NaNoWriMo 2014 jour 10 : Bård

Les deux dvergs continuèrent de se montrer des hôtes exemplaires, entretenant leurs invités de conversations intéressantes et leur aménageant un coin douillet pour passer la nuit. Puis, ce fut l’heure du repos. Mais, malgré toute la fatigue qu’il éprouvait, Bård ne réussissait pas à trouver le sommeil ; tous les évènements de la journée tournaient sans cesse dans sa tête, menaçant de lui donner la migraine. « Fen ? » s’enquit il en espérant qu’elle ne dormait pas. Elle répondit par un grognement indistinct. Il reprit : « As tu toujours mal à l’endroit où je t’ai blessée ? » Il savait qu’elle souffrait terriblement de l’épaule puisque, couchée sur le côté, elle lui tournait le dos afin de ne pas s’appuyer dessus.

« Non petit d’homme, tu ne m’as infligé qu’une infime éraflure, elle sera guérie demain, le rassura-t-elle.
– C’est vrai ? insista-t-il.
– Bien sûr que c’est vrai, confirma la vane. De toutes façons, même si je sentais une gêne à ce niveau là, elle serait éclipsée par la douleur de la blessure que je dois à la corne de ton frère. Dors à présent et si c’est ce qui te taraude : ne t’inquiètes pas, si jamais quelqu’un entrait ici, il devrait me marcher dessus pour pouvoir t’atteindre. » En effet, elle l’avait installé près du mur et elle même s’était couchée entre lui et le reste du monde. « Rassuré maintenant ? s’enquit elle.
– Oui, souffla le garçon. Dans combien de temps ta blessure à l’épaule sera-t-elle guérie ?
– Je ne sais pas, répondit Fen. Ne t’embarrasse pas pour ça, j’en ai connu d’autres. Tu ne veux toujours pas dormir ?
– Je vais essayer, promit l’enfant. Bonne nuit Fen.
– Bonne nuit Bård. »

Le lendemain matin, lors d’un copieux petit déjeuner, Nurri leur demanda ce qu’ils comptaient faire dorénavant. Le garçon ne répondit pas. Il aurait bien aimé rester chez Beyla et le forgeron des étoiles tant il appréciait l’ambiance chaleureuse et douillette de leur foyer. Mais sa raison lui disait que ce ne serait probablement pas possible. Et puis, sa mère avait écrit que Ull était à sa recherche, il n’aimerait pas que cette petite maison et ses habitants soient ravagés par la colère de l’ase. Ne sachant que dire, il se tourna vers sa protectrice, qui saurait certainement qu’elle serait la meilleure conduite à adopter. Mais celle ci paraissait aussi hésitante que lui. Le dverg, voyant leur indécision, leur suggéra : « Si tu veux mon avis, jeune Bård, vous feriez bien de rester quelques jours ici. Ainsi ton chaperon pourrait récupérer de sa blessure à l’épaule et peut être que je pourrai te forger un petit quelque chose pour t’aider à te défendre contre Ull. » L’enfant n’en croyait pas ses oreilles. Son visage afficha un grand sourire tandis qu’il réalisait qu’il allait pouvoir rester ici quelques temps. Il se tourna de nouveau vers Fen d’un air interrogateur.

« Cela me convient, acquiesça-t-elle en le considérant pensivement. Nous pourrons en profiter pour continuer de t’apprendre les arts du combat.
– C’est vrai, nous pouvons rester ici ?
– Pendant quelques jours du moins, confirma la vane. Et tant que nous ne dérangeons pas nos hôtes.
– Oh mais vous ne nous dérangez pas le moins du monde ! s’enthousiasma Beyla. Restez tant que vous voudrez. »
Dans les jours qui suivirent, Beyla confectionna à l’enfant des vêtements chauds plus adaptés que ceux qu’il portait. Et, fidèle à ce qu’il avait proposé, Nurri lui fabriqua une épée à sa taille pour remplacer son bâton ainsi qu’un petit arc. Pour les remercier de leur généreuse hospitalité, Fen et Bård partaient régulièrement en quête de gibier pour agrémenter leur table. Le garçon effectuait aussi quelques menues tâches comme nourrir les moutons dans la petite bergerie située derrière la maison ou aider Beyla à la cuisine. Lors de ses sessions d’entraînement aux arts martiaux qu’il effectuait sous la direction de la vane, il faisait d’étonnants progrès de jour en jour. Beaucoup de sa facilité d’assimilation lui venait de sa part aelfique. Mais sa part humaine lui apportait tant de joie de constater ses améliorations, qu’il en tirait des forces redoublées pour continuer encore et encore, jusqu’à l’épuisement. Sa protectrice devait parfois l’arrêter tant elle craignait qu’il ne se tue à la tâche.

« Je sais que tu dois devenir plus fort, et c’est bien pour cela que nous nous entraînons, mais pourquoi fais tu autant preuve d’acharnement ? demanda un jour Fen à son élève trop studieux.
– Je veux devenir très fort, précisa Bård. Je veux montrer à mon frère que je peux le surpasser même en étant en partie humain, je veux venger la mort de mon père et aussi celle de ma mère. Pour toutes ces choses, il faut que je devienne vraiment très très fort. Je pense même qu’il faut que je devienne plus fort que toi.
– Si tu veux confronter Ull tout seul, il faut assurément que tu deviennes bien plus fort que moi, acquiesça la vane. Mais tu n’es pas obligé de combattre avec ta seule force. Des alliés ne sont jamais à négliger.
– Il faut que je sois très fort quand même, insista le garçon, sinon personne ne voudra m’aider. »

La louve, qui gardait encore son enveloppe humanoïde à cause de sa blessure, lui jeta un regard perplexe. Elle espérait que la quête de puissance de son protégé ne le mènerait pas à de regrettables extrêmités. Cela s’était déjà vu. « Soit, convint elle finalement. Mais prend garde de ne pas finir comme Ull, à vouloir être à ce point le plus fort. » Cette phrase parût faire réfléchir l’enfant qui se promit d’essayer d’être plus modéré. Pour se faire, il décida de s’intéresser à d’autres arts que ceux du combat, et s’en fut voir Nurri afin qu’il lui apprenne la signification des runes de son anneau. Pour le moment il ne lui servait pas à grand chose, mais il ne désespérait pas de retrouver Siegfried et d’oeuvrer de concert avec lui comme le leur avait demandé leur mère, Dame Doelyn. Le forgeron des étoiles entreprit donc de lui révéler tous les secrets des runes. En étudiant son anneau, Bård découvrit qu’il pouvait combiner ces runes entre elles. En effet, si il plaçait l’encoche au niveau d’un premier symbole et qu’il exerçait une pression sur elle, la rune restait brillante et il pouvait en sélectionner une deuxième. Il pouvait en combiner ainsi jusqu’à trois. Il se demanda combien cela représentait de possibilités et quels étaient tous ces lieux auxquels il pouvait accéder.

Les jours succédèrent aux jours, l’hiver laissa sa place au printemps et finit par revenir encore et encore. Fen et Bård profitèrent de l’hospitalité des dvergs sept années durant, pendant lesquelles le garçon devint un jeune adolescent élancé, agile, endurant et redoutable. Il se demandait parfois ce qu’il était advenu de son frère et à quoi il pouvait bien occuper ses journées. Sa protectrice et lui avaient décidé de partir à sa recherche une fois l’hiver présent terminé. Fen estimait que Bård était maintenant assez grand et débrouillard pour se risquer dans la périlleuse entreprise qui l’attendait. Il n’était pas encore suffisamment fort pour confronter Ull en duel, loin s’en fallait, mais il serait largement capable de survivre aux sbires qui cherchaient probablement sa trace en ce moment même. La vane considérait qu’ils avaient attendu aussi longtemps qu’ils le pouvaient sans risquer de se faire surprendre. Rester encore signifiait s’empâter, risquer de se faire surprendre et mettre leurs gentils hôtes en danger.

Le petit couple de dvergs leur avait préparé des provisions en quantité ainsi que tout un tas de choses qui leur seraient plus ou moins utiles. Cela allait du dé à coudre à la corde de vingt mètres en passant par des ustensiles de cuisine divers et quantité de fourrures pour le tenir au chaud. Voyant cette profusion de biens, l’adolescent rit de plaisir. « Vous êtes adorables, mais je ne pourrai jamais transporter tout ceci ! s’exclama-t-il.
– Pourtant, tout ce qu’il y a ici est utile, protesta Beyla.
– Je n’en doute pas, mais il va falloir que je fasse des choix, persista Bård en étudiant avec curiosité un broc en céramique d’une main et une pipe de l’autre. Je vais devoir voyager léger pour aller vite. » Il mit également de côté une louche et une poele en fonte. Puis une grande partie des fourrures, au grand désarrois de la petite bonne femme qui craignait qu’il n’attrape froid. Fen, quant à elle, considérait la scène sans mot dire. Elle aurait eu du mal à intervenir, elle qui n’avait besoin de rien d’autre que de ses crocs et de sa propre fourrure pour survivre. Elle comprenait que pour la survie de son protégé il allait devoir s’encombrer d’une partie de ce bric à brac. Après tout, elle même arborait des vêtements et deux lames sous sa forme humanoïde, mais elle se trouvait tout de même soulagée de constater qu’il ne comptait pas tout prendre.

Finalement, il réduisit ce qu’il comptait prendre à la contenance d’un petit sac à dos qui ne le gênerait pas dans ses mouvements. En plus de cela il comptait ne prendre que ses vêtements d’hiver qu’il portait et une fourrue en plus qu’il amarra à son sac, juste au cas où. Sans oublier, bien sûr, le petit couteau que lui avait offert sa mère. Mais, alors qu’il allait ceindre l’épée que lui avait forgée Nurri, ce dernier l’arrêta : « J’ai quelque chose de mieux pour toi, garçon.
– De mieux ? s’étonna l’adolescent.
– Oui, un cadeau de départ. » Expliqua le forgeron des étoiles. Sur ces mots, il farfouilla dans un tiroir derrière lui et en tira une lame toute neuve. Elle était de bien meilleure facture que la petite épée avec laquelle Bård avait appris à se battre. Nurri la lui tendit et l’adolescent la prit délicatement en admirant le fil aiguisé comme un rasoir et l’ouvrage de la poignée. Celle ci se terminait par une tête de loup, probablement en hommage à Fen songea le garçon. Nurri reprit : « Voici une épée d’homme, pour l’homme d’arme que tu es devenu. J’ai forgé cette épée pour toi uniquement. Quiconque voudra s’en servir ne pourra jamais atteindre son plein potentiel.
– Comment ça ? s’enquit un Bård abasourdi.
– Tourne la tête du loup, pour commencer. » L’enjoignit le forgeron des étoiles avec un sourire en coin.

Le garçon fit ce que le dverg lui demandait et un fil d’argent, incrusté en spiralant autour de la poignée et marquant le centre de la lame de bout en bout, s’illumina. L’adolescent ne put s’empêcher de faire le lien avec les runes brillantes de son couteau et celles de son anneau. Nurri eût un petit rire ravi et reprit, lissant sa barbe avec fierté : « Comme tu t’en doutes peut être, j’ai réussi à faire que cette épée réponde à ton anneau. Après tout, c’est moi qui avait enseigné à ta mère l’art de forger des anneaux de pouvoir. Tiens, essaie donc avec la rune de la glace pour voir. » Curieux, Bård obéit immédiatement et plaça l’encoche de son anneau en face de la rune de la glace. Instantanément, le fil de l’épée émit un froid polaire, de la glace se formant même dessus. « Voilà, conclut le forgeron des étoiles en se rengorgeant. Il s’agit d’une épée magique et toi seul peut profiter de sa magie !
– C’est… C’est merveilleux ! balbutia l’adolescent. Merci merci merci merci merci ! » Il se précipita sur le dverg et l’étreignit de toutes ses forces. Il n’aurait jamais pu imaginer que Nurri lui fabriquerait quelque chose d’aussi surprenant et, surtout, d’aussi somptueux.

« Hey ! Mais doucement ! Ronchonna le forgeron des étoiles gêné par autant d’effusions. Tu m’étouffes ! Et ton épée me donne froid, prend garde voyons !
– Haha mille pardons ! » s’excusa le garçon en riant tant et plus. Il tourna de nouveau la tête du loup et ceignit son épée, avant de prendre Beyla par les mains pour esquisser quelques pas de danse avec elle. Puis il la lâcha pour se jeter au cou de Fen qui, même sous sa forme humanoïde, était la seule à se trouver encore plus grande que lui. « Siegfried n’aura qu’à bien se tenir, se réjouit il ensuite. Je suis certain qu’il sera affreusement jaloux en voyant mon épée magique, j’ai hâte de voir la tête qu’il fera ! Youhou ! » Il sortit dehors pour gambader de joie dans la neige. En effet, le printemps tardait à se montrer et la neige était encore très présente. Fen s’inquiétait de voir que d’année en année, l’hiver durait de plus en plus longtemps. Il commençait plus tôt et finissait plus tard. Elle soupçonnait l’Ase Archer, Ull, de ne pas y être étranger. Elle soupira. Bård et Siegfried pourraient peut être réussir à se libérer de sa Chasse impitoyable, mais jamais ils ne pourraient le vaincre. Seuls des ases, ou parfois des géants, pouvaient tuer d’autres ases. Malheureusement, personne ne semblait s’élever contre Ull. Elle soupira.

« Nous avons été très heureux de vous avoir avec nous durant ces sept dernières années, déclara Beyla avec émotion à la vane. Vous allez beaucoup nous manquer avec le petit.
– Ce hâvre de paix nous manquera aussi, réalisa Fen en le disant. J’ai l’impression que nous regretterons votre chaleureuse maisonnette plus vite que nous le pensons.
– Allons, il ne faut pas dire une chose pareille ! l’encouragea Nurri avec enthousiasme. Vous allez succomber à l’appel de l’aventure, des tas de choses passionnantes vous attendent ! Ah, que n’ai je plus ma prime jeunesse que je puisse partir avec vous…
– Il vous aurait été tellement utile, ironisa sa femme, lui qui ne supporte pas d’être loin de tout son petit confort.
– Un forgeron est toujours utile, rétorqua le dverg avec hauteur. Toujours.
– Je n’en doute pas, l’apaisa Fen avec un sourire. Portez vous bien durant notre absence, tous les deux.
– Bon voyage, lui souhaitèrent les deux dvergs.
– Bård ! Appela-t-elle en sortant dehors à son tour. Nous partons !
– Oui Fen ! » Répondit l’interpellé avec entrain. Il revint rapidement se planter devant Beyla et Nurri pour leur dire au revoir, puis courut rejoindre sa protectrice qui, ayant repris sa forme de louve, commençait déjà à traverser le lac encore gelé. En arrivant à la hauteur de celle ci, l’adolescent l’escalada prestement afin de retrouver sa place favorite : sur le dos de la vane. Il avait tant et si bien peaufiné cette technique qu’elle n’avait plus besoin de s’arrêter pour le laisser monter. Une fois qu’ils eûrent traversé le lac, Bård s’exclama : « Attend Fen ! » Elle s’arrêta. « Souhaitons leur un au revoir en bonne et due forme, et prévenons le monde que nous nous mettons en route, suggéra-t-il.
– Es tu sûr que c’est bien prudent ? s’enquit la louve.
– Allez, s’il te plait ! la supplia-t-il.
– Soit. » Accepta Fen.

Elle leva alors la tête vers le ciel et se mit à hurler, longuement, d’un puissant hurlement de loup. Elle hurla pour remercier Beyla et Nurri, elle hurla pour appeler Siegfried, elle hurla de défi pour tous ceux qui voudraient du mal à son protégé. Et celui ci hurlait avec elle. Lorsqu’ils eurent terminé de défier le monde entier, Fen se remit en route, pénétrant dans la forêt. Elle galopait depuis quelques minutes à peine que des formes entreprirent de lui barrer le chemin. Elle ralentit et s’arrêta. « C’est bien aimable à vous que de m’avoir indiqué votre position, leur déclara ce qui semblait être le chef du groupe de bandits.
– Nous sommes des gens aimables, confirma moqueusement Bård qui se tenait dans une position on ne peut plus détendue, les bras croisés en support derrière la tête.
– Je n’en doute pas. » Répondit l’homme sur le même ton. Fen eût le déplaisir de reconnaitre l’odeur de l’individu : il s’agissait de celui qui avait cloué Sigurd au mur de sa propre maison sept ans auparavant. Elle se mit à gronder. « Holà, tout doucement la belle, reprit l’homme avec un rictus. Ton p’tit et toi allez nous suivre gentiment, mon maître vous mande. Si tu refuses, je me ferai un manteau de ta peau avant de saucissonner le blanc bec sur ton dos et de l’emmener à mon maître.
– Je ne pensais pas que nous aurions déjà la chance d’avoir de quoi nous amuser. » Se réjouit l’adolescent en sautant par dessus la tête de la louve pour se retrouver face à l’homme. Il inspecta ce dernier et reprit : « Dites donc, vous là, je vous connais il me semble.
– Oui tu le connais, confirma la louve. Tu as devant toi le meurtrier de ton père.
– Fantastique ! S’épanouit le garçon. Notre voyage n’aurait pas pu mieux commencer. »

Même en sachant que Bård utilisait ces railleries pour déstabiliser ses adversaires, certains de ses propos laissaient toutefois sa protectrice parfois perplexe. L’homme, en revanche, parut apprécier la saillie de sa proie et partit d’un gros rire. « Tu me plait mon garçon ! s’exclama-t-il.
– C’est un peu dommage, déplora l’adolescent, parce que je vais devoir te tuer. Tu sais, pour venger mon père, des choses comme ça.
– Vraiment ? s’esclaffa l’homme. J’aimerais bien voir ça.
– Tant mieux, conclut Bård avec un sourire froid tout en sortant sa nouvelle épée et son petit couteau. Fen ? Laisse moi celui là. Tu peux t’occuper des autres par contre. » Tout en espérant que son protégé ne sur estimait pas ses forces, elle s’abattit sur les sbires comme la neige sur le monde un jour de blizzard.

Insensibles au carnage qui avait lieu autour d’eux, l’adolescent et le meurtrier de son père se tournèrent un moment autour. Estimant que son adversaire voulait juste le jauger, Bård prit l’initiative. D’un coup de pied il balaya un rideau de neige poudreuse sur l’homme et, tandis que ce dernier essuyait la neige de ses yeux, il porta la première attaque. Mais, bien que surpris, cet adversaire n’était pas né de la dernière pluie et il parvint à parer la lame de justesse. L’adolescent asséna ensuite un tourbillon de coups à une vitesse fulgurante. Sa qualité de demi aelfe le rendait surhumain et il comptait là dessus pour prendre l’avantage sur cet homme qui, visiblement, possédait bien plus d’expérience que lui. D’ailleurs celui ci para ou esquiva la plupart des coups portés rapidement, mais avec peu de précision, et ceux qui atteignirent leur cible ne rencontrèrent que les anneaux de la chemise de maille qui le protégeait. Bård repartit instantanément à l’assaut, ne voulant pas lui laisser la moindre seconde de répit. Moins de coups mais plus précis. Alors qu’il pensait toucher sa cible, il se trouva repoussé par un coup de bouclier qui l’envoya bouler dans la neige. Comme si il ne s’était rien passé, l’adolescent se retrouva presque instantanément sur ses pieds et, à peine sonné, attaqua derechef.

Mais l’homme en avait assez de jauger les capacités de Bård. Il le trouvait trop dangereux à son goût. « Tu crois que tu pourras me vaincre ? railla-t-il l’adolescent. J’en ai vu d’autres avant toi et j’ai même tué des aelfes. Alors tu penses bien qu’un avorton comme toi ne me fait ni chaud ni froid.
– Avec ton allure pataude, j’ai peine à croire que tu aies réussi à tuer le moindre aelfe, rétorqua Bård.
– Qu’est ce que tu crois ? Jusqu’ici je ne faisais que me défendre. Il est temps de passer au choses sérieuses. » La louve, qui avait terminé de tuer ou blesser gravement tous les compagnons de l’homme qui ne s’étaient pas enfuis, voulut s’interposer. Mais l’adolescent l’en empêcha.

« Ne t’inquiète pas pour moi Fen ! lui lança-t-il. Et admire comme je suis devenu fort grâce à Nurri et toi ! » Malgré son entrain apparent, la vane se rendait bien compte qu’il prenait son combat au sérieux. Si ses yeux pouvaient tuer, le meurtrier de son père serait déjà mort des centaines de fois. Mais il était tellement sans défense le jour où elle l’avait pris sous son aile, qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de s’en faire et de se tenir prête à intervenir si, d’aventure, il y avait le moindre risque. Les deux se regardaient en chiens de faïence. Sans aucun signe avant coureur, Bård se jeta brusquement sur l’homme qui, surpris, eut du mal à parer. L’épée lui érafla le cou mais, lorsqu’il voulut riposter, l’agile adolescent s’était déjà mis hors de portée. Entrant dans une colère noire, l’homme attaqua à son tour. Ses coups étaient lents, mais puissants et traîtres. Bård se retrouva de nouveau cueilli par le bouclier et jeté contre un arbre. Un peu hébété, il ne se redressa pas tout de suite et son assaillant en profita pour placer la pointe de son épée sur son cou.

“Ainsi tu ne me crois pas lorsque je te dis que j’ai déjà tué des aelfes ? reprit l’homme. Le dernier que j’ai tué combattait avec une arme ridicule, une sorte de corne de bête.
– Je ne te crois pas, répondit Bård en tournant discrètement l’encoche sur son anneau.

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s