« Il était une fois en Yamato » Chapitre 3 : Jynpo et la politique (1/6)

Vêtu en serviteur du château Togashi, l’homme venait à l’instant de débarrasser le petit-déjeuner que le Seigneur Mirumoto Jynpo avait pris dans son bureau. Le maître de céans avait l’air préoccupé ces derniers temps. Mais aucune des tentatives d’allusions subtiles du domestique pour faire parler Jynpo-sama, dès que celui-ci l’autorisait à lui adresser la parole, n’avait fonctionné. Ses tentatives de suivre discrètement ses conversations étaient également infructueuses. Celui-ci tenait toujours des propos énigmatiques qui paraissaient n’avoir aucun rapport, ou ignorait carrément les questions posées, car plongé dans ses pensées. L’homme commençait à craindre de s’être montré trop pressant ou indiscret et que sa couverture ait été éventée. De plus, son mandataire devait s’impatienter, car il n’avait encore pu lui faire parvenir aucune information utile sur le Clan du Dragon à ce jour. Peut-être devrait-il plus se concentrer sur les conseillers. Mais même eux paraissaient ne pas connaître les pensées de leur maître. Jynpo était un adversaire puissant : il ne laissait rien filtrer.

Deux semaines s’étaient écoulées depuis l’arrivée de Mirumoto Hasaki, le jeune frère de Jynpo. Ne pouvant abandonner ses hommes, qui avaient perdu leur honneur à ses côtés, il était reparti tôt le lendemain, jurant au chef du Clan que même s’il était désormais ronin, il serait toujours fidèle à son frère bien aimé, car rien n’était plus important que les liens du sang. Et, ainsi errant, il arriverait peut-être plus facilement à en savoir plus sur les machinations du Clan du Scorpion dont il était venu lui faire part. En revanche, Mirumoto Ura, l’ami d’enfance de Jynpo, avait décidé de rester et de tout faire pour regagner son honneur en tant que samouraï du Clan du Dragon. Yasuki Natsumi se faisant plus discrète qu’à l’accoutumée, le maître du château Togashi se trouvait moins angoissé de subir ses remarques assassines. L’idée que cela ne ressemblait pas à sa cousine de lui épargner ses boutades et qu’il devrait peut-être s’inquiéter du fait qu’elle disparaisse aussi souvent ne vint pas à l’esprit de Jynpo. Il se contenta de se soucier de ses multiples autres problèmes liés à sa condition de Chef de Clan.

Chiba assistait avec fierté aux manœuvres matinales qu’effectuaient deux des compagnies d’élite du Clan du Dragon sur le terrain d’entraînement à l’extérieur de la capitale. Il savait que, malgré les récents revers du Clan, ses soldats ne s’étaient pas laissés abattre ; le retour du chef légitime, qui était en plus un véritable héros, semblait les inspirer. Le Conseiller militaire de Jynpo se faisait cependant du souci concernant l’armée menée sur les terres du Clan du Phoenix, par son prometteur commandant en second : Zhao Yun. Il savait pertinemment qu’il restait suffisamment de troupes pour défendre les terres du Clan du Dragon – ce qui ne l’empêchait pas de rester toujours vigilant – mais il regrettait de ne pas savoir comment se déroulait la campagne. Un sourire d’autodérision se dessina sur ses lèvres lorsqu’il se dit que ce qu’il regrettait surtout, c’était de ne pas mener cette campagne lui-même. En effet, son rôle de premier Conseiller militaire l’obligeait à rester auprès de son maître. Il se raisonna en ajoutant intérieurement que même si Zhao Yun était très compétent, il avait tout de même besoin d’acquérir l’expérience du terrain.

Voyant sa fille Sakura arriver en courant vers lui, suivie de près par son jeune frère Sung, Chiba oublia bien vite ses envies nostalgiques d’aventures et de gloire, pour se réjouir d’avoir la chance de pouvoir passer du temps avec ses deux enfants. Il est vrai que ces derniers auraient été tristes de voir leur père partir pendant des semaines, voire des mois. Le fringuant Zhao Yun n’avait pas ce problème, n’ayant pas encore fondé de famille. Le Conseiller, tout en prenant son fils dans ses bras et en demandant à sa fille d’un ton enjoué quel bon vent les amenait, songeait qu’il était tout de même étrange qu’à son âge, aucun mariage n’avait encore été arrangé par la famille Mirumoto pour ce jeune homme plein d’avenir. « Natsumi-san est encore introuvable, se plaignit la petite Sakura tandis que son frère approuvait d’un froufroutement véhément de son chiffon de soie.
– Vraiment ? Vous êtes bien sûrs de l’avoir cherchée de partout ? s’enquit gentiment leur père.
– Oui, répondit sa fille d’un ton boudeur. On l’a cherchée toute la matinée.
– C’est pour cela qu’au lieu de retourner vers votre nourrice, vous êtes sortis de l’enceinte sécurisée du palais Togashi pour venir tous seuls, à l’extérieur de la ville, jusque sur le terrain de manœuvres militaires ? »

Sakura rougit, gênée, tandis que Sung émettait un froissement de soie embarrassé. Alors que Chiba s’efforçait de ne pas se laisser attendrir, la petite fille tenta de se justifier : « Nous avons été très prudents, nous n’avons parlé à personne et fait attention à ne pas nous faire renverser par des chariots… » Son père songea que ses enfants étaient bien dégourdis et en tira une grande fierté.

« C’est fort bien de vous être montrés prudents. Mais la prochaine fois que vous voudrez sortir de l’enceinte, emmenez la personne que j’ai chargé de vous garder, c’est compris ? les gourmanda-t-il néanmoins.
– D’accord papa, acquiesça Sakura en même temps que Sung agitait son morceau d’étoffe d’un geste empli de promesses de bonne volonté.
– Bien. Rentrons à la maison maintenant, leur dit-il. Votre nourrice doit se faire un sang d’encre.
– Et tu nous aideras à trouver Natsumi-san s’il te plait ? s’enquit la petite fille ponctuée par un bruissement de soie implorant.
– Bien sûr, sauf si Jynpo-sama requiert mes services. »

Sur ce, accompagné par ses enfants, enthousiastes à l’idée de rejoindre leur compagne de jeu préférée, Chiba retourna au palais Togashi. Chemin faisant, il s’inquiéta du fait que la cousine du chef du Clan du Dragon disparaissait souvent ces derniers temps. En conséquence de quoi, il résolut d’en toucher un mot à son jeune maître, actuellement débordé par les obligations de sa fonction.

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s