NaNoWriMo 2015 : Kit et Rielle Jour 4

Les jours continuèrent de s’écouler puis les semaines, puis les mois. Kit et Rielle se languissaient de revoir Ed. Ils avaient mis à profit le temps passé ensemble à mieux se connaître. Ils se disputaient parfois mais, aucun des deux n’étant de nature rancunière, leur insouciance enfantine reprenait vite le dessus et ils redevenaient rapidement les meilleurs amis du monde. Durant tout ce temps, le garçon en avait profité pour faire visiter sa ville et ses alentours à son animal exotique. Ainsi que la fillette l’avait pressenti, dès que l’on quittait l’enceinte de Bourgétoile, tout signe de civilisation disparaissait assez rapidement. « Tu ne te sens pas un peu vulnérable au milieu de nulle part, comme ça ? avait demandé Rielle la première fois qu’il l’avait emmenée en balade dans la campagne.
– Ca veut dire quoi « vulnérable » ?
– Ca veut dire quelque chose comme sans défense.
– Bah, non, avait répondu le garçon. Je ne suis pas sans défense, moi. Je suis un homme et je sais me battre.
– Oui, mais si il nous arrive quelque chose, comment tu comptes prévenir quelqu’un ?
– Il ne nous arrivera rien ! »

Il avait ri, comme si cette idée lui paraissait complètement saugrenue. Petit à petit, sa compagne avait fini par s’habituer à cet environnement provincial, si nouveau pour elle. Leurs promenades en dehors de Bourgétoile les menaient la plupart du temps au ranch le plus proche. L’un des adolescents qui y était employé s’était pris d’affection pour Kit depuis belle lurette. Et il avait accepté de même Rielle. Ce grand gaillard se prénommait Bran, arborait une masse chaotique de cheveux noirs et souriait très peu. Malgré son jeune âge – même si il paraissait déjà adulte aux yeux du garçon puisqu’il avait au moins deux fois son âge – Bran avait déjà beaucoup voyagé et il disait qu’il avait appris les arts martiaux auprès d’un vieil ermite qui vivait dans un marais insalubre. Comme Kit voulait devenir fort dans tous les domaines, l’adolescent avait accepté de lui apprendre ce qu’il savait en terme de combat. « Hé Bran ! S’écria le garçon en voyant son aîné au loin qui s’occupait de chevaux. Tu nous apprends encore les arts maritaux ?
– Les arts martiaux, corrigea Bran en levant les yeux au ciel. Ca ne veut rien dire, ça, les arts maritaux !
– D’accord ! Acquiesça Kit en sautillant joyeusement à la rencontre du plus grand. Ca veut dire que tu veux bien ?
– Oui oui, mais il faut que je finisse de travailler d’abord. »

Le garçon s’installa sur une barrière pour regarder oeuvrer son aîné. Rielle, quant à elle, quitta l’épaule de Kit sur laquelle elle se perchait habituellement pour aller se poster sur celle de Bran. L’enfant n’étant pas très patient, il demandait régulièrement à l’adolescent si il avait bientôt fini. Pour le faire taire, celui ci lui envoya une pomme en espérant que cela le distrairait suffisamment longtemps pour qu’il soit tranquille. Bien évidemment, le fruit fut englouti en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Mais le garçon prit sur lui de rester silencieux un peu plus longtemps. Il avait cru comprendre que les plus grands pratiquants des arts « maritaux » – comme il les appelait – étaient de grands sages. Or, les sages se tiennent sages, cela lui paraissait évident. C’était plus facile à dire qu’à faire et il recommença bientôt à s’agiter. « Attrape ! » Lui cria Bran en lui jetant trois pommes cette fois. Ravi de ce défi surprise, Kit mit tout son coeur à les attraper. Il tomba même de la barrière pour cueillir la dernière in extremis. « Bien joué, le félicita l’adolescent. Maintenant, entraîne toi encore à jongler avec. » L’enfant n’était pas doué pour jongler. Mais il faisait toujours de son mieux et il entreprit de faire voler les pommes de son mieux. Cette tactique laissa à Bran le temps de terminer ses tâches et de prévenir les ranchers qu’il s’absentait un petit moment.

Il emmena les deux plus jeunes un peu à l’écart, dans un endroit suffisamment discret pour que Rielle puisse reprendre sa forme de petite fille. Kit avait tellement confiance en Bran qu’il lui avait dévoilé le secret de la fillette. L’adolescent avait juré de garder le secret. Depuis qu’elle était là, il ne se trouvait plus avec un seul mais avec deux petits disciples, qui l’adulaient autant l’un que l’autre et se disputaient régulièrement son affection. De plus, maintenant qu’il avait une rivale, Kit était d’autant plus motivé pour tous les exercices fatigants que Bran pouvait lui imposer. Lors de leurs sessions, ils eurent l’occasion de remarquer que Rielle avait une puissance musculaire et une vivacité largement supérieure à celle d’une petite fille normale. « Surhumaine » l’avait qualifiée Bran, tout en précisant que c’était certainement logique, puisque les vrais humains ne se transforment pas en animaux.

« Surtout en hippocrampe, s’était senti obligé d’ajouter Kit.
– Il n’a pas dit hippocrampe, mais hippoCAMPE, avait ronchonné Rielle.
– Du calme, du calme. » Etait tout de suite intervenu l’aîné, pressentant une nouvelle bagarre. Quoiqu’il en soit, avait il continué, il était tout à fait possible qu’elle soit d’une race surhumaine.

Elle rattrapa d’ailleurs très vite le retard qu’elle avait sur Kit et, lorsque ce dernier constata qu’elle était en passe de le dépasser, il donna un gros coup de collier. Dès lors, les deux progressaient à une vitesse ahurissante et, lorsqu’il se retrouvait tout seul, Bran avait même repris son entraînement personnel, de peur que les deux petits ne le rattrapent trop vite. Il tenait beaucoup à son rôle de professeur et il ne voulait pas être obligé de le quitter trop vite. Sans compter que ses deux apprentis seraient très certainement déçus de constater que leur maître n’était pas si bon que cela, tout compte fait.

En attendant, il avait fort à faire avec les caractères de Kit et Rielle. Comme ils avaient une forte propension à se chamailler lorsqu’un défi était en jeu, ils se dissipaient beaucoup. La majeure partie du travail de Bran consistait à les canaliser. Il se demandait souvent si il était aussi pénible lorsqu’il avait leur âge et qu’il s’était retrouvé sur cette planète misérable, obligé de loger chez un ermite excentrique au milieu d’un marais. Il se sentait beaucoup mieux sur cette planète ci, où l’air n’était pas vicié, où les plaines s’étendaient à perte de vue et où l’on pouvait voir le ciel où que l’on se trouve. « Hé, Bran, regarde, j’ai fini l’échauffement avant Kit ! Fit remarquer Rielle d’une voix enjôleuse, sortant l’interpellé de ses pensées.
– Même pas vrai ! Se défendit le garçon. J’ai juste pris mon temps.
– Allons, allons, vous n’allez pas recommencer, les gourmanda Bran d’un ton désabusé. Sinon je ne vous montrerai pas la surprise que j’ai pour vous.
– Une surprise ?! » S’exclamèrent les deux en choeur, des étoiles soudain plein les yeux.

L’adolescent ne répondit pas et se contenta d’arborer un fin sourire.

1161 mots, petite journée.

4 réactions sur “NaNoWriMo 2015 : Kit et Rielle Jour 4

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s