« Kyr et Kilynn » Chapitre 3 : Rencontres (1/8)

« Debouuut ! » claironna gaiement Drakëwynn en poussant Kyr du bout de son énorme sabot. Le garçon grommela et sentit que sa sœur se levait à côté de lui. Il marmonna de nouveau et referma paresseusement ses paupières qu’il avait à peine entr’ouvertes. C’est alors qu’il se sentit attrapé par le col et qu’intervint un changement de gravité. Il s’agissait de la Centaure qui, sans ménagement, l’avait soulevé hors de la douce chaleur de la couverture. Il ouvrit de nouveau ses paupières avec effort et se retrouva en train de regarder la draconique ménestrelle droit dans les yeux. Il sursauta et pédala dans le vide, à présent totalement réveillé. « Pose-moi ! » s’exclama-t-il. Drakëwynn se mit à rire et le lâcha. Kyr se reçut adroitement sur ses deux jambes. « Joli. » apprécia la Centaure. « Allez, enlève donc cette stupide robe rouge et récupère tes affaires. Elles sont sèches maintenant. Et puis, je refuse de voyager avec des gens déguisés en Mages Rouges, même s’ils sont miniatures ! »

Elle était prête à partir et avait même déjà sellé Nuit-Noire à leur intention. Les jumeaux s’empressèrent de se préparer pour suivre leur compagne pleine d’entrain. Enfin, ils se retrouvèrent tous devant la tour, parés. Drakëwynn marmonna quelques paroles dans une langue inconnue des enfants et la tour redevint un petit cube métallique que la ménestrelle remit dans son sac. « Pourquoi tu ne laisses pas des choses dedans pour les retrouver quand tu sors la tour ? demanda Kilynn.
– Héhé, petite futée, dit la Centaure en posant le frère et la sœur sur le dos du cheval. J’y avais pensé figure-toi. Le problème, c’est que quand on laisse des choses dans la tour, elle ne peut plus se replier.
– C’est vraiment dommage, commenta Kyr d’un air déçu.
– Ne t’en fais pas, lança joyeusement Drakëwynn. J’ai bien d’autres tours dans mon sac !
– Comme quoi ?
– Tu verras bien quand je les sortirai. »

Ils reprirent leur route sur le chemin qui serpentait entre les prés et champs. La Barde avait commencé le trajet en chantant à tue-tête, mais Kyr, préférant passer son chemin un peu plus discrètement, lui demanda d’arrêter pour éviter d’attirer les ennuis. Cela avait bien fait rire Drakëwynn, à qui cela sembla particulièrement saugrenu, mais elle accéda à sa requête et cessa de chanter. A la place elle leur raconta comment ses compagnons et elle avaient réussi à s’enfuir d’une île entièrement peuplée de démons où ils s’étaient échoués. Le garçon ne croyait pas trop à ces histoires, cela lui semblait trop énorme. En effet, qu’elle soit capable d’abattre une wiverne comme s’il s’agissait d’un pigeon, passe encore, de plus il y avait assisté. Mais qu’elle ait survécu à des combats contre des hordes de démons et monstres en tous genres, c’était bien trop exagéré selon lui. Ce qui ne l’empêchait pas de les apprécier : ces récits faisaient agréablement passer le temps. Kilynn paraissait les adorer et elle posait sans arrêt des questions sur quantité de détails. La ménestrelle répondait à chaque fois du tac au tac et Kyr admira son sens de la répartie. Elle était une barde douée qui savait rendre son histoire presque réaliste. Ce récit lui rappelait tout de même vaguement une autre des légendes de l’illustre Compagnie de la Licorne. Il se demanda si la Centaure ne s’amusait pas à remanier toute cette célèbre saga à sa manière. Peu importe après tout.

Ils traversèrent un village désert. Il était tellement silencieux qu’il en paraissait abandonné. « Ils sont tous malades, tu crois ? demanda doucement Kilynn à la ménestrelle.
– C’est bien possible, répondit celle-ci. Tu veux qu’on aille vérifier ? »

La petite fille hésita, puis hocha affirmativement la tête. Son frère voulut émettre une protestation – il ne voulait pas risquer de tomber malade en côtoyant des souffreteux – mais sa sœur avait l’air tellement ébranlée par ce village sans vie qu’il se tut. La Centaure alla frapper à une porte, tandis que Kilynn glissait à bas de Nuit-Noire pour se poster à côté d’elle. Kyr resta sur le cheval. Ils attendirent de longues secondes avant que la porte ne s’ouvre sur un vieil homme pâle et hâve. « Bonjour ! » lança poliment Drakëwynn. L’homme leva les yeux sur la figure souriante de la Centaure, la dévisagea et en resta pétrifié. « Ce… ce n’est pas possible… bégaya-t-il. V… Vous ici ?
– Moi-même. » confirma la ménestrelle en s’inclinant de manière théâtrale, bien que les enfants ne comprirent pas trop ce qu’elle confirmait. Kyr supposa qu’ils avaient déjà du se rencontrer.

« Ce sont les dieux qui vous envoient ! s’exclama le vieil homme en se jetant aux sabots de Drakëwynn. Aidez-nous, Maîtresse Barde, je vous en prie !
– Allons allons, les supplications m’ont toujours mise mal à l’aise, répondit la Centaure d’un air gêné. Relevez-vous et dites-moi ce qui vous arrive.
– Avec plaisir Ma Dame, mais auparavant, donnez-vous la peine d’entrer dans mon humble demeure. » Tout en s’inclinant à plusieurs reprises, l’homme s’effaça pour laisser passer Drakëwynn.

Celle-ci fit signe aux enfants de la suivre et entra en baissant la tête pour ne pas se heurter contre le bas chambranle de la porte. Kilynn lui emboita le pas sans attendre, tandis que son frère trouvait un endroit pour attacher Nuit-Noire, après en être descendu. Lorsqu’il entra à son tour dans la petite maison, le vieil homme ferma la porte derrière lui. Une femme âgée, visiblement son épouse, vint les accueillir et resta sans voix en apercevant à la terrible Centaure. Elle s’inclina le plus profondément que lui permettait son dos usé et les invita à se mettre à l’aise. Kyr se demandait pourquoi ces deux personnes se montraient aussi cérémonieuses vis à vis de la ménestrelle. Les Bardes étaient le plus souvent bien traités où qu’ils aillent, mais ces paysans agissaient envers elle comme si il s’agissait d’une grande Dame.

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s