NaNoCamp d’avril 2019, fin !

Glorieuses salutations !

Bon, en fait le NaNoCamp est fini, je ne m’en suis même pas rendue compte et je n’ai pas du tout été efficace : je l’ai glorieusement raté (oui, parce que même si on rate des trucs, tant qu’on le fait glorieusement, ça passe. Non ?). Je pense que j’avais déjà tout donné les mois d’avant et que j’avais besoin de vacances. Du coup j’ai pris du retard et je vais tâcher de me concentrer sur la fin de la reprise du mon tome 1 de Arkhaiologia (La Bibliothèque Ensevelie) histoire de l’envoyer et de m’occuper de la suite, pendant que les éditeurs passeront entre 6 et 12 mois à décider que le premier ne convient toujours pas à leur ligne éditoriale en dépit de toutes ses qualités huhuhu ! Je n’ai pas de quoi m’ennuyer. Je ne sais pas ce qui m’a pris quand je me suis lancée dans cette série de romans ^^

Une fois que j’aurai fini, j’ai encore au moins deux historiettes à faire pour finir de poser les choses dont j’ai besoin, mais qui adorent rester vagues dans ma tête. Et puis après bim ! Tome 2, que je vais certainement encore remanier. À force, je vais pouvoir envoyer les deux tomes à la fois hahaha ! Enfin bon, c’est pas sûr, puisque je vais devoir prendre du temps d’écriture pour reprendre un boulot alimentaire, parce qu’il faut bien manger dans la vie. Ça aide paraît-il.

Voilà pour les nouvelles générales. Si vous voulez suivre mes états d’âme de manière un peu plus soutenue que sur ce blog, vous pouvez aussi suivre :
-> la glorieuse page Facebook
-> le glorieux compte Twitter
-> et puis il y a la glorieuse chaîne YouTube aussi, il faudrait d’ailleurs que je m’occupe de mettre d’autres trucs dessus.

À bientôt pour de nouvelles aventures !

Le cube des Morton

Spoiler alert : Dans cette historiette, il y a des informations concernant certains personnages d’Arkhaiologia. Si vous êtes sensibles au spoil, vous n’aurez peut-être pas envie de lire ce qui suit avant d’avoir lu au moins le premier tome !

 

« Cet objet est de très mauvais goût, ma chère, ne trouvez-vous pas ? » Charles Morton contemplait d’un œil critique le cube que sa femme enceinte tenait dans ses mains, tout en maintenant difficilement son ombrelle sous un bras. L’objet était lui-même composé de cubes colorés plus petits, chaque face du plus grand comportant vingt-cinq petits. Les faces colorées étaient réparties de façon aléatoire, heurtant la sensibilité esthétique de Charles. « Cora ? l’appela-t-il en récupérant l’ombrelle pour l’aider.
— Mmmh ? Oh, oui, j’étais seulement intriguée. Je pensais qu’il s’agissait d’un objet décoratif, mais maintenant j’ai plutôt l’impression qu’il s’agit d’un casse-tête à résoudre. »

Pour appuyer ses dires, elle montra à son époux que chaque rangée de petits cubes pouvait pivoter. « Un cube dispose de six faces, reprit-elle. Or, comme il y a également six couleurs sur les petits cubes, je suppose qu’il faut regrouper une couleur par face. » Elle continua à manipuler l’objet, puis soupira. « Cela semble compliqué. Il me faudrait plus de temps pour trouver la solution !
— Soit. » acquiesça Charles avec un sourire. Ravi de voir Cora retrouver de son enthousiasme, elle qui était si lasse ces derniers temps, il acheta le cube coloré au marchand de la grande foire de Rysel.

« Vous avez l’œil pour les raretés ! Le félicita le vendeur avec gouaille. Ceci n’est pas qu’un simple objet décoratif. Vous avez là un artefact qui vient tout droit de la cité perdue de Lug !
— La cité perdue de Lug ? répéta monsieur Morton. Je n’en ai jamais entendu parler.
— D’aucuns disent qu’elle est au centre de Gallica, mais les rares qui ont réussi à y mettre les pieds ne sont jamais arrivés à la retrouver. »

Charles jeta un coup d’œil agacé au marchand. « Encore une cité mystique qui n’existe pas, lâcha-t-il. Je ne suis pas si crédule, vous savez.
— Bah, vous pouvez me croire, lui assura le vendeur en haussant les épaules. Vous avez déjà acheté l’objet, je n’ai aucune raison d’essayer de vous convaincre.
— La Gallica n’est pas une région inexplorée, persista monsieur Morton. Depuis le temps qu’elle est sous la houlette de l’Empire d’Angeland, il ne reste aucun territoire qui ne soit pas connu, répertorié et cartographié. De plus, le train dessert toute la région, je ne vois pas ce qu’il pourrait y avoir de mystérieux en Gallica.
— Haha, vous êtes un homme sceptique, c’est bon pour vous, ça ! Ça va bien vous éviter de vous faire rouler. Il n’empêche que je crois à la magie, moi. Et je suis persuadé que la cité de Lug existe en Gallica ; elle est juste dissimulée.
— Si vous le dites. » capitula Charles en haussant les épaules, avant de prendre congé.

Il tourna la tête à la recherche de Cora et fut surpris de ne pas la voir à ses côtés. Fouillant les alentours du regard, il l’aperçut enfin qui s’était assise sur un banc, toujours en train de manipuler le cube composé de cubes pour le résoudre. Il sourit, attendri de la voir si concentrée, et la rejoignit, s’asseyant près d’elle. « C’est compliqué, commenta-t-elle en faisant furieusement pivoter les rangées de cubes colorés. J’essaie de ne m’occuper que d’une seule face pour le moment, je pense que ce sera plus simple ainsi. »

Charles acquiesça et resta silencieux, profitant de ce moment de quiétude avec sa femme. Ses activités de conseiller financier lui prenaient beaucoup de temps et d’énergie à Eastlond. Il se félicitait d’avoir eu l’idée de cette petite virée de l’autre côté du bras de Saltarm pour se ressourcer en compagnie de Cora qui, elle, s’étiolait d’être recluse chez eux en attendant la naissance de leur bébé.

 

Plus sa grossesse avançait, plus Cora paraissait obnubilée par son cube coloré. Et plus elle résolvait de faces, plus la suivante semblait la mettre en échec. Charles déplorait de ne pas parvenir à passer autant de temps qu’il l’aurait voulu auprès d’elle. Il était à présent conseiller financier pour trois entreprises toutes neuves basées sur les nouvelles technologies : RotorCorp dirigée par Rose Wemyss, AérosTech dirigée par Jeremiah Finley et MécanInc dirigée par Abigail Lyons. Les trois directeurs se montraient très demandeurs en ce qui concernait ses services et monsieur Morton se retrouvait souvent invité à des dîners chez les unes ou l’autre.

Il réussissait à en esquiver quelques-uns, mais pas suffisamment à son goût. Cora ne lui en tenait pas rigueur ; cela dit, il s’en voulait assez pour deux. La seule chose qu’elle se laissait à lui rappeler de temps à autre était qu’elle préférait lorsqu’il passait des moments avec elle. Ils avaient alors la même sempiternelle conversation.

« J’aimerais beaucoup, lui assurait-il à chaque fois. Mais je me suis promis de vous offrir une douce existence, c’est pourquoi je ne dois pas négliger mes clients.
— Mon existence serait plus douce si vous la passiez à mes côtés, ronchonnait-elle alors. Ma famille serait prête à nous donner suffisamment de rentes pour que vous n’ayez pas besoin de travailler.
— Voyons ma douce, vous savez bien que vous seriez la première embarrassée si nous devions quoi que ce soit à votre famille.
— Je sais bien, soupirait-elle. Mais vous me manquez lorsque vous passez vos journées et soirées loin de moi. J’aimerais tellement vous accompagner !
— Bientôt, lorsque le bébé sera né.
— Vivement. »

Cora et sa famille avaient des relations compliquées. Originaires de la Pictie, où la plupart d’entre eux vivaient toujours, les MacFarlane étaient toujours très versés dans les anciennes croyances. Or, il s’avérait que celle qui était désormais madame Morton était la septième fille d’une septième fille. Selon le folklore populaire, cela signifiait qu’elle était une sorcière et sa chevelure de feu donnait un argument supplémentaire dans ce sens. La moitié de sa famille la vénérait pour cela et l’autre moitié se méfiait d’elle pour la même raison.

En grandissant, Cora s’était très rapidement sentie étouffée par ce cocon de considérations contradictoires. Elle avait demandé à être mise en pension très loin, à Eastlond, célèbre cité du sud, rutilante de modernité. La capitale de l’Empire d’Angeland la faisait rêver et elle espérait pouvoir se fondre dans la masse. Sa tactique fonctionna au-delà de ses espérances ; elle ne suscitait plus d’intérêt particulier. Libérée de cette aura de sorcellerie qui l’oppressait, elle put enfin s’épanouir.

Durant ses études eastlondiennes, elle s’éprit de Charles Morton, grand sceptique qui l’aimait pour ses qualités propres et non par curiosité de son état de soi-disant sorcière. Les MacFarlane ne virent pas cette nouvelle d’un très bon œil. Ils étaient réticents à laisser une fille de leur clan fricoter avec un étranger du sud. Et, pire encore, ils se trouvèrent vexés lorsque la fille en question parut ignorer complètement leur refus. C’était bien d’une sorcière, ça, de n’en faire qu’à sa tête !

La doyenne MacFarlane, dans une lettre aux accents tragédiens, donna un ultimatum à son arrière-petite-fille : ou Cora quittait ce parvenu de Charles Morton, ou sa famille leur coupait les vivres. Les deux jeunes gens répondirent avec hauteur qu’ils pouvaient conserver leur argent, qu’ils s’en sortiraient bien seuls. Ce qu’ils firent avec enthousiasme. Leurs débuts furent un peu difficiles. En effet, l’un comme l’autre venaient de terminer leurs études et il leur fallut un peu de temps pour trouver chacun un emploi. Heureusement, lorsque leurs fins de mois étaient maigres, la mère de Charles leur donnait un peu de son faible surplus.

Monsieur Morton trouva bientôt une place comme commis des finances et mademoiselle MacFarlane comme aide-bibliothécaire. Leur situation ainsi stabilisée, ils se marièrent. Cela réconcilia Cora avec sa famille, qui n’avait plus rien à redire au sujet de Charles. Les MacFarlane leur précisèrent cependant bien qu’ils ne renouvelleraient pas leur aide financière, ce dont les deux jeunes mariés n’avaient cure.

Cora tomba bientôt enceinte et, la grossesse étant particulièrement éprouvante pour elle, elle dut momentanément quitter son emploi de bibliothécaire. Charles, quant à lui, mit les bouchées doubles afin de procurer à sa femme le même confort que celui qu’ils avaient réussi à obtenir à deux. Ces opportunités de devenir conseiller financier de trois entreprises prometteuses était une véritable aubaine pour lui.

Et pourtant Charles se sentait un peu angoissé. Il avait l’impression que malgré tous ses efforts pour entourer Cora de ce dont elle avait besoin, elle continuait à s’étioler. Et ce, même après leur petite virée à Rysel. Il utilisa alors beaucoup de ses ressources pour faire appel aux meilleurs médecins d’Eastlond. Les hommes et femmes de médecine qui examinèrent Cora ne purent guérir son esprit erratique et parurent inquiets concernant le terme de la grossesse. Inquiet, Charles s’arrangea pour que des praticiens passent quotidiennement s’assurer de la santé de sa femme. Les MacFarlane, tous aussi inquiets de ces nouvelles, envoyèrent une cousine de Cora lui tenir compagnie.

Laoghaire, aussi rousse que sa cousine, était reconnue dans le clan comme une femme capable de voir et bannir les mauvais esprits et autres fées. La doyenne l’avait envoyée, elle, avec cette deuxième mission dont Charles ne devait pas avoir connaissance : vérifier que la septième fille de la septième fille n’était tourmentée par aucun mauvais esprit. Et, le cas échéant, s’assurer qu’il ne s’agissait pas de son héritage de sorcière qui était en train de se révéler. Monsieur Morton accueillit chaleureusement Laoghaire, rassuré que Cora puisse avoir de la compagnie pendant que lui-même serait occupé à ses affaires.

Ses inquiétudes revinrent rapidement. Madame Morton semblait un peu moins perdue grâce à la présence stimulante de sa cousine, mais il n’y avait toujours que le cube coloré qui parvenait à vraiment focaliser son attention. Laoghaire avait tout essayé pour la distraire de l’étrange objet. Rien n’y fit. Cora se mettait même en colère lorsqu’on tentait de le soustraire à sa portée. Alors qu’elle allait accoucher d’un jour à l’autre, il n’y avait plus que deux faces qui lui donnaient du fil à retordre et elle paraissait plus déterminée que jamais à le résoudre.

Malgré la présence de la cousine MacFarlane, Charles décida de prendre plus de temps pour s’occuper de sa femme. Ses partenaires se montrèrent compréhensifs, Cora approchant du terme et les rumeurs concernant ses problèmes de santé allant bon train. De toute façon, monsieur Morton était trop préoccupé pour pouvoir gérer les affaires avec efficacité, tout le monde l’avait bien remarqué, lui compris.

« Avez-vous bien avancé dans la résolution du cube, ma chère ? s’enquit Charles un jour où il avait pu se couper de ses responsabilités.
— Mmhmm, répondit Cora qui réfléchissait en tournant le cube en tous sens dans ses mains. Je pense que nous allons avoir une fille.
— Vraiment ? Comment le savez-vous ?
— J’ai… comment dire, j’ai regardé à l’intérieur de moi-même. J’aimerais l’appeler Ethelle.
— C’est un joli prénom. » convint Charles.

Il se demandait s’il pouvait croire les propos de sa femme, mais peu lui importait. Il voyait dans cette discussion un signe d’amélioration de son état. « Je suis très heureuse de vous avoir près de moi, continua Cora. J’ai l’impression que vous m’aidez à garder l’esprit clair ; je ne me sens pas très bien ces derniers temps.
— Rassurez-vous, cela va bientôt s’arranger.
— Serez-vous là demain aussi ?
— Demain non, déplora Charles en lui prenant tendrement la main. Mais après-demain oui, je me tiendrai à vos côtés toute la journée. Peut-être même pourrons-nous sortir faire un tour si votre état le permet.
— Quelle bonne idée ! »

Monsieur Morton passa le reste du temps à divertir sa femme de toutes les manières auxquelles il put penser ; elle en oublia même son cube coloré. Et ce, au grand dam de Laoghaire qui s’était habituée à avoir l’exclusivité du bien-être de sa cousine. Surtout que, lorsqu’il était là, Charles l’empêchait de brûler des herbes dans leur chambre sous prétexte que cela l’incommodait. Elle avait argumenté qu’il s’agissait là d’une magie commune pour protéger Cora des mauvais esprits qui voudraient profiter de la faiblesse de son état, mais en vain : monsieur Morton refusait catégoriquement de croire au surnaturel. Laoghaire se résigna à attendre le lendemain, lorsqu’il serait absent, pour renouveler ses bienfaits magiques.

Ce qu’elle fit.

Charles venait de passer une après-midi éprouvante à l’ambassade de Nueva Azteca. Il avait accompagné mesdames Wemyss et Lyons ainsi que monsieur Finley pour tisser de nouveaux liens commerciaux. Pressé de retrouver Cora, il prit rapidement congé de ses collaborateurs et se rendit chez lui le plus vite possible. En ouvrant la porte, il se figea. Laoghaire discutait avec un médecin et tous deux arboraient des mines graves.

« Que se passe-t-il ? s’inquiéta Charles.
— Ah, monsieur Morton, le salua brièvement le médecin. Je suis navré, j’ai de bonnes et de mauvaises nouvelles pour vous.
— Cora ?
— Je… et bien, hum, elle n’a pas survécu à l’accouchement. Toutes mes condoléances, monsieur.
— Comment ? » s’enquit Charles d’une voix blanche, tandis que Laoghaire fondait en larmes.

Sans attendre de réponse, il se précipita dans la chambre. Le lit était vide. Le seul témoin de la présence de Cora était le cube coloré, presque entièrement résolu sur la table de chevet. « Cora ! » s’écria Charles d’une voix étranglée par les sanglots. « Cora ! Qu’avez-vous fait d’elle ? s’enquit-il ensuite auprès de Laoghaire qui l’avait suivi.
— Je n’ai rien fait, se défendit la cousine MacFarlane en essuyant ses propres larmes. Elle est morte et puis les fées l’ont emmenée, mais…
— Les fées ?! rugit monsieur Morton. Ce n’est pas le moment de débiter des inepties pareilles, où se trouve ma femme ? »

Laoghaire, effrayée, lui désigna la fenêtre. Les rideaux se balançaient légèrement dans la brise qui entrait par les battants ouverts. Charles s’apprêta à crier de nouveau, lorsque des pleurs de nourrisson déchirèrent le silence. « Et, hum, voici la bonne nouvelle, intervint le médecin en pénétrant dans la pièce. Vous avez un bébé en bonne santé, une petite fille. » Monsieur Morton ne répondit pas et s’approcha du berceau à côté du lit où aurait dû se reposer Cora. Un bébé enveloppé de langes s’y tortillait, le visage crispé d’effort pour essayer de pleurer et respirer en même temps.

Lentement et avec tendresse, Charles prit sa fille dans ses bras et se mit à la bercer. Très vite, l’enfant se calma. En prenant garde d’adoucir sa voix pour ne pas effrayer le petit être blotti contre lui, il demanda au médecin : « Où se trouve ma femme ?
— Je… je ne sais pas, avoua-t-il. Je m’occupais de vérifier la santé de votre fille et de lui faire prendre son premier repas quand le corps a… disparu. Je pensais que votre cousine s’était chargée des dispositions…
— Je vois. Vous pouvez partir, je n’ai plus besoin de vous à présent. » Le ton de monsieur Morton était définitif et le médecin s’en fut en secouant la tête. « Vous pouvez partir aussi, ajouta Charles à l’intention de Laoghaire.
— Mais…
— Et dès demain, vous pourrez retourner en Pictie, auprès du clan MacFarlane.
— Mais non, je ne peux pas laisser la petite comme ça…
— Si vous me ramenez Cora, vous pourrez rester. »

Laoghaire ne savait pas où se trouvait la dépouille de sa cousine et elle avait des consignes de la doyenne concernant le bébé. Elle voulut argumenter, mais le regard de Charles l’en empêcha. Elle ne l’avait jamais vu aussi dur et capitula, quittant la pièce avec un air pincé. Maintenant seul avec sa fille, qui avait déjà ses yeux grands ouverts, il plongea son regard à présent attendri dans le sien.

« Ma jolie Ethelle, chuchota-t-il au nourrisson qui le contemplait d’un air grave comme seuls savent le faire les bébés. Je suis terriblement triste d’avoir perdu ta mère, mais tellement heureux de t’avoir avec moi. Je ferai tout pour t’offrir la vie de rêve que tu mérites. » Les larmes aux yeux, Charles posa délicatement Ethelle sur le couvre-lit et s’étendit à côté, ne parvenant pas à détacher son regard d’elle. Le cube sur la table de chevet émit une faible lueur palpitante, avant de s’éteindre de nouveau. Seuls deux petits cubes colorés ne se trouvaient pas encore à leur place.

Des chaudrons et des fées

Spoiler alert : Dans cette historiette, il y a des informations concernant certains personnages d’Arkhaiologia. Si vous êtes sensibles au spoil, vous n’aurez peut-être pas envie de lire ce qui suit avant d’avoir lu au moins le premier tome !

 

« Mais non Morrigan, ne rajoute donc pas tant de gui, tu vas chambouler les proportions et il faudra tout recommencer.
— Je sais ce que je fais, Badb.
— Ah, le contenu du chaudron va exploser, on dirait. » commenta platement Macha, la troisième sœur.

Ainsi qu’elle l’avait prédit, la potion se mit à siffler de manière menaçante en bouillonnant comme du lait abandonné sur le feu. Les bouillons se muèrent soudain en un geyser brûlant, éclaboussant les alentours. Les trois reines-fées reculèrent prestement, mais pas assez vite pour éviter les éclats du liquide.

Morrigan secoua les bras qu’elle avait portés devant son visage pour le protéger, afin d’en égoutter la potion ratée et rehaussa son diadème rouge sur ses cheveux roux et frisés. Altière, elle se redressa ensuite de toute sa taille élancée, se drapant dans sa dignité. Un peu plus petite qu’une humaine, elle irradiait la puissance et la volonté. Tous ceux qui la côtoyaient s’accordaient sur le fait qu’il valait mieux ne pas la contrarier, mis à part ses deux sœurs qui n’avaient cure de son caractère.

« Maintenant que tu as fondé ton royaume en Bretagne, tu es devenue bien imprudente, reprocha Badb à Morrigan, tout en essuyant les gouttes sur sa tunique qui épousait ses formes rondes et en rajustant son diadème bleu sur sa chevelure noire.
— Tu disais déjà ça avant que je fonde mon royaume breton, rappela Morrigan.
— Eh bien, disons que ça n’a pas amélioré ton caractère. »

Pendant que ses deux sœurs se disputaient, Macha s’était approchée du chaudron pour éteindre le feu en dessous. Toute petite et menue, elle paraissait rêvasser en permanence. Son diadème argenté pendait de travers sur ses fins cheveux blonds, mais elle n’y prêtait pas attention. Une fois assurée que le contenu du chaudron ne chauffait plus, elle en inspecta l’intérieur. Il ne restait plus qu’une pâte visqueuse et brunâtre qui maculait le fond et les bords du récipient gravé d’entrelacs.

La reine-fée blonde passa un doigt sur les résidus gluants, ignorant qu’ils étaient encore brûlants, pour les étudier de plus près. Elle grimaça en flairant la substance brunâtre et lâcha sur le ton de la conversation : « Mmmh, ce n’est vraiment pas au point.
— C’est le moins que l’on puisse dire ! appuya Badb.
— Un peu de patience, réclama Morrigan. C’est l’expérience qui rentre.
— De la patience ? s’esclaffa la reine Badb. Te montres-tu aussi patiente avec tes sujets que ce que tu nous demandes d’être avec toi ?
— Que veux-tu dire par là ?
— Ne croit pas que parce que tu es de l’autre côté de la mer, je ne sache rien de ce qui se passe dans ton royaume. Notamment, j’ai entendu dire que certains de tes… korrigans te menaient la vie dure. Il paraîtrait qu’ils causent beaucoup de soucis dans et hors de tes terres.
— Je l’ai entendu dire aussi, intervint Macha en essuyant machinalement ses mains sales sur l’étole sombre de Badb qui glapit. Il paraît que ce sont des bardes qui usent de l’awen à tort et à travers.
— Ils finiront par faire preuve de sagesse, grimaça Morrigan avec irritation.
— C’est ce que tu dis, rétorqua Badb en fusillant du regard Macha qui l’ignora. Il leur faut du temps et il te faut de la patience, car c’est l’expérience qui rentre comme tu dis. Alors, pourquoi passent-ils une partie de leurs nuits dans tes geôles ? »

Morrigan pinça les lèvres. Ses sœurs et elle étaient en contact permanent grâce à leurs corneilles, peu importe la distance : chacune pouvait voir par les yeux de ces oiseaux. Elle estimait que Badb devait un peu trop surveiller ce qu’elle faisait. Cela dit, les trois petits troubadours korrigans n’en faisaient effectivement qu’à leur tête, préférant utiliser leurs pouvoirs bardiques pour amuser la galerie ou s’attirer des ennuis au lieu d’en user à de nobles fins.

Ou, du moins, des fins qui l’arrangeaient elle. Ils n’hésitaient pas non plus à s’en servir au vu et au su d’humains, ce qui avait mis plusieurs fois le royaume féérique de Morrigan en péril. Heureusement, la magie de la reine était puissante et elle avait réussi à maintenir ses terres cachées aux yeux des mortels revanchards.

Plus grave encore, à ses yeux, son propre fils s’était pris d’adoration pour eux. Également barde de grand potentiel, elle craignait qu’il ne se retrouve mal influencé par ces piètres exemples. Son compagnon, le père du prince, lui enjoignait à chaque fois d’accorder sa confiance à leur progéniture lorsqu’elle abordait le sujet, mais Morrigan ne parvenait pas à s’y faire. Son cœur se serrait à chaque fois qu’elle voyait son fils couver les trois fauteurs de troubles d’un regard admiratif.

« Je pense que ce chaudron n’est pas assez robuste pour contenir une préparation magique telle que celle que tu envisages, Morrigan, déclara pensivement Macha.
— Je suis d’accord, confirma Badb avec véhémence. Il en faudrait un meilleur.
— Je n’en ai pas de mieux, déplora Morrigan. Et vous ? »

Ses deux sœurs hochèrent négativement la tête. « Il faudrait au moins le chaudron de Lug pour contenir autant de magie, estima Macha. Mais encore faudrait-il le trouver : il a été caché dans l’Anwynn, l’Autre-Monde, et il se dit que les protections qui l’entourent sont impénétrables. C’est que ce n’est pas rien de vouloir dresser une barrière autour de toute la Bretagne pour en préserver la magie !
— Ne vous plaignez pas, rétorqua Morrigan. Si je parviens à mes fins, vous pourrez vous aussi entourer l’Irlande et le Pays de Galles de protections similaires.
— Je pense surtout que tu t’inquiètes trop, soupira Badb. Nous n’avons pas réussi à trouver l’origine du voile noir ; rien n’indique que quelqu’un d’autre y parvienne. Il ne sera plus réactivé et nos royaumes ne seront plus isolés dans leurs enclaves.
— Je ne sais pas, déclara Morrigan en secouant la tête. On ne sait jamais… Et puis, les dieux doivent savoir où se trouve ce qui peut invoquer le voile noir. S’ils le savent, l’information va certainement se répandre.
— Allons, pourquoi les dieux dévoileraient une chose pareille ? s’enquit Macha. Cela ne ressemblerait pas à Belisama de parler à tort et à travers. D’après ce que je sais, lorsque le voile destructeur de magie s’est déployé, même eux n’ont rien pu faire et ont été balayés de la surface du globe.
— Oui, mais ils avaient l’air impressionnés du chemin pris par les humains pendant l’absence de magie, rappela Morrigan. Ils essaient de les remettre sur une voie similaire. En mieux. Peut-être que la destruction de la magie du monde fait partie de leurs plans.
— Tu dramatises, Morrigan, lui reprocha Badb en levant les yeux au ciel. Ceux que nous appelons des dieux sont des êtres sages ; ils ne favoriseront pas les humains au détriment des fées.
— C’est aussi mon avis, acquiesça Macha qui s’était allongée en étoile par terre. Cela ne leur ressemblerait pas. Je te trouve bien négative.
— Cela ne ressemblerait peut-être pas aux dieux, concéda Morrigan. Il n’empêche que d’autres gens, moins bien intentionnés, peuvent provoquer une nouvelle disparition de la magie. On est jamais trop prudents, je vous le répète !
— Puisque tu le dis, capitula Badb. Dans tous les cas, si tu veux mener ton projet à bien, il te faut le chaudron de Lug. »

Bien. Ses sœurs avaient raison : il lui fallait ce chaudron mystique si elle voulait conserver la magie en Bretagne. Sa décision était prise. Elle allait, de surcroît, veiller personnellement à ce que les trois bardes korrigans prennent du plomb dans la tête. Ils feraient parfaitement l’affaire dans la quête du chaudron de Lug. Elle sourit : elle allait faire d’une pierre deux coups. Trois si elle comptait que cela allait les éloigner de son fils. Morrigan espérait qu’ils ne la décevraient pas.

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 30

– Je trouve ça plus effrayant que vraiment fabuleux, lâcha la blondinette.
– Cela dépend de quel point de vue l’on se place, je suppose. Quoiqu’il en soit, cette magicienne a bien évidemment disparu après qu’elle ait enclenché son voile noir destructeur de magie. Il ne reste d’elle que cette colonne. Je pense que nous pouvons considérer qu’elle a exterminé des centaines de milliers d’espèces magiques, comme ces fées que l’on trouve de partout, et provoqué l’exil de beaucoup d’autres, comme les nains sous les menhirs.
– C’est horrible, comment a-t-elle pu faire une chose pareille ? s’horrifia Clay.
– Elle était probablement désespérée, suggéra Simon. Si vous voulez, je vous raconterai plus tard les hypothèses de nos deux amis dieux sur le sujet. Bref. Vous avez peut-être pu remarquer un autre dispositif à côté de la colonne. »

Les deux anciens Faucheux hochèrent affirmativement de la tête. « Bien, poursuivit le professeur Derrington. Cela a été rajouté bien après, lors de l’époque de cette bibliothèque.
– J’ai beaucoup de mal à imaginer qu’il y ait eu des époques encore plus lointaines que celle des gens de la bibliothèque, mentionna Clay en se grattant la tête.
– Je te comprends, déclara l’archéologue avec un sourire. Ce sont des choses difficiles à appréhender, même pour moi. Où en étais-je ? Ah, oui, le dispositif rajouté. Il y avait deux raisons à cette installation supplémentaire. Première raison : amplifier l’effet du voile noir pour éradiquer définitivement toute forme de magie. Deuxième raison : si l’éradication n’était pas totale, relancer l’effet de la colonne dès que la magie revient.
– Pourquoi ça ne s’est pas lancé ? demanda Tina. De la magie, y en a partout là.
– Parce que, pour une raison inconnue, la programmation n’a pas été enclenchée, expliqua le professeur Derrington. L’opération de destruction totale de la magie n’a pas été lancée non plus, d’ailleurs.
– Ben alors, qu’est ce qu’elle fait là cette installation ? reprit la blondinette.
– Je ne sais pas avec certitude, déplora Simon. Je pense que quand il a été amené dans la montagne, les personnes ont ensuite été interrompues lors de l’installation. Ou peut-être se sont-elles reprises avant de la mettre en route ? Il est difficile de le savoir sans témoins. »

Ils restèrent tous silencieux un moment ; les deux anciens Faucheux digéraient les informations. Les dieux aussi s’étaient tus et les contemplaient de leurs yeux brillants, dans l’expectative. « D’après nos deux amis, la colonne a été mise en route bien après que le dispositif d’amplification soit installé. Je suppose donc qu’il n’a jamais servi et que la personne qui a activé le voile noir ne savait pas ce que c’était. » Simon s’interrompit, jeta un bref coup d’oeil à Chaahk et Yingana, puis reprit :

« Je crois qu’ils ne m’ont pas tout dit. J’aimerais bien savoir ce qu’ils m’ont caché, mais je me contenterai de ce que je vous ai rapporté pour le moment.
– Du coup, l’idée c’est de relancer cette machine qui supprime la magie ? demanda Tina.
– Si nous voulons sauver notre civilisation de l’invasion magique, c’est la chose à faire, confima l’archéologue. Mais…
– Si nous avons juste à trouver la montagne, c’est facile, l’interrompit la blondinette. Elle doit savoir où elle se trouve si elle s’en souvient. » Précisa-t-elle en désignant Yingana d’un mouvement de menton.

« Je crains que cela ne soit pas aussi simple, lui dit le professeur Derrington.
– Pourquoi ?
– Parce que cette grotte, qui est bien plus ancienne que la magicienne qui a fabriqué cette colonne destructrice de magie, est magique également. Elle change d’endroit à chaque fois que la magie revient. Madame Yingana se souvient donc de la dernière fois qu’elle a vu cette machine, mais c’était avant sa dernière mise en route. Maintenant que la magie est revenue, la grotte a dû changer d’endroit. »

[Je suis à peu près sûre qu’il faut que je donne plus d’explications sur cette grotte mouvante]

Le professeur Derrington but quelques gorgées de thé ; son visage affichait une mine songeuse. « Bien sûr, retrouver cette montagne et cette colonne magique ne seraient valables que si nous voulons réellement supprimer la magie, précisa-t-il.
– Que voulez-vous dire ? s’enquit Clay qui n’avait pas trop su quoi dire jusque là.
– Et bien, hésita l’archéologue. Bien sûr, au départ, je pensais que cette bibliothèque était ce qui allait nous sauver de ces phénomènes surnaturels. Mais maintenant que je sais que cela éradique toute la magie, même si ce n’est pas définitif tant que l’on n’active pas le dispositif supplémentaire, je ne suis plus aussi certain du bien fondé de trouver cette grotte.
– Pourquoi ? s’étonna Tina.
– Parce qu’il ne s’agit pas juste de freiner des désagréments surnaturels, expliqua Simon. Supprimer la magie, c’est aussi tuer Chaahk et Yingana. Ils reviennent certes à la vie quand la magie revient, mais qu’est ce qui nous permet de choisir qu’ils doivent disparaître ? N’ont-ils pas voix au chapitre ? Pourquoi répéter le génocide magique de cette magicienne ? »

Un lourd silence tomba après cette grave question. « Je n’avais pas pensé à ça, déclara Clay.
– Moi non plus, avoua Tina.
– Beaucoup de créatures magiques sont pourtant dangereuses, émit le jeune homme. Mais… Et bien, je ne me vois pas tuer les dieux.
– C’est également mon avis, acquiesça le professeur Derrington. Je pense donc qu’il est très important de retrouver cette grotte, mais pas forcément pour activer le processus de destruction de la magie. De même, il faut que je réfléchisse à comment présenter la chose à mes pairs…
– Et la bibliothèque ? s’enquit Clay.
– Oui ?
– Nous allons arrêter là l’étude de la civilisation antique pour nous occuper de cette grotte ? précisa l’ancien Faucheux.
– Bien sûr que non ! protesta Simon. Je reste archéologue avant tout et cette civilisation a besoin d’être étudiée ! Cette tache risque d’être plus facile maintenant que nous avons des témoins direct, mais je ne l’abandonnerai pas.
– Et la grotte alors ? demanda à son tour Tina.
– J’y venais. Je suis toujours convaincu que cet endroit est la clef de tout. C’est ici que nous trouverons des indications pour découvrir cette mystérieuse grotte !
– Comment vous le savez ? continua la blondinette.
– A ton avis, pourquoi Chaahk a-t-il essayé de détruire la partie de la bibliothèque Yingana voulait me montrer ? »

L’archéologue fit un clin d’œil aux deux anciens Faucheux. « Bon ! déclara soudainement le professeur Derrington. Fini les bavardages, nous avons du pain sur la planche, occupons-nous de découvrir l’emplacement de cette grotte magique qui détruit la magie. »

 

1104 pour ce dernier jour, j’ai officiellement fini dans les temps, même si j’ai triché à fond cette année. Je m’étais donnée beaucoup trop de challenges x) Enfin bon c’est fini, maintenant pause mois-des-cadeaux avant de retravailler le tome 1 à la lumière nouvelle de l’ébauche du début du T2 qu’il faudra beaucoup travailler ensuite. Le T3 et bien, je pense que ça sera pour l’année prochaine malheureusement.

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 29

En plus du fait que la scène était plus étendue, claire et réaliste, elle était dotée du bruit ambiant des conversations. En revanche, comme lors des apparitions fantomatiques, les gens alentours ne semblaient pas remarquer l’archéologue, ses assistants ni les dieux et n’avaient pas non plus de consistance. Même Simon avait le souffle coupé face à ce spectacle ; il avait les mains jointes et regardait partout d’un air émerveillé. Clay et Tina, dos à dos, tournaient sur eux-même en contemplant la civilisation antique revenue à la vie.

Un bruit strident les fit sursauter. Deux des portiques – dont l’archéologue n’avait, jusqu’ici, pas réussi à déterminer l’utilité – avaient produit une brève mais bruyante alarme, tandis que des lumières rouges s’étaient allumées à leur sommet. Penaud, l’étudiant qui avait provoqué l’alarme sortit de son sac deux livres qu’il présenta aux deux membres du personnel de la bibliothèque qui l’avaient rejoint. Le professeur Derrington applaudit, enchanté. « Ces choses servent à empêcher les vols ! » se réjouit-il. Sur ces mots, il s’empara d’un carnet et d’un crayon dans l’une de ses poches et commença à prendre frénétiquement des notes.

Clay n’avait pas eu le réflexe de sortir de quoi dessiner. Il se contentait de s’émerveiller en constatant que ces personnes issues de l’antiquité étaient à la fois comme lui et à la fois tellement différents. Il les avait déjà beaucoup vus grâce aux scènes fantomatiques, mais il ne se lassait pas de scruter leurs physionomies, se demandant ce qu’ils pouvaient bien penser. En voyant passer une étudiante aux cheveux bleus, l’ancien Faucheux songea que ces gens avaient décidément une vision de l’esthétique bien différente de la leur et cela ne lui déplaisait pas.

Il jeta un coup d’œil de côté et aperçut Tina en train de regarder avidement les appareils que tenaient une grande partie des gens présent. Ils ressemblaient beaucoup à la tablette noire qui contenait les enregistrements de Valentin et Béatrice, mais ils étaient plus petits et il n’y avait pas besoin de cyclopède pour les maintenir allumés. Il y avait d’autres machines aussi, posées sur l’îlot d’accueil. La blondinette alla les voir de plus près, heurtant le professeur Derrington qui faisait de même.

la scène s’arrêta aussi soudainement qu’elle avait commencé. Le hall de la bibliothèque retourna dans la pénombre, toute vie disparue. Clay constata que Yingana chancelait, soutenue par Chaahk. Cette démonstration devait lui avoir demandé beaucoup d’énergie. Son ami soupira et lui dit quelques mots sur un ton que Clay interpréta comme une capitulation. L’archéologue, pressentant qu’on allait lui dévoiler des choses intéressantes, s’approcha des deux dieux, en essayant de masquer ses trépignements d’impatience.

Yingana n’était pas très grande, mais elle se redressa de toute sa hauteur une fois son malaise passé. Ainsi, elle donnait l’impression d’être plus grande que le professeur Derrington. Lorsqu’elle commença à parler, sa voix s’était fait profonde et ses intonations hypnotisantes. Avant même de s’en rendre compte, tous s’endormirent, emmenés dans le monde onirique par la maîtresse des rêves.

Clay se sentit rassuré de voir que Simon, Tina et les dieux étaient avec lui dans le songe. Ils étaient dans une plaine herbeuse au pied d’une montagne. La magie était partout, faisant parfois crépiter de l’électricité statique dans l’atmosphère. Des petites fées butinaient des pensées, batifolant les unes avec les autres. Yingana sourit, puis leur désigna la montagne. Elle leur fit signe de la suivre et commença à gravir la pente, suivie par Chaahk. L’archéologue se précipita à leur suite avec enthousiasme. Tina et Clay lui emboitèrent le pas avec plus de modération.

La montagne était très haute, mais l’ancien Faucheux avait l’impression qu’un seul pas les faisait avancer autant que trois. Il ne savait pas s’il pouvait se fier à ses impressions, les rêves étant souvent traîtres à ce sujet. Plus ils montaient, plus l’air s’alourdissait. Les crépitements d’électricité statique s’étaient aussi faits plus nombreux. Ils entendaient les loups hurler au loin et le vent avait un je-ne-sais-quoi de menaçant. Tina, inquiète, avait rentré sa tête dans ses épaules. Clay n’en menait pas large non plus et il voyait que Simon aussi ne se sentait pas courageux sur cette montagne.

Le jeune homme puisait du réconfort dans l’attitude détendue des dieux. Et aussi dans leur nature divine. Qui risquait quoi que ce soit en compagnie de dieux ? Il se demandait tout de même pourquoi la maîtresse des rêves ne prenait pas la peine d’alléger son atmosphère. « Pourquoi est ce que, dans ce rêve, tout est si… sombre ? demanda Tina en écho aux pensées de Clay.
– Presque rêve, répondit Chaahk. Souvenir. »

Même en se déplaçant rapidement et avec les divertissantes remarques de Simon, le trajet parut très long à l’ancien Faucheux. Près du sommet, Yingana les mena dans une grotte. Clay ne parvenait pas à déterminer si c’était une oeuvre humaine ou une formation naturelle et il s’en ouvrit au professeur Derrington. « Je me posais exactement la même question, se réjouit l’archéologue qui paraissait ravi que son assistant fasse une telle remarque. J’en ai parlé à nos amis Yingana et Chaahk et ils m’ont expliqué que cette grotte a été fabriquée par un magicien bien avant leur ère. »

L’ancien Faucheux ne doutait pas que ce fut là l’œuvre d’un magicien. Certains angles le mettaient mal à l’aise et l’ambiance toute entière était oppressante. Tina levait fièrement le menton, mais Clay remarqua qu’il tremblait. Sa cadette était apeurée. Elle se rapprocha de Chaahk et Yingana pour trouver refuge. Les deux dieux la gardèrent entre eux, la couvant du regard avec bienveillance. Même s’ils étaient moins effrayés, Simon et Clay tâchaient de ne pas trop s’éloigner.

Yingana les mena jusqu’à une salle dissimulée derrière un angle trompe l’œil. Au milieu de la salle se trouvait un immense dispositif en colonne, qui brillait, crépitait et vrombissait. L’ancien Faucheux supposa qu’il s’agissait, là aussi, de l’œuvre d’un magicien. La femme aux yeux indigo expliquait ce dont il s’agissait à Simon. Clay et Tina ne comprenant rien à cette conversation en langue antique, ils se contentèrent de visiter la pièce. A côté de la colonne vrombissante, ils trouvèrent des objets en métal reliés d’un côté à la colonne magique et de l’autre à une machine qui ressemblait beaucoup à celles de la civilisation antique qu’ils étudiaient dans la bibliothèque du professeur Derrington.

Le rêve cessa brusquement. Ils se réveillèrent tous dans la poussière multimillénaire du hall. Ils s’époussetèrent longuement en se relevant, provoquant quelques éternuements. Encore une fois, Yingana paraissait épuisée. Chaahk prit donc le relais des explications auprès de l’archéologue. Ce dernier arborait un air grave peu habituel et hochait la tête par intermittence tout en s’emparant de son carnet pour reprendre frénétiquement des notes. « J’espère que toi et moi finirons par savoir de quoi il retourne, grommela Tina à l’intention de Clay.
– J’espère aussi ! » approuva celui-ci avec véhémence.

Il ressentait la même frustration que la blondinette et avait hâte du moment où Simon leur expliquerait les tenants et les aboutissants de ce qu’il était en train d’apprendre. Comme la conversation s’éternisait, les deux anciens Faucheux retournèrent au camp pour récupérer de quoi reprendre leurs activités habituelles, tout en s’arrangeant pour ne pas trop s’éloigner du hall. Et ils firent bien, car la conversation entre l’archéologue et les dieux s’éternisa, jusqu’au moment où le professeur Derrington avisa ses deux jeunes compagnons pour leur dire : « Ohlàlà, il faut que je vous explique ce que je viens d’entendre. C’est phénoménal ! Tenez-vous bien… »

 

[Là je pense qu’il faut un changement de chapitre, mais en même temps, je pense qu’il faut que je revois le découpage et tout, vivement la reprise du T1 et celle du T2 !]

 

Clay et Tina s’approchèrent de l’archéologue aussi fébrile qu’à chaque fois qu’il apprenait de nouvelles choses qui le stupéfiaient. « J’espère que je ne vais pas trop m’embrouiller en vous expliquant tout cela, pfioulàlà ! Par où commencer ?
– Peut-être que ça serait pas mal de s’installer dans un endroit un peu moins poussiéreux, suggéra Tina.
– Oui oui, tu as raison. Venez, suivez-moi, allons nous installer dans le camp. J’en profiterai pour nous faire du thé. »

Chaahk et Yingana les suivirent, tout en discutant doucement entre eux. Dans la pièce de repos qui servait de camp, les dieux s’installèrent un peu en retrait pour ne pas déranger l’exposé que Simon s’apprêtait à faire. Celui-ci servit du thé à tout le monde et, prenant sa tasse d’un air songeur, il commença : « Ohlàlà mes chers petits, en découvrant les ruines de ce bâtiment, je savais que je faisais là une découverte majeure, qui allait propulser ma carrière au sommet tout en changeant la face du monde par les connaissances que cela allait nous apporter. Mais là, je dois dire que ce que je viens d’apprendre dépasse tous mes espoirs les plus fous, au point que cela m’effraie, je n’ai pas honte de l’avouer. »

Il but une gorgée de thé encore brûlant, toussota et reprit : « Cette colonne mouvante, crépitante et bruyante que vous avez pu voir dans le souvenir de madame Yingana a été fabriquée par une puissante magicienne. D’aucuns disent qu’elle était tellement puissante qu’elle pouvait rivaliser avec les dieux. Il s’avère qu’elle était contemporaine de nos amis ici présents, lors d’un pic d’énergie magique. Pour une raison inconnue – disons que les sources ne semblent pas s’être mises d’accord sur la raison véritable – cette magicienne a décidé qu’il serait mieux pour l’humanité de détruire toute forme de magie. Bien sûr, elle savait qu’en faisant cela, elle se détruirait elle-même. Ou, du moins, qu’elle s’affaiblirait considérablement. »

Clay et Tina s’entre regardèrent ; ils avaient du mal à concevoir une magicienne qui voulait détruire la source de ses pouvoirs, mais Simon continuait, s’interrompant parfois pour boire une gorgée de thé ou pour en reproposer aux quatre autres. « Ce qui est fabuleux avec ce dispositif qu’elle a conçu, c’est qu’il utilise lui-même la magie pour initier le processus de destruction de la magie.
– Pourquoi c’est fabuleux ? s’enquit Tina.
– Parce qu’ainsi, dès que la magie revient de manière suffisamment puissante pour que le processus puisse de nouveau être enclenché, n’importe qui peut lancer la destruction de la magie.

 

1695 mots pour aujourd’hui. Ça faisait longtemps que j’avais pas fait un vrai quota ! Je suis contente d’avoir réussi à m’entêter (il faut dire que ma nature têtue n’est jamais bien loin x) ) Il faudra que je réitère demain si je veux réussir à boucler le NaNo 2018, après je pourrai m’effondrer tranquillement.

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 27 et 28

Chaahk caressa pensivement les dessins du bout du doigt. Puis il rendit le carnet à Clay, renversa la tête en arrière et ferma ses yeux verts.

Le jeune homme récupéra pensivement son bien, se disant que le dieu devait vouloir retrouver son amie la maîtresse des rêves. L’ancien Faucheux se concentra sur le paysage. Il avait l’impression de ne voir que des créatures issues du folklore un peu partout : ici un essaim de fées, là une Dame Blanche, une volée de très petits dragons au loin, un barghest sur une colline ou des étincelles à la provenance inconnue. Clay avait même l’impression que le paysage tout entier était lentement en train de muter. Il ne savait pas à quoi cela était dû ; peut-être à l’apparition d’une nouvelle flore en plus de la nouvelle faune.

Depuis qu’il avait rencontré Simon Derrington, Clay se sentait parfois insignifiant et désarmé face à l’immensité et la complexité du monde qu’il découvrait. Au tout début son monde se limitait à sa maison et son quartier. Puis, il avait découvert combien Eastlond était une grande ville, mais aussi que la vie nocturne avait des lois différentes en rejoignant les Faucheux. Depuis qu’il avait sauté dans le wagon du professeur Derrington, le monde ne faisait que s’élargir et se complexifier de manière exponentielle et cela lui donnait le vertige. Il se demandait si Tina, qui avait le même type d’historique que lui, ressentait la même chose.

Il passa la suite du trajet à réfléchir sur la vie et l’immensité de ce qui l’entourait. Il n’écoutait que d’une oreille distraite les explications de Simon sur les différentes créatures surnaturelles qu’ils rencontraient. Tina eut même l’impression d’apercevoir une licorne, mais ce fut trop bref pour que quiconque puisse confirmer. Chaahk, quant à lui, continuait de dormir et, peut-être même, de discuter avec son amie la maîtresse des rêves. Le jeune homme se prit à envier ce pouvoir, grâce auquel il aurait pu être capable de parler avec son amie à lui.

Lorsque l’archéologue gara la mécamobile dans la clairière, une femme s’y trouvait, assise sur un rocher qui surplombait l’emplacement de la faille que Chaahk avait bouchée. Ce dernier avait ouvert les yeux et, une fois le véhicule arrêté, il ouvrit la portière pour se précipiter en direction de l’inconnue. Clay reconnut la femme aux yeux indigo qui s’était insinuée dans son rêve et réalisa qu’un renard dormait à ses pieds, tandis que des oiseaux et petites fées voletaient autour de sa tête.

« Qui c’est celle là ? s’enquit Tina d’un ton peu amène.
– C’est son amie, Yingana, répondit l’ancien Faucheux. [vérifier si Clay connaît son nom]
– Ah bon ? C’est elle ? Mais c’est merveilleux. » se réjouit Simon en rejoignant les deux dieux qui étaient visiblement très heureux de se retrouver et parlaient de manière volubile.

Ils s’interrompirent lorsque l’archéologue parvint auprès d’eux. Après quelques échanges auxquels Tina et Clay ne comprirent rien, Chaahk rouvrit l’accès à la bibliothèque et ils descendirent tous les cinq jusqu’à l’antique bâtiment. En arrivant dans le hall, Yingana commença à entraîner Simon vers une zone de la bibliothèque qu’il n’avait pas encore bien fouillé. Chaahk ne semblait pas être d’accord et se plaça en travers de leur chemin. « Mais qu’est ce que cette montagne a donc de particulier ? » lâcha le professeur Derrington d’un ton qui exsudait l’impatience et l’excitation.

« Et si on les laissait jouer ensemble pour aller faire des choses utiles ? proposa Tina en regardant les trois adultes d’un air désabusé.
– Tu n’es pas curieuse de savoir où ils veulent en venir ? demanda Clay.
– On finira par le savoir à un moment où à un autre, qu’on le veuille ou non. »

L’ancien Faucheux devait admettre que son amie avait raison. Simon viendrait partager ses découvertes avec enthousiasme dès qu’il en aurait l’occasion. Clay accepta de suivre Tina. Un tremblement les arrêta. Ils se retournèrent pour constater que Chaahk menaçait de faire s’écrouler le morceau de bibliothèque vers lequel Yingana voulait emmener Simon. Cette dernière ne se laissa pas impressionner. Lorsque l’homme aux yeux verts cessa sa démonstration de maîtrise de la terre, son amie esquissa un arc de cercle avec ses bras et tout le hall se métamorphosa.

Ils n’avaient pas bougé et pourtant, ils se retrouvèrent tous dans la bibliothèque à l’époque où elle était en activité. Ce n’était pas aussi flou qu’une scène fantomatique aux contours mal définis. Ils avaient vraiment l’impression d’avoir effectué un voyage dans le temps.

 

Entre 700 et 800 mots écrits, mais j’ai triché beaucoup plus pour mon wordcount sur le site du NaNoWriMo. J’en ai profité pour finir de recopier le début du tome, je vous posterai ça plus tard !

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 26

(changement de chapitre)

La nuit noire n’était pas aussi noire que ce à quoi Yingana s’attendait et ce, malgré le petit essaim de fées qui virevoltaient autour d’elle en bourdonnant doucement. Elle n’avait pas l’habitude d’être empêchée de contempler les étoiles à sa guise. Du moins, en avait-elle la sensation. Elle avait du mal à rassembler ses souvenirs et ses pensées, comme si elle dormait encore à moitié après une trop longue nuit de sommeil. La lumière qui l’empêchait de voir les étoiles provenait de derrière les collines. Yingana était intriguée : elle n’avait jamais rien vu qui pouvait causer une telle luminosité. Intriguée, elle décida de se rendre dans cette direction.

Athlétique et habituée depuis sa plus tendre enfance à galoper dans l’immensité de ce qui était à présent nommée l’Australie, la jeune femme arriva rapidement aux collines qu’elle commença à gravir. La faune et la flore d’ici étaient très différentes de celles dont elle avait eu l’habitude étant petite. Jusqu’à ce qu’elle fasse la rencontre qui allait changer sa vie, en même temps que lui faire visiter le monde entier. Elle avait cru rêver lorsque cet homme, lourdement maquillé autour des yeux, richement doté de bijoux de métaux brillants et portant des vêtements d’une matière blanche flottante qu’elle ne connaissait pas, s’était retrouvé face à elle. Il s’était présenté comme Geb et lui avait dit qu’elle était la personne qui allait lui succéder.

Ce qu’il lui avait révélé ensuite avait bouleversé la vision du monde de la jeune femme. [Petite explication à propos des huit dieux qui se font passer pour diverses divinités]

Elle n’eut pas l’occasion de vraiment connaître Geb l’égyptien. Après les avoir réunis et leur avoir légué leur héritage, les anciens se retirèrent presque aussitôt. Ils leur avaient laissé toutes leurs connaissances et, même, quelques conseils. Les nouveaux, étant des inconnus provenant des quatre coins du monde jusqu’alors, prirent alors le temps de faire connaissance. Après tout, puisqu’ils allaient passer les dizaines – ou centaines, ou plus – d’années ensemble à travailler pour aider l’humanité, autant essayer de se rapprocher les uns des autres. Il s’avéra qu’ils étaient tous en phase les uns avec les autres, ce qui les encouragea ; les anciens leur avaient dit que tel n’avait pas toujours été le cas. La jeune femme laissait sa mémoire revenir peu à peu, sans les presser malgré son impatience.

Yingana laissa ses vieux souvenirs de côté en arrivant au sommet de la colline et en découvrant le panorama qui s’offrait à elle. Une cité s’étendait à ses pieds. Elle n’en avait jamais vu une aussi étendue, ni aussi lumineuse. Pourtant, il ne devait pas se trouver de grande ville près de l’endroit où elle se trouvait pensait-elle. Yingana était sensée se trouver au nord des contrées qui avaient vu naître son ami Chaahk. Et les plaines nord de ce grand continent n’étaient peuplées que de petits villages et de tribus nomades. Elle s’assit, toujours environnée de son essaim de fées et, comme tous les autres à un moment, elle se posa la question de combien de temps elle avait dormi.

 

Dans le froid sibérien, une main à la peau d’ébène jaillit de la neige. Le corps, nu, suivit peu après, grelottant furieusement. L’homme était grand et très visible au milieu de la neige. Sachant qu’il allait souffrir s’il restait ainsi dans l’atmosphère glaciale – tout en étant étonné de ne pas être déjà mort – il inspecta le soleil à la recherche du sud. L’ayant trouvé, il partit instinctivement dans cette direction en courant, ignorant les morsures de la neige sous ses pieds et celles du froid sur les autres parties de son corps athlétique. Il n’avait aucune idée de ce qu’il faisait nu au milieu de la neige, ni de l’endroit où il se trouvait. Ce qui le perturbait le plus était qu’il ne savait pas non plus son nom, ni comment il survivait dans ce froid mortel.

L’homme repoussa ses pensées qui le déconcentraient. Il était déconcerté, mais s’était fixé l’objectif de trouver d’autres êtres humains ; c’était ce qu’il y avait de plus pressant en l’état, estimait-il. Lorsqu’il commença à fatiguer, il avait déjà avalé plusieurs dizaines de kilomètres. La force de ses muscles étant surhumaine, il faisait d’immenses foulées. Le coureur en était lui-même surpris ; il ne s’attendait pas à autant de puissance.
A la fin de la journée, après plusieurs sessions de course entrecoupées de pauses, il n’avait toujours pas trouvé âme qui vive, ni récupéré ses souvenirs. Heureusement, l’homme avait parcouru tellement de distance que la neige avait laissé la place à de la végétation. Il se disait que si il continuait ainsi le lendemain, il trouverait certainement des endroits plus propices au peuplement.

En attendant, l’homme devait se trouver de quoi combler son appétit. Il mourrait de faim en plus du froid. Comme il n’avait trouvé personne, il allait devoir se procurer de la nourriture par lui-même. [Chasse d’un animal quelconque typique de la région, faire du feu et récupérer la fourrure]
La nuit allait se passer un peu mieux que le début de sa journée. Il avait le ventre plein et du feu pour éloigner un peu le froid qui glaçait ses entrailles. Peut-être que, pendant la nuit, ses souvenirs reviendraient. C’était du moins ce qu’il espérait.

 

Béatrice se laissa tomber sur une chaise et poussa un râle. Tout autour d’elle, dans l’annexe, un brouhaha ambiant régnait qui provenait d’une demi-douzaine de jeunes dragons [à raconter il me semble ou à enlever, on verra]. Valentin lui tapota l’épaule en guise de réconfort. « Regarde, l’encouragea-t-il, on a enfin fini !
– Il était temps, répartit-elle. Merci à tous de m’avoir aidée ; je ne sais pas si j’aurais réussi toute seule.
– Tu aurais certainement réussi, lui assura Valentin tandis que les deux autres interpellés souriaient. Mais au lieu d’être épuisée, tu serais morte.
– Ha ha, ironisa Béatrice. N’essaie plus de faire de l’humour, c’est nul. »

Valentin lui administra une pichenette et remarqua que le médecin s’était approché de la jeune femme et avait posé une main sur son épaule. Une aura orangée les environna tous les deux. « Merci, lui lança Béatrice avec reconnaissance. C’est vraiment efficace ! Tu pourrais m’apprendre cette magie ?
– Je crains que non, s’excusa Asklepios. Ces pouvoirs que nous avons nous ont été conférés par nos prédécesseurs ; ils ne s’apprennent pas.
– C’est d’ailleurs parce que ce sont des pouvoirs qui font partie de nous que nous pouvons les utiliser à volonté sans même y penser, précisa Déa. Normalement, la magie requiert beaucoup de concentration, canalysée par des incantations. C’est…
– Quelque chose est là. » L’interrompit le médecin en dressant la tête.

Comme pour confirmer ses propos, des hurlements inhumains et assourdissants provenant de l’extérieur fit sursauter Valentin et Béatrice. Les dragonnets inquiets se mirent à pousser des cris terrifiés. « Sortons. » Décréta la femme aux yeux dorés d’un ton sans appel, à l’intention de son compagnon. Entraîné à obéir à Belisama, Asklepios lui emboîta instantanément le pas en direction de la porte à taille humaine qui menait à l’extérieur de l’annexe. Après avoir échangé un regard, les deux thésards les suivirent avec curiosité, se demandant s’ils allaient pouvoir ajouter une nouvelle créature à leur bestiaire.

Les dragons étaient déjà beaucoup plus impressionnants que les petites fées, même jeunes. Ils avaient aussi eu l’occasion de voir des banshees – dont le cadavre de l’une d’entre elle était conservé dans la bibliothèque universitaire – un korrigan, deux nymphes et quelques autres créatures féériques. Il leur tardait de voir des Dames Blanches dont parlaient les rumeurs, les elfes du royaume des fées qui faisaient de régulières incursions, et les licornes mentionnées par des enthousiastes.

En sortant, sur le carré d’herbe de l’autre côté de la place goudronnée dédiée aux véhicules, ils aperçurent cinq énormes hyènes. Du moins, était-ce l’animal auquel ressemblaient le plus ces créatures. Des hyènes immenses aux babines perpétuellement retroussées sur d’énormes crocs dégoulinants de bave. Leurs griffes, aussi, étaient étonnamment longues. « Ils ont senti les jeunes dragons, constata Asklepios.
– Et nous aussi, je pense, compléta Béatrice d’un ton peu assuré face aux bêtes qui grondaient dans leur direction. Ils ont l’air affamés.
– Qu’est ce que c’est ? s’enquit Valentin.
– Vous avez un mot qui n’est pas de votre langue pour eux, répondit Déa. Ce sont des barghests. »

Sur ces mots, elle secoua négligemment sa main et une cage aux barreaux épais apparut autour des monstrueuses créatures. « Tu es vraiment une personne… Pratique à avoir près de soi, commenta Béatrice en relâchant son souffle.
– Plutôt oui, confirma la femme aux yeux dorés sans aucune modestie. Restez tout de même vigilants, ils ne resteront pas enfermés très longtemps. Ils vont bientôt s’échapper, mais j’ai pensé que vous voudriez les observer un moment avant que Asklepios et moi nous occupions d’eux.
– Il n’y a pas moyen de les mettre en cage à l’in… » Commença la thésarde.

Elle s’interrompit en voyant que la bave des barghests, qui mordaient furieusement les barreaux, corrodait la cage. Belisama leva le doigt pour faire apparaître une autre cage autour des barreaux en train de se faire grignoter. « D’accord. » Conclut Béatrice en roulant des yeux. Luttant contre son effroi, la jeune femme s’approcha des animaux, portable en main pour les filmer en faisant des commentaires. Valentin fit de même, prenant des photos. Plusieurs fois, la femme aux yeux dorés dut renforcer la cage pour empêcher les barghests fous furieux de s’échapper pour écharper tout le monde.

« Je pense que c’est bon. » Décréta finalement la jeune femme. Déa acquiesça et des lances apparurent brusquement dans tous les sens dans la cage. Les bêtes enragées, transpercées, ne tardèrent pas à succomber à l’attaque. Béatrice et Valentin, ne s’attendant pas à quelque chose d’aussi violent, détournèrent les yeux du spectacle sanglant. Lorsqu’ils regardèrent de nouveau, la femme aux yeux dorés avait fait disparaître ses derniers lambeaux de cage. Ne restait plus au milieu de l’herbe qu’une immonde flaque à la couleur indéfinissable qui dissolvait les derniers poils et os des barghests.

« Je suis désolée de vous avoir choqués, s’excusa Belisama qui paraissait un peu surprise de leur réaction. Oh, je vois, c’est d’être dans une période calme : vous n’avez pas l’habitude d’assister à de telles choses.
– C’est ça oui, confirma Valentin un peu pâle.
– Pourquoi est-ce qu’ils ne sont plus qu’une flaque ? S’enquit Béatrice aussi pâle mais dont la curiosité reprenait rapidement le dessus.
– Certaines créatures dotées de magie se décomposent instantanément après la mort, expliqua Asklepios.
– Moi qui espérait pouvoir les autopsier… soupira la jeune femme. Je vais au moins essayer de récupérer ce… truc dégoûtant là. »

Elle se précipita à l’intérieur pour aller chercher de quoi prélever des échantillons. En l’attendant, Valentin s’approcha de l’amas visqueux, fasciné par la dissolution des derniers fragments animaux. Il se demandait si le bout d’herbe était condamné. « Amaterasu s’approche. » Déclara soudainement Asklepios. La femme aux yeux dorés acquiesça et pencha pensivement la tête sur le côté. Valentin supposa qu’elle la contactait par télépathie. Une seconde plus tard, une jeune fille toute menue apparut juste à côté de lui. Vêtue d’un échantillon conséquemment varié d’une flore exotique dont Valentin ne savait pas déterminer la provenance, elle loucha d’un air dégoûté sur la flaque organique.

« C’est la tête que tu fais alors qu’on se retrouve après plusieurs centaines d’années de sommeil ? taquina Déa la nouvelle venue.
– Oh… Je suis désolée commandante ! s’excusa instantanément Amaterasu. Et cette langue est nouvelle, non ?
– Oui, les choses ont beaucoup changé depuis que nous nous sommes endormis, convint la femme aux yeux dorés. Ils font de la magie sans magie par exemple. C’est assez impressionnant. Et déconcertant, aussi. Comment nous as-tu retrouvés ?
– Je me souvenais que tu étais dans ces contrées, résuma la jeune fille vêtue de feuilles. Ça paraissait logique de commencer mes recherches par là. Et puis tu m’as jointe et me voilà. Par contre…
– Oui ? l’encouragea Belisama.
– Je n’arrive pas à couvrir de grandes distances.
– C’est normal, la rassura Asklepios. Nos pouvoirs sont limités à cause de la magie disponible. »

L’homme aux yeux orangés et la femme aux yeux dorés expliquèrent à leur petite compagne ce qu’ils avaient compris de leur situation. Au même moment, Béatrice fit de nouveau son apparition. La jeune femme s’arrêta brièvement en apercevant la nouvelle venue. Les présentations furent vite faites et Béatrice se concentra sur ses prélèvements. Lorsqu’elle eut terminé, Amaterasu prit sur elle de motiver la végétation afin de faire disparaître l’immonde flaque. De nombreux brins d’herbe perdirent la vie dans ce combat acharné mais, bientôt, le carré de verdure reprit son apparence d’origine. Avec des brins d’herbe un peu plus gras et verdoyant qu’ailleurs, mais qui irait remarquer un détail pareil ?

Ils retournèrent ensuite à leur tri pour trouver des indices sur les quatre membres manquant du groupe. Malheureusement, à part d’autres pistes sur le fait que l’apparition du volcan avait quelques éléments un peu mystérieux [trouver desdits éléments ?], ils ne trouvèrent rien de bien concluant. Avec tout cela, la soirée était déjà là. Belisama avait doté Amaterasu de vêtements et avait changé les siens, ainsi que ceux d’Asklepios. Elle leur avait fourni des habits ressemblants à ceux de Béatrice et Valentin, se contentant de changer leurs couleurs. Les trois antiques se sentirent mal à l’aise dans leurs nouveaux atours, jusqu’à ce que Béatrice leur révèle l’existence des sous-vêtements.

La fin de la journée étant déjà là, ils se retrouvèrent tous dans l’appartement de Valentin. Alors que les trois dieux essayaient de se souvenir dans quelle zone du monde les autres membres de leur groupe s’étaient rendus. Après avoir étudié un globe, la nouvelle arrivante avait convenu avec ses deux compagnons que le volcan du Pacifique était très probablement la signature de leur duo infernal Chaahk et [Bidule]. Assis sur le canapé, ils devisaient à propos de leurs amis manquants.

« La question à se poser aussi, déclara Amaterasu, c’est qu’était ce voile noir et qui l’a lancé ?
– C’est une bonne question, convint Déa. Je ne me souviens pas d’un mage suffisamment puissant pour faire une chose pareille.
– Pourquoi un mage aurait-il absorbé toute la magie du monde ? interrogea Asklepios. Il perdrait tout son pouvoir.
– C’est sûr que ça peut paraître étrange, acquiesça la femme aux yeux dorés. Mais cela reste une possibilité.
– Un mage qui voudrait changer le monde, ça ne me parait pas si surprenant. » Commenta le médecin de sa voix profonde, avec un fin sourire.

Belisama fit apparaître suffisamment de plats pour nourrir un régiment et de boissons pour abreuver une troupeau de chameaux assoiffés. « Du coup, pour la suite, vous préférez continuer les recherches sur vos compagnons ou alors que nous essayons de nous renseigner sur ce voile noir ? S’enquit Valentin.
– Les deux ! S’exclama Déa.
– Mmmh, ça ne me dit pas grand chose comme ça, déplora le jeune homme d’un ton songeur. Je vous emmènerai à la bibliothèque dès demain. Il y a pas mal de choses sur l’histoire, le folklore et les mythes. J’espère qu’on trouvera quelque chose à ce propos. Ce qui m’intrigue, c’est qu’une catastrophe de cette ampleur, qui a changé le monde, devrait forcément avoir laissé une énorme trace dans les récits. » Béatrice approuva d’un hochement de tête.

 

(changement de chapitre probablement)

 

[Il faudra peut-être échanger ce passage avec le précédent d’Ethelle]

Assis à l’arrière de la mécamobile de location, Clay regardait le manoir des Merryweather disparaître peu à peu de sa vue. Lorsque Simon fit sortir la voiture des limites du domaine, il se rassit face à la route et soupira. Chaahk, à côté de lui, lui jeta un regard en coin. Le jeune homme le lui rendit et le dieu tapota son épaule de manière compatissante. « Nous ne l’aurons pas vue longtemps la rouquine, nota Tina. Est ce que c’était bien utile de s’embêter à venir jusqu’ici ?
– Suite à votre historique avec cet homme-bête qui nous a attaqués, déclara l’archéologue, je tenais à vérifier que ma petite assistante était saine et sauve, moi aussi. Je dois avouer que j’espérais même qu’elle reparte avec nous, mais elle semble avoir encore des choses à régler. »

Tina ne répondit rien. Clay savait qu’elle devait être plutôt satisfaite du fait qu’Ethelle soit restée au manoir des Merryweather. L’ancien Faucheux aurait, comme le professeur Derrington, préféré qu’Ethelle revienne avec eux, même si cela signifiait devoir supporter des disputes entre elle et la blondinette. L’inquiétude de la savoir en présence de la Veuve-Noire le rongeait. Il s’imaginait sauter héroïquement de la mécamobile pour aller lui prêter main-forte, mais il savait que sa présence causerait surtout des ennuis à Ethelle, qui essayait de les protéger Tina et lui.

Entendant des bruissements de pages à côté de lui, Clay tourna la tête vers Chaahk qui feuilletait un carnet. Le jeune homme réalisa presque aussitôt qu’il s’agissait de l’un de ses propres carnets où il faisait des esquisses de reliques antiques, de scènes fantomatiques et diverses choses qui l’inspiraient. Le dieu arriva à la page où Clay avait dessiné son rêve en plusieurs parties.

 

2862 mots de la triche pour aujourd’hui