« Kyr et Kilynn » Chapitre 3 : Rencontres (3/8)

Puis, scandant la formule du parchemin plus que faisant une incantation professionnelle et ce, tout en exécutant de grands gestes, la Centaure fit apparaître, dans l’espace laissé par les villageois, une immense table chargée de victuailles en tout genre. Il y avait de la place pour tout le monde et un divin fumet se dégageait des plats. La ménestrelle fit signe aux habitants du village de prendre place. « Installez-vous et ne vous privez pas ! Buvez bien également, le tout a des propriétés curatives qui vous guériront et vous donneront une forme du tonnerre ! » Les bien-portants aidèrent les malades à s’asseoir et prirent place à leur tour. Drakëwynn poussa Kyr et Kilynn à jouir également du repas et, comme il restait une place, elle en profita elle aussi. Les enfants ne purent dire combien de temps dura le festin, mais, comme la Centaure l’avait prédit, les malades guérirent en mangeant et tous se sentaient remarquablement bien. Lorsque les reliefs du repas disparurent en même temps que le sort arrivait à son terme, les villageois vinrent remercier la ménestrelle tour à tour. Ce fut une vague de « Grand merci Dame Ekwo ! » « Nous vous en serons éternellement reconnaissants Maîtresse Ekwo ! » et autres variations sur le même registre. Drakëwynn abrégea les remerciements en invoquant le prétexte qu’elle avait encore bien de la route à parcourir avant le soir et c’est ainsi que les jumeaux et elle quittèrent le village, sous les vivats de ses habitants.

« Et bien, soupira la Centaure une fois qu’ils ne virent plus le hameau, après ce contretemps, il faut croire qu’on arrivera pas en ville aujourd’hui finalement.
– Dis Drakëwynn, appela Kyr qui commençait à bien savoir diriger le cheval.
– Oui ?
– Pourquoi les villageois t’appelaient tous Ekwo ?
– Tu sais qui est Ekwo, n’est ce pas ? s’enquit la Centaure.
– Oui bien sûr, répondit le garçon. C’est la ménestrelle de la Compagnie de la Licorne.
– Et, sais-tu de quelle race elle est ? demanda Drakëwynn.
– C’est une Centaure… Oooh, j’ai compris ! s’exclama-t-il. Comme tu es une Centaure et qu’en plus tu es Barde, ils t’ont prise pour la célèbre Ekwo, c’est ça ? »

Drakëwynn éclata de rire. « Quelque chose dans ce goût là, oui ! répondit-elle en riant toujours.
– Qu’est ce que j’ai dit de drôle ? » maugréa Kyr en se tournant pour s’adresser à sa sœur.

Celle-ci paraissait choquée, mais ne dit pas un mot, malgré les nombreuses questions que lui posa son frère pour s’enquérir de son problème. Il finit par abandonner et continua la route en grommelant. Puisqu’ils savaient qu’ils n’arriveraient pas en ville ce jour là, ils ne se pressèrent pas et voyageaient au pas. Plus exactement, Nuit-Noire voyageait au pas. La Centaure, elle, quittait souvent la route pour cueillir des champignons, des fleurs, ramasser des cailloux dont elle trouvait les formes amusantes, faire des moulinets avec ses différentes armes et autres activités qui lui faisaient passer le temps, car elle trouvait que le gros cheval des jumeaux n’avançait pas très vite. « Dis-moi Kilynn, que peux-tu me dire sur la langue que parle la voix dans ta tête ? s’enquit soudainement la ménestrelle.
– Euh… balbutia la fille. C’est difficile à dire. Elle parle d’une manière un peu sifflante…
– Mmmh, ça peut s’appliquer à plusieurs langues ça, déclara la Centaure. Ca ne m’aide pas beaucoup…
– Drakëwynn ! la coupa Kyr. Regarde là-bas, sur le bord de la route ! »

Elle tourna la tête dans la direction que lui indiquait le garçon et Kilynn, qui était derrière son frère, jeta un regard par dessus l’épaule de celui-ci. Au loin, sur le bas côté se trouvait un dragon d’or assis, qui devait faire environ la taille de la Centaure. En face de lui, de l’autre côté de la route, un homme se prélassait, mangeant un fruit. Une orange pour ce que Kyr pouvait en discerner. En plus d’être doté de grandes ailes aux plumes blanches, il était vêtu d’une longue robe argentée, aussi éclatante que son crâne rasé brillant au soleil et portait une cape semblable à celle de Drakëwynn. Une énorme épée à deux mains était attachée sur son dos et un grand cimeterre pendait à sa ceinture. Il avait l’air en grande conversation avec le dragon, un aigle perché sur son épaule. Les voyageurs continuèrent d’avancer et l’homme finit par faire mine de les remarquer. Il se leva alors avec un magnifique effet de cape, en déployant ses grandes ailes neigeuses de toute leur envergure, et se tourna vers eux. Sa prestance était impressionnante et son charisme époustouflant. Il avait tout l’air d’être l’un des lanceurs de sorts les plus puissants de tout le continent de Sylvanie. Selon Kyr, le fait qu’il discute avec un dragon d’or, même petit, en était la preuve irréfutable. Peut-être était-il même un Ange envoyé des dieux.

« Roval ! » s’exclama joyeusement la Centaure. En réponse à ce nom, l’aigle s’envola de l’épaule de l’homme aux ailes blanches pour aller se poser sur celle de Drakëwynn. « Je t’ai ramené ton oiseau. » Déclara le mystérieux individu. Le jumeau remarqua alors que cet homme là, comme la ménestrelle, était doté de griffes, de crocs et de quelques écailles cuivrées lui parsemant le visage. Lui aussi devait être un de ces fameux Disciple des Dragons de Cuivre dont Drakëwynn avait parlé la veille. « Tu tombes bien, lui dit familièrement la Centaure comme si elle le connaissait depuis longtemps. J’étais justement en panne d’oranges !
– J’ai bien fait de venir te ramener ton aigle en mains propres alors ! » se réjouit l’homme.

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s