« Kyr et Kilynn » Chapitre 3 : Rencontres (4/8)

Kyr et Kilynn étaient totalement ignorés au détriment d’une retrouvaille entre deux vieux amis qui avaient l’air aussi étrange l’un que l’autre. Le garçon décida, par conséquent, d’intervenir : « Drakëwynn, tu le connais ?
– Oh que oui ! répondit joyeusement celle-ci.
– Drakëwynn ? C’est toi ça ? s’étonna l’homme chauve.
– Il semblerait, confirma la Centaure.
– Hihi ! C’est rigolo ! pouffa-t-il allègrement. Moi… Qu’est ce que c’est que ça ? s’exclama-t-il soudain en désignant les deux enfants.
– Ce sont des jumeaux que j’ai récupéré, lui expliqua la ménestrelle.
– Non, mais ça ! » se plaignit-il en pointant un doigt accusateur en direction de Kilynn.

Il trépignait tant que les enfants prirent peur et glissèrent prestement du cheval pour se réfugier vers Drakëwynn. « Ben quoi, tu vois bien que ce sont des gosses, lui dit-elle.
– Oui, mais elle là, c’est quoi ? » persista-t-il.

Il reprit son calme tout aussi soudainement qu’il l’avait perdu et scruta le ciel d’un air pensif. La Centaure ne semblait pas avoir saisi la véritable teneur du questionnement de son ami et se montra perplexe. L’homme, lui, se mit à observer Kilynn d’un regard inquisiteur. Se frottant pensivement le menton, il lui tourna autour tout en gardant ses yeux braqués sur elle, suspicieux. Le dragon d’or s’approcha à son tour pour assister à la scène de plus près. « Tu sais ce qu’il lui prend, toi ? » lui demanda la ménestrelle. Le dragon hocha négativement de la tête, toujours impassible, voire même blasé. Voyant que l’homme continuait de tourner autour de Kilynn, son frère décida de s’interposer : « Vous la mettez mal à l’aise, arrêtez de la fixer comme ça ! » Comme s’il ne l’avait pas entendu, l’étrange individu continuait à marmonner dans sa barbe – qu’il n’avait pas – et finit par lancer à Drakëwynn, en guise d’explication… un haussement d’épaule. Puis, sautant du coq à l’âne, il lui demanda avec entrain : « Et toi alors, comment ça va depuis la semaine dernière ?
– Bah, je t’ai écrit un mot que Roval t’a apporté, répondit-elle.
– Oh, je l’ai pas lu, Onbu l’a déchiré en voulant me protéger de ton aigle. »

Kyr se demandait qui pouvait être Onbu. En toute logique, puisque le dragon d’or était la seule autre créature en leur compagnie, il devait s’agir de lui. Mais pourquoi un dragon redouterait-il l’attaque d’un aigle messager ? « Tant pis, soupira la Centaure. Je te disais donc…
– Attend ! lui intima son ami à la grande robe d’argent. Réglons d’abord ton problème de pénurie ! »

Il prit un vieux sac à l’air fatigué, l’ouvrit, et bombarda la ménestrelle d’oranges les unes à la suite des autres sans se soucier le moins du monde du lieu d’atterrissage desdites oranges. Mais Drakëwynn avait déjà ouvert son propre sac et réceptionnait adroitement les précieux fruits qui avaient l’air de ne tenir aucune place dans quelque sac que ce fut. Les enfants assistaient, incrédules, à la scène saugrenue qui se déroulait devant eux. Une fois l’échange effectué, l’homme que Kyr trouvait encore plus étrange que la Centaure, reprit : « Donc, tu disais ?
– Je parlais principalement des délicieux champignons que je cueillais sur le bord de ma route. J’en ai plein, t’en veux ?
– Oh oui ! J’en ferai des oranges aux champignons ! » s’enthousiasma l’étrange individu ailé.

Ce fut donc au tour de Drakëwynn de bombarder son ami d’une volée de champignons. Kyr ne savait pas du tout quoi penser de ces deux personnages qui avaient tour à tour l’air puissants et idiots. Des oranges aux champignons, ce devait être infect. En quête d’éventuelles explications sur ces réactions bizarres, il tourna son regard en direction du dragon d’or. Ce dernier, se sentant observé, détourna la tête avec dédain et, l’air de rien, souffla nonchalamment un énorme cône de feu sur la route, faisant sursauter les jumeaux qui roulèrent de grands yeux effrayés. Le garçon vit alors, esquivant les flammes tandis que la ménestrelle applaudissait la performance, une boule s’envoler dans les airs et une voix tonitrua soudain dans sa tête : « Non mais ça va pas ?! Qu’est ce que c’est que ces gamins qui veulent faire leurs intéressants en crachant du feu n’importe où sans faire attention à leur mentor ?! »

Kyr, surpris, remarqua que sa sœur aussi l’avait entendue. « Oh, tiens, bonjour Onbu ! lança la Centaure à la petite boule volante qui s’avéra être un dragon miniature à peine plus gros qu’Emlyg. Tu m’as l’air bien grognon aujourd’hui.
– Hmpf ! » souffla le petit dragon qui s’était posé sur l’épaule de l’ami de Drakëwynn. Puis, le garçon l’entendit de nouveau parler dans sa tête, bien que cela semblait s’adresser à tout le monde : « Ils n’ont pas voulu me choisir pour mentor-protecteur, se plaignait-il télépathiquement. Ils ne savent pas reconnaître la véritable puissance lorsqu’ils la voient. Ils mériteraient que je les mange en civet ces stupides lièvres ! »

Kyr comprit enfin qui était véritablement Onbu et, après ces propos, ne s’étonna plus de savoir qu’il avait attaqué l’aigle de la ménestrelle. En effet, cet animal lui paraissait aussi intellectuellement atteint que son maître. C’est ce moment que choisit le dragon-papillon de la Centaure pour sortir de son sac. Voyant Onbu, il poussa un roucoulement joyeux et s’élança sur lui pour jouer. Celui-ci poussa des grognements offusqués, mais suivit tout de même Emlyg qui s’était envolé. « Je croyais qu’Emlyg était le seul de sa race, s’étonna Kilynn.
– Il l’est, lui assura Drakëwynn. Onbu et Emlyg ne sont pas exactement les mêmes créatures. Tu regarderas de plus près si tu en as l’occasion et tu verras qu’Onbu a de vraies ailes de dragon alors qu’Emlyg dispose d’ailes de papillon. De plus, il a une petite corne sur le nez que n’a pas Onbu et ainsi de suite. Ils ont pas mal de différences.
– Je vois. » commenta sérieusement la petite fille avant de se tourner vers l’homme chauve qui mangeait de nouveau une orange. Elle parut prendre son courage à deux mains pour lui demander : « Qui êtes-vous au fait ?
– Moi ? s’étonna l’ami de la Centaure en se désignant lui-même du doigt. Je suis Vorastrix !
– Vo… commença Drakëwynn avant d’éclater de rire. T’es vraiment incorrigible ! »

Vorastrix pouffait de rire, visiblement très fier de sa plaisanterie que Kyr et Kilynn, ne sachant pas parler le draconien, ne pouvaient, par conséquent, pas comprendre. Le garçon s’interrogeait sur le sens caché de tout cela. « Vous allez où comme ça toutes les deux au fait ? s’enquit l’homme auprès de la ménestrelle.
– Hey ! s’offusqua Kyr avant qu’elle ne puisse répondre. Moi aussi je suis là ! »

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s