Extrait de « L’Homme qui fut métamorphosé en Femme »

Ô rage, ô désespoir ! Féminité honnie !

N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

Et ne suis-je blanchi dans les plaisants labeurs

Que pour voir en un jour férir tant de vigueur ?

Ma verge, qu’avec respect tout le monde admire,

Elle, qui tant de fois a su faire jouir,

S’est tant de fois affermie sous un doux émoi

Trahit mes appétits et ne fait rien pour moi ?

Ô cruel souvenir de ma gloire passée !

Œuvrant tant et plus mais en un jour effacée !

Nouvelle condition fatale à mon bonheur !

Précipice élevé d’où tombe mon honneur !

[…]

(court extrait d’une pièce de théâtre gnomiquement gnomesque, inspirée par un récent Chant d’Ekwo)

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s