NaNoWriMo 2015 : Kit et Rielle Jour 25

Prise de panique, elle commença par s’activer pour dévisser la grille. Puis, elle s’arrêta net. A chaque fois qu’elle avait une décision à prendre dans un moment stressant, Bran lui avait dit de toujours prendre quelques secondes pour évaluer la situation. Elle prit donc le temps d’inspirer et d’expirer profondément pour se calmer, garder la tête froide et réfléchir. Ils cherchaient certainement à la faire fuir pour l’attraper plus facilement. Rielle revissa alors rapidement la grille, tandis que le gaz montait doucement, mais inexorablement, vers elle. Selon elle, ils ne pourraient pas la trouver si elle se dissimulait au fin fond des conduites d’aération. Ils auraient beau l’endormir, ils ne pourraient pas accéder jusqu’à elle. Peut être même qu’ils ne sauraient pas où elle se cachait. Du coup, elle recula jusqu’à se retrouver à un endroit d’où elle ne pouvait être vue de nulle part, et attendit courageusement que le gaz l’endorme. Lorsqu’il l’environna et qu’elle commença à sentir ses paupières s’alourdir, elle ne lutta même pas. Elle ferma les yeux d’elle même et s’enroula pour dormir. Elle perdit rapidement conscience.

« Nous arrivons en vue de notre cible d’abordage. Veuillez rejoindre vos postes ! Abordage prévu dans les minutes qui suivent, alors ne lambinez pas ! » La voix d’Eglantine retentit dans tout l’Otter Space. Khouaf pencha la tête sur le côté et se trouva secoué de soubresauts, comme si il pouffait de rire. Kit ouvrit des yeux ronds. Le reptilien semblait bel et bien rire. Il leur fit signe de ne pas rester au milieu et se précipita hors de la pièce, les plantant là. En voyant la créature se mouvoir aussi rapidement, le garçon se dit qu’il n’aimerait pas être poursuivi par lui. L’adolescent se tourna alors vers son aîné et lui demanda :

« Et, du coup, nous, c’est quoi notre poste ?
– Hem… C’est une bonne question, avoua Bran. Je suppose que cela doit consister à ne pas nous trouver dans les pattes de tout le monde.
– Ca parait plausible, commenta Kit en hochant affirmativement la tête. Il ne faut pas rester au milieu, donc.
– C’est ça.
– Où allons nous rester alors ?
– Euh, je ne sais pas, dans n…
– Et si on allait dans la cabine de pilotage ? l’interrompit Kit.
– La cabine de pilotage ? Répéta Bran un peu pris de court. Mais ça serait justement nous mettre dans leurs pattes, ça !
– Mais non ! On se fera aussi petits que des souris, argumenta le garçon les yeux brillants. Personne ne sera gêné, je t’assure !
– Bon, si tu veux. » Capitula l’aîné. Il se disait que, dans le pire des cas, les pilotes présents les mettraient dehors sans autre forme de procès. Ils ne risquaient donc pas grand chose à tenter le coup.

Sur le chemin, ils faillirent buter sur Eglantine qui courait en sens inverse. « Qu’est ce que vous faites là ? leur demanda-t elle.
– Nous allions voir la cabine de pilotage, expliqua Kit qui n’avait pas abandonné son idée fixe.
– Mais pourquoi donc ? s’étonna la capitaine. Non non non ! Vous faites demi tour et vous venez à l’abordage avec moi ! Zou !
– A l’abordage ? répéta Bran d’une voix blanche.
– Oui, à l’abordage, confirma Eglantine. Vous n’aurez rien à faire, rassurez vous. Mais puisque que nous allons continuer le voyage à bord du vaisseau de livraison, il vaut mieux que vous soyez à bord, n’est ce pas ?
– Ah oui c’est vrai ! » S’exclama Kit avec un grand sourire.

Le jeune homme expira un grand coup, de soulagement. Grand Jean d’Argent avait essayé de le faire devenir un véritable ruffian sans foi, ni loi, mais doté de cruauté. Et cela, Bran n’avait jamais pu s’y résoudre. Son maître des marais lui avait dit qu’il avait le coeur trop tendre pour ces choses là. Il ne voulait rien avoir à voir avec un abordage en bonne et due forme. Néanmoins, cette étape était inévitable si il voulait retrouver Rielle. Il était prêt à n’importe quel effort pour cela. Mais si il pouvait laisser l’équipage d’Eglantine se charger de cette étape qu’il craignait, il leur en serait reconnaissant. Heureusement, la femme au cache oeil n’avait pas eu l’intention de les faire participer. De fait, ils ne virent strictement rien de l’opération. Lorsqu’ils mirent le pied dans le vaisseau, tout était déjà terminé. Bran se trouva stupéfait de constater qu’il n’y avait aucune trace d’échauffourée.

746 petits mots pour aujourd’hui

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s