La Sagesse du Hibou

Caché sous le bureau de l’accueil de l’hôpital, Harry faisait son possible pour donner l’illusion qu’il n’était pas là. Le plus compliqué était de rendre sa respiration discrète ; dans le silence ambiant de l’hôpital abandonné, il avait l’impression de résonner comme une alarme. Les bruits de pas, circonspects et inquiétants, continuaient de s’approcher.

Le jeune homme essaya de régler ses inspirations et expirations sur les pas. Comme ils n’étaient pas réguliers, ce n’était pas facile ; ils s’arrêtaient souvent, comme si la personne s’arrêtait pour tendre l’oreille. Certainement pour vérifier d’où provenaient ces bruits de respiration, s’inquiéta Harry. Il repoussa la vague de panique qui menaçait de le submerger.

Les pas produisaient un cliquetis de mauvais augure sur le sol. Comme dans ce vieux film avec des dinosaures sans plumes qui chassaient deux enfants dans une cuisine. La scène avait effrayé le jeune homme à l’époque et il poussa un cri aiguë et effarouché lorsqu’une main puissante l’attrapa par le col pour le soulever hors de sa cachette.

Il se retrouva face à deux yeux ronds et dorés qui le fixaient. « Hou. » Commenta le hibou à taille humaine et à l’aile dotée des doigts emplumés qui maintenaient Harry. Les yeux ronds se plissèrent et le rapace leva son autre aile qui tenait fermement une hache à double tranchants. « Tu m’espionnes ? S’enquit l’oiseau avec la prononciation bizarre due à son bec.
– Euh non, je me cachais juste, expliqua le jeune homme.
– Pour me prendre en embuscade ?
– Non non ! Pas du tout ! Je ne suis même pas armé !
– C’est vrai. » Convint le rapace qui posa son interlocuteur à terre, au milieu du désordre ambiant. L’hôpital avait été pillé de nombreuses fois.

Les deux s’entre examinèrent curieusement du regard. « Que fais-tu là alors, si tu ne me cherches pas des noises ? » Se renseigna le hibou. Harry poussa un soupir de soulagement intérieur. Le ton n’était plus suspicieux et l’oiseau avait baissé sa hache. Le jeune homme s’épousseta machinalement et répondit :

« Je cherche des restes de médicaments que des pillards auraient pu oublier. » Le rapace acquiesça tout en s’ébrouant brusquement, à la façon des oiseaux, en gonflant ses plumes. « Et… Toi ? Demanda timidement Harry.
– Mmmh, moi je cherche un endroit tranquille et du matériel pour préparer mes potions. Je suppose que nous allons donc au même endroit : vers les labos et la pharmacie.
– Je suppose aussi, oui.
– Autant y aller ensemble, suggéra le hibou. Nous couvrirons nos arrières comme ça. Et je préfère t’avoir à l’œil, aussi.
– D’accord. » Accepta Harry qui se sentait plus rassuré de pouvoir compter sur un rapace armé d’une hache.

« D’ailleurs, reprit l’oiseau, tu devrais songer à te trouver une arme toi aussi. Sinon, tu ne me seras pas très utile si des charognards débarquent et nous attaquent.
– Euh… Oui… » Balbutia le jeune homme qui était gêné d’avouer qu’il ne savait pas se battre mais qu’il savait plutôt passer inaperçu. Peut-être pas aux sens aiguisés d’un rapace, mais la plupart du temps il s’en sortait bien.

Sans attendre, le hibou avisa une hache d’incendie qui traînait à côté d’une boîte arrachée du mur. Il s’empara de l’objet de sa plumeuse main libre et le colla dans les bras du garçon. Satisfait du résultat, le hibou lui fit ensuite signe de le suivre. Le jeune homme lui emboîta le pas. Il se sentait tout petit à côté de l’être imposant qui le précédait.

Une fois qu’ils eurent rejoint la zone de l’hôpital qui regroupait les laboratoires et la pharmacie, ils s’enfermèrent prudemment à l’intérieur. Pendant que Harry ratissait le coin dévolu aux médicaments, le hibou commença à manipuler de la verrerie, remplissant certains ballons d’herbes odorantes. Il en fit bouillir une partie, macérer d’autres et en hacha aussi. Mais le silence pesait au jeune homme, qui décida d’essayer de nouer la conversation avec son compagnon à plumes.

« Vous vous y connaissez bien en herbes, commença-t-il.
– C’est normal, je suis herboriste, l’informa le hibou.
– Et c’est bien comme métier ?
– Oui, c’est très pratique.
– Comment je peux t’appeler ? S’enquit le jeune homme.
– Soren, se présenta succinctement le rapace. Et toi ?
– Harry. »

Le hibou suspendit brusquement son mouvement. En deux pas appuyés d’un coup d’ailes, Soren se planta face au jeune homme, son bec effilé à quelques centimètres de ses yeux. « Harry, dis-tu ? Siffla le rapace avec un regard menaçant.
– Euh… oui… Balbutia celui-ci en se demandant pourquoi son prénom causait une si grande agitation chez l’oiseau qui avait sa hache à double tranchants ostensiblement à portée de main.
– LE Harry ? Continua Soren.
– Lequel ?
– Harry Potter, là, cet ignoble humain exploiteur de chouettes ! Elle en est morte, Hedwige, de son service, hein ! Et il n’en serait pas arrivé là où il est sans elle. Alors, c’est toi ?
– Non non ! Répondit très vite le jeune homme. Je suis… Je suis Harry Covert, je viens d’une blague nulle… »

Le hibou pencha la tête sur le côté d’un mouvement vif, comme s’il réfléchissait à la véracité des propos tenus. « D’accord, lâcha-t-il enfin. Je te crois. Surtout parce que tu n’as pas de cicatrice sur le front.
– Et toi, tu ne ressembles pas tellement à Soren, répartit Harry avec morgue. Il est sensé être une chouette effraie.
– C’est vrai, avoua le hibou. Je trouvais qu’Archimède était un prénom trop pompeux, alors j’ai changé. »

Maintenant que la tension était retombée, chacun retourna à ses occupations. Même si le plus gros de la pharmacie avait déjà été pillé, le jeune homme parvint à dégoter quelques précieuses pilules. Plutôt satisfait de sa récolte, il commença à faire une première estimation mentale de ce que cela allait lui rapporter. Il fut interrompu par quelque chose de brillant qui attira son regard par terre. « Qu’est ce que c’est que ça ? » Murmura-t-il en s’approchant de l’éclat doré qui semblait l’appeler à lui.

Soren leva le bec de ses décoctions et tourna brusquement la tête en direction de Harry. Celui-ci s’était emparé de l’objet brillant et le fixait intensément en l’admirant sous toutes ses coutures. À la grande inquiétude du hibou, il s’agissait d’un anneau doré, simple et lisse. Il savait que cela n’augurait rien de bon : il avait entendu parler d’anneaux de pouvoirs par des aigles. Ces anneaux qui corrompaient leurs porteurs et les faisaient devenir des créatures malfaisantes.

« Harry ? L’appela le rapace.
– Mmmh ?
– Cet anneau ne me dit rien qui vaille, exposa calmement Soren en rangeant rapidement ses affaires.
– Tu dis n’importe quoi, il est tout à fait charmant. » Lui assura Harry d’une voix rêveuse.

Le hibou termina de stocker soigneusement ses potions, s’empara de nouveau de sa hache et se précipita sur l’humain, qui sursauta, les yeux écarquillés. « Qu’est ce que tu fais ? Couina-t-il au rapace soudainement agressif.
– Tu es sous l’emprise de l’anneau. Je dois t’en défaire.
– De l’anneau ? S’étonna le jeune homme.
– Oui, celui que tu tiens dans ta main. »

Harry jeta un coup d’œil étonné à sa main qui tenait l’anneau, comme s’il le remarquait pour la première fois. « Ah mince ! On dirait l’Anneau Unique ! S’exclama-t-il.
– Je pense que c’est le cas. Mais c’est bizarre, on dirait qu’il ne t’affecte plus.
– Oh… C’est peut-être parce que je suis juste une blague. Nulle certes, mais innocente.
– Hmpf, peut-être, balaya le hibou. Nous devrions nous en débarrasser : ce ne serait pas très prudent si quelqu’un tombait dessus.
– C’est vrai, trouvons un volcan.
– Oui, voilà, faisons ça, approuva Soren. Ma hache est tienne, tout ça tout ça. Quand nous sortirons de l’hôpital, grimpe sur mon dos et je nous emmènerai au volcan le plus proche. »

La collision entre les mondes imaginaires et le monde réel était déjà suffisamment chaotique sans qu’on laisse, en plus, se rajouter un seigneur ténébreux.

 

 

Ce texte paraît bizarre, mais il est issu du sujet suivant : le hibou herboriste avec une hache dans l’hôpital et il fallait une référence à Harry Potter. Du coup ça allait forcément donner quelque chose de bizarre 😛

La Banshee Déréglée

Katell marchait d’un pas dont elle espérait qu’il paraîtrait décidé à quiconque l’apercevrait. Elle avait reçu sa certification en Sorcellerie, option Spiritisme, deux jours auparavant et elle estimait qu’il était temps qu’elle mette ses connaissances en pratique. Après un bref coup d’œil irrité à ses bottines déjà recouvertes de la poussière de la route, la jeune femme se repassa rapidement en tête le mode opératoire pour traiter les problèmes liés aux fantômes.

Un cri déchirant interrompit le fil de ses pensées. Katell s’immobilisa en réprimant un sursaut ; ses doigts avaient agrippé plus fort les anses de son sac de tissu aux fleurs sépia brodées. Le hurlement recommença, plus perçant que la première fois. La jeune femme inspira profondément et expira en douceur. Ayant repris contenance, elle se remit en marche. Pour son premier travail, elle voulait avoir l’air parfaite. Le cri retentit une troisième fois, lancinant et désespéré.

Les gens d’ici avaient un problème de taille, songea la sorcière. Le maire du village ne l’avait pas engagée pour rien. Si elle en croyait les trémolos dans ce vagissement, il s’agissait là d’une banshee en détresse. D’ordinaire, ces esprits se contentaient d’annoncer une mort prochaine par leur puissantes lamentations. Sauf que celle-là, si les informations fournies étaient correctes, criait souvent mais personne ne mourrait. Pas même le vieux Yann, lui avait précisé le maire, qui approchait de son quatre-vingt-septième automne, ce qui n’était pas rien.

La jeune femme ne connaissait pas le vieux Yann et n’avait cure de son âge avancé. Ce qui importait était de déterminer pourquoi personne ne mourrait suite aux hurlements de la banshee, pour pouvoir mettre fin à ses lamentations qui nuisaient au calme des riverains. L’esprit ne paraissait pas vouloir crier une quatrième fois ; c’est donc dans le – relatif – silence champêtre que la sorcière parvint aux portes d’un vieux castel aux façades prises d’assaut par du lierre.

Katell actionna la chaînette, qui était reliée à une petite cloche. En réponse, la porte s’ouvrit sur un vieil homme à la mine bourrue et aux favoris aussi fournis que grisonnants. « Oui ? C’est pour quoi ? S’enquit-il.
– Bonjour, lança aimablement la jeune femme. Je suis la sorcière engagée par le maire pour m’occuper de votre banshee.
– Ce n’est pas ma banshee, précisa l’homme en grattant son favori gauche. Mais c’est vrai qu’elle est devenue un peu zinzin, je le reconnais. Elle crie tout le temps et personne ne meurt. Pas même le vieux Yann…
– Qui a pourtant quatre-vingt-sept ans, oui, je suis au courant. » Coupa Katell qui voulait en venir à l’essentiel. Elle était encore nerveuse et voulait se mettre au travail le plus rapidement possible.

« Presque.
– Comment ça, presque ?
– Il ne les a pas encore ses quatre-vingt-sept ans, le vieux Yann, expliqua l’homme. Il les aura cet automne. »

En voyant le regard dont le gratifiait la jeune femme, il ne s’étendit pas plus sur le sujet. Il la fit entrer et la mena à travers de sombres couloirs jusqu’à un salon, où lisait un couple, tous deux installés dans de vieux fauteuils devant une cheminée éteinte. Le comte et la comtesse se levèrent pour saluer la sorcière. Ils lui confirmèrent que la banshee qui dérangeait le village résidait bel et bien dans leur manoir. La légende disait même que l’esprit hurleur avait élu domicile ici avant les habitants.

Katell savait à quoi s’en tenir avec les légendes. Elle savait, elle, que les banshees venaient s’installer dans des habitations humaines ; elle doutait fort que l’esprit soit arrivé ici avant les gens du crû. Lorsque la sorcière posa des questions sur leur fantôme à résidence, le couple lui répondit du mieux qu’ils purent. « Je la voyais souvent errer dans les pièces inoccupées, expliqua la comtesse. Mais depuis quelques temps, j’ai l’impression qu’elle nous évite.
– Elle n’est pas bien jolie, ajouta le comte. Mais très sympathique et très efficace pour nous débarrasser des souris. »

La jeune femme hocha la tête. « Où pourrais-je la trouver ? Connaissez-vous ses lieux de prédilection ? S’enquit-elle.
– Oh oui, il y a plusieurs endroits qu’elle affectionne particulièrement, commença le comte.
– Comme l’observatoire en haut de la grande tour, continua sa femme, le cellier ou le bosquet de chênes dans le parc.
– Vous permettez que j’aille visiter ces endroits pour essayer de la trouver ? Demanda la sorcière.
– Oui oui, faites donc, l’autorisa la comtesse. J’espère que vous découvrirez l’origine du problème.
– Je suis là pour ça. »

Le majordome aux favoris qui lui avait ouvert la porte lui indiqua les directions des endroits décrits. Craignant la banshee qui hurlait désormais de façon aléatoire, il s’abstint d’accompagner la jeune femme. Cette dernière décida de commencer par l’observatoire, qui était en réalité un nom pompeux pour qualifier la plus haute pièce du castel. L’observatoire, donc, était visiblement inutilisé depuis bien des lustres. Tout était recouvert de poussière et le mobilier restant se décomposait petit à petit, alimentant l’amas poussiéreux ambiant.

La banshee n’était nulle part en vue. La sorcière tenta de l’appeler, mais en vain. Même les incantations destinées à attirer les esprits n’eurent aucun effet. Katell quitta donc la pièce et tenta la même chose dans le cellier, sans plus de succès. Sans se décourager et toujours équipée de son grand sac en tissu, la jeune femme se dirigea vers le bosquet de chênes. De son point de vue de citadine, il s’agissait plutôt d’une petite forêt.

En chemin, elle croisa la comtesse qui était sortie s’occuper de ses rosiers. Les deux femmes se dirigèrent de concert en direction des arbres, la propriétaire des lieux s’étendant sur sa relation avec la banshee. Bien sûr, l’esprit n’avait jamais dit un mot puisqu’il en était incapable. Mais la Dame était convaincue qu’elles s’entendaient bien et qu’un véritable lien s’était créé entre elles. Remarquant l’expression neutre que Katell s’efforçait de maintenir, la comtesse argumenta que la banshee lui adressait des sourires lorsque, d’aventure, elles se croisaient. La sorcière hocha machinalement la tête. Elle se demandait quelle marche elle allait devoir suivre si la perturbatrice de voisinage ne se trouvait pas non plus dans le bosquet.

La jeune femme n’eut pas à se poser longtemps la question. Un vagissement puissant déchira l’air. Maintenant que Katell était proche de l’origine du cri, elle avait l’impression qu’il portait tous les malheurs du monde. Encore plus qu’une lamentation habituelle de banshee ; la jeune femme n’en avait jamais entendue de pareille. Au moins, la fauteuse de troubles était là. La sorcière marmonna la petite incantation pour l’attirer. Le fantôme sortit de l’ombre des chênes et se dressa devant les deux femmes. Son visage éthéré ruisselait de larmes spectrales et sa bouche était tordue en un rictus effrayant.

La comtesse recula d’un pas, ce qui arracha un sourire ironique à Katell. La banshee poussa un long cri plaintif. La maîtresse des lieux se boucha les oreilles en reculant encore. La jeune sorcière s’efforça d’ignorer le désagrément et s’avança vers l’esprit hurlant, qui se laissa docilement approcher, se taisant. Katell aurait même dit qu’une étincelle s’était allumée dans ses yeux morts. Lorsque la jeune femme se retrouva à portée de main de la banshee, cette dernière ouvrit grand la bouche et la sorcière se raidit à l’expectative d’un nouveau cri perçant. Mais aucun son ne sortit du trou noir béant.

Katell, ne sachant ce que cela était sensé signifier, posa délicatement son sac en tissu dans l’herbe et s’approcha encore de la banshee pour se laisser quelques secondes de réflexion. Le spectre ne bougea pas et patientait sagement, la bouche toujours grande ouverte et silencieuse. Dissimulant sa perplexité sous un masque de professionnalisme, La sorcière jeta un coup d’œil circonspect dans la cavité obscure. À son grand soulagement, la banshee continuait de garder le silence. « Je vais m’occuper de toi. » Lui assura la jeune femme d’un ton rassurant ; il lui semblait avoir compris l’origine de la détresse de l’esprit.

Katell se pencha sur son sac et l’ouvrit. Elle en sortit de longs gants qu’elle enfila, une toute petite lanterne et une spatule. Se positionnant de nouveau devant l’esprit, la sorcière récita quelques incantations, suite auxquelles les gants, la lanterne et la spatule se firent aussi éthérés que la banshee. Celle-ci n’avait toujours pas bougé et avait docilement gardé la bouche ouverte. La jeune femme inspecta l’intérieur buccal à la lumière de la petite lanterne fantomatique et en s’aidant de la spatule pour écarter la langue spectrale.

Dans le coin inférieur droit, le reste de gencive de l’esprit était gonflé et enflammé. « Je vois quel est le problème, je vais arranger cela. En attendant, je vous prierais de ne pas faire de bruit même si vous souffrez. Sinon je risque de vous faire encore plus mal. » La banshee obéit, au grand soulagement de la sorcière. Katell farfouilla un moment dans la bouche, à l’aide d’autres outils qu’elle avait sortis de son sac et rendus éthérés. Elle sourit lorsqu’elle vint enfin à bout de l’abcès qui torturait la malheureuse banshee. La comtesse ne ratait pas une miette du spectacle.

Pour féliciter l’esprit de son courage face à la douleur et après avoir soigneusement rangé son matériel, la jeune femme sortit une sorbetière et de quoi fabriquer des glaces de son sac qui paraissait contenir tout et n’importe quoi, peu importe la taille du contenu. Ainsi équipée, la sorcière fabriqua rapidement deux boules de glace et les plaça sur une gaufre qu’elle tendit à la banshee. Un immense sourire mort s’étira sur le visage décharné du spectre. Elle s’empara vivement de la crème glacée à qui elle jeta un regard amoureux. Sans un regard pour les deux femmes, l’esprit s’en fut se cacher au faîte d’un chêne avec son précieux butin, roucoulant de manière aguicheuse.

 

Une fois Katell partie, ladite comtesse se rendit dans son cabinet de travail. Elle extirpa une boule de cristal de son secrétaire et contacta une sorcière toute fripée, mais à l’œil particulièrement vif. « Votre étudiante a réussi l’épreuve supplémentaire secrète avec brio.
– C’est une petite intelligente, se réjouit la vieille sorcière. Je ne doutais pas d’elle.
– Vous pouvez être fière de votre élève. Elle a trouvé l’origine du problème presque tout de suite ! Et figurez-vous qu’après avoir soigné la banshee, elle lui a donné une crème glacée.
– Voilà qui est fin de sa part, commenta la femme fripée. Elle aura retenu le péché mignon des banshees. Très bien ! Je vais de ce pas l’inscrire au registre des sorcières officielles et lui faire parvenir les premiers courriers d’emploi en sorcellerie. Merci de votre coopération dans cette affaire, madame.
– Ce fut un plaisir. » Lui assura la comtesse.

 

Une Autre Dimension

« Mon peuple grandit, soupira théâtralement madame le Maire. Il va bientôt nous falloir une nouvelle Unité.
– Il est difficile de se procurer des Unités sans qu’Ils ne s’en rendent compte, répondit Tambour. Ils deviennent de plus en plus suspicieux à chaque disparition, malgré toutes mes feintes.
– Te soupçonnent-t-Ils ?
– Je ne pense pas. De temps à autre, je cache subtilement une Unité afin qu’Ils la retrouvent plus tard. Ainsi, Ils pensent que c’est une erreur d’inattention de leur part et qu’il en est de même pour les Unités que je vous ai apportées.
– Dans ce cas, tu n’auras aucun mal à nous fournir une autre Unité. Ils croiront qu’Ils la retrouveront plus tard et cela permettra de subvenir aux besoins énergétiques de mon peuple.
– Tu deviens vraiment gourmande, déplora Tambour. Et tu sembles oublier que ce n’est pas si facile de faire passer les Unités d’une dimension à l’autre. Je mets ma santé en jeu si je le fais trop souvent ! »
Madame le Maire sourit. « Tu fais ça tellement bien que cela semble facile d’un œil extérieur comme le mien, lui dit-elle. Et tu es tellement fort que je pense que tout ira bien. » Tambour aurait rougi sous la flatterie s’il en avait été anatomiquement capable. Il était très sensible à la flatterie. Malgré tous les risques que cela lui faisait encourir, il fit son possible pour satisfaire les envies gourmandes du petit peuple de la dimension voisine en Unités.

***

« Chérie ? J’ai une mauvaise nouvelle. Je crois que le lave-linge a rendu l’âme.
– C’est bien le moment, grommela l’interpellée.
– Voyons le bon côté des choses : je suis sûr que c’était lui qui nous piquait des chaussettes. Espérons que le nouveau sera plus sage ! »

(Encore une idée provenant du chan du NaNoWriMo Rhône-Alpes, merci à Aléa pour l’idée ^^)

Le Chaman du Clan du Loup

L’ennemi était mieux armé et plus nombreux que les braves du Clan du Loup. Ces derniers avaient alors adopté la tactique du harcèlement avec des raids rapides, épuisant leurs adversaires tout en minimisant leurs pertes. Malgré cela, les guerriers du Clan continuaient à tomber ; il en restait de moins en moins pour continuer le combat.
 
Les ennemis, quant à eux, continuaient d’affluer et se rapprochaient plus en plus dangereusement de leur village. La situation était grave. Après délibération, le Conseil décida qu’il serait plus sage de migrer plus loin, de l’autre côté du Grand Fleuve. Ils auraient ainsi le temps de se reconstruire et de panser leurs blessures.
 
Un jeune chamane se leva alors. « Cette décision est sage, convint-il. Mais elle ne serait que temporaire. Il ne fait nul doute que ce ne sera qu’une question de temps avant que nos assaillants ne traversent le fleuve.
– Nous en sommes conscient, répartit la doyenne du village. Seulement, nous n’avons pas d’autre choix dans l’immédiat.
– En effet. C’est pourquoi je vais vous proposer une solution plus durable. »
 
Les membres du Conseil échangèrent des regards surpris. La doyenne demanda au jeune homme de s’expliquer. Il était le chamane le plus jeune de mémoire d’homme, un véritable prodige. Son avis valait certainement d’être écouté. « Si les esprits me sont favorables, je pourrai empêcher ici même l’avancée de l’ennemi pour toujours.
– A quel prix ? » Grommela la vieille femme qui connaissait bien les contreparties chamaniques.
 
Le jeune homme se contenta de laisser un sourire énigmatique fleurir sur son visage encore juvénile. La doyenne hocha gravement la tête d’un air entendu. « La seule chose étant, reprit plaisamment le chamane, que je vais avoir besoin de me concentrer pendant plusieurs jours afin de convaincre les esprits de me prêter leur assistance.
– Nous ne te laisserons pas seul. »
 
Alors que les villageois se préparaient à partir, le Conseil dépêcha au chamane une dizaine de guerriers. Ils étaient dirigés par la petite-fille de la doyenne, afin de le protéger tant qu’il en aurait besoin. Alors que les braves étaient à cheval pour pouvoir patrouiller plus efficacement dans la zone, le jeune homme était resté à pied.

 
 
Les villageois du Clan du Loup étaient partis depuis plusieurs jours, laissant le chamane et son escorte qui veillait sur lui tandis qu’il méditait. Plus le temps passait, plus les braves devenaient nerveux. Ils avaient déjà dû faire face à quelques escarmouches. Plus ils attendaient, plus le danger se rapprochait.

« Ils vont bientôt arriver, Chamane, l’informa la petite-fille de la doyenne. Nous avons fait ce que nous avons pu pour les envoyer sur d’autres pistes, mais ils vont finir par nous trouver. J’espère que tu es prêt.
– Il le faudra bien, répondit le jeune homme avec un sourire. Vous devriez partir retrouver le Clan du Loup de l’autre côté du fleuve. »

La guerrière obtempéra et rassembla ses braves. Avec un pincement au cœur, ils s’éloignèrent du chamane, qui se tenait droit au centre de ce qui était la place du village. Le danger n’étant pas loin, ils lancèrent leurs montures au galop.

Lorsque la petite-fille de la doyenne se retourna, une aura colorée scintillait autour du jeune homme, illuminant le crépuscule d’une douce luminosité. Nul doute que l’ennemi allait foncer droit sur cet oriflamme. Autour du chamane, les formes éthérées des esprits se rassemblaient, tandis que des arbres poussaient à vue d’œil un peu partout en éventrant les habitations. Inquiets des forces en jeu, les braves poussèrent leurs montures pour s’éloigner encore plus rapidement.

En parvenant aux rives du Grand Fleuve, la guerrière se retourna une dernière fois. Elle comprit à cet instant que le jeune homme ne reviendrait jamais. Là où s’étendait auparavant la plaine et leur ancien village se dressait dorénavant une forêt nimbée d’une brume surnaturelle, qui barrerait la route à tous ceux qui tenteraient de rejoindre le Clan du Loup.

 

Cette micro-fiction a été inspirée par un mini cadavre exquis produit par de mignons NaNoteurs « Le Chamane scintillant au crépuscule ».