« Il était une fois en Yamato » Chapitre 1 : Jynpo et les volatiles (1/7)

Il était une fois Gaïa, la planète aux sept continents, parmi lesquels se trouve la froide Sylvestrie, ravagée par la guerre depuis le débarquement des hordes de diables et de démons. Au nord est du continent Sylvestre, après avoir traversé la mer Impériale, se trouve Yamato, berceau du bushido autant que du nindo. Au cœur de ce continent, dans une région bordée de hautes montagnes aux neiges éternelles, se trouvent les terres de l’énigmatique Clan du Dragon. En son centre se dresse fièrement sa capitale, surplombée par le château Togashi, demeure ancestrale entourée de ses ailes plus récentes construites au fil des ans, ainsi que de somptueux jardins colorés aux multiples senteurs. En remontant la grande rue, on arrive face à la porte principale de la muraille entourant le palais, gardée par deux fiers samouraïs. Après avoir franchi la porte et traversé les somptueux jardins, on arrive enfin à l’entrée du château, qui forme une avancée, elle aussi gardée par de valeureux samouraïs. A l’intérieur de l’édifice, après avoir traversé de nombreux couloirs emplis de serviteurs affairés à diverses tâches, on finit par arriver devant une porte coulissante, ouvrant sur le cabinet de travail de la deuxième personne la plus puissante de Yamato.

Jynpo, le coude sur la table, se tenant la tête de ses doigts repliés, contemplait successivement d’un air désespéré, les rapports qu’il tenait de son autre main et ceux qu’il lui restait à traiter. Cette pile qu’il s’échinait à faire rétrécir depuis bientôt trois heures mais qui lui paraissait toujours aussi haute. « J’en ai marre ! » lâcha-t-il soudainement, avant de vérifier précipitamment que personne ne l’avait entendu. Après tout, la deuxième personne la plus puissante de Yamato, héritier direct du trône impérial et chef du Clan du Dragon ne pouvait se permettre de rechigner à faire son devoir. Devoir qu’il avait d’ailleurs délaissé depuis trop longtemps. Bien que son excuse, tout à fait valable, était de protéger le monde. Et, même s’il n’était de retour dans son clan que depuis quelques jours à peine, ses compagnons d’armes, avec lesquels il avait mené sa tâche à bien, lui manquaient déjà. Pourtant, ils n’étaient pas des samouraïs ni ne suivaient le bushido. Néanmoins il avait appris à les apprécier et, il devait bien le reconnaître, il leur devait la vie. Il les avait rencontrés lorsque son oncle, Shiro, l’avait envoyé en soi-disant voyage initiatique, dans le lointain continent de Sylvanie. Au cours de ses pérégrinations, il avait appris que son oncle cherchait en réalité à se débarrasser de lui, après avoir assassiné son frère, le père de Jynpo, afin de prendre la tête du Clan du Dragon. A plus long terme, Shiro envisageait de tuer l’Empereur car, son neveu loin de Yamato, il devenait l’héritier direct du trône impérial. Maintenant que Jynpo avait tué son oncle, il se devait de reprendre son clan en main.

Il reprit la lecture du rapport sur le taux de mortalité grandissant des poules, probablement du à un parasite, dans un petit village à quelques kilomètres à l’est de la petite ville d’Okinawa, dans une région secondaire du Clan du Dragon, peu productive en gallinacés. « Il faut absolument que je trouve un nouvel intendant. » soupira-t-il tout haut. C’est ce moment que choisit un soldat de sa garde personnelle pour arriver en trombe, s’agenouiller devant lui et attendre l’autorisation de parler. Jynpo, trop heureux de pouvoir reporter à plus tard le problème des poulets, lui fit signe de prendre la parole. « Une escorte armée battant étendard de l’ambassadeur de la famille Doji du Clan de la Grue, a été aperçue à une journée de marche de notre capitale, Jynpo-sama. » Ayant délivré son message, le soldat toujours haletant, baissa de nouveau la tête, attendant une réponse de son seigneur.

« L’ambassadeur du Clan de la Grue ? s’étonna le chef du Clan du Dragon. Préparez-vous à le recevoir comme il convient. » ordonna-t-il sur le ton de la conversation. Puis, déjà revenu aux problèmes gallinacés, il congédia le soldat. Ce dernier, un peu perplexe quant à la réponse de Jynpo et n’étant pas certain de comprendre quelle était la manière convenable de répondre à une telle intrusion sans préavis, obéit tout de même et s’en fut remettre le message à son supérieur.

Quelques minutes plus tard, Mirumoto Chiba et Kitsuki Hideaki, les deux principaux conseillers de Jynpo, firent leur entrée dans le cabinet de travail de ce dernier. Chiba était le premier conseiller militaire et chef de la garde personnelle de la noble maison du Clan du Dragon. L’allure martiale et vêtu comme pour aller au combat, bien que tenant son casque à la main, il semblait perpétuellement imperturbable. Il faisait partie de la grande famille Mirumoto dont Jynpo était également issu. Les Mirumoto, qui avaient donc pour chef de famille l’actuel dirigeant du Clan du Dragon, étaient le noyau dur des armées du Clan. Grands Samouraïs, ils avaient élaboré une technique de combat particulière. En effet, ils s’étaient spécialisés dans le combat à deux armes impliquant un katana et un wakisashi. Hideaki, quant à lui, était un homme plutôt sec au regard calculateur. Contrairement à Chiba qui était dans la force de l’âge et à Jynpo, qui était dans la fleur du sien, lui était un homme d’âge mûr. Il faisait partie de la famille Kitsuki, à l’origine de nombreux magistrats de renoms. Principal diplomate du Clan, il conseillait Jynpo en matière de relations extérieures.

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s