître dans le Pacifique… C’est impressionnant !
– Vraiment ?
– Euh… Oui, les volcans m’impressionnent, avoua Valentin.
– Je te comprends, les éruptions sont un spectacle cataclysmique, c’est très beau. Où se trouve le Pacifique ? »

Pour lui répondre, le jeune homme chercha une carte du monde à montrer. Malheureusement, la classique carte n’évoquait pas grand chose à Asklepios. Il n’arrivait pas à reconnaître le tracé et avait eu peu d’occasions de voir des cartes auparavant. « Tant pis, ce n’est pas important, balaya Valentin.
– J’aimerais beaucoup savoir, insista plaisamment le médecin.
– Hum, bon… » Après un moment de réflexion, le jeune homme lui montra un globe holographique et lui expliqua où ils se trouvaient eux et où se trouvait la zone volcanique. Asklepios se gratta pensivement la tête en étudiant le globe.

« Ceci, est-ce bien la route de la soie ? s’enquit-il finalement.
– Oui, c’est bien ça, acquiesça Valentin.
– Je vois mieux maintenant ! se réjouit le médecin. D’après la description des lieux, Belisama m’informe qu’il est possible que ce soit une région où s’étaient rendus deux d’entre nous.
– Et tu as déduit ça grâce au volcan… Parce que ?
– Parce que les deux qui sont partis là-bas sont de sacrés lurons. Et que l’un maîtrise la terre et l’autre le feu.
– Non… C’est pas possible ! s’exclama Valentin. Tu penses que l’éruption vient d’eux ?
– Ça leur ressemblerait bien, ce sont de vrais plaisantins.
– Mais les volcans ne sont pas des plaisanteries, s’offusqua le jeune homme effaré. C’est très dangereux !
– Ne t’inquiète pas, le rassura Asklepios. Notre but n’est pas de blesser les populations. Ils ont toujours été très porté sur les blagues mais ils ne feraient de mal à personne. »

Valentin n’était pas très sûr d’apprécier l’humour de la création d’un volcan. Il tenta de relativiser en se disant qu’il n’était pas à même de réfléchir comme des personnes aussi puissantes. Il se disait qu’il fallait disposer de très grands pouvoirs pour créer un volcan sur un coup de tête. Une question se mit à lui tarauder l’esprit : « Comment s’appellent-ils ?
– Chaahk et [Bidule]. »

Le jeune homme n’était pas calé dans toutes les mythologies du monde, mais il se promit de faire des recherches sur ces deux-là. Il était sûr d’avoir entendu parler d’au moins l’un des deux. En attendant que l’ordinateur termine la recherche demandée, ils épluchèrent les premières suggestions. Malheureusement, rien de sérieux dans les évènements mondiaux ne rapportait la découverte de personnes hors du commun qui parleraient des langues inconnues. « J’espère qu’ils n’ont pas eu le problème de mémoire comme Déa, s’inquiéta Asklepios. Sinon nous mettrons beaucoup plus de temps à les retrouver. » Il s’interrompit un instant, penchant la tête sur le côté. « Déa nous appelle. »

Au moins, elle ne paraissait plus envahir ses pensées à lui, songeait Valentin alors qu’ils se levaient pour se rendre dans l’annexe. Les deux femmes, qui avaient réceptionné le dragon un peu avant, l’avaient laissé sortir de sa cage. Béatrice en avait profité pour mettre en route une partie du matériel et avait convaincu Déa d’installer quelques capteurs sur l’animal. Elles le contemplaient à présent voler dans l’annexe aux hauts plafonds et Béatrice prenait des mesures tandis que la femme aux yeux dorés fixait le dragon d’un air attendri. Valentin était certain que son amie comptait étudier le dragon le plus possible.

« C’est prudent de le laisser faire ce qu’il veut ?
– Oh, ne t’en fais pas pour ça, répondit Béatrice tout en restant concentrée sur son ordinateur. Déa a dit qu’elle pouvait le convaincre de ne pas faire de bêtises, alors je me suis dit que c’était une occasion idéale ! En plus, comme elle peut discuter avec lui, j’ai déjà tout un tas d’informations sur les jeunes dragons à peine sortis du nid : je sais ce qu’ils mangent, je sais combien de temps ils ont besoin de dormir, et plein d’autres choses. » Elle quitta l’écran qu’elle couvait des yeux pour tourner la tête vers son ami et reprit, toute excitée :

« Tu savais que les dragons avaient une mémoire génétique ? De ce que je sais, je suis actuellement la seule spécialiste sur les dragons au monde : c’est trop bien !
– Tu sais que ça ne va pas durer ? temporisa Valentin avec un sourire. Je suppose que s’il y a un dragon, il y en aura plein d’autres d’ici peu.
– Ha-HA ! Triompha Béatrice avec un sourire jusqu’aux oreilles. Et à qui crois-tu qu’ils vont les amener, tous ces dragons ? Heureusement que l’annexe est terminée, je ne sais pas ce que j’en aurais fait sinon… En tous cas, Massamba et Pommier vont être surpris en revenant. Je veux rassembler le plus d’informations possible sur ces animaux-là avant leur retour. Oh, et ne t’inquiète pas, je te filerai mes notes et on en discutera looonguement tous les deux. »

Vaincu par tant d’enthousiasme, Valentin acquiesça avec un franc sourire. Il remarqua alors qu’Asklepios et Belisama avaient entamé un dialogue, dans ce qu’il supposait être leur langue d’origine. « Pourquoi vous ne parlez pas par télépathie ? leur demanda-t-il.
– Parfois nous préférons parler à haute-voix, lui répondit simplement Déa. Je ne me l’explique pas, d’autant que la conversation est plus rapide et claire dans nos têtes, mais c’est ainsi. » Elle se tut un instant. « J’ai commencé à apprendre quelques mots de votre langue à Ouranos.
– Ouranos ?
– Le dragonnet, expliqua-t-elle. Je trouvais que ça lui allait bien. »

Ils contemplèrent l’animal évoluer dans les airs. Il était un peu gauche, comme tous les jeunes, et il lui arrivait de mal négocier certains virages. « Pourquoi tu lui apprends notre langue ? s’enquit ensuite Valentin qui avait l’impression de ne poser que des questions depuis la veille.
– Pour qu’il puisse vous comprendre ton amie et toi, si jamais nous sommes séparés. Quelque chose me dit que ça sera plus simple pour votre travail s’il comprend ce que vous dites.
– Je pensais que tu voudrais le garder avec toi.
– Peut-être, nous verrons bien. » Conclut Déa.

Le dragonnet atterrit en glissant sur le sol près de la femme aux yeux dorés et lui réclama des caresses. Celle-ci s’exécuta avec plaisir et reprit : « Tant que nous n’avons pas de nouvelles d’Amaterasu notre voyageuse rapide, j’aimerais savoir s’il y aurait un moyen de nous rendre vers ce volcan dans le Pacifique.
– Oulà non, s’exclama Valentin. Enfin, il y a des moyens, mais pas à notre portée. Et même si on pouvait, ça resterait long d’aller là-bas.
– Oh, commenta Belisama avec une moue déçue. J’espérais que votre technologie pouvait tout faire. Même de nos jours, il y a toujours des limitations, n’est ce pas ?
– De moins en moins, répartit Valentin. Mais toujours, oui.
– Tu vois, Askel, lança-t-elle à son compagnon avec un fin sourire. Après tout, nous ne sommes peut-être pas si obsolètes que cela. »

Son sourire s’effaça au profit d’une mine concentrée. Elle cracha un mot que Valentin ne comprit pas mais que, d’après le ton frustré, il estima être un juron. « Un problème ? s’enquit-il.
– Ils sont trop loin pour que j’arrive à les atteindre, déplora la femme aux yeux dorés. J’espère qu’ils ne feront pas trop de bêtises en attendant. Si ce sont bien eux à l’origine de ce volcan, bien entendu.
– Je suis confiant à ce propos. » Intervint calmement Asklepios.

Valentin ne savait pas quoi répondre à ça et il retourna vers Béatrice, qui était totalement transportée par tout ce qu’elle apprenait sur le dragon. La conversation entre les quatre tourna ensuite surtout autour de ces animaux. Les deux mages fournirent quelques informations supplémentaires sur ce qu’ils savaient des dragons adultes. « Tu es seule à travailler dans ce grand bâtiment ? S’enquit Déa auprès de Béatrice.
– Oh non, nous sommes plusieurs, expliqua celle-ci. Mais nous sommes samedi. Et, le samedi, personne ne travaille.
– Sauf toi, pointa la femme aux yeux dorés d’un ton malicieux.
– Oui, mais c’est une situation exceptionnelle !
– J’en ai l’impression, commenta Belisama. Où en sont les recherches ? » Continua-t-elle en se tournant vers Valentin.

« Je pense qu’elles sont terminées, estima celui-ci. Allons voir ; il va falloir trier. » Curieux, ils se rendirent tous dans le bâtiment principal, suivis par le jeune dragon qui ne voulait pas quitter la femme aux yeux dorés. Béatrice accepta que le jeune animal les accompagne à la condition que Déa s’assure qu’il ne fasse pas de bêtises. Valentin leur attribua des postes à tous et répartit les résultats de recherche. Ils s’installèrent tous et le jeune homme leur conseilla de garder le moindre article qui leur laisserait le moindre doute.

« Comment ils vont réussir à lire tout ça ? interrogea Béatrice.
– Je peux lire n’importe quelle langue, en plus de la parler, leur assura Déa. Cela ne me prend que quelques secondes à intégrer. Un peu plus si je ne connais pas l’alphabet.
– Oh tant mieux, se réjouit Valentin. J’avais prévu le mode aveugle pour eux, avec des écouteurs.
– Je n’en aurai pas besoin, mais Askel si j’en ai peur, reprit la femme aux yeux dorés. Je suis désolée, mais dans mon état ce sera plus simple de traduire ce qu’il entend que ce qu’il voit. J’essaie de chercher les autres en même temps et cela me demande beaucoup d’énergie.
– Tu n’as pas besoin de te justifier, la rassura Béatrice. Valentin avait tout prévu de toutes façons. Si tu préfères les écouteurs, n’hésite pas à lui dire.
– Ça ira, chantonna Belisama avec un grand sourire. Je suis impatiente de voir les styles d’écriture de toutes façons. »

Ils se mirent au travail sans tarder. Cela leur prit beaucoup de temps et, lorsque midi fut passé, Béatrice proposa de commander à manger. Après le repas, ils pourraient faire un point sur ce qu’ils avaient trouvé. « Je peux nous fournir de quoi nous nourrir, suggéra Déa. Comme les autres fois.
– À vrai dire, si ça ne dérange personne, j’aimerais beaucoup goûter à la nourriture de ce temps. » Comme toujours, Asklepios était intervenu de sa voix profonde et de son ton poli. La femme aux yeux dorés le considéra avec surprise. Puis, avec un sourire, elle acquiesça. « C’est une bonne idée, approuva-t-elle. Après tout, nous allons devoir vivre… maintenant, n’est ce pas ? »

Concernant leurs recherches, tous étaient tombés sur beaucoup d’histoires insolites, mais aucune ne pouvait être considérée comme une piste certaine sur l’un des membres manquant de leur petit groupe de mages. Le tri avaient été fortement ralenti pour Belisama et Asklepios, car ils avaient étudié les articles beaucoup plus en profondeur, émerveillés par toutes les nouveautés du monde d’aujourd’hui. La femme aux yeux dorés avaient même trouvé le moyen de naviguer elle-même sur Internet et en avait profité pour naviguer, faisant partager ses découvertes par télépathie à son compagnon.

Béatrice s’était mise à pianoter à toute vitesse sur son téléphone, pour assurer Massamba que tout allait bien se passer. Elle espérait ainsi arrêter le flot ininterrompu de son tuteur bavard et généreux en recommandations. « Qui c’est qui te harcèle comme ça ? s’enquit Valentin.
– C’est Massamba. Enfin, j’ai eu un message de Pommier et bientôt quinze de Massamba.
– On dirait qu’il est aussi enthousiaste que toi, plaisanta le jeune homme.
– Voire même encore plus ! renchérit Béatrice. Et encore, je ne lui ai pas dit que j’ai déjà commencé à étudier un dragon. »

 

(Ces passage là, je sais pas si je les laisse ou pas :

Pendant ce temps, dans une jungle en plein cœur de l’Afrique, une jeune femme reposait entièrement nue sur un lit de pétales de cerisiers. Elle se réveilla en sursaut, repoussa ses mèches noires et lisses qui encombraient son visage et grimaça au souvenir de l’intense douleur qu’elle avait subie en guérissant. Qu’est ce qui avait bien pu la blesser à ce point ? Était-ce ce voile noir qui avait eu l’air de recouvrir l’horizon tout entier ? Combien de temps avait-elle dormi ? Et combien de temps son esprit allait-il rester brumeux ? Elle prit sa tête entre ses deux mains, plissant ses yeux en amande. Que de questions ; elle se sentait aussi confuse que ses souvenirs.

La jeune femme se leva. Une autre question lui traversa l’esprit : d’où venaient ces pétales roses sur lesquels elle était couchée à l’instant ? Elle scruta les alentours du regard. Cet environnement lui paraissait presque étranger, comme si elle n’avait pas l’habitude de se trouver dans un tel endroit, et percevait sa présence comme saugrenue en ce lieu. Elle toucha pensivement les grandes feuilles alentours. Celles-ci, comme répondant à son appel silencieux, se penchèrent vers elle, la caressant doucement, presque avec tendresse.

La jeune femme demanda aux plantes alentours si elle pouvait leur prendre quelques feuilles pour se vêtir. Sa requête fut acceptée et des morceaux entiers de végétation tombèrent d’eux-mêmes autour d’elle. Pour remercier la généreuse flore de ces lieux, elle posa ses mains sur les plantes. Une lumière rouge nimba son corps et les végétaux s’étant montrés généreux virent leurs feuilles manquantes repousser. Grâce aux abondantes feuilles immenses qu’elle avait à sa disposition, la jeune femme se confectionna un kimono végétal.

Sa confusion se dissipait peu à peu, elle le sentait. Une certitude s’imposa : elle devait retrouver les autres. C’était important. La jeune femme s’auréola de lumière et sourit. Elle se souvenait enfin qu’elle était Amaterasu.

 

Au même moment, deux énergumènes profitaient du soleil sur le sable fin d’un îlot dangereusement proche d’un volcan. « Hé, Chaahk, tu crois que ça suffira à les alerter ? S’enquit l’un des deux d’une langue que plus personne n’avait entendu parler depuis longtemps.
– Je ne sais pas trop [Bidule], répondit l’autre d’un air dubitatif. C’est bruyant, c’est sûr, mais est ce que ça les atteindra ? Rien n’est moins sûr.
– Normalement Askel devrait entendre, supposa le premier avec entrain.
– Sauf s’il ne s’est pas encore éveillé, temporisa le second. C’est un paramètre à prendre en compte.
– Rha tu es trop sérieux ! »

[Bidule] se leva et commença un véritable échauffement, faisant rouler ses muscles fins sous sa peau. Très vite, il se lança dans des acrobaties de plus en plus impressionnantes. Il n’était pas très grand, mais disposait d’une excellente détente. « Et toi, tu ne tiens pas en place. » rétorqua Chaahk. Celui-ci était beaucoup plus grand et costaud que son agile compagnon.

Il se nimba de vert et fit un petit geste vers le haut. Un poisson sortit de l’eau, frétillant furieusement, et se dirigea vers la main de l’homme, visiblement contre son gré. Le grand Chaahk répéta l’opération, avec plusieurs poissons cette fois. « Tiens, j’ai pêché le repas, tu t’en occupes ? lança-t-il à [Bidule] qui continuait de s’activer tout seul sur la plage.
– D’accord. Tu pourrais pas nous apporter du fromage aussi ?
– Je crains que non. Je n’en vois pas à portée.
– C’est nul, se plaignit [Bidule]. Vivement que nous retrouvions le chef.
– Pour pouvoir avoir du fromage ?
– Oui. »

Ce disant, le petit homme commença à s’occuper des poissons grâce à un bout de bois qu’il avait effilé. Pendant qu’il œuvrait, le plus grand commença à son tour une série d’exercices. Ils demandaient moins d’agilité mais plus de puissance. « Tu es sûr que tu ne veux pas m’envoyer valser sur le continent ? S’enquit [Bidule]. Il est dans cette direction. » Précisa-t-il en montrant l’est d’un petit signe négligeant. Chaahk secoua la tête en souriant par devers lui. Son ami était aussi petit que déterminé. Quand il avait quelque chose en tête, c’était très difficile de l’en détacher.

« Je n’ai pas encore récupéré toute ma force, expliqua une nouvelle fois le plus grand. Tu ne ferais pas trop ton malin de rester au milieu de l’océan.
– Je nagerai la fin du voyage, argumenta [Bidule]. Comme je vais vite, ça devrait suffire.
– J’en doute. Et puis, qu’irais-tu faire sur ce continent ? De ce que nous savons, il n’y a personne d’entre nous et ce ne sont pas les populations locales qui pourront nous être d’une grande aide.
– Peut-être que c’est nous qui pourrons les aider, suggéra innocemment le plus petit qui plantait les poissons évidés et écaillés sur des pics en vue de les faire cuire.
– Mmmh… » Grommela Chaahk en arrêtant de s’exercer. Il vint s’asseoir à côté de son ami qui préparait un petit foyer et reprit :

« Je ne voulais pas t’inquiéter, mais je suppose que tu n’as pas regardé les étoiles cette nuit ?
– J’ai vu qu’il y en avait, mais je n’y ai pas prêté attention plus que ça, j’étais trop faible et je me suis endormi tout de suite.
– Les étoiles ne sont pas là où elles étaient avant l’épisode du voile noir, expliqua sombrement Chaahk. C’est perturbant. Je préfère ne pas t’envoyer n’importe où avant que nous soyons certains de la situation.
– Je vois… Commença [Bidule] en allumant un petit feu d’un claquement de doigts et en disposant les poissons pour la cuisson. Ou alors, tu pourrais m’envoyer là-bas quand même et comme ça nous pourrions peut-être être fixés. »

Le plus grand hocha négativement la tête. Il ne voulait pas tenter quoique ce soit d’inconsidéré. Il savait que si la situation s’éternisaient, ils devraient agir. La question étant : quand devaient-ils considérer que la situation s’éternisait ? C’était une question difficile. « Les autres ne doivent pas avoir récupéré la totalité de leur puissance non plus, déclara-t-il finalement. Il n’y a pas assez de magie ; ça me chiffonne ça aussi.
– Je pense que c’est ce voile noir qui a volé toute la magie, déclara [Bidule] en s’emparant de deux bouts de bois ressemblant à des baguettes afin de tourner les poissons. Quand il est passé sur nous, c’est ce que j’ai senti.
– Étant donné qu’il couvrait tout l’horizon et que nous n’avons pas de nouvelles des autres, je suppose que le monde entier a été touché et eux aussi.
– Tu es pessimiste. Mange du poisson, ça ira mieux après. »

Chaahk obtempéra ; il avait faim. Il mordit dans la chair et soupira d’aise. Le poisson n’était pas totalement cuit, mais il n’en avait cure. L’homme appréciait tout autant le poisson cru. « Je pense plutôt que je suis réaliste, en fait, reprit Chaahk. Maintenant, la question à se poser, c’est : si le voile noir a absorbé toute la magie du monde, combien de temps a-t-il fallu au monde pour la régénérer ?
– Hum, marmonna [Bidule], très longtemps à mon avis. Surtout qu’elle n’est pas toujours pas au niveau où nous l’avons connue. »

Sur la plage de sable fin, dévorant leurs poissons, les deux amis méditaient à propos de leur situation. Ils s’ennuyèrent assez rapidement sur leur île après leur repas. Heureusement, ils étaient créatifs et improvisèrent rapidement des occupations, qui consistèrent principalement en des duels, tant intellectuels que physiques. Ils alternèrent entre des jeux de stratégie improvisés comme les échecs et des affrontements armés de bâtons. Les morceaux de bois ne tinrent pas longtemps et ils passèrent rapidement à l’entraînement à mains nues.

Ils s’interrompirent dans leurs exercices en entendant un bruit lointain. Aucun des deux n’avait jamais entendu un bruit pareil, ni jamais vu d’hélicoptère comme celui qui s’approchait de leur île, provenant d’un endroit soigneusement éloigné du volcan en éruption, qui s’était entre temps calmé. Les deux amis regardèrent l’engin voler dans leur direction avec perplexité. « Chaahk, as-tu déjà vu un animal pareil ?
– Je dois bien admettre que non, [Bidule]. Regarde, il y a des gens à l’intérieur.
– Des gens ? Ah oui, tiens. Ce serait un peu comme une charrette volante, alors ? »

Le plus grand acquiesça sans mot dire. À présent silencieux, ils se contentèrent de contempler le spectacle inédit de cette machine volante en acier les survoler et descendre petit à petit sur la plage.

Fin du passage que je sais pas si je laisse ou pas.)

 

4197 mots pour aujourd’hui, dont beaucoup de triche et de questionnements.

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 17

Ethelle rejoignit Nicolas au moment où un gendarme expliquait à ce dernier que mademoiselle Finley ne pourrait être retenue très longtemps. En effet, personne n’avait été tué ou blessé et, en l’absence de témoins, il s’agissait de la parole d’Arabella contre celle d’Ethelle. Les gendarmes acceptaient donc de faire sortir cette mademoiselle Finley qui les importunaient, mais ils ne pourraient rien lui faire de plus.

Rien de ce que put leur dire Nicolas ne les fit changer d’avis. « Bon, et bien peu importe dans ce cas, capitula le jeune Merryweather. Emmenez la déjà hors de ma vue, ce sera une bonne chose. » Les gendarmes prirent congé et escortèrent Arabella, ainsi que la jeune fille qui l’accompagnait, jusqu’aux limites du domaine. « Ma chère, je suis désolé de n’avoir pu les convaincre de vous faire justice.
– Ce n’est rien, le rassura mademoiselle Morton. Je pense que ce sera suffisant. Cela m’étonnerait fort qu’elle revienne après cela !
– Peut-être, mais elle semble vous vouloir beaucoup de mal, nota Nicolas. Je doute qu’elle en reste là. »

Ethelle lui offrit un sourire rassurant, mais elle savait qu’il parlait juste. La Veuve-Noire était à la tête de beaucoup de Faucheux. Leur apparence anodine les rendait dangereux car ils pouvaient facilement s’infiltrer de partout. La jeune femme rousse espéra qu’Arabella n’avait pas emmené trop de ses araignées avec elle, car elle n’avait pas envie de devoir s’inquiéter du moindre garçon de courses ou de la moindre fille de cuisine. Elle mentionna tout de même à Nicolas de se montrer particulièrement vigilant concernant les nouveaux employés, ce à quoi il acquiesça ; il paraissait particulièrement soucieux.

Pour se changer les idées, ils sortirent tous les deux se promener dans le parc, bien emmitouflés à cause du froid. « Je suis heureux que nous ayons retrouvé un peu d’intimité, déclara Nicolas alors que son souffle créait de la fumée dans l’atmosphère presque glaciale.
– Il est vrai que vos invités se sont montrés tellement enthousiastes qu’ils ont dévoré toute mon énergie.
– C’est bien vrai. En parlant d’invités, vos amis ont réussi à partir pendant que vous… vous disputiez avec mademoiselle Finley.
– Tant mieux, au moins tous ces éclats n’auront pas été vains s’ils ont pu partir discrètement et en toute sécurité. »

Ethelle affichait un doux sourire, mais elle se sentait très triste du départ de ses amis. Elle avait été ravie de les voir et déplorait que leurs retrouvailles aient été si courtes. La jeune femme aurait voulu discuter plus longuements des découvertes dans la bibliothèque et passer plus de temps avec Clay. La complicité qu’ils avaient développé pendant leur séjour en antiquité lui manquait. Elle n’était pas parvenue à tisser le même genre de lien avec Nicolas. Ils s’entendaient pourtant plutôt bien en général, mais elle avait l’impression que, malgré toute sa gentillesse, il ne la comprenait pas vraiment. Il paraissait être à l’écoute pourtant, mais ses réactions tombaient toujours à côté de ce à quoi Ethelle s’attendait.

Néanmoins il était gentil et prévenant et la jeune femme rousse en avait bien besoin. Elle lui était reconnaissante de tout ce qu’il avait fait pour elle. Même si une grosse partie de ce qu’il avait fait avait été initié par sa mère. Ethelle n’appréciait que moyennement Heather Merryweather en revanche. Cette femme était beaucoup trop envahissante à son goût. Selon la jeune femme, cela empêchait même son fils de s’épanouir. Elle espérait que Nicolas le réaliserait un jour et qu’il finirait par s’envoler du nid familial, devenant ainsi son propre maître.

Elle frissonna. Le vent était vraiment froid. Un vol coloré fila d’un arbre, au-dessus de leurs têtes. « Qu’est ce que cela ? s’étonna Nicolas.
– Des lucioles ou quelque chose de ressemblant ? suggéra Ethelle.
– Si ce sont des lucioles, elles sont sacrément grosses.
– C’est vrai, en plus j’ai l’impression que certaines ont des ailes de papillon.
– J’ai bien peur que ce soient encore de nouvelles créatures magiques, soupira le jeune Merryweather.
– Elles sont tellement jolies ! Bien plus que ces créatures difformes qui sont sorties du lac l’autre jour.
– Je pense que ce n’est pas très difficile. »

La jeune femme rousse acquiesça en pouffant de rire. Elle se demanda ce qu’avaient voulu faire ces créatures aquatiques lorsu’elles étaient sorties à leur rencontre. Elle aurait bien aimé parler de cela aussi à Simon Derrington : Ethelle était certaine qu’il aurait eu une explication. Ou, du moins, un début d’explication. Cet homme savait tellement de choses et était tellement intéressant !

Comme elle frissonnait de nouveau à cause du froid, Nicolas proposa qu’ils retournent au manoir pour s’installer dans de confortables fauteuils devant une cheminée où flamberait un bon feu. Enchantée par l’idée de se retrouver devant la chaleur de flammes crépitantes, la jeune femme accepta et ils obliquèrent sur leur trajectoire pour rejoindre la maison de campagne des Merryweather.

C’est alors qu’Ethelle aperçut quelque chose qui bougeait dans les feuilles, à côté du sentier. « Qu’est ce ? s’enquit-elle auprès de Nicolas.
– Quoi donc ?
– Ce qui est là, cela bouge. Serait-ce… quelqu’un recouvert de feuilles ?
– Je vais voir, ne bougez-pas. » lui intima le jeune Merryweather.

Il s’approcha et sursauta lorsque les feuilles donnèrent l’impression d’exploser, volant brusquement de toutes parts. Un homme en émergea, entièrement nu et l’air en colère. Ethelle n’avait jamais vu une peau si noire et n’avait jamais vu non plus de parties intimes masculines ailleurs que sur les statues antiques. L’inconnu cria quelque choes à l’intention de Nicolas qui s’était approché, mais ni lui ni mademoiselle Morton ne comprirent ses mots.

Apeuré et choqué, le jeune Merryweather lui intima en retour, d’une voix qu’il espérait ferme : « Que faites-vous là ? Vous êtes sur une propriété privée ! Je vais devoir vous demander de partir, mais… mais si vous êtes dans le besoin, exprimez-vous clairement et je verrai ce que je peux faire pour vous. » Ethelle était certaine qu’il avait ajouté la dernière partie pour l’impressionner par sa clémence et sa bonté. Tant mieux pour elle, car elle avait remarqué que l’inconnu avait les yeux aussi éclatants que ceux Chaahk. Ils brillaient d’un violet vif quant à eux.

En entendant Nicolas lui parler, l’homme l’invectiva de nouveau dans une langue inconnue. « Je ne comprends pas ce que vous dites. » crut bon de mentionner le jeune Merryweather. Le vent s’accentua tandis que l’inconnu aux yeux violets fixait le jeune homme blond. Il se prit ensuite la tête dans les mains en débitant des mots à toute vitesse. Ils parurent prononcés sur un ton de profond désespoir à Ethelle. Elle allait s’approcher lorsque l’homme laissa retomber ses bras, poings fermés, et leva la tête vers le ciel. Alors que les nuages noircissaient, il hurla quelque chose qui ressemblait à : « Belisamaaaaa ! » Des éclairs zébrèrent le ciel en réponse et le tonnerre gronda.

Quand son hurlement mourut dans sa gorge, il tomba au sol au milieu des feuilles, inanimé. L’orage s’était tu et les nuages étaient redevenus gris clair. « Je pense qu’il est perdu, supposa Ethelle sans se préoccuper du temps capricieux. Nous ne pouvons pas le laisser là.
– Vous avez raison, concéda Nicolas. Allez donc chercher de l’aide, pendant que je le surveille. »

La jeune femme rousse acquiesça et s’en fut chercher Henry. Avec l’aide de plusieurs autres domestiques, ils transportèrent l’inconnu dans le manoir. Avant qu’Ethelle ne revienne avec les renforts, Nicolas avait placé son manteau comme couverture sur le corps de l’homme aux yeux violets. Il ne voulut pas le récupérer et c’est en grelottant qu’il parvint au manoir. Ils laissèrent Henry s’occuper d’installer leur étrange invité évanoui dans un lit et d’appeler un médecin de toute urgence, en espérant qu’il en trouverait un de disponible.

Ethelle et Nicolas firent ce qu’ils avaient décidé : ils s’installèrent sur des fauteuils devant les flammes d’une cheminée. Ils se trouvaient dans le salon décoré par Heather Merryweather. La jeune femme rousse s’était assise dos au portrait pour ne pas subir le jugement permanent de son regard. Au début, elle regretta car elle sentait le regard peser sur ses épaules, mais petit à petit elle parvint à l’ignorer, puis à l’oublier. Les deux jeunes gens profitèrent longuement de ce moment de calme à contempler les flammes claires qui crépitaient dans l’âtre. Nicolas s’était emparé d’un tisonnier et jouait avec les braises d’un air absent.

« Je me demande qui est cet homme que nous avons secouru, déclara Ethelle.
– C’est sûr que c’est un homme en tous cas, appuya le jeune Merryweather. Mais je me demande aussi qui il peut être ; j’ai presque eu l’impression que c’était lui qui avait commandé le tonnerre.
– Ce serait phénoménal. Un peu trop même, je pense que ce n’est qu’une coïncidence.
– Peut-être. Il est certainement juste un pauvre hère sans abri. »

Sur un grincement, la porte s’ouvrit, faisant se retourner Ethelle et Nicolas. Ils écarquillèrent les yeux en reconnaissant l’inconnu qui s’accrochait au chambranle de la porte pour s’empêcher de tomber. Il avait une étrange allure vêtu d’habits de nuits qui devaient avoir appartenu à monsieur Merryweather. L’homme luttait aussi visiblement contre la perte de connaissance, s’efforçant de garder les yeux ouverts. Il respirait profondément, comme s’il était essoufflé. Faisant un effort pour rassembler ses forces, il prononça un mot, qu’il répéta plusieurs fois, avant de tomber à genoux, visiblement épuisé. Il répéta encore le mot, puis resta silencieux, prostré contre le chambranle.

« Comment est-ce possible ? souffla Ethelle.
– Avez-vous compris ce qu’il vient de dire ? s’étonna Nicolas.
– Oui, il… Il vient d’utiliser la langue de la civilisation qu’étudie le professeur Derrington, j’en suis sûre !
– Et que dit-il ?
– Il répète le mot montagne, révéla la jeune femme rousse.
– Mais pourquoi parle-t-il donc d’une montagne ?
– Cela, je ne sais pas. »

L’inconnu aux yeux violet répéta le mot encore plusieurs fois, avant d’enfouir son visage dans ses mains et de sangloter. Ethelle se leva et s’approcha de l’homme. « Pouvez-vous communiquer avec lui ? s’enquit Nicolas.
– Je ne pense pas, déplora la jeune femme en posant une main compatissante sur l’épaule de l’inconnu. Je ne sais pas comment se prononcent la plupart des mots de cette langue. C’est un hasard que j’ai pu saisir celui-là. »

L’homme à genoux s’agrippa à la taille d’Ethelle, enfouissant son visage dans sa robe, et continua à laisser libre cours à ses larmes. « Vous importune-t-il mademoiselle ? s’enquit calmement Henry qui venait d’arriver dans le dos de l’inconnu.
– Oh, non non, ça ira, balaya la jeune femme qui se sentait gênée par la proximité physique de cet homme mais qui ne voulait pas lui attirer d’ennuis. Le pauvre a l’air désemparé et exténué.
– Assurément, approuva platement Henry. Je venais informer monsieur Merryweather que madame Cartridge compte bientôt trouver le temps de venir examiner notre nouvel invité.
– Fort bien, fort bien, commenta Nicolas. Veuillez donc ramener monsieur notre invité jusqu’à son lit. Il semblerait qu’il ait encore besoin de repos. »

Lorsqu’Henry l’approcha pour l’aider à se relever, l’homme se laissa faire. Il ne sanglotait plus mais les larmes coulaient toujours à flot le long de ses joues. Après avoir brièvement incliné la tête à l’intention d’Ethelle, l’inconnu se laissa guider jusqu’à la chambre où il avait été installé. « Ses yeux brillent aussi fort que ceux de l’homme que votre ami, Simon Derrington, a amené ici, constata pensivement Nicolas.
– C’est ce que j’ai remarqué aussi, acquiesça la jeune femme rousse. Mais je ne sais pas ce que cela signifie, ni même si cela signifie quelque chose. Je vais aller m’étendre un moment, je me sens terriblement lasse. »

Le jeune homme lui souhaita un repos réparateur et Ethelle se rendit rapidement à sa chambre. Au lieu de se coucher sur le lit, elle sortit la mallette de son père de sa cachette et s’assit à son secrétaire. Elle s’empara ensuite de papier à lettres et de quoi écrire. Mademoiselle Morton contempla un instant le papier en caressant machinalement le cuir de l’attaché-case, avant de se lancer dans la rédaction.

« Chère famille [Machintruc], vous êtes à peine partis que vous me manquez déjà beaucoup.

 

 

2022 mots pour aujourd’hui, mais sans tricher cette fois hahaha ! Par contre, c’est pas pratique d’écrire quand on s’endort sur son ordi toutes les 5 minutes.

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 16

La femme aux yeux dorés acquiesça et se tourna vers le médecin pour lui dire quelques phrases dans leur langue. L’homme hocha de la tête pour indiquer qu’il avait compris et, après s’être assurés que le dragon n’était plus un danger, ils quittèrent l’hôpital tous les quatre. Comme Valentin n’habitait pas très loin, ils convinrent de se réfugier chez lui. Béatrice baillait de tout son saoul ; la nuit était bien avancée et elle était bien fatiguée.

En pénétrant dans l’appartement du thésard, Déa et son ami furent surpris de constater que la lumière et la musique se mettaient en route toutes seules, sans magie. Ils avaient déjà été époustouflés par l’ascenseur, sans oublier les voitures dans la rue. Valentin installa ses invités dans son petit salon qui intriguait beaucoup les deux inconnus.

« Raconte-nous Déa, la supplia le jeune homme. Tu te rappelles de tout ? Comment ça se fait que tu étais écorchée quand tu es arrivée ? Tu te souviens enfin d’où tu viens et où on est ?
– Un instant, temporisa la femme aux yeux dorés, Asklepios voudrait suivre la conversation. Je vais filtrer votre langue…
– Asklepios ? Filtrer notre langue ? » Ni Valentin, ni Béatrice ne comprirent l’expression. Ils échangèrent un regard perplexe.

« Pardonnez-moi, s’excusa Déa avec un sourire joyeux. Vous ne devez pas saisir grand chose à la situation.
– C’est le moins qu’on puisse dire, commenta Béatrice.
– Je vais essayer de résumer, reprit la femme aux yeux dorés. Tout d’abord, beaucoup m’appelaient Déa à l’époque, mais aussi Belisama. Filtrer votre langue, c’est pour que mon ami puisse vous comprendre et vous parler. Je suis télépathe et j’ai le don universel des langues. C’est la raison pour laquelle j’ai assimilé votre langage très rapidement. Asklepios, lui, ne dispose pas de ces dons. Je traduis donc dans sa tête ce qu’il entend et ce qu’il veut dire. Comme ça, il peut vous comprendre et vous parler. Par contre, je dois être rouillée, ça me demande bien plus d’efforts qu’avant de faire ça…
– Ça… Ce doit être parce qu’il y a peu de magie, expliqua doucement Asklepios avec un lourd accent. C’est plus difficile pour moi aussi… De soigner. »

Valentin considéra pensivement l’homme sur son canapé. Celui-ci lui rendit paisiblement son regard, de ses yeux aux iris orangés. Le thésard se demanda d’où leur venaient ces couleurs d’yeux peu communes. « Arrête de te poser des questions, le gourmanda Belisama. Je ne pourrai pas répondre à toutes sinon !
– Arrête de lire mes pensées, se plaignit le jeune homme. C’est perturbant…
– Je vais essayer, promit la femme aux yeux dorés. Mais je ne garantis rien : c’est de l’ordre du réflexe pour moi.
– D’où venez-vous alors ? » intervint Béatrice avec le regard pétillant de curiosité.

Déa et Asklepios échangèrent un regard entendu. Valentin les soupçonna de discuter par télépathie en même temps qu’ils conversaient avec eux. La femme aux yeux dorés lui fit un clin d’œil et répondit : « En fait, la véritable question n’est pas d’où venons-nous, mais plutôt : de quand venons-nous ?
– De quand… » Murmura Béatrice. Les deux étaient stupéfaits.

« Vous avez voyagé dans le temps ? S’étonna Valentin.
– Pas vraiment, corrigea Déa après un bref regard en coin vers son compagnon. Pour simplifier, disons que nous sommes investis de magie et, quand elle est présente, nous sommes immortels. Lorsque le voile a éradiqué la magie du monde, nous sommes devenus poussière. Mais maintenant qu’elle est de retour, nous avons pu nous reconstituer.
– Comment se fait-il que tu te sois reconstituée amnésique ? s’enquit Béatrice.
– Nous sommes immortels, mais pas invulnérables, expliqua Belisama. Nous pouvons être blessés, même si aucune blessure n’est mortelle et que nous guérissons plus rapidement que vous. »

Il y eut un nouveau silence, le temps que Valentin et Béatrice digèrent les informations. La jeune femme prenait furieusement des notes sur son téléphone. « Nous devons trouver les autres, déclara Asklepios de sa voix profonde.
– Je ne sais plus où ils étaient lorsque le voile est apparu, soupira la femme aux yeux dorés. Ils étaient certainement aux quatre coins du monde… Je n’arrive pas à les joindre par télépathie pour le moment.
– Les autres ? Répéta Valentin. Vous êtes combien de… comme vous ?
– Sept, répondit Déa avec un sourire absent.
– J’avais une autre question, intervint Béatrice. Ce voile dont vous avez parlé tout à l’heure, qu’est ce que c’est ?
– C’est une bonne question, répondit la femme aux yeux dorés. Nous ne savons pas : nous n’en avions jamais entendu parler avant de le voir. Et de le subir. » Elle tordit la bouche à ce souvenir. « C’était très douloureux. »

Afin d’alléger un peu l’atmosphère, Valentin se leva pour aller chercher de quoi grignoter et boire. Lorsqu’il ouvrit le frigo, Belisama et Asklepios le rejoignirent pour inspecter cet étrange meuble qui produisait du froid. L’homme aux yeux oranges déclara, de son élocution hésitante et accentuée : « Le monde a bien changé durant notre absence.
– C’est certain, appuya la femme aux yeux dorés. Comme je te le disais tout à l’heure, on dirait que tout fonctionne avec de la magie, sauf que ça n’en est pas.
– Tout à l’heure ? questionna machinalement Valentin.
– Oui, lors de notre conversation télépathique, précisa Déa.
– Peut-être sommes-nous obsolètes dans ce monde là, continua l’homme aux iris orangés d’un ton pensif. C’est une étrange sensation.
– Je ne pense pas que vous soyez si obsolètes, commenta doucement Béatrice. Avec la magie qui monte de façon exponentielle, nous allons avoir besoin de personnes comme vous à mon avis. »

« Ce breuvage est très bon, parvint à dire Asklepios entre deux gorgées d’une infusion fruitée. J’espère que nous ne puisons pas dans vos réserves.
– Oh non, il n’y a pas de souci à se faire de ce côté là, le rassura leur hôtesse. J’aimerais vous poser quelques questions sur les créatures… magiques. Vous vous y connaissez bien en créatures magiques ?
– Nous en sommes nous-mêmes, répondit plaisamment Belisama. Je ne sais pas si nous pourrons répondre à toutes les questions, mais nous essaierons, n’est ce pas Askel ? »

Son ami aux yeux orangés acquiesça de bon cœur. Béatrice posa son mug, sortit son téléphone pour prendre des notes et commença ses questions. Valentin s’empressa de faire de même. Après tout, leurs sujets d’étude étaient très liés ; la nuit promettait de continuer à être aussi intéressante que lorsqu’elle avait commencé, lorsqu’ils avaient recueilli Déa après son entrée fracassante. De fait, ils passèrent une nuit blanche. Valentin se fit plusieurs fois la réflexion qu’il était heureux de ne pas avoir d’obligation le lendemain matin.

Le matin les trouva tous les quatre venant tout juste de s’endormir sur le canapé et les fauteuils du salon. Ils y restèrent toute une partie de la matinée, sommeillant dans des positions plus ou moins confortables. Ils furent réveillés par la lumière du jour, les volets s’étant ouverts automatiquement le matin venu. Les deux magiciens émergèrent plus rapidement que les deux thésards. Ils en profitèrent pour inspecter en détail l’appartement de Valentin.

Tout le monde sursauta lorsque le téléphone de Béatrice se mit à sonner. Sa propriétaire répondit, les paupières encore fermées et la voix ensommeillée. Quelques secondes plus tard, elle avait les yeux grands ouverts et s’exclamait : « Oui oui, j’y vais le plus vite possible ! » Quand elle raccrocha, elle se tourna vers les trois autres et expliqua : « Je viens d’avoir un appel de Massamba – c’est mon responsable – et, comme il est en déplacement avec Pommier, il me demande d’aller réceptionner le dragon qui a été capturé cette nuit ! »

Elle se leva précipitamment et s’empara de son sac. « Pouvons-nous venir aussi ? s’enquit Belisama.
– Oh, et bien oui, je n’y vois pas d’inconvénient, répondit Béatrice. Tu viens aussi Valentin ?
– Tu rigoles ? Je ne louperai un dragon pour rien au monde ! »

Ils se mirent tous les quatre en route en direction du campus, à pieds car ils étaient tout près. En ce samedi, les alentours de l’université étaient déserts. « Je travaille là. » expliqua Béatrice à Belisama et Asklepios, en leur désignant un bâtiment accolé à une sorte de hangar. Celui-ci était percé d’une immense porte qui pouvait laisser entrer un camion. « Et là, ajouta-t-elle en montrant le hangar, c’est une annexe qu’on a fait construire spécialement pour étudier des spécimens magiques. C’est là que je vous emmène. »

Elle les guida jusqu’à une porte à taille humaine, pianota sur un digicode, ouvrit la porte, pianota sur un autre digicode, puis laissa entrer ses trois compagnons dans le hangar. Elle ferma tout et alluma la lumière. « Bienvenue dans la nouvelle annexe ! s’exclama Béatrice en désignant les alentours en tournant sur elle-même.
– C’est fou que tu aies les codes et les clefs de tout ici, commenta Valentin d’autant plus impressionné qu’il n’avait encore jamais mis les pieds dans ce bâtiment.
– Oh, tu sais, les professeurs Massamba et Pommier sont souvent en déplacement à cause de la recrudescence des apparitions de créatures surnaturelles. Et comme ils sont souvent appelés sur des sites, ils me laissent le soin de m’occuper de la maison.
– Et ils te font confiance ? » La taquina le jeune homme.

Son amie lui tira la langue et les planta là afin d’aller préparer une cage la plus confortable possible pour son futur pensionnaire. En l’attendant, Valentin, Belisama et Asklepios firent le tour de la pièce neuve, bordée de différentes cages et au centre de laquelle trônaient d’énormes cartons contenant les futurs équipements de l’annexe. Le jeune homme expliquait de son mieux aux deux étranges magiciens comment fonctionnait l’Université.

« Arrives-tu à joindre les autres ? s’enquit Asklepios à Belisama entre deux explications.
– Pas encore, répondit la femme aux yeux dorés. La magie augmente, mais ce n’est pas encore suffisant. Ils doivent être très loin.
– Vous parlez des cinq autres comme vous ? questionna Valentin. Je peux peut-être vous aider à les retrouver.
– Vraiment ? se réjouirent-ils.
– C’est pas sûr, mais je peux essayer. Béatrice ? Tu me laisses l’accès à un pc ? »

Après l’autorisation de la jeune femme, Valentin s’installa à un poste informatique avec Asklepios, tandis que Belisama rejoignait Béatrice pour lui faire part de ses avis sur les cages à créatures magiques. De plus, la femme aux yeux dorés ne voulait pas rater l’arrivée du dragon. Elle appréciait ces créatures, mais savait aussi à quel point elles pouvaient se montrer dangereuses ; c’est pourquoi elle voulait faire profiter sa nouvelle amie de son expérience dans le domaine.

« Bien, commença le jeune homme. Ceci est un ordinateur et il est branché à Internet.
– Je n’ai pas très bien compris Internet quand tu l’as expliqué cette nuit, avoua le mage, mais je crois avoir compris en quoi il pouvait nous aider à retrouver nos amis.
– Exactement, c’est grâce à Internet que nous allons savoir où ils sont. Du moins, je l’espère. Ce qui va compliquer nos recherches, c’est qu’il faut retrouver cinq individus potentiellement perdus dans le monde entier… Ça risque de prendre du temps.
– Peu importe, lui assura Asklepios. L’idéal serait de trouver Amaterasu.
– Amaterasu ? Vous êtes sérieux tous ? » grommela Valentin qui se demandait à certains moments si quelqu’un lui faisait une blague.

Asklepios et Amaterasu étaient des dieux mythologiques et, s’il continuait la réflexion, Dea signifiait déesse et Belisama en était une. La question lui était sortie de la tête pendant la nuit et, à présent, il se demandait s’il aurait le cran de poser la question au médecin du nom d’Asklepios de s’il était un dieu ou pas. Il craignait de passer pour un idiot. Et puis, techniquement, qu’est ce que c’était qu’un dieu ? Il se décida sur une question plus anodine :

« Pourquoi ce serait l’idéal de trouver Amaterasu ?
– Parce qu’elle maîtrise la capacité de… téléportation, expliqua le médecin avec son lourd accent. Grâce à elle, ce serait beaucoup plus facile de retrouver les autres et de nous rassembler.
– Vous rassembler, je vois bien. Mais comment ferait-elle pour retrouver les autres ?
– J’irai avec elle. Mes… capacités ne sont pas encore revenues à leur plein potentiel, mais je dispose d’une excellente perception qui s’étend sur plusieurs contrées. À nous deux, nous aurons retrouvé les autres en un rien de temps : il suffira qu’elle m’emmène un peu partout et je sentirai leurs présences. D’ici là, peut-être que Belisama aura retrouvé toute sa puissance de pensée et qu’elle pourra joindre les membres restants. »

Valentin n’avait pas encore entendu son interlocuteur prononcer autant de phrases d’un coup. Le jeune homme trouvait que son élocution s’était améliorée, même si son accent était toujours très prononcé. En réfléchissant, il réalisa qu’Asklepios s’était toujours tenu en retrait en présence de Déa. Avec une forme de révérence, aurait-il pu dire. La femme aux yeux dorés ne s’était pas présentée comme telle, mais il se pouvait qu’elle soit la dirigeante de ce petit groupe. Peu importait ; pour le moment, il devait trouver un moyen de mettre la main sur Amaterasu.

(changement de chapitre ?)

 

2194 mots pour aujourd’hui en triche quasi totale ! Et il faudra pas mal de corrections dessus aussi.

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 15

(préciser à un moment qu’Ethelle se sent plus brave face à la Veuve-Noire parce qu’elle sait que son majordome est mort)

« Rendez-moi mon bien ! ordonna Arabella.
– Venez le chercher. »

Sur ces mots, mademoiselle Morton lui tourna dédaigneusement le dos et sortit de la pièce avec l’attaché-case de son père dans les bras. Elle entendit un cliquetis, en même temps que son pendentif s’éveillait, que [Bidulette] apparaissait et la poussait sur le côté. Un coup de feu retentit. Des éclats de bois chutèrent sur Ethelle, à genoux sur le parquet du corridor, qui serrait toujours très fort le bien de Charles Morton. Elle aperçut alors un trou creusé par une balle dans le lambris en face d’elle. Si sa protectrice n’était pas intervenue, Arabella l’aurait sans aucun doute tuée.

Horrifiée, elle tourna la tête, juste à temps pour voir [Bidulette] s’emparer du petit revolver que tenait la Veuve-Noire et le mettre en morceaux, sous le regard choqué de la tireuse. Une fois l’arme détruite, la jeune fille disparut aussi rapidement qu’elle était apparue. Les jambes flageolantes, Ethelle se releva avec peine. Livide et échevelée, elle pointa un doigt accusateur vers Arabella. « Meurtrière !
– Voleuse ! » rétorqua Arabella.

Elles se lancèrent dans un échange d’insultes bien peu convenant à leur rang, jusqu’à ce que les serviteurs et les servantes, alertés par le coup de feu, ne fassent irruption. Nicolas, inquiet lui aussi, s’approcha de la jeune femme rousse. « Que vous est-il arrivé ? lui demanda-t-il sur un ton tendu.
– Cette vieille chaudière à cervelas a essayé de m’assassiner ! glapit Ethelle.
– Cette v… répéta le jeune Merryweather éberlué. Comment ? »

Mademoiselle Morton, toujours agrippée à l’attaché-case de son père, lui désigna la balle dans le lambris et les morceaux du revolver sur le parquet. Le visage de Nicolas changea de couleur alors qu’il réalisait ce qu’il venait de se passer. « Comment avez-vous osé essayer de commettre un meurtre en ma maison ? s’emporta-t-il. Que l’on appelle la police et que l’on escorte cette femme en bas, là où elle ne pourra plus nuire en attendant leur arrivée ! » Après avoir donné d’autres ordres plus ou moins utiles pour évacuer sa frustration, il fit appeler madame Cartridge pour qu’elle examine Ethelle. Cette dernière essaya de l’en dissuader, car elle n’estimait pas avoir besoin de soin, n’ayant pas été blessée.

En attendant l’arrivée de la femme de médecine, Nicolas raccompagna la jeune femme rousse dans sa chambre. Il voulut la convaincre de s’étendre pour se reposer, mais Ethelle bouillait trop pour avoir envie de fermer les yeux. Elle prétexta l’envie de se retrouver un peu seule après toutes ces émotions et, une fois le jeune Merryweather parti, elle contempla un instant la mallette de son père. Elle la posa sur son secrétaire et s’assit devant. Après avoir pensivement caressé les lettres C et M gravées dans le cuir, elle l’ouvrit.

(et là, il faudrait que je sache ce qu’elle trouve…)

Ethelle en sortit quelques papiers et vieux dossiers du Parlement. Elle espéra pour les employés là-bas qu’il n’y avait rien d’important dans les documents qu’elle détenait. En les parcourant, elle ne parvint pas à déterminer leur degré d’importance. Elle supposa que le fameux secret se trouvait donc ailleurs, à moins que son père n’utilise des codes, mais elle en doutait ; elle supposait que si tel était le cas, il le lui aurait appris. En regardant plus au fond de la mallette, elle découvrit une boîte rutilante en bois d’acajou vernis, incrusté d’entrelacs brillants composés d’une matière qu’elle ne connaissait pas. La jeune femme sourit. Voilà qui ressemblait beaucoup plus à un secret qui amenait la bonne fortune.

Ethelle essaya d’ouvrir la boîte, mais n’y parvint pas. Elle l’examinait sous toutes les coutures lorsque quelqu’un frappa à la porte. La jeune femme rousse dissimula prestement l’objet mystérieux dans la mallette, se retourna vers l’entrée de la chambre et lança : « Entrez !
– Excusez-moi mademoiselle Morton, déclara la servante qui ouvrit la porte, mais vous ne pourrez pas être examinée aujourd’hui car madame Cartridge est occupée avec une urgence en ville.
– Une urgence ? Mais quelle urgence ? » s’enquit Ethelle.

Peu lui importait que la femme acariâtre ne vienne pas l’examiner – après tout elle n’était pas blessée – mais elle était intriguée par la nature de l’urgence en ville. Les nains étaient-ils ressortis de leur abri sous le menhir, semant le chaos sur leur passage ? Voilà ce qui l’intriguait. « Il y a encore eu une catastrophe en ville, expliqua la servante, mais je n’en sais pas plus. Je crois que la menace venait du lac cette fois, comme les monstres qui ont envahi le jardin hier. (c’était hier ? x) ) Mais je ne sais rien de plus.
– Très bien, dit Ethelle. Dans ce cas, vous pouvez disposer. »

La servante obtempéra et referma la porte. La jeune femme rousse se retourna aussitôt vers la mallette pour en sortir de nouveau la mystérieuse boîte. Elle s’empara pensivement de son camée, qui répondit en pulsant d’une lueur chaleureuse. « J’ai des questions à poser. » déclara Ethelle. En réponse, [Bidulette] apparut à côté d’elle, jetant un bref coup d’oeil à la boîte vernie. « Qu’est ce que cette boîte ? Peut-on l’ouvrir ?
– Cette boîte est un peu comme le pendentif, l’informa l’esprit du camée. Quelqu’un ou quelque chose a été enfermé à l’intérieur pour rendre des services.
– Enfermé ?
– Oui, moi aussi j’ai été enfermée dans le bijou pour protéger celles qui me portent. Je n’ai jamais demandé cela !
– Mais c’est affreux, s’horrifia Ethelle qui n’osait pas s’imaginer subir un sort similaire.
– Après plusieurs centaines d’années, j’ai fini par m’y faire, précisa [Bidulette] sur un ton où perçait une profonde mélancolie.
– Qui a pu te faire subir une chose pareille ? (vérifier ces histoires de tutoiement)
– Un puissant sorcier. Il ne voulait pas que j’épouse mon promis, parce qu’il voulait lui marier sa fille. Alors il m’a piégée dans ce collier pour m’éliminer et, au passage, que je lui serve de protectrice si elle devait être menacée. »

Ethelle hocha la tête. Elle avait déjà entendu des histoires similaires – la magie en moins – à propos de parents prêts à tout pour que leurs enfants fassent un bon mariage. C’était même quelque chose d’assez courant dans son milieu. « Quant à l’autre question, poursuivit [Bidulette], je doute que l’on puisse l’ouvrir à proprement parler. En revanche, il est possible de faire apparaître l’esprit de cette boîte. Il faut juste trouver le déclencheur.
– Comment trouve-t-on un déclencheur ? s’enquit Ethelle.
– Ah ça, voilà une question compliquée. Des fois il s’agit d’une formule, des fois il s’agit d’une situation donnée, des fois il s’agit d’un moment particulier. Le problème avec la magie, c’est que quelqu’un d’un peu créatif peut faire tout et n’importe quoi. »

Ethelle contempla pensivement la boîte aux entrelacs brillants. Elle était certaine de détenir le secret du succès de son père. Cela signifiait qu’il avait réussi à s’en servir et qu’elle avait peut-être la possibilité de faire de même. La jeune femme rousse se demanda si Arabella avait réussi à convoquer l’esprit de la boîte. Elle estimait qu’il y avait peu de chances, sinon pourquoi serait-elle restée dans son zeppelin inachevé au milieu d’un hangar abandonné sur les bord de la Conquise ? Si cet esprit menait au succès ou à la fortune, la Veuve-Noire aurait certainement retrouvé son train de vie grâce à lui.

Ethelle sourit. Son vol avait bien peu profité à Arabella Finley. La jeune femme, en revanche, comptait bien élucider le mystère de la boîte afin d’en profiter et de restaurer la gloire des Morton. Et puis, qui sait, peut-être arriverait-elle à amasser suffisamment de fonds pour aider Simon Derrington à financer ses recherches. Elle se leva, en même temps que [Bidulette] regagnait le camée, et réfléchit à un endroit où elle pourrait dissimuler la mallette de son père.

 

(changement de chapitre)

 

« Un petit dragon, précisa Béatrice, mais un dragon quand même. J’espère qu’ils vont réussir à le capturer vivant et à nous l’amener demain ! J’ai t… » Elle fut interrompue par une infirmière qui les mena près de Déa. La femme aux yeux dorés patientait en balançant ses jambes, assise sur un lit d’auscultation. En les voyant entrer, elle leur sourit.

« Bonsoir, leur lança le médecin sur un ton fatigué. Il semblerait que votre amie aille très bien physiquement. En revanche, elle a des soucis de mémoire, mais aucun test ne nous a permis d’en savoir plus pour le moment. » Il prescrivit ensuite d’autres tests à effectuer à partir du lendemain et les autorisa à prendre Déa en charge. Celle-ci paraissait impatiente de sortir et penchait souvent la tête sur le côté, comme si elle entendait quelque chose.

« Déa ? l’interpella Valentin alors qu’ils sortaient de la pièce. Tout va bien ? Tu as l’air un peu absente depuis un moment.
– Mmhmm… émit machinalement la femme aux yeux dorés. Il y a quelque chose ici.
– Quelque chose ? répéta Béatrice.
– Oui. »

Déa ne s’étendit pas en explication. Valentin vit que son amie rongeait son frein, curieuse qu’elle était. Elle prenait sur elle pour le moment, mais ce n’était qu’une question de temps : elle recommencerait bientôt à lui poser des questions. Il sourit par devers lui. Comment lui en vouloir ? Il se sentait au moins aussi curieux qu’elle. Ses pensées s’interrompirent lorsqu’il vit la femme aux yeux dorés se lever et quitter la salle d’attente. « Déa ? l’appela-t-il.
– Tu cherches quelque chose ? » continua Béatrice en se levant pour la rattraper. Valentin bondit à son tour de son siège pour suivre les deux femmes.

Celle aux yeux dorés continuait de marcher dans le couloir de l’hôpital sans leur répondre. « Déa, je ne pense pas que nous ayons le droit d’aller par là… » tenta le jeune homme, mais elle continuait de faire la sourde oreille. Elle s’arrêta tout aussi soudainement qu’elle s’était levée. « Déa… » reprit Béatrice à son tour, mais elle se tut en voyant un homme se dresser au bout du couloir, face à eux. Il avait noué une blouse médicale autour de sa taille, laissant à l’air libre son physique presque corpulent, et leur faisait face, sa mine affichant la stupeur à la vue de la femme aux yeux dorés qui lui faisait face.

Une porte du couloir s’ouvrit brusquement, interrompant le silence presque surréaliste. Une adolescente sortit, gémissant de douleur, titubant sous l’effet d’un calmant quelconque. L’homme attrapa lestement la jeune fille et posa sa main sur sa tête. Surprise, l’adolescente ne songea même pas à se débattre. Une douce lueur orangée nimba la main et se propagea le long du corps de la jeune fille, s’arrêtant au niveau du ventre. Là, la lueur orangée se fit plus forte et l’homme ferma les yeux, l’air concentré. L’opération ne prit pas plus d’une poignée de secondes. Lorsque la lumière orangée disparut, l’adolescente était endormie.

L’homme se redressa, la portant jusqu’à la chambre qu’elle venait de quitter. Il en ressortit presque aussitôt, referma soigneusement la porte, et s’approcha de Déa. Celle-ci ne bougea pas et ses deux accompagnateurs ne savaient pas comment ils devaient réagir. L’inconnu prit le visage de Déa dans ses mains et posa son front sur le sien. Les mains se nimbèrent de nouveau de la douce lueur orangée, ainsi que la tête de la femme aux yeux dorés. Cette fois, l’opération prit un peu plus de temps, à la grande nervosité de Valentin et Béatrice.

Ils frissonnèrent. La lueur orangée disparut progressivement et l’homme fit un pas en arrière. Il prononça quelques mots d’une voix profonde et sur une intonation interrogative, mais ni Valentin, ni Béatrice ne comprirent sa question. Déa hocha affirmativement la tête en réponse, puis se tourna vers les deux amis. Elle souriait. « Je suis guérie ! se réjouit-elle. Je savais bien que je connaissais un bon médecin.
– Euh, oui d’accord… balbutia Valentin.
– On devrait peut-être s’en aller, du coup, non ? suggéra Béatrice. Déa n’a plus besoin de soins et son ami se balade en petite tenue dans les couloirs de l’hôpital… »

 

2023 mots, mais avec de la triche après 1500-1600 mots ! J’ai un peu plus d’un jour de retard, mais je m’accroche ^^

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 14

Bon, c’est très court aujourd’hui, mais je le mets quand même :

(changement de chapitre)

Après s’être faite violence pour continuer à faire perdre du temps à Arabella sans mentionner l’attaché-case de son père posé sur le bureau, Ethelle n’y tint plus. Espérant que Clay et les autres avaient eu le temps de s’en aller, elle se dirigea à grands pas vers son bien et s’en saisit. « Comment avez-vous obtenu ceci ? demanda-t-elle en faisant de grands efforts pour rester calme.
– Je l’ai emprunté, répondit la Veuve-Noire.
– A qui ?
– J’ai ma petite idée, mais rien de certain. Après tout, je ne l’ai emprunté que par procuration.
– Comment ça par procuration ?
– C’est une de mes araignées qui me l’a apporté, expliqua Arabella avec un sourire mauvais. Je dois dire que le secret que cette serviette renferme m’a bien rendu service. Je pensais que je ne remercierai jamais assez Clay pour cette trouvaille ! Du moins, jusqu’à ce qu’il devienne un déserteur. »

Ethelle s’apprêta à s’emporter, mais se retint de justesse. Pour ce qu’elle en savait, Arabella lui mentait juste pour la mettre en colère. Cela était d’une efficacité redoutable ; la jeune femme rousse luttait de toutes ses forces contre le raz-de-marée d’énervement qui menaçait de la submerger. Elle ferait mieux d’en discuter avec Clay, même si elle lui en voulait déjà. Son regard se posant sur l’attaché-case de son père, elle s’en empara. « Je vais récupérer ceci, décréta-t-elle. Après tout, j’en suis la légitime héritière.
– Je ne vous laisserai pas m’enlever ce bien qui m’appartient à présent, vociféra mademoiselle Finley.
– Et comment comptez-vous m’en empêcher ? la railla Ethelle. Gregory a disparu, vous n’avez plus de recours.
– Je ne me montrerais pas si sûre si j’étais vous, espèce de petite insolente !
– Nous verrons bien dans ce cas. » conclut dédaigneusement mademoiselle Morton.

 

301 mots pour aujourd’hui. Quand ça veut pas, ça veut pas.