NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 26

(changement de chapitre)

La nuit noire n’était pas aussi noire que ce à quoi Yingana s’attendait et ce, malgré le petit essaim de fées qui virevoltaient autour d’elle en bourdonnant doucement. Elle n’avait pas l’habitude d’être empêchée de contempler les étoiles à sa guise. Du moins, en avait-elle la sensation. Elle avait du mal à rassembler ses souvenirs et ses pensées, comme si elle dormait encore à moitié après une trop longue nuit de sommeil. La lumière qui l’empêchait de voir les étoiles provenait de derrière les collines. Yingana était intriguée : elle n’avait jamais rien vu qui pouvait causer une telle luminosité. Intriguée, elle décida de se rendre dans cette direction.

Athlétique et habituée depuis sa plus tendre enfance à galoper dans l’immensité de ce qui était à présent nommée l’Australie, la jeune femme arriva rapidement aux collines qu’elle commença à gravir. La faune et la flore d’ici étaient très différentes de celles dont elle avait eu l’habitude étant petite. Jusqu’à ce qu’elle fasse la rencontre qui allait changer sa vie, en même temps que lui faire visiter le monde entier. Elle avait cru rêver lorsque cet homme, lourdement maquillé autour des yeux, richement doté de bijoux de métaux brillants et portant des vêtements d’une matière blanche flottante qu’elle ne connaissait pas, s’était retrouvé face à elle. Il s’était présenté comme Geb et lui avait dit qu’elle était la personne qui allait lui succéder.

Ce qu’il lui avait révélé ensuite avait bouleversé la vision du monde de la jeune femme. [Petite explication à propos des huit dieux qui se font passer pour diverses divinités]

Elle n’eut pas l’occasion de vraiment connaître Geb l’égyptien. Après les avoir réunis et leur avoir légué leur héritage, les anciens se retirèrent presque aussitôt. Ils leur avaient laissé toutes leurs connaissances et, même, quelques conseils. Les nouveaux, étant des inconnus provenant des quatre coins du monde jusqu’alors, prirent alors le temps de faire connaissance. Après tout, puisqu’ils allaient passer les dizaines – ou centaines, ou plus – d’années ensemble à travailler pour aider l’humanité, autant essayer de se rapprocher les uns des autres. Il s’avéra qu’ils étaient tous en phase les uns avec les autres, ce qui les encouragea ; les anciens leur avaient dit que tel n’avait pas toujours été le cas. La jeune femme laissait sa mémoire revenir peu à peu, sans les presser malgré son impatience.

Yingana laissa ses vieux souvenirs de côté en arrivant au sommet de la colline et en découvrant le panorama qui s’offrait à elle. Une cité s’étendait à ses pieds. Elle n’en avait jamais vu une aussi étendue, ni aussi lumineuse. Pourtant, il ne devait pas se trouver de grande ville près de l’endroit où elle se trouvait pensait-elle. Yingana était sensée se trouver au nord des contrées qui avaient vu naître son ami Chaahk. Et les plaines nord de ce grand continent n’étaient peuplées que de petits villages et de tribus nomades. Elle s’assit, toujours environnée de son essaim de fées et, comme tous les autres à un moment, elle se posa la question de combien de temps elle avait dormi.

 

Dans le froid sibérien, une main à la peau d’ébène jaillit de la neige. Le corps, nu, suivit peu après, grelottant furieusement. L’homme était grand et très visible au milieu de la neige. Sachant qu’il allait souffrir s’il restait ainsi dans l’atmosphère glaciale – tout en étant étonné de ne pas être déjà mort – il inspecta le soleil à la recherche du sud. L’ayant trouvé, il partit instinctivement dans cette direction en courant, ignorant les morsures de la neige sous ses pieds et celles du froid sur les autres parties de son corps athlétique. Il n’avait aucune idée de ce qu’il faisait nu au milieu de la neige, ni de l’endroit où il se trouvait. Ce qui le perturbait le plus était qu’il ne savait pas non plus son nom, ni comment il survivait dans ce froid mortel.

L’homme repoussa ses pensées qui le déconcentraient. Il était déconcerté, mais s’était fixé l’objectif de trouver d’autres êtres humains ; c’était ce qu’il y avait de plus pressant en l’état, estimait-il. Lorsqu’il commença à fatiguer, il avait déjà avalé plusieurs dizaines de kilomètres. La force de ses muscles étant surhumaine, il faisait d’immenses foulées. Le coureur en était lui-même surpris ; il ne s’attendait pas à autant de puissance.
A la fin de la journée, après plusieurs sessions de course entrecoupées de pauses, il n’avait toujours pas trouvé âme qui vive, ni récupéré ses souvenirs. Heureusement, l’homme avait parcouru tellement de distance que la neige avait laissé la place à de la végétation. Il se disait que si il continuait ainsi le lendemain, il trouverait certainement des endroits plus propices au peuplement.

En attendant, l’homme devait se trouver de quoi combler son appétit. Il mourrait de faim en plus du froid. Comme il n’avait trouvé personne, il allait devoir se procurer de la nourriture par lui-même. [Chasse d’un animal quelconque typique de la région, faire du feu et récupérer la fourrure]
La nuit allait se passer un peu mieux que le début de sa journée. Il avait le ventre plein et du feu pour éloigner un peu le froid qui glaçait ses entrailles. Peut-être que, pendant la nuit, ses souvenirs reviendraient. C’était du moins ce qu’il espérait.

 

Béatrice se laissa tomber sur une chaise et poussa un râle. Tout autour d’elle, dans l’annexe, un brouhaha ambiant régnait qui provenait d’une demi-douzaine de jeunes dragons [à raconter il me semble ou à enlever, on verra]. Valentin lui tapota l’épaule en guise de réconfort. « Regarde, l’encouragea-t-il, on a enfin fini !
– Il était temps, répartit-elle. Merci à tous de m’avoir aidée ; je ne sais pas si j’aurais réussi toute seule.
– Tu aurais certainement réussi, lui assura Valentin tandis que les deux autres interpellés souriaient. Mais au lieu d’être épuisée, tu serais morte.
– Ha ha, ironisa Béatrice. N’essaie plus de faire de l’humour, c’est nul. »

Valentin lui administra une pichenette et remarqua que le médecin s’était approché de la jeune femme et avait posé une main sur son épaule. Une aura orangée les environna tous les deux. « Merci, lui lança Béatrice avec reconnaissance. C’est vraiment efficace ! Tu pourrais m’apprendre cette magie ?
– Je crains que non, s’excusa Asklepios. Ces pouvoirs que nous avons nous ont été conférés par nos prédécesseurs ; ils ne s’apprennent pas.
– C’est d’ailleurs parce que ce sont des pouvoirs qui font partie de nous que nous pouvons les utiliser à volonté sans même y penser, précisa Déa. Normalement, la magie requiert beaucoup de concentration, canalysée par des incantations. C’est…
– Quelque chose est là. » L’interrompit le médecin en dressant la tête.

Comme pour confirmer ses propos, des hurlements inhumains et assourdissants provenant de l’extérieur fit sursauter Valentin et Béatrice. Les dragonnets inquiets se mirent à pousser des cris terrifiés. « Sortons. » Décréta la femme aux yeux dorés d’un ton sans appel, à l’intention de son compagnon. Entraîné à obéir à Belisama, Asklepios lui emboîta instantanément le pas en direction de la porte à taille humaine qui menait à l’extérieur de l’annexe. Après avoir échangé un regard, les deux thésards les suivirent avec curiosité, se demandant s’ils allaient pouvoir ajouter une nouvelle créature à leur bestiaire.

Les dragons étaient déjà beaucoup plus impressionnants que les petites fées, même jeunes. Ils avaient aussi eu l’occasion de voir des banshees – dont le cadavre de l’une d’entre elle était conservé dans la bibliothèque universitaire – un korrigan, deux nymphes et quelques autres créatures féériques. Il leur tardait de voir des Dames Blanches dont parlaient les rumeurs, les elfes du royaume des fées qui faisaient de régulières incursions, et les licornes mentionnées par des enthousiastes.

En sortant, sur le carré d’herbe de l’autre côté de la place goudronnée dédiée aux véhicules, ils aperçurent cinq énormes hyènes. Du moins, était-ce l’animal auquel ressemblaient le plus ces créatures. Des hyènes immenses aux babines perpétuellement retroussées sur d’énormes crocs dégoulinants de bave. Leurs griffes, aussi, étaient étonnamment longues. « Ils ont senti les jeunes dragons, constata Asklepios.
– Et nous aussi, je pense, compléta Béatrice d’un ton peu assuré face aux bêtes qui grondaient dans leur direction. Ils ont l’air affamés.
– Qu’est ce que c’est ? s’enquit Valentin.
– Vous avez un mot qui n’est pas de votre langue pour eux, répondit Déa. Ce sont des barghests. »

Sur ces mots, elle secoua négligemment sa main et une cage aux barreaux épais apparut autour des monstrueuses créatures. « Tu es vraiment une personne… Pratique à avoir près de soi, commenta Béatrice en relâchant son souffle.
– Plutôt oui, confirma la femme aux yeux dorés sans aucune modestie. Restez tout de même vigilants, ils ne resteront pas enfermés très longtemps. Ils vont bientôt s’échapper, mais j’ai pensé que vous voudriez les observer un moment avant que Asklepios et moi nous occupions d’eux.
– Il n’y a pas moyen de les mettre en cage à l’in… » Commença la thésarde.

Elle s’interrompit en voyant que la bave des barghests, qui mordaient furieusement les barreaux, corrodait la cage. Belisama leva le doigt pour faire apparaître une autre cage autour des barreaux en train de se faire grignoter. « D’accord. » Conclut Béatrice en roulant des yeux. Luttant contre son effroi, la jeune femme s’approcha des animaux, portable en main pour les filmer en faisant des commentaires. Valentin fit de même, prenant des photos. Plusieurs fois, la femme aux yeux dorés dut renforcer la cage pour empêcher les barghests fous furieux de s’échapper pour écharper tout le monde.

« Je pense que c’est bon. » Décréta finalement la jeune femme. Déa acquiesça et des lances apparurent brusquement dans tous les sens dans la cage. Les bêtes enragées, transpercées, ne tardèrent pas à succomber à l’attaque. Béatrice et Valentin, ne s’attendant pas à quelque chose d’aussi violent, détournèrent les yeux du spectacle sanglant. Lorsqu’ils regardèrent de nouveau, la femme aux yeux dorés avait fait disparaître ses derniers lambeaux de cage. Ne restait plus au milieu de l’herbe qu’une immonde flaque à la couleur indéfinissable qui dissolvait les derniers poils et os des barghests.

« Je suis désolée de vous avoir choqués, s’excusa Belisama qui paraissait un peu surprise de leur réaction. Oh, je vois, c’est d’être dans une période calme : vous n’avez pas l’habitude d’assister à de telles choses.
– C’est ça oui, confirma Valentin un peu pâle.
– Pourquoi est-ce qu’ils ne sont plus qu’une flaque ? S’enquit Béatrice aussi pâle mais dont la curiosité reprenait rapidement le dessus.
– Certaines créatures dotées de magie se décomposent instantanément après la mort, expliqua Asklepios.
– Moi qui espérait pouvoir les autopsier… soupira la jeune femme. Je vais au moins essayer de récupérer ce… truc dégoûtant là. »

Elle se précipita à l’intérieur pour aller chercher de quoi prélever des échantillons. En l’attendant, Valentin s’approcha de l’amas visqueux, fasciné par la dissolution des derniers fragments animaux. Il se demandait si le bout d’herbe était condamné. « Amaterasu s’approche. » Déclara soudainement Asklepios. La femme aux yeux dorés acquiesça et pencha pensivement la tête sur le côté. Valentin supposa qu’elle la contactait par télépathie. Une seconde plus tard, une jeune fille toute menue apparut juste à côté de lui. Vêtue d’un échantillon conséquemment varié d’une flore exotique dont Valentin ne savait pas déterminer la provenance, elle loucha d’un air dégoûté sur la flaque organique.

« C’est la tête que tu fais alors qu’on se retrouve après plusieurs centaines d’années de sommeil ? taquina Déa la nouvelle venue.
– Oh… Je suis désolée commandante ! s’excusa instantanément Amaterasu. Et cette langue est nouvelle, non ?
– Oui, les choses ont beaucoup changé depuis que nous nous sommes endormis, convint la femme aux yeux dorés. Ils font de la magie sans magie par exemple. C’est assez impressionnant. Et déconcertant, aussi. Comment nous as-tu retrouvés ?
– Je me souvenais que tu étais dans ces contrées, résuma la jeune fille vêtue de feuilles. Ça paraissait logique de commencer mes recherches par là. Et puis tu m’as jointe et me voilà. Par contre…
– Oui ? l’encouragea Belisama.
– Je n’arrive pas à couvrir de grandes distances.
– C’est normal, la rassura Asklepios. Nos pouvoirs sont limités à cause de la magie disponible. »

L’homme aux yeux orangés et la femme aux yeux dorés expliquèrent à leur petite compagne ce qu’ils avaient compris de leur situation. Au même moment, Béatrice fit de nouveau son apparition. La jeune femme s’arrêta brièvement en apercevant la nouvelle venue. Les présentations furent vite faites et Béatrice se concentra sur ses prélèvements. Lorsqu’elle eut terminé, Amaterasu prit sur elle de motiver la végétation afin de faire disparaître l’immonde flaque. De nombreux brins d’herbe perdirent la vie dans ce combat acharné mais, bientôt, le carré de verdure reprit son apparence d’origine. Avec des brins d’herbe un peu plus gras et verdoyant qu’ailleurs, mais qui irait remarquer un détail pareil ?

Ils retournèrent ensuite à leur tri pour trouver des indices sur les quatre membres manquant du groupe. Malheureusement, à part d’autres pistes sur le fait que l’apparition du volcan avait quelques éléments un peu mystérieux [trouver desdits éléments ?], ils ne trouvèrent rien de bien concluant. Avec tout cela, la soirée était déjà là. Belisama avait doté Amaterasu de vêtements et avait changé les siens, ainsi que ceux d’Asklepios. Elle leur avait fourni des habits ressemblants à ceux de Béatrice et Valentin, se contentant de changer leurs couleurs. Les trois antiques se sentirent mal à l’aise dans leurs nouveaux atours, jusqu’à ce que Béatrice leur révèle l’existence des sous-vêtements.

La fin de la journée étant déjà là, ils se retrouvèrent tous dans l’appartement de Valentin. Alors que les trois dieux essayaient de se souvenir dans quelle zone du monde les autres membres de leur groupe s’étaient rendus. Après avoir étudié un globe, la nouvelle arrivante avait convenu avec ses deux compagnons que le volcan du Pacifique était très probablement la signature de leur duo infernal Chaahk et [Bidule]. Assis sur le canapé, ils devisaient à propos de leurs amis manquants.

« La question à se poser aussi, déclara Amaterasu, c’est qu’était ce voile noir et qui l’a lancé ?
– C’est une bonne question, convint Déa. Je ne me souviens pas d’un mage suffisamment puissant pour faire une chose pareille.
– Pourquoi un mage aurait-il absorbé toute la magie du monde ? interrogea Asklepios. Il perdrait tout son pouvoir.
– C’est sûr que ça peut paraître étrange, acquiesça la femme aux yeux dorés. Mais cela reste une possibilité.
– Un mage qui voudrait changer le monde, ça ne me parait pas si surprenant. » Commenta le médecin de sa voix profonde, avec un fin sourire.

Belisama fit apparaître suffisamment de plats pour nourrir un régiment et de boissons pour abreuver une troupeau de chameaux assoiffés. « Du coup, pour la suite, vous préférez continuer les recherches sur vos compagnons ou alors que nous essayons de nous renseigner sur ce voile noir ? S’enquit Valentin.
– Les deux ! S’exclama Déa.
– Mmmh, ça ne me dit pas grand chose comme ça, déplora le jeune homme d’un ton songeur. Je vous emmènerai à la bibliothèque dès demain. Il y a pas mal de choses sur l’histoire, le folklore et les mythes. J’espère qu’on trouvera quelque chose à ce propos. Ce qui m’intrigue, c’est qu’une catastrophe de cette ampleur, qui a changé le monde, devrait forcément avoir laissé une énorme trace dans les récits. » Béatrice approuva d’un hochement de tête.

 

(changement de chapitre probablement)

 

[Il faudra peut-être échanger ce passage avec le précédent d’Ethelle]

Assis à l’arrière de la mécamobile de location, Clay regardait le manoir des Merryweather disparaître peu à peu de sa vue. Lorsque Simon fit sortir la voiture des limites du domaine, il se rassit face à la route et soupira. Chaahk, à côté de lui, lui jeta un regard en coin. Le jeune homme le lui rendit et le dieu tapota son épaule de manière compatissante. « Nous ne l’aurons pas vue longtemps la rouquine, nota Tina. Est ce que c’était bien utile de s’embêter à venir jusqu’ici ?
– Suite à votre historique avec cet homme-bête qui nous a attaqués, déclara l’archéologue, je tenais à vérifier que ma petite assistante était saine et sauve, moi aussi. Je dois avouer que j’espérais même qu’elle reparte avec nous, mais elle semble avoir encore des choses à régler. »

Tina ne répondit rien. Clay savait qu’elle devait être plutôt satisfaite du fait qu’Ethelle soit restée au manoir des Merryweather. L’ancien Faucheux aurait, comme le professeur Derrington, préféré qu’Ethelle revienne avec eux, même si cela signifiait devoir supporter des disputes entre elle et la blondinette. L’inquiétude de la savoir en présence de la Veuve-Noire le rongeait. Il s’imaginait sauter héroïquement de la mécamobile pour aller lui prêter main-forte, mais il savait que sa présence causerait surtout des ennuis à Ethelle, qui essayait de les protéger Tina et lui.

Entendant des bruissements de pages à côté de lui, Clay tourna la tête vers Chaahk qui feuilletait un carnet. Le jeune homme réalisa presque aussitôt qu’il s’agissait de l’un de ses propres carnets où il faisait des esquisses de reliques antiques, de scènes fantomatiques et diverses choses qui l’inspiraient. Le dieu arriva à la page où Clay avait dessiné son rêve en plusieurs parties.

 

2862 mots de la triche pour aujourd’hui

Audiobook : Le Cœur de l’Hiver, Partie 2 Chapitre 13

Glorieuses salutations !

Voici le chapitre 13 de la deuxième partie du Cœur de l’Hiver :

– Version WordPress :

 

– Version SoundCloud :

 

– Version YouTube :

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 23, 24 et 25

– Que faisiez-vous avec mon père ? demanda Ethelle. Est-ce qu’il allait bien ? Est-ce vous qui lui avez permis d’accéder à la fortune de RotorCorp, AérosTech et MécanInc ? Est-ce à cause de vous qu’il a été tué ? Connaissez-vous son assassin ?
– Oh, euh, un instant mademoiselle, s’il vous plait ! plaida Julien [noter avant aussi qu’il a un fort accent] Vous parlez vite et je ne connais pas encore très bien votre langue. Je n’ai pas retenu toutes les questions ; pouvez-vous me les rappeler une par une ?
– Oui bien sûr, pardonnez mon impatience. Reprenons. »

La jeune femme rousse prit une grande inspiration pour s’enjoindre à réfréner son impétuosité. Cet homme qui se trouvait face à elle ressemblait, en quelque sorte, à un érudit, comme ceux qu’elle avait pu rencontrer lors de certains dîner organisés par Charles Morton. A l’époque où elle était encore une personne aidée d’Eastlond, elle avait souvent regardé de haut ces rats de bibliothèque qui s’effrayaient du moindre contact humain. Celui-là leur ressemblait beaucoup et elle décida de le ménager. « Comment avez-vous connu mon père ? reprit-elle d’une voix plus douce.
– Il a trouvé le code pour ouvrir la boîte. Ce n’est pas très difficile, je suis surpris qu’il n’y ait pas plus de gens qui me fassent sortir.
– Hum, moui, c’est surprenant. »

Ethelle avait trouvé la résolution de l’énigme plutôt difficile. Si [Bidulette] n’avait pas été là, elle n’y serait sans doute pas parvenue. « Que vous demandait-il ? s’enquit-elle ensuite, bien décidée à apprendre le plus de choses possible de cet esprit.
– Il me demandait principalement d’effectuer des calculs, répondit Julien.
– Des calculs ?
– Oui, il voulait que je fasse des estimations sur la [mot que je ne trouve pas qui doit ressembler à rendement] d’entreprises selon divers paramètres.
– Oh, je vois, déclara Ethelle. Etait-ce efficace ?
– Je pense oui, je ne sais pas. Les calculs théoriques fonctionnaient en tous cas !
– Vos calculs prenaient-ils en compte les créatures magiques ?
– Bien sûr bien sûr ! » Julien hocha vigoureusement la tête. « C’était même le coeur du problème. Mais je pense que votre père a réussi à en tirer parti. »

La jeune femme rousse baissa les yeux dans son giron, où elle tenait ses mains croisées. Elle était impressionnée que son père, loin de paniquer en constatant l’arrivée de créatures magiques, avait décidé d’en tirer parti. Il avait dû tout de suite comprendre son aubaine en tombant sur la boîte avec l’esprit érudit. Elle était toute aussi impressionnée que Charles Morton ait réussi à résoudre l’énigme du cube coloré, même si Julien trouvait que c’était facile.

« Savez-vous quoi que ce soit au sujet de… son décès ? demanda Ethelle en relevant la tête vers son interlocuteur.
– Son décès ? s’ébahit l’homme. J’ai bien peur que non. Je me demandais pourquoi il ne m’appelait plus, mais jamais je n’aurai pensé que… [préciser avant que Julien est étonné de la mort de Charles Morton ou alors enlever les mentions de décès ou alors dire qu’il comprend pas parce qu’elle parle trop vite et préciser qu’après Ethelle fait attention à son débit de paroles] Je suis désolé, mes condoléances mademoiselle. » Il ôta ses lunettes pour les nettoyer machinalement avec son haut, tandis que la jeune femme hochait la tête.

Ethelle était déçue. Elle connaissait à présent la raison du succès de son père, mais elle n’avait toujours aucune idée des raisons de sa mort. Plus exactement, elle se doutait des raison, mais elle ne savait pas qui pouvait être le coupable. La jeune femme avait très envie de rendre Arabella Finley responsable de tout. Cette femme infâme avait dérobé la mallette de son père et envoyé son majordome à ses trousses : elle faisait une coupable idéale. Mais comme les actions de Charles Morton avaient initialement fait la fortune de la famille Finley, Ethelle n’était pas certaine que la Veuve-Noire était véritablement coupable. Tout au plus s’était-elle montrée opportuniste.

« Vous a-t-il parlé de choses qui l’inquiétaient ? s’enquit ensuite Ethelle pour voir si elle pouvait obtenir des indices de manière indirecte.
– Oui, confirma Julien en rechaussant ses lunettes. Il était inquiet lorsque les trois entreprises qu’il suivait ont commencé à subir des revers qui n’entraient pas dans les calculs prévisionnels. Malheureusement, je ne pouvais pas lui apporter de réponses quant aux origines des probèmes, juste faire des calculs pour redresser la situation ! C’est là qu’il ne m’a plus appelé. J’ai pensé qu’il ne me trouvait plus utile.
– Je vois, déclara la jeune femme rousse. [Bidulette], l’esprit de mon pendentif, peut voir et entendre ce qu’il se passe lorsqu’elle est enfermée. N’est ce pas le cas pour vous ?
– Malheureusement non. Je n’ai pas cette chance. Je pense que la personne qui m’a enfermé n’y connaissait pas grand chose. »

Le ton de Julien était amer. « Ce n’est pas quelque chose de compliqué d’enfermer un esprit dans un objet ? demanda Ethelle.
– Je n’étais pas un esprit. J’étais un être humain normal à la base. Mes camarades et moi faisions des tests sur la magie. C’était quelque chose de nouveau et, au début, personne ne nous croyait quand on expliquait que l’un d’entre nous était en train de développer des pouvoirs magiques.
– Vous avez vécu une résurgence de la magie vous aussi, alors.
– Oui, c’est ça. Et nous n’étions pas prudents, je dois bien l’avouer. Et mon ami magicien encore moins que nous autres. Je pense qu’on pouvait dire qu’il est très vite devenu accro à ses nouveaux pouvoirs. Et aussi, qu’il estimait qu’il avait ainsi la chance de trouver un moyen d’acquérir la vie éternelle.
– Rien que ça, commenta Ethelle. A-t-il réussi ?
– Je ne sais pas. J’ai fait partie de ses expériences ratées avant de voir un résultat concluant.
– Il a expérimenté sur vous ?
– Oui, il m’a enfermé dans un rubik’s cube – c’est le nom de cette boîte – et je suis devenu l’esprit de l’objet.
– Au final, il vous a fait atteindre une forme d’immortalité, déclara la jeune femme rousse. Il aurait dû se lier à un objet lui aussi !
– C’est vrai, acquiesça Julien. Je ne sais pas combien de temps j’ai passé dans mon cube, mais entre temps le monde a bien changé et moi… et moi je n’ai pas vieilli. Ensuite, il ne m’a jamais rappelé hors du cube, je ne sais pas s’il a trouvé une immortalité moins… contraignante pourrait-on dire.
– Comment s’appelle-t-il ? Peut-être en entendrai-je parler.
– Il s’appelle RD. En tous cas, il se faisait appeler ainsi.
– RD, c’est étrange, remarqua Ethelle. Je prends note, sait-on jamais.
– Oh, je ne peux plus rester. »

Il disparut dans un nuage de fumée et réintégra son cube, comme [Bidulette] le faisait avec le camée. Ethelle récupéra le cube qui avait repris l’apparence d’une cassette. Elle rangea le tout dans la mallette de son père qu’elle dissimula de nouveau. Elle resta pensive un instant, se remémorant la conversation avec l’esprit de la boîte. Entre lui, [Truc] et [Bidulette], elle avait beaucoup de sujets de réflexion. Parmis tous ces sujets de réflexion, elle se demanda si Nicolas avait fini par digérer l’apparition de l’esprit de sa grand-mère décédée. Elle décida de quitter sa chambre pour se renseigner.

Ethelle ne trouva son hôte ni dans le salon de sa mère qu’il affectionnait particulièrement, ni dans la grande salle ni dans la bibliothèque. Elle jeta un coup d’oeil par toutes les fenêtres, mais ne l’aperçut pas non plus dans les jardins à présent dépouillés de toute verdure. Lorsqu’elle croisa Henry, elle lui demanda s’il savait où se trouvait le maître des lieux. « Monsieur Merryweather se morfond dans ses appartements, lui apprit-il. Il ne veut voir personne pour le moment. [Il me semble que j’ai un problème temporel, je me demande si j’ai pas oublié de faire passer la nuit]
– Je comprends, dit Ethelle. Sauriez-vous où je pourrais trouver [Truc] dans ce cas ? [si Henry sait que Truc s’appelle Truc]
– Oui, vous le trouverez sur la berge du lac. Du moins était-il là la dernière fois que je l’ai aperçu.
– Merci. »

La jeune femme s’empressa d’aller chercher son carnet et d’enfiler des vêtements chauds. En sortant dehors, elle frissonna. Une brise glacée se faufila dans son cou. Elle resserra son écharpe et se dirigea vers la plage privée des Merryweather. [Truc] se tenait au bord de l’eau, bras croisés, face à une créature du lac. A la grande surprise d’Ethelle, ils paraissaient absorbés dans une grande discussion, paisible qui plus est. Après un bref instant d’arrêt, la jeune femme s’approcha d’eux.

En la voyant arriver vers eux, la créature aquatique eut un mouvement de recul. [Truc] tourna la tête pour voir ce qui effrayait son inquiétante interlocutrice et l’apaisa en constatant qu’il s’agissait de la jeune femme rousse. Il adressa un sourire lumineux à Ethelle et, lorsqu’elle se trouva proche de lui, il la salua de manière hésitante : « Bonjour mademoiselle. Je suis heureux de vous voir, je vous présente… » Mademoiselle Morton ne comprit pas le mot qu’il prononça ensuite et aurait été bien incapable de le prononcer. Elle inclina la tête à l’intention de la créature, puis s’exclama :

« Mais ! Depuis quand parlez-vous ma langue ?
– Depuis peu, avoua [Truc]. Belisama s’est réveillée, c’est grâce à elle que je peux parler avec vous. Pas encore très bien parce que c’est un tour qui lui demande beaucoup d’énergie et il n’y a pas encore assez de magie dans laquelle puiser.
– Où est-elle ? s’enquit Ethelle en espérant qu’il ne parlait pas de l’hideuse créature aquatique.
– Elle a été recueillie par le peuple qui vit dans ce lac, elle est tout près. Si elle était plus loin, nous ne pourrions pas encore communiquer. Notre discussion a été édifiante et j’en suis content : nous ne nous étions pas quittés en très bons termes.
– Comment donc en pas très bons termes ? s’enquit curieusement la jeune femme rousse.
– Disons que nous étions engagés dans un combat à mort, déclara platement [Truc]. Pour des êtres comme nous, c’est très long et dévastateur.
– Pour quelle raison vous étiez-vous… hum… disputés ?
– Je n’ai pas très envie d’en parler à vrai dire. »

Ethelle hocha la tête et n’insista pas. « Quand pourrons-nous voir cette Belisama ? s’enquit-elle avec curiosité.
– Bientôt. Attendons. » [Truc] avait le regard distant, qui fixait de ses yeux violets un point au large du lac de Lancy. La jeune femme rousse n’osa rien ajouter et patienta près de lui. Elle se demandait comment il se faisait qu’il n’ait pas froid. Il n’avait revêtu aucun manteau et ne paraissait pas souffrir des températures glaciales.

Au bout de quelques minutes, Ethelle eut l’impression que l’eau au centre du lac se mettait à bouillonner. Pour cause, une troupe entière de créatures aquatiques crevaient la surface de l’eau, se mettant ensuite à nager en direction du domaine des Merryweather. La jeune femme rousse s’enjoignit à rester stoïque en les voyant foncer vers eux. C’est alors qu’elle aperçut que quelqu’un se tenait sur le dos de l’une de ces créatures. Lorsqu’elles s’approchèrent, Ethelle réalisa que ce quelqu’un était une femme et que, là où [Truc] avait les yeux violets et Chaahk verts, Belisama les avait dorés.

La femme qui chevauchait la créature lacustre leur fit un signe joyeux de la main. [Truc] émit un rire bref, pinçant les lèvres derechef dans une petite moue comme pour s’empêcher de pleurer, avant de répondre de même. Ethelle remarqua qu’il avait les larmes aux yeux. En arrivant, Belisama bondit sur la petite plage et se pendit au cou de [Truc], qui lui rendit tendrement son étreinte. Les deux riaient et pleuraient en même temps ; face à la puissance manifeste de leurs sentiments, Ethelle sentit des larmes lui piquer les yeux.

[vérifier si j’ai assez insisté sur la souffrance de Truc avant]

Se séparant, ils échangèrent quelques mots dans une langue qu’Ethelle ne comprenait pas. Elle n’était pas sûre qu’il s’agisse de la langue antique dont Simon Derrington lui avait appris quelques bribes. Sensible à l’émotion ambiante, la jeune femme rousse resta poliment en retrait. Elle remarqua que les créatures aquatiques faisaient de même, en produisant quant à elles des vocalises qui sonnaient étrangement à l’oreille d’Ethelle. Cette dernière commençait à s’habituer à l’apparence, selon elle repoussante, des habitants lacustres. Elle devait même admettre que leurs chants – s’il s’agissait bien de musique – étaient plutôt agréables.

« Je te présente mademoiselle Ethelle Morton, déclara [Truc] dans la langue de la jeune femme rousse.
– Enchantée, mademoiselle Morton, déclara Belisama presque sans accent.
– De même, répondit machinalement Ethelle.
– Je vous suis reconnaissante d’avoir pris soin de [Truc] pendant qu’il récupérait ses esprits.
– Pendant qu’il récupérait ses esprits ? répéta la jeune femme rousse. Avait-il perdu la tête ?
– Oh, non non, lui assura Belisama. C’est juste que lorsque nous revenons à la vie grâce à une quantité de magie suffisante, nous sommes un peu perdus. »

La femme aux yeux dorés s’interrompit ; les habitants du lac essayaient d’attirer son attention. Elle se tourna vers eux et discuta un petit moment dans leur langue qu’Ethelle trouvait aussi incompréhensible qu’imprononçable. Après leur échange, les créatures leur firent des signes et retournèrent s’engloutir dans les eaux lacustres. « Pardonnez-moi, lança Ethelle une fois qu’ils eurent disparu. Mais quelle est cette histoire de montagne dont [Truc] parlait lorsque nous l’avons trouvé ?
– Ah, la montagne, oui. » dit Belisama.

Les deux dieux échangèrent un regard entendu. « Cette montagne est l’endroit d’où l’on peut éradiquer la magie. »

 

Je ne sais pas combien de mots pour ces trois jours, mais je dirais un peu plus de 2000

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 21 et 22

Elle comprit très rapidement qu’il ne le ferait pas. Il lui expliqua qu’il n’avait encore que très peu de forces et qu’invoquer les esprits des morts lui demandait trop d’énergie. Après une hésitation, il ajouta qu’il le ferait avec plaisir une fois sa magie revenue. Ethelle ne put s’empêcher de se sentir un peu déçue ; elle avait tellement envie de voir son père ! De savoir qu’il existait une possibilité exacerbait ce sentiment.

Elle réprima un bâillement. Il commençait à se faire tard, elle prit donc congé et retourna dans sa chambre. A peine avait-elle refermé la porte, qu’elle sentit son pendentif émettre de la chaleur et [Bidulette] apparut face à elle. La jeune fille affichait une moue un peu boudeuse. « Quelque chose ne va pas ? s’enquit Ethelle qui n’avait pas l’habitude de la voir pas souriante. (y a des jours où mes phrases sont vraiment nulles)
– Oui, acquiesça [Bidulette]. Je suis très triste de constater que vous n’avez pas pensé à moi pour faire la traduction entre vous et ce mystérieux grand homme ténébreux.
– Oh ! s’exclama la jeune femme rousse. Je n’y avais même pas songé, je dois bien l’avouer. Je suis confuse.
– Haha ! Ce n’est rien ! Je ne comprenais pas sa langue de toutes façons, elle ne ressemblait à rien de ce que j’ai déjà entendu. »

[Bidulette] paraissait fière d’elle et se trouvait très drôle. Elle gloussait doucement en tournant sur elle-même. Cela fit cependant réfléchir Ethelle. Si l’esprit du pendentif ne connaissait pas la langue que parlait [Truc], cela voulait certainement dire que celui-ci était beaucoup plus âgé qu’elle. Ou alors, qu’elle était beaucoup plus âgée que lui. Peu importait globalement, mais ça l’intriguait de savoir.

Ethelle se désintéressa de ses hypothèses qu’elle pensait invérifiables pour extirper la mallette de son père de sa cachette. Elle caressa pensivement le cuir avant de sortir la boîte et les papiers. Tout en pianotant machinalement sur le mystérieux écrin, la jeune femme rousse examina avec attention les dossiers et papiers de l’attaché-case. Elle se disait que, caché au milieu des dossiers et papiers, se trouvaient peut-être des indices concernant la boîte.

Après avoir attentivement lu les quelques dossiers en sa possession, elle estima qu’il s’agissait seulement d’affaires courantes liées au conseil municipal d’Eastlond. Elle garda néanmoins de côté le dossier qui concernait des incidents au niveau de la Conquise près des entrepôts des Modernités. [détailler les papiers qu’elle étudie ensuite et trouver des indices sur comment ouvrir la boîte, avec l’aide de Bidulette]
[décrire comment elle arrive à ouvrir la boîte]

Une multitude de petits cliquetis retentirent, comme si autant de minuscules mécanismes se mettaient en branle, puis le couvercle s’entrouvrit dans un bref sursaut. De la brume colorée s’échappa de l’écrin, pour former un homme d’âge moyen, aux cheveux sombres coupés courts qui contrastaient avec sa peau pâle, portant d’étranges lunettes aux verres rectangulaires ainsi que des vêtements tous aussi hors du commun. Ces derniers ne furent pas sans rappeler à Ethelle les habits que portaient les étudiants dans les réminiscences fantomatiques qu’elle avait vues dans la bibliothèque.

« Hum, bonjour, la salua l’esprit de la boîte en remontant les lunettes sur son nez.
– Bonjour, lui retourna poliment la jeune femme rousse. Je suis Ethelle et c’est moi qui vous ai appelé hors de la boîte.
– Je vous remercie, c’est ennuyeux là-dedans à force. Je commence à avoir un peu assez de faire des mathématiques théoriques tout seul sans pouvoir en parler.
– Et moi je suis [Bidulette], les interrompit cette dernière qui ne voulait pas se trouver en reste.
– Enchanté, moi c’est Julien. [Ce qui est un vrai prénom, contrairement à ce que me répétait une vieille grand’tante gâteuse]
– Connaissiez-vous mon père, Charles Morton ? s’enquit impatiemment Ethelle.
– Oh non… déplora [Bidulette] qui s’évanouit en fumée pour réintégrer le pendentif.
– Oh, euh oui, répondit Julien.

 

Environ 650 mots je crois, j’écris de moins en moins par jour x)

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 20

– Nicolas ? » l’interpella Ethelle, mais le jeune homme blond quitta la pièce sans lui accorder la moindre attention.

La jeune femme ne savait que faire. Les domestiques avaient emmené leur camarade inconscient, [Truc] serrait les poings sur la nappe et Henry paraissait attendre ses instructions. Elle ne savait pas quoi lui ordonner ; elle aussi avait perdu l’appétit, mais elle ne pensait pas qu’il était convenable d’abandonner leur invité à sa solitude au beau milieu d’un repas. Ethelle se leva. « Vous pouvez faire débarrasser, Henry, déclara-t-elle en se dirigeant vers [Truc]. Je pense que tout le monde a perdu l’appétit. »

Alors que le majordome inclinait brièvement la tête, la jeune femme rousse posa une main sur l’épaule du dieu. Il leva ses yeux violets vers elle et elle lui fit signe de la suivre. Son humeur était toujours sombre mais il lui emboîta néanmoins le pas. Mademoiselle Morton demanda à une servante de trouver un manteau chaud pour son invité et elle fit de même. La nuit étant tombée, elle requit également une lanterne. Lorsqu’on la lui donna, elle sourit par devers elle, s’imaginant retourner dans la bibliothèque de Simon Derrington. Secouant la tête, elle sortit, suivie par [Truc] qui se laissait guider sans rien dire.

« Il fait froid, mais cela nous aèrera l’esprit, déclara Ethelle. Nous ne resterons pas dehors très longtemps de toutes façons. » L’homme aux yeux violets la suivait sans mot dire. La jeune femme savait qu’il ne comprenait pas un mot de ce qu’elle disait, mais elle était gênée de laisser le silence s’installer entre eux. « Je me pose beaucoup de questions vis à vis de vous, continua-t-elle. Par exemple, je me demande comment l’esprit de la grand-mère de Nicolas – car c’était bien un fantôme, n’est ce pas ? – vous comprenait alors que nous ne parlons pas la même langue. Je suis persuadée que le professeur Derrington vous trouverait fascinant. »

Elle s’arrêta près d’un banc en fer forgé peint en blanc et tapota la place à côté d’elle pour enjoindre [Truc] à faire de même. Il s’assit, l’esprit visiblement préoccupé. « Vous me rappelez l’homme qui est venu l’autre jour, avec Simon, Clay et Tina. Il avait des yeux verts aussi éclatants que les vôtres. Est-ce une caractéristique des personnes qui vivaient à votre époque ? » L’homme saisit l’intonation interrogative et la regarda d’un air désolé en haussant les épaules. « Il s’appelait Chaahk. » poursuivit Ethelle.

Pour la première fois, une lueur illumina le regard de [Truc]. « Chaahk ? répéta-t-il d’une voix profonde.
– Oui, acquiesça la jeune femme en souriant. J’arrive enfin à avoir votre attention ! » Elle sortit son carnet d’un revers de son manteau et en approcha la lanterne. « Bien, essayons de voir si nous pouvons communiquer maintenant. »

Elle tenta plusieurs mots et avec plusieurs prononciations. [Truc] l’écoutait, la mine concentrée. Il tenta plusieurs mots lui aussi, mais ils avaient encore beaucoup de mal à trouver une façon sûre de se comprendre l’un l’autre. L’homme finit par s’emparer du carnet d’Ethelle et l’examina attentivement. Puis, il hocha la tête et désigna des mots écrits. Cela faisait des phrases sommaires, mais la jeune femme sourit, ravie de pouvoir enfin communiquer avec lui.

Elle frissonna ; la brise nocturne était glaciale. [Truc] la considéra un instant, puis fit quelques brefs mouvements de mains. Ethelle ne ressentit soudainement plus le vent et lança un regard interrogateur à l’homme à côté d’elle. Il lui sourit – le premier sourire qu’elle voyait se dessiner sur son visage – et lui désigna quelques mots de son carnet. Elle comprit qu’il avait ordonné à la brise de passer à côté d’eux. La jeune femme était impressionnée. Jusqu’ici elle n’avait porté que peu de foi à cette appellation de dieu. Elle décida qu’il devait au moins être un véritable magicien.

Même si le vent ne la frigorifiait plus, la température de la nuit restait très basse et ils retournèrent au manoir, le cœur un peu plus léger que lorsqu’ils l’avaient quitté. Installés dans la salle à manger, devant la cheminée où crépitaient toujours de longues flammes claires, une idée traversa l’esprit d’Ethelle en repensant au fantôme de madame Jocelyn Merryweather. « [Truc], déclara-t-elle. Pourriez-vous convoquer l’esprit de mon père ? J’ai des choses importantes à lui demander et… à lui dire, aussi. » Alors que l’homme lui lançait un regard aussi violet qu’interrogateur, elle ravala la boule qui s’était formée dans sa gorge et désigna quelques mots dans son carnet, espérant ardemment qu’elle réussirait à se faire comprendre.

[Truc] la considéra gravement. Ethelle se demanda brièvement combien de centaines de fois il avait dû entendre cette requête. Son cœur battait à tout rompre alors qu’il feuilletait le carnet.

 

776 mots pour aujourd’hui, ça y est j’ai de nouveau du retard

NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 19

(changement de chapitre)

Lors du dîner, l’inconnu afficha une mine abattue. Jusqu’à la fin du plat principal, il ne réagit ni aux tentatives de communication de Nicolas ni à ceux d’Ethelle. La tête dans son assiette, il n’en picora qu’un peu et passa le plus clair de son temps à se morfondre. Plusieurs fois, les deux jeunes gens échangèrent des regards impuissants : comment réconforter quelqu’un à qui l’on ne pouvait pas parler ?

Soudain, l’atmosphère autour de l’homme se fit plus sombre et froide. Ethelle et Nicolas eurent l’impression qu’une fine brume émanait de lui et recouvrait le sol de la grande salle à manger. Son regard s’était fait très dur, comme s’il était en pleine concentration. Un souffle se fit entendre et une forme apparut à côté de l’inconnu. Le domestique qui s’apprêtait à débarrasser les assiettes poussa un bref cri d’effroi avant de s’évanouir. Effrayés, les deux jeunes gens se figèrent en voyant que la forme était une vieille femme aux cheveux immaculés enserrés dans une coiffure compliquée, d’une pâleur mortelle et vêtue d’une robe qui avait dû être à la mode une trentaine d’années auparavant.

« Nicolas, mon petit, tu as bien grandi ! se réjouit la dame âgée.
– B… bonne maman Jocelyn ? s’ébahit le jeune Merryweather les yeux se remplissant de larmes.
– Je crains de n’être plus qu’un souvenir, déclara Jocelyn Merryweather en jetant un coup d’œil à l’inconnu concentré qui murmurait rapidement entre ses dents. J’ai été appelée par ce monsieur.
– Pourquoi ? demanda son petit fils qui faisait beaucoup d’efforts pour s’empêcher de pleurer.
– Il n’arrivait pas à vous parler, il m’a donc réveillée afin que je lui serve de porte-parole. Il s’appelle [Truc], dieu des morts et du temps et… Bah, il est bien pompeux cet homme là je trouve ! Peu importe ce qu’il dit qu’il est. Il a un message pour vous : il voudrait retrouver une certaine Belisama. Je ne sais pas si c’est pour s’excuser ou si c’est pour l’achever, ce n’est pas très clair. Il semblerait qu’ils aient une relation complexe ces deux là ! Et, aussi, il exige que vous passiez le message au monde qu’il fera tomber la foudre sur quiconque s’approchera de la montagne… la montagne mangeuse de magie ? Je n’ai jamais entendu parler d’une telle montagne. Mais il a l’air très sûr de lui. Et en colère, aussi. Prend garde mon petit. »

Sur ces mots, elle disparut et, en même temps que la brume se dispersait, Ethelle et Nicolas réalisèrent que [Truc] avait perdu connaissance, la tête posée sur son bras à côté de son assiette. Il se réveilla, papillonnant des paupières, alors qu’Henry et deux autres domestiques faisaient irruption pour voir ce qui était à l’origine du cri qu’ils avaient entendu. Les deux domestiques relevèrent leur camarade qui s’était évanoui et Henry s’enquit auprès de son maître si tout allait bien, avec son flegme habituel. Nicolas ne répondit pas tout de suite. Ethelle supposa qu’il ne devait pas être certain de la réponse à donner.

« Je pense que tout va bien, oui, finit par dire le jeune Merryweather encore sous le choc de la discussion avec sa défunte grand-mère. En revanche, je n’ai plus faim. Je vais me retirer.

 

542 glorieux mots pour aujourd’hui.

Audiobook : Le Cœur de l’Hiver, Partie 2 Chapitre 12

Glorieuses salutations !

Voici le chapitre 12 de la deuxième partie du Cœur de l’Hiver :

– Version WordPress :

 

– Version SoundCloud :

 

– Version YouTube :