NaNoWriMo 2017 : À l’École de l’Autre Côté du Miroir, jour 15

Encore une fois, ses camarades le fixaient attentivement. « Ouf ! Heureusement que tu te réveilles, on était sur le point de s’inquiéter, lui lança Jérémy avec un soulagement bien visible.
– Il t’est encore arrivé quelque chose ? S’enquit Stéphanie tout bas.
– Oui, je vous raconterai tout à l’heure. » Eluda Cédric en constatant qu’Henry leur jetait des regards intéressés et que monsieur Apowain les surveillait de loin.En sortant du cours de défense magique, une fois qu’ils eurent faussé compagnie à Henry, Cédric résuma son entrevue avec Hildegarde à ses amis, même si elle lui avait dit de garder le secret. Il faisait totalement confiance à ses trois camarades : ils s’étaient montrés prompts à le soutenir depuis le début, avant même de savoir qu’il avait des problèmes plus complexes que ce qu’il paraissait au début.

« Waaa ! C’est vraiment chouette que tu aies rencontré Hildegarde ! S’exclama Jérémy à l’issue de l’histoire. C’est une véritable héroïne dans le monde magique !
– Je ne sais pas si on peut vraiment dire que je l’ai rencontrée, précisa Cédric.
– En tous cas, déclara Stéphanie, je trouve ça super rassurant tout ce qu’elle t’a raconté.
– Oui, ça veut dire que tu as une alliée puissante face à la Confrérie des Cinq Eléments et que tu n’as pas de problème avec ton catalyseur, approuva Valentine. Ce sont de bonnes nouvelles ! »

La collégienne blonde avait parlé juste, trouvait Cédric. Il se sentait effectivement moins perdu après cette fructueuse discussion qu’il avait eu avec Hildegarde. La seule chose qui le questionnait encore, c’était comment il allait pouvoir maîtriser parfaitement les faibles flux d’énergie magique auxquels il avait accès. Comme ils étaient là, il s’en ouvrit à ses amis.

« Facile, répondit Stéphanie. Valentine sait très bien catalyser la magie avec finesse. Monsieur Apowain a dit qu’elle ne gaspillait presque rien et que c’était impressionnant à son âge. » L’apprentie-magicienne blonde baissa les yeux et rougit sous le compliment. « Du coup, continua la brune, je pense que tu devrais t’entraîner avec Valentine pour apprendre à faire beaucoup de choses avec peu de magie. Tu serais d’accord, ‘tine ? » L’interpellée acquiesça. « Parfait ! Ca te va Ced ?
– Très bien oui, merci Valentine !
– Moi, ce que je pense, intervint Jérémy, c’est qu’on devrait tous s’entraîner à ne pas gaspiller la magie. Je suis certain que ça nous servira plus tard ! »

Les trois autres approuvèrent bruyamment. Le petit groupe fusionnel décida d’un commun accord de s’entraîner avec Valentine pour gaspiller le moins de magie possible. Jérémy et Stéphanie étaient notamment connus pour ne pas être avares de la quantité de magie utilisée, ce qui avait tendance à les fatiguer rapidement. De plus ils commençait à atteindre leurs limites et s’économiser les aiderait à lancer des sortilèges plus puissants. Tous profiteraient d’un tel entraînement.

Pour ce faire, ils déterminèrent un autre créneau en semaine où ils se rendraient dans le gymnase pour apprendre à économiser la magie utilisée. En les voyant arriver à un autre horaire que pour les cours de défense magique, monsieur Apowain ne cacha pas son étonnement. Et, lorsqu’ils lui expliquèrent qu’ils venaient là pour s’entraîner à ne pas gaspiller la magie qu’ils utilisaient, le professeur parut abasourdi.

« Je n’ai jamais rencontré d’élèves si jeunes qui venaient me voir pour une telle chose, surtout en ayant déjà un cours supplémentaire dans la semaine. » Leur avoua-t-il tout en se disant qu’ils devaient être bien matures pour leur âge. Impressionné par ces enfants – humains en plus, même pas issu d’un peuple fé – monsieur Apowain décida de se placer vis à vis d’eux en tant que mentor.

Ce qu’il leur déclara pompeusement en prenant un air théâtral. Les quatre enfants s’entre regardèrent, intrigués. Ils étaient ravis d’avoir impressionné un professeur, mais inquiet qu’il décide de s’intéresser de près à leurs affaires. Après un bref conciliabule à ce propos pendant que monsieur Apowain dispensait des conseils à un lycéen, ils décidèrent que ce n’était pas une mauvaise chose d’avoir l’estime d’un professeur qui pouvait leur apprendre des choses utiles. Il suffirait juste de se contenter de passer pour des élèves assidus et de ne pas révéler les secrets de Cédric.

A partir du moment où il savait qu’il n’était pas nul et où il s’était donné l’objectif de maîtriser la magie économique, Cédric connaissait un regain de motivation. Avec les conseils de Valentine et de monsieur Apowain, il fit des progrès notables. Au moment des vacances de noël, il parvenait à lancer des sortilèges plus gourmands en magie que tout ce qu’il avait réussi jusque là. Ses professeurs notèrent l’amélioration et il eut même les félicitations du conseil de classe.

L’esprit du garçon s’était allégé et il ne pensait même plus à la Confrérie des Cinq Eléments. Pour lui, le fait qu’ils le cherchaient était devenu quelque chose de lointain et brumeux, un peu comme de l’ordre du conte. En revanche, il avait recroisé plusieurs fois la mystérieuse lycéenne qui l’avait pris à part pendant sa visite du château hanté à halloween. Il ne savait toujours pas son prénom – il oubliait de lui demander à chaque fois – mais il appréciait les courtes conversations qu’il avait avec elle. Pourtant ils parlaient souvent de sujets comme le temps ou la quantité de devoirs à faire, qui n’avaient pas grand intérêt en soi.

Le garçon était satisfait de constater que ces rencontres tombaient à pic, les rares fois où il était seul. Cédric n’avait pas très envie de parler de la jeune fille à ses amis. Pour une raison qu’il n’arrivait pas à s’expliquer, il craignait qu’ils ne se moquent de lui et l’idée ne lui plaisait pas. Rien que d’y penser, il rougissait. De temps à autre, il essayait de se retrouver tout seul juste pour voir si la lycéenne allait apparaître. Ce plan ne fonctionnait pas très bien.

A l’entrée des vacances de Noël, tout allait pour le mieux pour Cédric. Il était presque triste des vacances, car il ne verrait pas ses amis. Ce sentiment fut très rapidement remplacé par l’excitation de l’approche du réveillon de noël. Ses soeurs et lui étaient ravis de passer leurs journées ensembles. Ils ne se quittèrent pas des vacances, jouant ensemble ou faisant des activités chacun de leur côté mais dans la même pièce.

 

1050 petits mots pour aujourd’hui. Je me rattraperai demain !

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.