Les Héros de Hurlevent, Prologue

Il était une fois, dans un royaume fort, fort lointain, si lointain que jamais personne n’a entendu parler de lui, quatre graines de héros qui se retrouvèrent au milieu de la magie et du surnaturel ambiant qui régnaient en maîtres. En effet, il est bien connu que l’excellence appelle l’excellence, il faisait donc partie du destin de ces quatre là que d’accomplir des hauts faits ensemble. Déjà, à leurs débuts, les ennemis du Bien tombaient sous leurs coups experts d’aventuriers creusant impitoyablement dans leurs rangs maléfiques.

Le plus grand d’entre eux, Herbert PorteHaute un monumental maître d’arme, tellement grand qu’il ne se trouvait pas de porte suffisamment haute pour le laisser passer sans qu’il ne se baisse, avait étranglé de ses mains potelées deux serpents qui s’étaient introduits dans son berceau, lorsqu’il n’était alors qu’un enfançon.

Le second et le plus jeune, Vikingar Nordmann à la crinière rousse, avait vaincu un ours à mains nues, alors qu’il n’était même pas encore entré dans l’adolescence, afin de protéger sa jeune et jolie cousine que le fauve menaçait de dévorer. Malgré son nom barbare, il maîtrisait fort bien la finesse des façons et des mots.

Le troisième, Yamo Yamamoto, était originaire d’une contrée plus lointaine encore, en témoignaient ses yeux fins et étirés, plus proche du serpent que de l’humain, et sa peau aussi jaune que le citron exotique. Il maîtrisait déjà, à cinq ans, la concentration nécessaire lui permettant de faire voler sa lame plus vite que l’éclair et de marcher sur l’eau.

Le dernier, mais non le moindre malgré sa petite taille, répondant au sombre nom de Julianus FlammeNoire, jouait avec les énergies magiques avant même la naissance, grâce à sa mère sorcière, et apprit très vite à devenir le maître des éléments. Le prix qu’il eût à payer pour cette maîtrise, sans laquelle sa puissance ne serait rien, lui laissa une cicatrice en forme d’éclair sur le front, qu’il cachait de ses mèches rebelles.

Ces quatre futurs héros de légendes, aussi imbattables que gentilshommes, firent connaissance dans une petite ville où ils se sentirent irrémédiablement attirés les uns vers les autres. Le Destin, force universelle, les appelait à réaliser de grandes choses ensemble, pour le bien de l’humanité toute entière. Peu avant sa rencontre avec ses compagnons, Herbert PorteHaute, qui était le premier arrivé, avait commencé par capturer et dompter un furet géant et sanguinaire. Cet horrible monstre, tout en poils, en crocs et en griffes, avait fait pitance des chiens de chasse racés du Seigneur de ces lieux et blessé plusieurs fiers chevaliers, avant de dévorer voracement leurs palefrois de guerre. C’est accompagné de cette bête aussi sournoise que redoutable, qu’il avait nommée Furetzilla, qu’il fit la connaissance de Vikingar, Yamo et Julianus.

A peine se furent-ils rejoints qu’ils décidèrent, de conserve, de se rendre jusqu’à un manoir hanté, tout proche, qui terrifiait les riverains. Ces quatre héros aux âmes pures ne se doutaient pas une seconde de qui cela les amènerait à rencontrer, ni de ce qui les attendait…

4 réflexions sur “Les Héros de Hurlevent, Prologue

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s