NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 30

– Je trouve ça plus effrayant que vraiment fabuleux, lâcha la blondinette.
– Cela dépend de quel point de vue l’on se place, je suppose. Quoiqu’il en soit, cette magicienne a bien évidemment disparu après qu’elle ait enclenché son voile noir destructeur de magie. Il ne reste d’elle que cette colonne. Je pense que nous pouvons considérer qu’elle a exterminé des centaines de milliers d’espèces magiques, comme ces fées que l’on trouve de partout, et provoqué l’exil de beaucoup d’autres, comme les nains sous les menhirs.
– C’est horrible, comment a-t-elle pu faire une chose pareille ? s’horrifia Clay.
– Elle était probablement désespérée, suggéra Simon. Si vous voulez, je vous raconterai plus tard les hypothèses de nos deux amis dieux sur le sujet. Bref. Vous avez peut-être pu remarquer un autre dispositif à côté de la colonne. »

Les deux anciens Faucheux hochèrent affirmativement de la tête. « Bien, poursuivit le professeur Derrington. Cela a été rajouté bien après, lors de l’époque de cette bibliothèque.
– J’ai beaucoup de mal à imaginer qu’il y ait eu des époques encore plus lointaines que celle des gens de la bibliothèque, mentionna Clay en se grattant la tête.
– Je te comprends, déclara l’archéologue avec un sourire. Ce sont des choses difficiles à appréhender, même pour moi. Où en étais-je ? Ah, oui, le dispositif rajouté. Il y avait deux raisons à cette installation supplémentaire. Première raison : amplifier l’effet du voile noir pour éradiquer définitivement toute forme de magie. Deuxième raison : si l’éradication n’était pas totale, relancer l’effet de la colonne dès que la magie revient.
– Pourquoi ça ne s’est pas lancé ? demanda Tina. De la magie, y en a partout là.
– Parce que, pour une raison inconnue, la programmation n’a pas été enclenchée, expliqua le professeur Derrington. L’opération de destruction totale de la magie n’a pas été lancée non plus, d’ailleurs.
– Ben alors, qu’est ce qu’elle fait là cette installation ? reprit la blondinette.
– Je ne sais pas avec certitude, déplora Simon. Je pense que quand il a été amené dans la montagne, les personnes ont ensuite été interrompues lors de l’installation. Ou peut-être se sont-elles reprises avant de la mettre en route ? Il est difficile de le savoir sans témoins. »

Ils restèrent tous silencieux un moment ; les deux anciens Faucheux digéraient les informations. Les dieux aussi s’étaient tus et les contemplaient de leurs yeux brillants, dans l’expectative. « D’après nos deux amis, la colonne a été mise en route bien après que le dispositif d’amplification soit installé. Je suppose donc qu’il n’a jamais servi et que la personne qui a activé le voile noir ne savait pas ce que c’était. » Simon s’interrompit, jeta un bref coup d’oeil à Chaahk et Yingana, puis reprit :

« Je crois qu’ils ne m’ont pas tout dit. J’aimerais bien savoir ce qu’ils m’ont caché, mais je me contenterai de ce que je vous ai rapporté pour le moment.
– Du coup, l’idée c’est de relancer cette machine qui supprime la magie ? demanda Tina.
– Si nous voulons sauver notre civilisation de l’invasion magique, c’est la chose à faire, confima l’archéologue. Mais…
– Si nous avons juste à trouver la montagne, c’est facile, l’interrompit la blondinette. Elle doit savoir où elle se trouve si elle s’en souvient. » Précisa-t-elle en désignant Yingana d’un mouvement de menton.

« Je crains que cela ne soit pas aussi simple, lui dit le professeur Derrington.
– Pourquoi ?
– Parce que cette grotte, qui est bien plus ancienne que la magicienne qui a fabriqué cette colonne destructrice de magie, est magique également. Elle change d’endroit à chaque fois que la magie revient. Madame Yingana se souvient donc de la dernière fois qu’elle a vu cette machine, mais c’était avant sa dernière mise en route. Maintenant que la magie est revenue, la grotte a dû changer d’endroit. »

[Je suis à peu près sûre qu’il faut que je donne plus d’explications sur cette grotte mouvante]

Le professeur Derrington but quelques gorgées de thé ; son visage affichait une mine songeuse. « Bien sûr, retrouver cette montagne et cette colonne magique ne seraient valables que si nous voulons réellement supprimer la magie, précisa-t-il.
– Que voulez-vous dire ? s’enquit Clay qui n’avait pas trop su quoi dire jusque là.
– Et bien, hésita l’archéologue. Bien sûr, au départ, je pensais que cette bibliothèque était ce qui allait nous sauver de ces phénomènes surnaturels. Mais maintenant que je sais que cela éradique toute la magie, même si ce n’est pas définitif tant que l’on n’active pas le dispositif supplémentaire, je ne suis plus aussi certain du bien fondé de trouver cette grotte.
– Pourquoi ? s’étonna Tina.
– Parce qu’il ne s’agit pas juste de freiner des désagréments surnaturels, expliqua Simon. Supprimer la magie, c’est aussi tuer Chaahk et Yingana. Ils reviennent certes à la vie quand la magie revient, mais qu’est ce qui nous permet de choisir qu’ils doivent disparaître ? N’ont-ils pas voix au chapitre ? Pourquoi répéter le génocide magique de cette magicienne ? »

Un lourd silence tomba après cette grave question. « Je n’avais pas pensé à ça, déclara Clay.
– Moi non plus, avoua Tina.
– Beaucoup de créatures magiques sont pourtant dangereuses, émit le jeune homme. Mais… Et bien, je ne me vois pas tuer les dieux.
– C’est également mon avis, acquiesça le professeur Derrington. Je pense donc qu’il est très important de retrouver cette grotte, mais pas forcément pour activer le processus de destruction de la magie. De même, il faut que je réfléchisse à comment présenter la chose à mes pairs…
– Et la bibliothèque ? s’enquit Clay.
– Oui ?
– Nous allons arrêter là l’étude de la civilisation antique pour nous occuper de cette grotte ? précisa l’ancien Faucheux.
– Bien sûr que non ! protesta Simon. Je reste archéologue avant tout et cette civilisation a besoin d’être étudiée ! Cette tache risque d’être plus facile maintenant que nous avons des témoins direct, mais je ne l’abandonnerai pas.
– Et la grotte alors ? demanda à son tour Tina.
– J’y venais. Je suis toujours convaincu que cet endroit est la clef de tout. C’est ici que nous trouverons des indications pour découvrir cette mystérieuse grotte !
– Comment vous le savez ? continua la blondinette.
– A ton avis, pourquoi Chaahk a-t-il essayé de détruire la partie de la bibliothèque Yingana voulait me montrer ? »

L’archéologue fit un clin d’œil aux deux anciens Faucheux. « Bon ! déclara soudainement le professeur Derrington. Fini les bavardages, nous avons du pain sur la planche, occupons-nous de découvrir l’emplacement de cette grotte magique qui détruit la magie. »

 

1104 pour ce dernier jour, j’ai officiellement fini dans les temps, même si j’ai triché à fond cette année. Je m’étais donnée beaucoup trop de challenges x) Enfin bon c’est fini, maintenant pause mois-des-cadeaux avant de retravailler le tome 1 à la lumière nouvelle de l’ébauche du début du T2 qu’il faudra beaucoup travailler ensuite. Le T3 et bien, je pense que ça sera pour l’année prochaine malheureusement.

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 29

En plus du fait que la scène était plus étendue, claire et réaliste, elle était dotée du bruit ambiant des conversations. En revanche, comme lors des apparitions fantomatiques, les gens alentours ne semblaient pas remarquer l’archéologue, ses assistants ni les dieux et n’avaient pas non plus de consistance. Même Simon avait le souffle coupé face à ce spectacle ; il avait les mains jointes et regardait partout d’un air émerveillé. Clay et Tina, dos à dos, tournaient sur eux-même en contemplant la civilisation antique revenue à la vie.

Un bruit strident les fit sursauter. Deux des portiques – dont l’archéologue n’avait, jusqu’ici, pas réussi à déterminer l’utilité – avaient produit une brève mais bruyante alarme, tandis que des lumières rouges s’étaient allumées à leur sommet. Penaud, l’étudiant qui avait provoqué l’alarme sortit de son sac deux livres qu’il présenta aux deux membres du personnel de la bibliothèque qui l’avaient rejoint. Le professeur Derrington applaudit, enchanté. « Ces choses servent à empêcher les vols ! » se réjouit-il. Sur ces mots, il s’empara d’un carnet et d’un crayon dans l’une de ses poches et commença à prendre frénétiquement des notes.

Clay n’avait pas eu le réflexe de sortir de quoi dessiner. Il se contentait de s’émerveiller en constatant que ces personnes issues de l’antiquité étaient à la fois comme lui et à la fois tellement différents. Il les avait déjà beaucoup vus grâce aux scènes fantomatiques, mais il ne se lassait pas de scruter leurs physionomies, se demandant ce qu’ils pouvaient bien penser. En voyant passer une étudiante aux cheveux bleus, l’ancien Faucheux songea que ces gens avaient décidément une vision de l’esthétique bien différente de la leur et cela ne lui déplaisait pas.

Il jeta un coup d’œil de côté et aperçut Tina en train de regarder avidement les appareils que tenaient une grande partie des gens présent. Ils ressemblaient beaucoup à la tablette noire qui contenait les enregistrements de Valentin et Béatrice, mais ils étaient plus petits et il n’y avait pas besoin de cyclopède pour les maintenir allumés. Il y avait d’autres machines aussi, posées sur l’îlot d’accueil. La blondinette alla les voir de plus près, heurtant le professeur Derrington qui faisait de même.

la scène s’arrêta aussi soudainement qu’elle avait commencé. Le hall de la bibliothèque retourna dans la pénombre, toute vie disparue. Clay constata que Yingana chancelait, soutenue par Chaahk. Cette démonstration devait lui avoir demandé beaucoup d’énergie. Son ami soupira et lui dit quelques mots sur un ton que Clay interpréta comme une capitulation. L’archéologue, pressentant qu’on allait lui dévoiler des choses intéressantes, s’approcha des deux dieux, en essayant de masquer ses trépignements d’impatience.

Yingana n’était pas très grande, mais elle se redressa de toute sa hauteur une fois son malaise passé. Ainsi, elle donnait l’impression d’être plus grande que le professeur Derrington. Lorsqu’elle commença à parler, sa voix s’était fait profonde et ses intonations hypnotisantes. Avant même de s’en rendre compte, tous s’endormirent, emmenés dans le monde onirique par la maîtresse des rêves.

Clay se sentit rassuré de voir que Simon, Tina et les dieux étaient avec lui dans le songe. Ils étaient dans une plaine herbeuse au pied d’une montagne. La magie était partout, faisant parfois crépiter de l’électricité statique dans l’atmosphère. Des petites fées butinaient des pensées, batifolant les unes avec les autres. Yingana sourit, puis leur désigna la montagne. Elle leur fit signe de la suivre et commença à gravir la pente, suivie par Chaahk. L’archéologue se précipita à leur suite avec enthousiasme. Tina et Clay lui emboitèrent le pas avec plus de modération.

La montagne était très haute, mais l’ancien Faucheux avait l’impression qu’un seul pas les faisait avancer autant que trois. Il ne savait pas s’il pouvait se fier à ses impressions, les rêves étant souvent traîtres à ce sujet. Plus ils montaient, plus l’air s’alourdissait. Les crépitements d’électricité statique s’étaient aussi faits plus nombreux. Ils entendaient les loups hurler au loin et le vent avait un je-ne-sais-quoi de menaçant. Tina, inquiète, avait rentré sa tête dans ses épaules. Clay n’en menait pas large non plus et il voyait que Simon aussi ne se sentait pas courageux sur cette montagne.

Le jeune homme puisait du réconfort dans l’attitude détendue des dieux. Et aussi dans leur nature divine. Qui risquait quoi que ce soit en compagnie de dieux ? Il se demandait tout de même pourquoi la maîtresse des rêves ne prenait pas la peine d’alléger son atmosphère. « Pourquoi est ce que, dans ce rêve, tout est si… sombre ? demanda Tina en écho aux pensées de Clay.
– Presque rêve, répondit Chaahk. Souvenir. »

Même en se déplaçant rapidement et avec les divertissantes remarques de Simon, le trajet parut très long à l’ancien Faucheux. Près du sommet, Yingana les mena dans une grotte. Clay ne parvenait pas à déterminer si c’était une oeuvre humaine ou une formation naturelle et il s’en ouvrit au professeur Derrington. « Je me posais exactement la même question, se réjouit l’archéologue qui paraissait ravi que son assistant fasse une telle remarque. J’en ai parlé à nos amis Yingana et Chaahk et ils m’ont expliqué que cette grotte a été fabriquée par un magicien bien avant leur ère. »

L’ancien Faucheux ne doutait pas que ce fut là l’œuvre d’un magicien. Certains angles le mettaient mal à l’aise et l’ambiance toute entière était oppressante. Tina levait fièrement le menton, mais Clay remarqua qu’il tremblait. Sa cadette était apeurée. Elle se rapprocha de Chaahk et Yingana pour trouver refuge. Les deux dieux la gardèrent entre eux, la couvant du regard avec bienveillance. Même s’ils étaient moins effrayés, Simon et Clay tâchaient de ne pas trop s’éloigner.

Yingana les mena jusqu’à une salle dissimulée derrière un angle trompe l’œil. Au milieu de la salle se trouvait un immense dispositif en colonne, qui brillait, crépitait et vrombissait. L’ancien Faucheux supposa qu’il s’agissait, là aussi, de l’œuvre d’un magicien. La femme aux yeux indigo expliquait ce dont il s’agissait à Simon. Clay et Tina ne comprenant rien à cette conversation en langue antique, ils se contentèrent de visiter la pièce. A côté de la colonne vrombissante, ils trouvèrent des objets en métal reliés d’un côté à la colonne magique et de l’autre à une machine qui ressemblait beaucoup à celles de la civilisation antique qu’ils étudiaient dans la bibliothèque du professeur Derrington.

Le rêve cessa brusquement. Ils se réveillèrent tous dans la poussière multimillénaire du hall. Ils s’époussetèrent longuement en se relevant, provoquant quelques éternuements. Encore une fois, Yingana paraissait épuisée. Chaahk prit donc le relais des explications auprès de l’archéologue. Ce dernier arborait un air grave peu habituel et hochait la tête par intermittence tout en s’emparant de son carnet pour reprendre frénétiquement des notes. « J’espère que toi et moi finirons par savoir de quoi il retourne, grommela Tina à l’intention de Clay.
– J’espère aussi ! » approuva celui-ci avec véhémence.

Il ressentait la même frustration que la blondinette et avait hâte du moment où Simon leur expliquerait les tenants et les aboutissants de ce qu’il était en train d’apprendre. Comme la conversation s’éternisait, les deux anciens Faucheux retournèrent au camp pour récupérer de quoi reprendre leurs activités habituelles, tout en s’arrangeant pour ne pas trop s’éloigner du hall. Et ils firent bien, car la conversation entre l’archéologue et les dieux s’éternisa, jusqu’au moment où le professeur Derrington avisa ses deux jeunes compagnons pour leur dire : « Ohlàlà, il faut que je vous explique ce que je viens d’entendre. C’est phénoménal ! Tenez-vous bien… »

 

[Là je pense qu’il faut un changement de chapitre, mais en même temps, je pense qu’il faut que je revois le découpage et tout, vivement la reprise du T1 et celle du T2 !]

 

Clay et Tina s’approchèrent de l’archéologue aussi fébrile qu’à chaque fois qu’il apprenait de nouvelles choses qui le stupéfiaient. « J’espère que je ne vais pas trop m’embrouiller en vous expliquant tout cela, pfioulàlà ! Par où commencer ?
– Peut-être que ça serait pas mal de s’installer dans un endroit un peu moins poussiéreux, suggéra Tina.
– Oui oui, tu as raison. Venez, suivez-moi, allons nous installer dans le camp. J’en profiterai pour nous faire du thé. »

Chaahk et Yingana les suivirent, tout en discutant doucement entre eux. Dans la pièce de repos qui servait de camp, les dieux s’installèrent un peu en retrait pour ne pas déranger l’exposé que Simon s’apprêtait à faire. Celui-ci servit du thé à tout le monde et, prenant sa tasse d’un air songeur, il commença : « Ohlàlà mes chers petits, en découvrant les ruines de ce bâtiment, je savais que je faisais là une découverte majeure, qui allait propulser ma carrière au sommet tout en changeant la face du monde par les connaissances que cela allait nous apporter. Mais là, je dois dire que ce que je viens d’apprendre dépasse tous mes espoirs les plus fous, au point que cela m’effraie, je n’ai pas honte de l’avouer. »

Il but une gorgée de thé encore brûlant, toussota et reprit : « Cette colonne mouvante, crépitante et bruyante que vous avez pu voir dans le souvenir de madame Yingana a été fabriquée par une puissante magicienne. D’aucuns disent qu’elle était tellement puissante qu’elle pouvait rivaliser avec les dieux. Il s’avère qu’elle était contemporaine de nos amis ici présents, lors d’un pic d’énergie magique. Pour une raison inconnue – disons que les sources ne semblent pas s’être mises d’accord sur la raison véritable – cette magicienne a décidé qu’il serait mieux pour l’humanité de détruire toute forme de magie. Bien sûr, elle savait qu’en faisant cela, elle se détruirait elle-même. Ou, du moins, qu’elle s’affaiblirait considérablement. »

Clay et Tina s’entre regardèrent ; ils avaient du mal à concevoir une magicienne qui voulait détruire la source de ses pouvoirs, mais Simon continuait, s’interrompant parfois pour boire une gorgée de thé ou pour en reproposer aux quatre autres. « Ce qui est fabuleux avec ce dispositif qu’elle a conçu, c’est qu’il utilise lui-même la magie pour initier le processus de destruction de la magie.
– Pourquoi c’est fabuleux ? s’enquit Tina.
– Parce qu’ainsi, dès que la magie revient de manière suffisamment puissante pour que le processus puisse de nouveau être enclenché, n’importe qui peut lancer la destruction de la magie.

 

1695 mots pour aujourd’hui. Ça faisait longtemps que j’avais pas fait un vrai quota ! Je suis contente d’avoir réussi à m’entêter (il faut dire que ma nature têtue n’est jamais bien loin x) ) Il faudra que je réitère demain si je veux réussir à boucler le NaNo 2018, après je pourrai m’effondrer tranquillement.

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 23, 24 et 25

– Que faisiez-vous avec mon père ? demanda Ethelle. Est-ce qu’il allait bien ? Est-ce vous qui lui avez permis d’accéder à la fortune de RotorCorp, AérosTech et MécanInc ? Est-ce à cause de vous qu’il a été tué ? Connaissez-vous son assassin ?
– Oh, euh, un instant mademoiselle, s’il vous plait ! plaida Julien [noter avant aussi qu’il a un fort accent] Vous parlez vite et je ne connais pas encore très bien votre langue. Je n’ai pas retenu toutes les questions ; pouvez-vous me les rappeler une par une ?
– Oui bien sûr, pardonnez mon impatience. Reprenons. »

La jeune femme rousse prit une grande inspiration pour s’enjoindre à réfréner son impétuosité. Cet homme qui se trouvait face à elle ressemblait, en quelque sorte, à un érudit, comme ceux qu’elle avait pu rencontrer lors de certains dîner organisés par Charles Morton. A l’époque où elle était encore une personne aidée d’Eastlond, elle avait souvent regardé de haut ces rats de bibliothèque qui s’effrayaient du moindre contact humain. Celui-là leur ressemblait beaucoup et elle décida de le ménager. « Comment avez-vous connu mon père ? reprit-elle d’une voix plus douce.
– Il a trouvé le code pour ouvrir la boîte. Ce n’est pas très difficile, je suis surpris qu’il n’y ait pas plus de gens qui me fassent sortir.
– Hum, moui, c’est surprenant. »

Ethelle avait trouvé la résolution de l’énigme plutôt difficile. Si [Bidulette] n’avait pas été là, elle n’y serait sans doute pas parvenue. « Que vous demandait-il ? s’enquit-elle ensuite, bien décidée à apprendre le plus de choses possible de cet esprit.
– Il me demandait principalement d’effectuer des calculs, répondit Julien.
– Des calculs ?
– Oui, il voulait que je fasse des estimations sur la [mot que je ne trouve pas qui doit ressembler à rendement] d’entreprises selon divers paramètres.
– Oh, je vois, déclara Ethelle. Etait-ce efficace ?
– Je pense oui, je ne sais pas. Les calculs théoriques fonctionnaient en tous cas !
– Vos calculs prenaient-ils en compte les créatures magiques ?
– Bien sûr bien sûr ! » Julien hocha vigoureusement la tête. « C’était même le coeur du problème. Mais je pense que votre père a réussi à en tirer parti. »

La jeune femme rousse baissa les yeux dans son giron, où elle tenait ses mains croisées. Elle était impressionnée que son père, loin de paniquer en constatant l’arrivée de créatures magiques, avait décidé d’en tirer parti. Il avait dû tout de suite comprendre son aubaine en tombant sur la boîte avec l’esprit érudit. Elle était toute aussi impressionnée que Charles Morton ait réussi à résoudre l’énigme du cube coloré, même si Julien trouvait que c’était facile.

« Savez-vous quoi que ce soit au sujet de… son décès ? demanda Ethelle en relevant la tête vers son interlocuteur.
– Son décès ? s’ébahit l’homme. J’ai bien peur que non. Je me demandais pourquoi il ne m’appelait plus, mais jamais je n’aurai pensé que… [préciser avant que Julien est étonné de la mort de Charles Morton ou alors enlever les mentions de décès ou alors dire qu’il comprend pas parce qu’elle parle trop vite et préciser qu’après Ethelle fait attention à son débit de paroles] Je suis désolé, mes condoléances mademoiselle. » Il ôta ses lunettes pour les nettoyer machinalement avec son haut, tandis que la jeune femme hochait la tête.

Ethelle était déçue. Elle connaissait à présent la raison du succès de son père, mais elle n’avait toujours aucune idée des raisons de sa mort. Plus exactement, elle se doutait des raison, mais elle ne savait pas qui pouvait être le coupable. La jeune femme avait très envie de rendre Arabella Finley responsable de tout. Cette femme infâme avait dérobé la mallette de son père et envoyé son majordome à ses trousses : elle faisait une coupable idéale. Mais comme les actions de Charles Morton avaient initialement fait la fortune de la famille Finley, Ethelle n’était pas certaine que la Veuve-Noire était véritablement coupable. Tout au plus s’était-elle montrée opportuniste.

« Vous a-t-il parlé de choses qui l’inquiétaient ? s’enquit ensuite Ethelle pour voir si elle pouvait obtenir des indices de manière indirecte.
– Oui, confirma Julien en rechaussant ses lunettes. Il était inquiet lorsque les trois entreprises qu’il suivait ont commencé à subir des revers qui n’entraient pas dans les calculs prévisionnels. Malheureusement, je ne pouvais pas lui apporter de réponses quant aux origines des probèmes, juste faire des calculs pour redresser la situation ! C’est là qu’il ne m’a plus appelé. J’ai pensé qu’il ne me trouvait plus utile.
– Je vois, déclara la jeune femme rousse. [Bidulette], l’esprit de mon pendentif, peut voir et entendre ce qu’il se passe lorsqu’elle est enfermée. N’est ce pas le cas pour vous ?
– Malheureusement non. Je n’ai pas cette chance. Je pense que la personne qui m’a enfermé n’y connaissait pas grand chose. »

Le ton de Julien était amer. « Ce n’est pas quelque chose de compliqué d’enfermer un esprit dans un objet ? demanda Ethelle.
– Je n’étais pas un esprit. J’étais un être humain normal à la base. Mes camarades et moi faisions des tests sur la magie. C’était quelque chose de nouveau et, au début, personne ne nous croyait quand on expliquait que l’un d’entre nous était en train de développer des pouvoirs magiques.
– Vous avez vécu une résurgence de la magie vous aussi, alors.
– Oui, c’est ça. Et nous n’étions pas prudents, je dois bien l’avouer. Et mon ami magicien encore moins que nous autres. Je pense qu’on pouvait dire qu’il est très vite devenu accro à ses nouveaux pouvoirs. Et aussi, qu’il estimait qu’il avait ainsi la chance de trouver un moyen d’acquérir la vie éternelle.
– Rien que ça, commenta Ethelle. A-t-il réussi ?
– Je ne sais pas. J’ai fait partie de ses expériences ratées avant de voir un résultat concluant.
– Il a expérimenté sur vous ?
– Oui, il m’a enfermé dans un rubik’s cube – c’est le nom de cette boîte – et je suis devenu l’esprit de l’objet.
– Au final, il vous a fait atteindre une forme d’immortalité, déclara la jeune femme rousse. Il aurait dû se lier à un objet lui aussi !
– C’est vrai, acquiesça Julien. Je ne sais pas combien de temps j’ai passé dans mon cube, mais entre temps le monde a bien changé et moi… et moi je n’ai pas vieilli. Ensuite, il ne m’a jamais rappelé hors du cube, je ne sais pas s’il a trouvé une immortalité moins… contraignante pourrait-on dire.
– Comment s’appelle-t-il ? Peut-être en entendrai-je parler.
– Il s’appelle RD. En tous cas, il se faisait appeler ainsi.
– RD, c’est étrange, remarqua Ethelle. Je prends note, sait-on jamais.
– Oh, je ne peux plus rester. »

Il disparut dans un nuage de fumée et réintégra son cube, comme [Bidulette] le faisait avec le camée. Ethelle récupéra le cube qui avait repris l’apparence d’une cassette. Elle rangea le tout dans la mallette de son père qu’elle dissimula de nouveau. Elle resta pensive un instant, se remémorant la conversation avec l’esprit de la boîte. Entre lui, [Truc] et [Bidulette], elle avait beaucoup de sujets de réflexion. Parmis tous ces sujets de réflexion, elle se demanda si Nicolas avait fini par digérer l’apparition de l’esprit de sa grand-mère décédée. Elle décida de quitter sa chambre pour se renseigner.

Ethelle ne trouva son hôte ni dans le salon de sa mère qu’il affectionnait particulièrement, ni dans la grande salle ni dans la bibliothèque. Elle jeta un coup d’oeil par toutes les fenêtres, mais ne l’aperçut pas non plus dans les jardins à présent dépouillés de toute verdure. Lorsqu’elle croisa Henry, elle lui demanda s’il savait où se trouvait le maître des lieux. « Monsieur Merryweather se morfond dans ses appartements, lui apprit-il. Il ne veut voir personne pour le moment. [Il me semble que j’ai un problème temporel, je me demande si j’ai pas oublié de faire passer la nuit]
– Je comprends, dit Ethelle. Sauriez-vous où je pourrais trouver [Truc] dans ce cas ? [si Henry sait que Truc s’appelle Truc]
– Oui, vous le trouverez sur la berge du lac. Du moins était-il là la dernière fois que je l’ai aperçu.
– Merci. »

La jeune femme s’empressa d’aller chercher son carnet et d’enfiler des vêtements chauds. En sortant dehors, elle frissonna. Une brise glacée se faufila dans son cou. Elle resserra son écharpe et se dirigea vers la plage privée des Merryweather. [Truc] se tenait au bord de l’eau, bras croisés, face à une créature du lac. A la grande surprise d’Ethelle, ils paraissaient absorbés dans une grande discussion, paisible qui plus est. Après un bref instant d’arrêt, la jeune femme s’approcha d’eux.

En la voyant arriver vers eux, la créature aquatique eut un mouvement de recul. [Truc] tourna la tête pour voir ce qui effrayait son inquiétante interlocutrice et l’apaisa en constatant qu’il s’agissait de la jeune femme rousse. Il adressa un sourire lumineux à Ethelle et, lorsqu’elle se trouva proche de lui, il la salua de manière hésitante : « Bonjour mademoiselle. Je suis heureux de vous voir, je vous présente… » Mademoiselle Morton ne comprit pas le mot qu’il prononça ensuite et aurait été bien incapable de le prononcer. Elle inclina la tête à l’intention de la créature, puis s’exclama :

« Mais ! Depuis quand parlez-vous ma langue ?
– Depuis peu, avoua [Truc]. Belisama s’est réveillée, c’est grâce à elle que je peux parler avec vous. Pas encore très bien parce que c’est un tour qui lui demande beaucoup d’énergie et il n’y a pas encore assez de magie dans laquelle puiser.
– Où est-elle ? s’enquit Ethelle en espérant qu’il ne parlait pas de l’hideuse créature aquatique.
– Elle a été recueillie par le peuple qui vit dans ce lac, elle est tout près. Si elle était plus loin, nous ne pourrions pas encore communiquer. Notre discussion a été édifiante et j’en suis content : nous ne nous étions pas quittés en très bons termes.
– Comment donc en pas très bons termes ? s’enquit curieusement la jeune femme rousse.
– Disons que nous étions engagés dans un combat à mort, déclara platement [Truc]. Pour des êtres comme nous, c’est très long et dévastateur.
– Pour quelle raison vous étiez-vous… hum… disputés ?
– Je n’ai pas très envie d’en parler à vrai dire. »

Ethelle hocha la tête et n’insista pas. « Quand pourrons-nous voir cette Belisama ? s’enquit-elle avec curiosité.
– Bientôt. Attendons. » [Truc] avait le regard distant, qui fixait de ses yeux violets un point au large du lac de Lancy. La jeune femme rousse n’osa rien ajouter et patienta près de lui. Elle se demandait comment il se faisait qu’il n’ait pas froid. Il n’avait revêtu aucun manteau et ne paraissait pas souffrir des températures glaciales.

Au bout de quelques minutes, Ethelle eut l’impression que l’eau au centre du lac se mettait à bouillonner. Pour cause, une troupe entière de créatures aquatiques crevaient la surface de l’eau, se mettant ensuite à nager en direction du domaine des Merryweather. La jeune femme rousse s’enjoignit à rester stoïque en les voyant foncer vers eux. C’est alors qu’elle aperçut que quelqu’un se tenait sur le dos de l’une de ces créatures. Lorsqu’elles s’approchèrent, Ethelle réalisa que ce quelqu’un était une femme et que, là où [Truc] avait les yeux violets et Chaahk verts, Belisama les avait dorés.

La femme qui chevauchait la créature lacustre leur fit un signe joyeux de la main. [Truc] émit un rire bref, pinçant les lèvres derechef dans une petite moue comme pour s’empêcher de pleurer, avant de répondre de même. Ethelle remarqua qu’il avait les larmes aux yeux. En arrivant, Belisama bondit sur la petite plage et se pendit au cou de [Truc], qui lui rendit tendrement son étreinte. Les deux riaient et pleuraient en même temps ; face à la puissance manifeste de leurs sentiments, Ethelle sentit des larmes lui piquer les yeux.

[vérifier si j’ai assez insisté sur la souffrance de Truc avant]

Se séparant, ils échangèrent quelques mots dans une langue qu’Ethelle ne comprenait pas. Elle n’était pas sûre qu’il s’agisse de la langue antique dont Simon Derrington lui avait appris quelques bribes. Sensible à l’émotion ambiante, la jeune femme rousse resta poliment en retrait. Elle remarqua que les créatures aquatiques faisaient de même, en produisant quant à elles des vocalises qui sonnaient étrangement à l’oreille d’Ethelle. Cette dernière commençait à s’habituer à l’apparence, selon elle repoussante, des habitants lacustres. Elle devait même admettre que leurs chants – s’il s’agissait bien de musique – étaient plutôt agréables.

« Je te présente mademoiselle Ethelle Morton, déclara [Truc] dans la langue de la jeune femme rousse.
– Enchantée, mademoiselle Morton, déclara Belisama presque sans accent.
– De même, répondit machinalement Ethelle.
– Je vous suis reconnaissante d’avoir pris soin de [Truc] pendant qu’il récupérait ses esprits.
– Pendant qu’il récupérait ses esprits ? répéta la jeune femme rousse. Avait-il perdu la tête ?
– Oh, non non, lui assura Belisama. C’est juste que lorsque nous revenons à la vie grâce à une quantité de magie suffisante, nous sommes un peu perdus. »

La femme aux yeux dorés s’interrompit ; les habitants du lac essayaient d’attirer son attention. Elle se tourna vers eux et discuta un petit moment dans leur langue qu’Ethelle trouvait aussi incompréhensible qu’imprononçable. Après leur échange, les créatures leur firent des signes et retournèrent s’engloutir dans les eaux lacustres. « Pardonnez-moi, lança Ethelle une fois qu’ils eurent disparu. Mais quelle est cette histoire de montagne dont [Truc] parlait lorsque nous l’avons trouvé ?
– Ah, la montagne, oui. » dit Belisama.

Les deux dieux échangèrent un regard entendu. « Cette montagne est l’endroit d’où l’on peut éradiquer la magie. »

 

Je ne sais pas combien de mots pour ces trois jours, mais je dirais un peu plus de 2000

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 11

Avec l’agitation, personne d’autre ne l’avait vue non plus. L’esprit du pendentif fit un clin d’œil à Ethelle avant de retourner se cacher dans le camée.

Izel se retrouva près d’elle et lui enjoignit à s’écarter du lac. Ils remontèrent au manoir et croisèrent Nicolas Merryweather qui en descendait. Il était pâle et armé de son pistolet. « Ethelle, ma chère, je suis soulagé de vous voir saine et sauve.
– Je suis resté à ses côtés pour la protéger, mentionna Izel avec hauteur.
– Oh, euh et bien je vous en suis reconnaissant, le remercia Nicolas tandis que le rouge lui montait aux joues. Cela m’a permis de récupérer mon arme pour les faire fuir. »

Les gendarmes détachés à la protection du domaine Merryweather au cas où Gregory se montrerait avaient, eux aussi, tiré en direction des êtres lacustres pour les faire fuir. Ils étaient à présent regroupés sur la petite plage du lac, tenant une conversation animée. Ethelle supposa qu’avec des apparitions surnaturelles de plus en plus nombreuses, les gens d’armes ne devaient plus savoir où donner de la tête. L’un d’entre eux, quitta le petit groupe et, arrivant à la hauteur de Nicolas, l’informa qu’il devait quitter la surveillance du domaine pour aller informer son supérieur des évènements. Sans attendre de réponse, il inclina brièvement la tête et s’en fut.

« Vous devriez conserver votre arme avec vous, conseilla Izel à l’héritier Merryweather avec un demi-sourire.
– J’y songe, répondit Nicolas avec agacement. Venez, Ethelle, rentrons. » La jeune femme acquiesça et saisit le bras qu’il lui tendait. Ils rentrèrent paisiblement, accompagné par le nahua qui irritait le maître des lieux.

 

Le jour suivant, de nombreux convives avaient déjà quitté le manoir pour regagner leur maisonnée. Les gendarmes s’étaient retirés du domaine, leur supérieur ayant décidé que des affaires plus pressantes les appelaient. Il regnait une ambiance qu’Ethelle trouvait morne. Les membres de la famille [Machintruc], qui préparaient à leur tour leur départ, lui demandèrent de les retrouver dans leurs appartements.

Lorsque la jeune femme pénétra dans le petit salon des [Machintruc], Miztli se précipita vers elle avec joie. « Viens, papa et maman veulent te parler ! » Elle s’empara ensuite de la main d’Ethelle pour l’entraîner vers le fauteuil près de la cheminée où se tenait Xochitl. Entendant sa fille parler à Ethelle, Cuauhtli les rejoignit. Madame [Machintruc] adressa un aimable sourire à mademoiselle Morton et l’invita à s’assoir sur le fauteuil en face d’elle.

« Nous avons été très heureux de faire votre connaissance, commença Xochitl.
– Moi de même, lui assura Ethelle avec chaleur.
– J’en suis ravie. Nous vous avons demandé de venir car nous avons quelque chose à vous proposer.
– Vraiment ?
– Oui, intervint Cuauhtli. Nous en avons beaucoup discuté et nous pensons que c’est une très bonne idée.
– Nous voulions vous proposer de partir avec nous, précisa Xochitl.
– Avec vous ? s’étonna Ethelle prise de court.
– Oui, confirma Xochitl. Cuauhtli connaissait bien votre père, qu’il tenait en haute estime, et vous nous avez fait une excellente impression. C’est pourquoi nous comptions vous proposer de vous accueillir chez nous à Nueva Tenochtitlan (ou Yancuic Tenochtitlan ? Quelle quantité d’espagnol a été finalement conservée et est utilisée ? Quid du portugais ? Et puis d’abord où ça se trouve ?) où vous pourriez repartir du bon pied dans une ville riche et foisonnante. De là, vous pourrez tout de même retourner à Eastlond si vous en ressentez l’envie.
– C’est vraiment généreux de votre part comme proposition. » déclara Ethelle qui ne savait pas si elle avait envie d’aller vivre si loin dans le sud.

De fait, elle ne savait pas non plus si elle avait envie de faire partie de cette famille. Ils s’étaient certes montrés toujours agréables et attentionnés à son égard, mais elle ne les connaissait que très peu. Aurait-elle de mauvaises surprises plus tard ? D’un autre côté, l’autre solution qu’elle avait était de continuer de vivre au crochet de la famille Merryweather. Heather était pénible et envahissante, mais au moins la jeune femme savait à quoi s’attendre. Et puis, en restant à Lancy, elle restait à la portée de la bibliothèque antique de Simon Derrington. Ethelle ne savait pas si elle aurait l’occasion d’y retourner, mais elle préférait ne pas trop s’en éloigner.

« Les enfants nous ont assuré qu’ils apprécieraient beaucoup vous avoir comme compagne, précisa Cuauhtli. De plus, dans quelques mois (réfléchir à combien de temps exactement), Izel sera en âge de prendre une épouse. Nous pourrions vous marier et vous bénéficierez ainsi du prestige de la famille [Machintruc], cela vous aidera certainement dans vos affaires.
– Oh, mais je ne comptais pas profiter d’autant de générosité ! » s’exclama Ethelle.

Décidément, pourquoi y avait-il tant de monde qui considérait que le mariage était la solution à tout ? La jeune femme repensa à ce que lui avait dit Cuauhtli au sujet de son père, qui avait un soi-disant secret autout de sa réussite en affaires. La famille [Machintruc] lui faisait-elle miroiter un avenir radieux avec elle juste pour pouvoir mettre la main sur ce fameux secret ? Elle s’en voulut de penser cela de personnes qui s’étaient montrées avenantes et aimables avec elle depuis le début. Izel s’était même porté à son secours à plusieurs reprises.

« Nous aurions dû vous en parler avant, déplora Xochitl. Vous n’avez que peu de temps pour vous décider.
– Il est vrai que c’est difficile pour moi de prendre une décision si importante dans un laps de temps si court, confirma Ethelle.
– Écoutez, temporisa Cuauhtli, si cela vous convient mieux, vous pouvez partir avec nous en considérant que vous prenez des vacances et, si la vie avec nous ne vous convient pas, vous pourrez certainement revenir ici auprès de la famille Merryweather. »

Présentée ainsi, l’offre était plutôt tentante. Ethelle n’avait jamais eu l’occasion de se rendre dans l’Empire de Nueva Azteca et elle était curieuse de visiter Nueva Tenochtitlan. Alors qu’Ethelle s’apprêtait à dire qu’elle s’en voudrait de les mettre en retard, quelqu’un frappa à la porte. Henry, le majordome des Merryweather, entra dans la pièce, s’inclina et déclara : « Mademoiselle Morton est requise dans le salon de réception de madame Merryweather. Si vous voulez bien me suivre.
– Pour quelle raison est-elle convoquée ? s’enquit Xochitl sur un timbre un peu irrité.
– Monsieur Merryweather la mande car ses amis sont revenus d’un périple archéologique.
– Un périple archéologique ? s’étonna Cuauhtli. Cela ne peut-il pas attendre ? Nous sommes au milieu d’une conversation importante.
– Prenez votre temps, déclara calmement Henry. Je patienterai de l’autre côté de la porte. »

Ce qu’il fit. Le coeur d’Ethelle battait la chamade ; elle était impatiente de retrouver Simon et Clay et très heureuse de savoir qu’ils n’avaient pas eu à faire à Gregory. Elle nota de leur en parler au cas où. La jeune femme repoussa ses pensées dans sa tête pour s’occuper de ne pas froisser la famille [Machintruc]. « Je suis navrée, leur dit-elle, et aussi profondément flattée par votre proposition, mais je ne vais pas pouvoir vous accompagner dès aujourd’hui. Le devoir m’appelle, mais peut-être pourrai-je me mettre en route d’ici quelques jours, si votre invitation tient toujours bien entendu.
– Bien sûr, lui assura Xochitl. Nous sommes un peu déçus de ne pas pouvoir profiter de votre présence dès maintenant, mais nous vous accueillerons avec joie lorsque vous serez prête à venir chez nous. »

Ethelle sourit. Elle avait réussi à garder la porte ouverte tout en déclinant l’invitation, ce dont elle était soulagée ; elle aurait ainsi le temps d’y réfléchir à tête reposée. En les remerciant une nouvelle fois, elle prit poliment congé, pour suivre Henry qui l’attendait, stoïque, dans le couloir. Tandis qu’elle lui emboîtait le pas, une inquiétude survint : Arabella Finley avait-elle déjà quitté le manoir ? Il serait très fâcheux qu’elle croise Clay dans un couloir. Qui sait comment elle réagirait en le voyant ?

Lorsqu’Henry lui ouvrit la porte du salon, Ethelle fut soulagée de ne pas y trouver la Veuve-Noire, mais aussi de constater que Clay et Simon étaient indemnes de toute blessure qui aurait pu signifier une rencontre avec Gregory. En plus de Nicolas qui devisait avec le professeur Derrington, la jeune femme rousse fut surprise de voir Tina, mais aussi un grand homme aux yeux verts étincelants et à la longue chevelure noire qu’elle ne connaissait pas.

Avant qu’elle n’ait eu le temps de dire quoi que ce soit, Clay avait franchi les quelques pas qui les séparaient pour l’étreindre brièvement. Il la lâcha avant qu’elle puisse s’offusquer et lui adressa un franc sourire en lui disant : « Je suis content de voir que tu… vous allez bien !
– Je… moi aussi, avoua Ethelle. Je suis heureuse de vous voir et surprise, aussi.
– Nous n’avons pas eu l’occasion d’envoyer un message. » s’excusa Simon en venant l’étreindre à son tour.

Tina ne vint pas l’étreindre – l’inverse aurait profondément surpris mademoiselle Morton – et se contenta de la fixer d’un air insolent en croisant les bras. L’homme aux étranges yeux verts la fixait également, l’air impassible. Il était vêtu d’un costume neuf, qu’Ethelle soupçonnait l’archéologue d’avoir fait tailler à ses frais peu de temps auparavant. L’inconnu ne semblait pas encore tout à fait à l’aise avec ces vêtements typiquement angelnish.

« Que faites-vous là ? s’enquit la jeune femme rousse. Je pensais que vous ne reviendriez pas avant encore plusieurs jours.
– Il s’est passé des choses dans la bibliothèque, expliqua vivement Clay tandis que l’archéologue les poussait à s’installer sur le canapé ou les fauteuils.
– Quelles choses ? demanda Ethelle en s’asseyant à côté de l’ancien Faucheux sur le canapé.
– Gregory nous a attaqués, tu sais, le majordome de la Veuve-Noire. »

Dans son impatience, le jeune homme en oubliait de la vouvoyer. « Je me souviens bien de lui, renchérit Ethelle. Il a voulu me tuer lors d’un dîner…
– Il a… ? Ohlàlà… J’avais raison de m’inquiéter. » Clay se passa nerveusement la main dans les cheveux, avant de reprendre : « Je suis content que tu sois saine et sauve.
– J’ai arrêté cet homme grâce à mon pistolet, précisa Nicolas dont les joues étaient une fois de plus colorées de rouge. Puis il a été emmené par les gendarmes.
– Et puis il s’est enfui, continua Ethelle. C’est à ce moment là qu’il a dû se lancer à votre poursuite.
– Comment a-t-il fait pour nous retrouver ? demanda Tina. C’est toi qui lui a balancé Clay ? »

Le ton de la jeune fille blonde, dirigé à l’intention de mademoiselle Morton, était accusateur. « Je n’ai rien dit, démentit Ethelle.
– Chaahk et moi pensons que cet homme, Grégory, étant un loup-garou, avait des capacités de pistage surhumaines, intervint le professeur Derrington avec une pointe de fierté. Nous avons émit l’hypothèse qu’il a suivi Clay à la trace depuis Lancy.
– Un loup-garou ? balbutia Nicolas.
– En y repensant, c’est vrai qu’il avait une tête bizarre lorsqu’il m’a attaquée, réfléchit Ethelle. Comme s’il était déformé… et avec plus de poils aussi.
– Un loup-garou, répéta Simon, ou lycanthrope. J’en suis sûr et certain ! D’ailleurs, sa force était impressionnante. Nous avons eu beaucoup de chance de nous en sortir ; nous n’en serions pas là si Tina n’avait eu la présence d’esprit d’utiliser l’argent dévolu à mes photographeurs pour vaincre la bête. »

La blondinette jeta un regard triomphant à Ethelle. Cette dernière, bien qu’impressionnée par l’exploit de Tina, n’en laissa rien paraître. Elle se sentait soulagée de savoir que Gregory avait été vaincu. En revanche, même sans son majordome, la Veuve-Noire devait avoir des moyens de leur porter préjudice. Sans compter que la disparition de son homme de main la mettrait certainement dans une colère noire. Et ce n’était pas quelque chose à laquelle Ethelle avait envie d’assister.

« Il faut que je vous dise, déclara-t-elle à ses compagnons, qu’Arabella Finley se trouve ici. (est-ce que Simon est au courant pour Arabella/Veuve-Noire ? Si non, à préciser avant et vérifier aussi à propos de Nicolas) Il ne faut pas qu’elle aperçoive Clay ou Tina.
– Arabella Finley ? répéta Nicolas. Mais pourquoi cela ? Que ne m’avez-vous pas dit ? »

2033 mots pour aujourd’hui. Je continue de rogner sur mon retard, pas aussi vite que je le voudrais, mais je rogne !

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 4

Alors qu’elle réfléchissait, elle se posta machinalement devant sa fenêtre. Le vent agitait les plantations du parc des Merryweather et quelques gouttes venaient frapper la fenêtre. C’est alors qu’elle aperçut quelqu’un s’aventurer dans le jardin en proie à la grisaille et aux éléments. Seulement vêtu de sortes de braies parées de plumes colorées et la tête surmontée d’une coiffe elle aussi piquée de plumes, il était pied nus sur les graviers et portait un long bâton de bois. Lorsqu’il se posta sur un carré d’herbe, il se tourna en direction du bâtiment et Ethelle reconnut avec surprise Izel, l’aîné des [Machintruc]. De le voir ainsi, il lui parut un peu plus âgé que de prime abord ; elle estimait qu’il devait avoir seize ou dix-sept ans.

Le garçon joignit les mains sur son bâton, levant les yeux vers le ciel et poussa un cri puissant. Ethelle n’eut pas le temps de sursauter qu’il avait déjà entamé une série de mouvements rapides, accompagné du long bâton qu’il maniait comme une lance. Izel se montrait un bon acrobate. Ses pas lui faisaient tracer un cercle dans l’herbe mouillée et le bâton tournoyait de plus en plus rapidement autour de lui. Sous les yeux ébahis de la jeune femme rousse, Miztli rejoignit son frère, se plaçant au centre du cercle qu’il était en train de tracer. Elle à peine plus vêtue, portait une coiffe emplumée encore plus imposante et ne portait pas de bâton. À la place, elle portait une flûte qu’elle porta à sa bouche pour en jouer. Pour l’écouter, Ethelle ouvrit sa fenêtre, ignorant les quelques gouttes qui l’éclaboussaient.

La jeune femme avait déjà rencontré des ressortissants nahuas de l’Empire Nueva Azteca, mais n’avait jamais assisté à une démonstration de danse traditionnelle. Elle en était subjuguée : les notes de la flûte étaient entêtantes et la danse hypnotisante. Ethelle se demanda combien de temps allait durer leur performance ; Izel allait bien se fatiguer à ce rythme, n’est ce pas ? Mais ni le frère, ni la sœur ne paraissaient pas vouloir s’arrêter. Ils continuèrent jusqu’à ce que les gouttes cessent de tomber et qu’un timide rayon de soleil traverse la masse nuageuse. Même là, ils persistèrent encore un peu, jusqu’à ce que l’aîné s’arrête de danser et plante son bâton en terre, essoufflé.

Miztli se précipita vers le manoir en sautillant et lançant joyeusement quelques mots de nahuatl à quelqu’un qu’Ethelle ne pouvait pas voir. Les parents de la fillette sortirent à leur tour dans le jardin humide. Eux n’avaient pas quitté leurs riches vêtements et parurent féliciter leurs enfants. Mademoiselle Morton approuva intérieurement : elle avait été impressionnée par leur prestation. C’est alors qu’elle remarqua qu’Izel la fixait de ses yeux noirs. Gênée, elle lui adressa un bref signe de main avant de refermer sa fenêtre.

Au dîner, elle félicita à son tour les deux enfants [Machintruc] du merveilleux spectacle auquel elle avait assisté. Xochitl lui expliqua qu’il s’agissait de la danse du soleil, astre cher au cœur nahua, et qu’Izel et Miztli avaient été tellement performants qu’ils avaient réussi à chasser la pluie pendant quelques minutes. Nicolas rit, pensant à une plaisanterie, mais Ethelle avait l’impression que Xochitl était sérieuse. Après tout, à la fin de la danse, la pluie s’était effectivement arrêtée de tomber et un rayon de soleil était même apparu. Était-ce juste une coïncidence ? La famille [Machintruc] paraissait certaine du pouvoir de la danse du soleil. Ethelle, quant à elle, avait été témoin de tellement de choses étranges qu’elle n’était pas loin de les croire.

Lorsque le valet de service se pencha à côté d’elle pour remplir son verre de vin, elle sursauta et étouffa un cri. Elle ne l’avait pas remarqué jusqu’ici – n’ayant pas l’habitude de prêter attention au personnel – mais celui qui venait de compléter de son verre était Gregory, le majordome qui l’avait attaquée la veille (à vérifier). Constatant qu’elle l’avait reconnu, l’homme de main d’Arabella s’empara d’un couteau et en porta un coup à Ethelle, qui repoussa précipitamment sa chaise pour l’éviter avant de se lever pour reculer encore.

Poussant un grognement inhumain, Gregory se jeta sur la jeune femme, mais le deuxième coup de couteau fut stoppé par Xochitl qui se trouvait à côté. Cuauhtli arriva en renfort de sa femme pour ceinturer le majordome d’Arabella. Celui-ci se débattit comme une furie. D’un coup de coude dirigé vers la figure, il se débarrassa de Xochitl. Comme elle poussa un petit cri de douleur en portant les mains à son nez, il se dégagea facilement de son mari qui l’avait lâché pour soutenir sa compagne. Gregory se précipita de nouveau vers sa cible rousse, qui avait prudemment placé la table entre son agresseur et elle. Il sauta sur la nappe, au milieu des plats et des assiettes, comme s’il s’agissait d’une simple marche.

Ethelle pensait sa dernière heure arrivée lorsque deux formes s’élevèrent face au majordome enragé. La première provenait de son pendentif et la deuxième n’était autre qu’Izel. Face à l’homme grand et costaud qu’était Gregory, [Bidulette] et le fils [Machintruc] paraissaient faibles et sans défense. Avec eux, il ne fallait pourtant pas se fier à l’apparence. [Bidulette] balaya les jambes du majordome tandis qu’Izel finissait de le déstabiliser par un coup de pied aérien. Grégory tomba, roula et se retrouva aussitôt sur ses pieds. À présent il avait quitté Ethelle des yeux et décida de se concentrer sur ses deux petits opposants.

La jeune femme rousse avait l’impression de se retrouver au milieu d’un cauchemar : le visage du majordome s’était allongé, sa pilosité s’était accentuée et ses canines paraissaient avoir poussé. Ce qui attaqua [Bidulette] et Izel tenait désormais plus de la bête que de l’être humain. Les deux poids plumes se tinrent prêts à contrer l’assaut de Gregory, mais il n’arriva pas jusqu’à eux. Un coup de feu avait retenti, qui avait fait sursauter tout le monde. Interrompu dans son élan, le majordome roula des yeux furieux avant de s’effondrer sur la table, puis de rouler sur le sol.

[Bidulette] fit la grimace en constatant qu’une fois de plus, elle se changeait en fumée contre son gré pour réintégrer le pendentif. Mais personne ne lui prêtait attention : tous avaient tourné la tête en direction de Nicolas, qui avait tiré le coup de feu. Il replaça le pistolet dans l’écrin qu’Henry maintenait ouvert à sa disposition et où se trouvait nichée une arme jumelle. Ceci fait, il s’empressa de rejoindre Ethelle pour s’assurer qu’elle n’avait pas été blessée. Izel se tenait déjà auprès de sa mère, qui maintenait contre son nez une serviette de table que lui avait apportée Miztli.

Quelques instants plus tard, madame Cartridge arriva pour ausculter Xochitl et des gendarmes arrivèrent pour examiner la scène et poser des questions. Ils remarquèrent que Gregory n’était pas mort des suites de sa blessure par balle. Après qu’il eut été examiné à son tour par madame Cartridge, les gendarmes emmenèrent le majordome qui avait repris conscience. Il ressemblait de nouveau à un être humain normal, mais le regard qu’il jeta à Ethelle en quittant la pièce la fit frissonner.

(changement de chapitre)

Pfiou ! Ces fées me fatiguent. Elles produisent un tel brouhaha que je ne peux pas rester dans leur pièce plus d’un quart d’heure. Et les différentes races sont trop… Ben différentes, en fait. Malgré les nouvelles nomenclatures mises en place par Massamba et Pommier, je trouve toutes ces créatures surnaturelles vraiment perturbantes. Par exemple, concernant les pillys (les petites fées Clochette), rien ne les rapproche des mammifères, ou des reptiles, ou des batraciens, ou des oiseaux, ou même des poissons. J’ai essayé de démontrer qu’ils étaient plus proches des insectes en se basant sur leurs ailes et leurs antennes, notamment, mais force avait été de constater qu’ils ne font pas partie de cette famille là non plus. Certains fabriquent même des pigments bleus… Il n’existe qu’une ou deux espèces connues au monde qui sont capables de ça !

Je sais que je me répète, mais on dirait que quelqu’un a à moitié modelé ces créatures et à moitié collé des morceaux de créatures existantes. Ils ressemblent à de petits humains à qui on aurait attaché des caractéristiques d’insectes. En plus, leurs mamelles ne sont pas fonctionnelles et celles qui ressemblent à des femmes pondent des œufs mous ; c’est n’importe quoi. Ils n’ont pas l’air totalement… naturels, pour ainsi dire, mais je n’ai entendu parler de personne qui ait la connaissance ou la technologie pour créer des bestioles pareilles. Et puis je n’ai pas très envie d’entamer une nouvelle théorie du complot. Même avec toutes les connaissances qu’il a accumulées au sujets des créatures surnaturelles, Valentin n’a pas su me proposer une hypothèse sur leur origine. Apparemment il n’existe aucune indication dans aucune légende.

Je lui ai quand même donné une petite pilly. Après tout, c’est lui qui m’a dit qu’un des noms pour ces petites créatures était “pillywiggin”. Je sais qu’il s’en occupera bien et puis ici il y en a déjà tellement. J’en relâche tous les jours. Les gens nous les amènent par seaux entiers tellement ces petites bêtes foisonnent de partout. Ils n’ont toujours pas compris que ce serait la même chose que de nous amener des pigeons par seaux entiers… Valentin dit qu’ils vont finir par comprendre, mais il est toujours très optimiste concernant l’humanité. Moi un peu moins, surtout que certains des chasseurs de fées (comme ils se surnomment) sont déjà venus plusieurs fois et, à chaque fois, je leur explique que nous avons trop de fées et je leur fais la comparaison avec les pigeons.

C’est même encore pire que les pigeons, parce qu’au moins les pigeons ne nous empêchent pas de nous rendre sur les sites archéologiques ! Ils les abîment, au pire. Le moindre menhir ou dolmen est devenu un endroit dangereux d’où sortent des elfes ou des korrigans à des moments complètement incongrus. L’armée a mis des barrières et surveille les endroits les plus dangereux… Ça aurait pu faire un bon sujet de roman. J’ai encore du mal à réaliser tout ça à certains moments.

Le pire, c’est quand les gens me demandent si les dragons aussi vont faire leur apparition. Comment le saurais-je ? La seule chose que l’on peut affirmer avec certitude, c’est que plus le temps passe, plus on observe de créatures et plus on en observe des grosses. Après, nous n’avons pas de véritables preuves de l’existence des dragons, alors personne ne peut affirmer si nous allons en voir à un moment ou à un autre. Je ne sais absolument pas comment on pourrait gérer l’existence de dragons ; je préfère ne pas y penser !

Bon, je vais proposer à Valentin de venir manger une pizza. Rien de tel qu’une pizza entre amis pour se remonter le moral…

Pizzas commandées : quattro formaggi et prosciutto, livrées dans vingt minutes.

« Cet enregistrement a été effectué le même jour que le premier enregistrement de Valentin que nous avons écouté, nota le professeur Derrington.
– Béatrice, ajouta Chaahk.
– Béatrice ? Serait-ce le prénom de cette jeune scientifique ? Vous la connaissiez aussi alors ? C’est merveilleux ! se réjouit Simon. Il faut dire qu’ils paraissaient se connaître eux aussi. Pouvoir suivre deux points de vue va être tellement intéressant, je suis impatient de pouvoir écouter la suite. Clay, es-tu prêt à continuer ? »

L’interpellé était affalé sur le guidon du cyclopède, épuisé d’avoir pédalé si longtemps. Tina avait rendu le système plus efficace pour qu’il ait moins d’efforts à fournir, mais l’archéologue en avait profité pour écouter les enregistrements plus longtemps. Après tout, il lui fallait de nombreuses écoutes avant de pouvoir prendre suffisamment de notes sur un seul enregistrement, ses notions de langue antique étant loin d’être parfaites. Sans compter les sessions où il se contentait de profiter des sonorités de cette langue qu’il aimait tellement. Cela faisait déjà une demi-douzaine d’écoutes qu’il effectuait d’affilée et son apprenti n’en pouvait plus.

« Bon, ce n’est pas grave, concéda Simon. Prend le temps de te reposer, je vais relire mes notes.
– Merci. » souffla Clay en enfouissant son visage entre ses bras. Après quelques respirations, il tourna la tête sur le côté. Tina, qui le regardait d’un air inquiet, détourna les yeux, faisant mine de réparer une des lanternes qui était défectueuse. Le professeur Derrington s’était assis au bureau antique, mais sur son propre tabouret portatif. Il avait essayé de s’asseoir sur la chaise à roulettes originelle quelques jours auparavant, mais celle-ci s’était brisée sous son poids. Chaahk, lui, était adossé au mur et avait ses yeux verts dans le vague, la tête légèrement penchée sur le côté, comme s’il essayait d’entendre quelque chose.

Le nahua réalisa soudain que Clay le fixait, ce à quoi il expliqua : « Belisama. » avant de soupirer et de quitter la pièce. Tina délaissa ce qu’elle était en train de bricoler pour lui emboîter le pas. Le jeune homme soupçonnait sa cadette de vouloir embaucher Chaahk pour l’aider à réparer son planeur qui ne fonctionnait toujours pas très bien. Comme il l’intimidait, elle s’arrangeait pour se trouver toujours en sa présence afin de saisir au vol le moment opportun où elle pourrait essayer de lui demander son aide.

 

2222 mots pour aujourd’hui, ce qui n’est pas exceptionnel pour un dimanche, mais Siegfried me manque beaucoup au niveau de l’efficacité ! Enfin bon, j’ai pris de l’avance, c’est déjà pas mal.

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 1

D’abord, un petit résumé du début du tome 2 qui est déjà commencé pour ne pas trop embrouiller :

Simon, Clay et Tina découvrent des enregistrements d’un doctorant de la civilisation antique, qu’ils arrivent à écouter grâce à un bricolage de Tina. Pour le professeur Simon Derrington, cela présage d’imminentes grandes découvertes. Pendant ce temps, son apprenti l’ancien Faucheux, Clay, se débat avec la même impression d’être surveillé qu’Ethelle.
Cette dernière a laissé ses compagnons pour enfin laver le nom des Morton et retrouver ses marques dans son monde de richesses. Mais elle commence à déchanter en constatant qu’Heather Merryweather, la mère de son hôte Nicolas, aime contrôler la vie de son entourage, y compris la sienne. La jeune femme prend l’habitude de s’isoler pour s’aérer l’esprit et, décidant de se rendre à Lancy pour ce faire, croise le chemin de Gregory, l’inquiétant majordome d’Arabella Finley, aussi connue sous le nom de la Veuve-Noire.
Elle manque de se faire étrangler par l’homme de main d’Arabella mais est sauvée par l’esprit qui habite son pendentif, une jeune fille aux yeux en amandes qui pratique des arts martiaux exotiques. Le NaNoWriMo commence au moment où l’étrange sauveuse d’Ethelle a mis Gregory à terre et se présente.

 

Je suis restée attachée autour de votre cou et celui de votre mère avant vous et celui de votre grand-mère encore avant elle. J’ai été consciente de ce qui m’entourait pendant toute la durée de mon enfermement, même si cela a parfois été difficile de ne pas m’endormir. J’avais l’impression que si je m’endormais, je ne me réveillerai jamais ! »

Elle marqua une légère pause, fronçant les sourcils. « Oh non… » Déplora-t-elle en regardant ses mains qui devenaient translucides. Le corps de [Bidulette] se changea en fumée et réintégra le camée d’Ethelle qui resta interdite pendant de longues secondes sous la pluie. Grégory venait-il de bouger ? Non, ce devait être une impression. Le doute se muant en panique, la jeune femme récupéra son parapluie et s’enfuit. Elle se précipita dans les grandes artères, qui lui paraissaient toujours bien modestes à côté des boulevards d’Eastlond, à la recherche d’une voiture qui pourrait la ramener jusqu’à la propriété des Merryweather.

Trempée et frissonnante, elle monta dans le premier fiacre qu’elle croisa. Enfin assise et s’estimant en sécurité, elle expira de soulagement et se mit à réfléchir. Comment le majordome d’Arabella l’avait-il retrouvée ? Pouvait-elle espérer que ce ne soit qu’une coïncidence ? Elle secoua la tête ; même s’il s’agissait d’une coïncidence, maintenant il savait qu’elle se trouvait à Lancy ce qui signifiait que mademoiselle Finley serait aussi bientôt au courant. Elle devait trouver un moyen de mettre Clay au courant puisque Grégory était à ses trousses.

Il y avait aussi la question de [Bidulette]. Ethelle caressa machinalement son pendentif, avant d’ôter prestement sa main. Elle craignait de provoquer une nouvelle apparition de l’étrange jeune femme – ou jeune fille, elle ne savait pas le déterminer – et n’avait pas l’esprit à se retrouver encore confrontée à l’esprit de son camée. Elle ôta le collier pour examiner le bijou de plus près. La femme gravée ne paraissait pas être originaire de l’extrême orient, mais il était difficile d’en être certain sur un si petit ouvrage, d’autant que les traits du visage étaient à peine esquissés.

Lorsque le fiacre la déposa à la grille de la propriété des Merryweather, Ethelle ressassait encore ses inquiétudes et se demandait si elle devait parler de Grégory avec Nicolas. La pluie s’arrêta lorsqu’elle parvint au manoir, où Henry lui ouvrit avec diligence, lui dépêchant une servante pour l’emmener s’essuyer et se changer. La jeune femme rousse avait gardé son collier en main et le remit soigneusement autour du cou après avoir revêtu une robe sèche. Après tout, le pouvoir de son pendentif lui avait sauvé la vie. Elle ne savait pas comment il fonctionnait, mais se sentait rassurée de le garder à portée de main.

Ethelle doutait que Grégory parvienne à s’infiltrer dans la demeure des Merryweather, sans compter qu’elle n’était pas certaine qu’il ait survécu à sa rencontre avec [Bidulette]. Elle se redressa inconsciemment à l’idée que le majordome de mademoiselle Finley ne pourrait peut-être pas prévenir sa maîtresse qu’il avait retrouvé Ethelle. Cette idée lui plaisait bien ; elle sourit par devers elle. Mademoiselle Morton sortit de sa chambre d’une humeur bien plus guillerette qu’elle n’y était entrée.

(changement de chapitre)

Le professeur Derrington se frottait les mains de satisfaction. Il était tellement émoustillé par ses découvertes qu’il n’en arrivait plus à travailler sur ses notes et parcourait la pièce alternant grands pas et petits sauts de joie. En plus des enregistrements du doctorant Valentin [Nomdefamille], il avait trouvé ceux de l’une de ses collègues, une certaine Béatrice [Autrenomdefamille]. Il était impatient de les écouter, mais il devait attendre que Clay reprenne son souffle ; le jeune homme était épuisé d’avoir pédalé pour fournir assez d’énergie afin que l’archéologue puisse prendre des notes sur l’enregistrement. Il avait donc décrété une pause à contrecœur et l’ancien Faucheux était retourné au rez-de-chaussé pour se reposer dans la pièce qui leur servait de camp. Tina, quant à elle, bricolait le cyclopède et sa dynamo.

Un grand cri les interrompit. Dans le silence de la bibliothèque, les sons portaient bien. « Clay… » Émit la jeune fille tout en s’emparant de la lanterne pour se précipiter au rez-de-chaussée, suivie de près par Simon. Ils découvrirent Clay qui se tenait dans l’encadrement de la porte. Il leur tournait le dos, faisant face à quelqu’un ou quelque chose qui se trouvait dans leur salle de campement en l’invectivant : « Qui es-tu ? Qu’est ce que tu fais là ? Ne t’approche surtout pas ! »

En s’approchant, Tina et le professeur Derrington purent jeter un œil sur l’objet de la colère de leur compagnon. Un homme de haute stature leur faisait face. Il était armé d’une lance de métal, dont il avait posé le bout au sol et à laquelle il se tenait nonchalamment. Il était tel l’intrus que Clay leur avait décrit lorsqu’il s’était évanoui en revenant dans la bibliothèque. Simon devait bien reconnaître son erreur : ils n’étaient pas seuls dans ce temple de l’antiquité. Avec pommettes saillantes, ses yeux en amandes et les plumes piquées dans sa longue chevelure noire, il évoquait au professeur Derrington le peuple nahua qui, venu de l’autre côté de l’océan, avait pris pied sur les terres ibériques et les avaient conquises bien des années auparavant.

L’homme n’était cependant pas vêtu de riches vêtements comme l’archéologue avait l’habitude de voir les ressortissants nahuas. Il ne portait que quelques petites peaux et végétaux, ne laissant d’ailleurs que peu de place à l’imagination. Simon se surprit à rougir. Son regard fut alors attiré par les yeux d’un vert hors du commun de l’intrus : ils étaient presque brillants dans la pénombre de la bibliothèque. Le professeur Derrington se demanda s’il ne se trouvait pas face à une créature magique et il cherchait dans ses connaissances pour déterminer laquelle.

« Qui es-tu ? » répéta Clay toujours aussi nerveux par la présence intruse. L’homme répondit dans une langue que le jeune homme ne comprit pas. Sachant que Tina ne parlait que l’angelnish, comme lui, l’ancien Faucheux se tourna vers Simon. « C’est fâcheux, avoua ce dernier. Je ne parle pas le nahuatl… Enfin, seulement quelques mots, mais je n’ai pas compris ce qu’il a dit. Tant pis, nous allons communiquer à l’ancienne. » Clay se demanda ce que signifiait communiquer à l’ancienne tandis que l’archéologue se plaçait face à l’inconnu et se désignait lui-même en répétant : « Simon ! » Après quelques secondes d’incompréhension où l’homme brisa le masque d’impassibilité de son visage pour afficher une mine perplexe, il finit par comprendre et plaça à son tour sa main libre sur sa poitrine en disant :

« Chaahk. »

Le professeur Derrington se tourna alors vers ses deux jeunes compagnons, la mine radieuse, pour leur dire : « Il s’appelle Chaahk !
– Ça va être long, commenta Tina d’un air désabusé.
– Qui il est et comment il est arrivé là ? s’enquit Clay. Qu’est ce qu’il veut ?
– Voilà beaucoup de questions, voyons voir si nous pouvons avoir une conversation avec notre invité. »

Avant que les deux anciens Faucheux aient pu protester, l’archéologue s’assit à côté du réchaud qui leur servait à cuisiner et invita l’inconnu à faire de même. Après un bref regard en direction des deux plus jeunes, le nahua aux yeux verts se laissa glisser en tailleur, faisant tournoyer sa lance pour l’installer en travers sur ses genoux. Pendant que Simon allumait le réchaud tout en s’emparant de sa bouilloire, il insista auprès de Clay et Tina pour qu’ils s’asseyent avec eux. Ils obtempérèrent après une brève hésitation. La lance les inquiétait, mais l’intrus ne paraissait pas avoir l’intention de s’en servir dans l’immédiat.

Tandis que l’eau chauffait dans la bouilloire, l’archéologue essaya de discuter avec Chaahk. Les débuts furent laborieux. Les seuls mots de nahuatl sur lequel ils se retrouvaient étaient les mots nahuatl et xocolatl, chocolat, ce qui n’allait pas leur être très utile pour tenir une véritable conversation. Heureusement, Simon était d’un naturel persistant et, à force d’essais et de gesticulations, les deux hommes finirent par réussir à communiquer un peu. « Si j’ai bien compris, il profitait du fait que nous n’étions pas là pour nous voler de la nourriture, expliqua l’archéologue à ses deux compagnons en affichant un sourire ravi.
– Pourquoi ça vous réjouit qu’il nous pique des trucs ? demanda Tina qui était souvent désarçonnée par les réactions du professeur Derrington. Il aurait pu demander en plus.
– Cela ne me réjouit pas qu’il vole dans nos affaires, c’est le fait de parvenir à discuter avec lui qui me rend heureux ! Je crois que cela fait longtemps qu’il réside dans cette bibliothèque, peut-être qu’il pourra nous aider dans nos travaux. »

Chaahk assistait à leur discussion sans mot dire, jusqu’à ce qu’il y ait un silence. Il en profita pour s’enquérir : « Belisama ?
– Belisama ? répéta l’archéologue un peu perdu. Comme la déesse Belisama ? » Le nahua ne comprit pas l’interrogation de Simon, mais l’avoir entendu répéter le nom à plusieurs reprises, il gratifia le professeur Derrington d’un regard plein d’espoir.

« C’est qui Belisama ? s’informa Tina qui était agacée de ne rien comprendre à la situation.
– C’est le nom d’une déesse celte, répondit l’archéologue qui réfléchissait en même temps. Mais je dois avoir mal compris : s’il est un nahua il ne peut pas me parler de cette Belisama-là.
– Celte, acquiesça soudainement Chaahk qui suivait attentivement leurs propos. Belisama, celte. Belisama ?
– Je… Euh… Mais les dieux… balbutia Simon. Les dieux sont un concept, à moins que…
– À moins que quoi ? demanda à son tour Clay qui espérait pouvoir comprendre.
– À moins que les dieux ne soient des créatures folkloriques comme les autres, répondit l’archéologue en tournant des yeux écarquillés vers son apprenti.
– C’est possible ça ? s’étonna le jeune homme.
– Bah, je vois pas pourquoi ça serait différent, commenta Tina en haussant les épaules.
– Bien sûr bien sûr, acquiesça vivement Simon. Mais si les dieux sont des créatures issues du folklore comme les autres, cela signifie que nous devons nous attendre à en rencontrer ! Imaginez, s’ils ont été qualifiés de dieux, c’est parce qu’ils étaient des êtes particulièrement puissants. Je ne sais pas comment les gouvernements vont gérer la cohabitation avec des dieux. C’est fabuleux ! Et effrayant aussi, un peu. »

Chaahk posa son coude sur sa cuisse et sa tête dans le creux de sa main. Il semblait avoir décidé de prendre son mal en patience le temps que quelqu’un daigne répondre à sa question. Cela n’arriva pas tout de suite, car la bouilloire se mit à siffler et Simon s’empressa de servir des tasses de thé à tout le monde. Le nahua repoussa sa chevelure en arrière d’un coup de tête avant de flairer le contenu de sa tasse où les feuilles infusaient. « Tcha ? Ti ? s’enquit-il.
– Du thé, précisa Simon.
– Thé, répéta Chaahk. Amaterasu, thé. Amaterasu ? »

Cette fois-ci, l’archéologue afficha une mine désemparée. Il ne comprenait pas de quoi parlait son invité. Voyant qu’il avait perturbé son interlocuteur, Chaahk fit un mouvement de main comme pour balayer ses propos et reprit : « Belisama ?
– Je ne sais pas. » avoua l’archéologue en haussant les épaules pour appuyer ses dires. Comment aurait-il pu savoir s’il était possible de rencontrer Belisama ? Il manqua de renverser son breuvage brûlant sur ses cuisses, mais le nahua acquiesça en signe qu’il avait compris. Simon continua à essayer de communiquer avec Chaahk, se disant qu’il savait peut-être des choses sur cette bibliothèque.

Ennuyée de ne rien comprendre à la conversation, Tina se leva pour ouvrir l’antique placard à provisions de la salle où ils campaient. Lorsqu’elle avait réalisé que ce distributeur de provisions était une machine, elle avait décidé qu’elle parviendrait à la remettre en marche. Malheureusement, comme pour tout le reste des installations, il semblait qu’il faille de l’électricité pour la faire vraiment fonctionner. Elle avait tout de même réussi à faire bouger certains mécanismes à la main, mais le temps avait fait son œuvre et elle avait besoin de nettoyer tout le système si elle espérait le voir fonctionner un jour.

Intrigué par ce qu’elle faisait, Chaahk finit par délaisser les tentatives de conversation avec Simon pour s’approcher de la machine. Comprenant ce qu’elle essayait de faire, l’homme s’approcha et inspecta le mécanisme à son tour. Puis il commença à triturer le système, tout en donnant des explications dans sa langue. Tina le regarda œuvrer et finit par le rejoindre dans son bricolage sans mot dire. Il la guida au début, puis elle termina sa réfection toute seule. Entre ces deux là, il ne semblait pas y avoir besoin de paroles.

Clay, qui sirotait paisiblement son thé, jeta un coup d’œil à Simon qui paraissait jaloux de leur connivence. De dépit, l’archéologue se plongea dans les notes qu’il avait prises pendant que son apprenti pédalait pour fournir de l’énergie. L’ancien Faucheux l’écouta marmonner dans un jargon mêlant l’angelnish et la langue antique et se lança lui-même dans une esquisse de Tina et Chaahk qui travaillaient ensemble sur la machine.

Lorsque le nahua laissa Tina bricoler toute seule, il retourna s’asseoir près du professeur Derrington. Là, il pencha la tête en l’écoutant parler. Comme Simon parlait vite et dans un mélange des deux langues, il fronça les sourcils ; Clay supposa qu’il essayait de comprendre des mots au vol. « Valentin ? s’enquit finalement l’homme à la longue chevelure noire piquée de plumes.
– Pardon ? » s’interrompit l’archéologue. Chaahk répéta avec hésitation quelques mots de langue antique que Simon venait de prononcer, en ajoutant le prénom du doctorant qui avait produit les enregistrements sur lesquels le professeur Derrington avait pris des notes. Le visage de ce dernier s’illumina. Si leur invité connaissait lui aussi ce langage perdu, ils allaient enfin pouvoir communiquer de manière plus efficace.

Clay ne connaissait pas suffisamment la langue pour suivre leur conversation, qui était par ailleurs hésitante des deux côtés. Simon, qui était particulièrement enthousiaste au début, finit par montrer une perplexité de plus en plus grande au fur et à mesure que Chaahk lui donnait des explications. L’ancien Faucheux se demandait ce que leur intrus pouvait bien lui raconter de si étonnant.

 

2358 petits mots, j’aurais voulu en faire plus, mais c’est toujours comme ça au démarrage !