NaNoWriMo 2019 : Prison Dorée, jour 21

[préciser que Gaël arrête de jouer si c’est pas fait]

Si Jodie était présente, elle se voyait mal proposer un nouvel essai de fuite. La servante était la personne qui l’avait le plus collé aux basques pour la surveiller et Éléonore se sentait irritée à chaque fois qu’elle l’apercevait. De plus, si jamais il y avait un micro, Jodie venait de signaler sa présence, ce qui l’énervait d’autant plus. « Je ne fais que passer, je ne voudrais pas vous déranger, ajouta-t-elle. J’ai encore quelque chose à faire.
— On avait fini, précisa Gaël avec un sourire.
— Ah bon ? s’étonna Jodie.
— Oui oui. » confirma-t-il.

La servante parut un peu déçue et il y eut un moment de flottement. « Avez-vous besoin de mes services, madame ? s’enquit Jodie avec une pointe d’espoir.
— Pas du tout, il est tard, vous pouvez aller vous reposer. » Éléonore s’étonna de parler de la sorte. Elle avait envie de laisser tomber toutes ces simagrées et d’envoyer balader tout le monde.
Jodie afficha une moue irritée, mais obéit. Après son départ, les deux restants restèrent un instant silencieux. « Ça va ? demanda Gaël.
— Oui oui, balaya-t-elle. On ferait mieux de partir, il ne faut pas trainer ici, surtout que Jodie va prévenir tout le monde que je suis revenue.
— Par où ?
— Je ne sais pas, j’en ai marre. »

Elle ne voulait pas en dire plus tant qu’elle ne savait pas si quelqu’un l’écoutait ou non. Faisant demi-tour, elle sortit des appartements et Gaël la rattrapa, toujours son luth à la main. « J’étais inquiet quand tu as disparu. Tu étais où ? Tout le monde te cherchait partout, tu les as sacrément embêtés.
— Je… j’étais sortie. » Éléonore aurait bien voulu savoir où étaient les micros. Elle n’osait pas en dire plus pour le moment.

« Et toi ça se passait bien avec Jodie ?
— Avec qui ? Ah, oui. J’essaie de me la mettre dans la poche, au cas où.
— Tu as bien du courage… En tous cas, ça avait l’air de bien fonctionner.
— Boah, dit Gaël en haussant les épaules, tu sais, je pense qu’elle essayait surtout de me soutirer des infos.
— Je me doute.
— En tous cas, si t’as pas d’idée d’endroit par où fuir, j’ai entendu parler d’un truc tout à l’heure, pendant que tu étais à ta représentation.
— D’accord. » acquiesça Éléonore.

Après tout, elle ne disposait pas de ces fameuses cartes qui ouvraient la porte du cellier au sous-sol, donc la solution de Gaël était certainement meilleure. Dans tous les cas, ils devaient se dépêcher avant que tout le château décide de constater son retour. Elle se laissa guider par Gaël qui, visiblement, n’avait pas chômé pendant son absence. Il avait découvert un chemin très peu emprunté, grâce auquel ils ne croisèrent personne en sortant de la bâtisse. Une fois dehors, il les fit prendre le chemin opposé de celui qui menait à la grille.

Ils n’avaient rien pris pour se couvrir et grelottèrent très rapidement dans le froid nocturne, mais ils ne s’arrêtèrent pas. Marcher d’un bon pas les réchauffa un peu ; ils couraient presque.

526 mots. J’ai perdu le flow du NaNoWriMo, c’est un peu triste, mais j’avance quand même. On verra bien jusqu’où !

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.