NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 17

Ethelle rejoignit Nicolas au moment où un gendarme expliquait à ce dernier que mademoiselle Finley ne pourrait être retenue très longtemps. En effet, personne n’avait été tué ou blessé et, en l’absence de témoins, il s’agissait de la parole d’Arabella contre celle d’Ethelle. Les gendarmes acceptaient donc de faire sortir cette mademoiselle Finley qui les importunaient, mais ils ne pourraient rien lui faire de plus.

Rien de ce que put leur dire Nicolas ne les fit changer d’avis. « Bon, et bien peu importe dans ce cas, capitula le jeune Merryweather. Emmenez la déjà hors de ma vue, ce sera une bonne chose. » Les gendarmes prirent congé et escortèrent Arabella, ainsi que la jeune fille qui l’accompagnait, jusqu’aux limites du domaine. « Ma chère, je suis désolé de n’avoir pu les convaincre de vous faire justice.
– Ce n’est rien, le rassura mademoiselle Morton. Je pense que ce sera suffisant. Cela m’étonnerait fort qu’elle revienne après cela !
– Peut-être, mais elle semble vous vouloir beaucoup de mal, nota Nicolas. Je doute qu’elle en reste là. »

Ethelle lui offrit un sourire rassurant, mais elle savait qu’il parlait juste. La Veuve-Noire était à la tête de beaucoup de Faucheux. Leur apparence anodine les rendait dangereux car ils pouvaient facilement s’infiltrer de partout. La jeune femme rousse espéra qu’Arabella n’avait pas emmené trop de ses araignées avec elle, car elle n’avait pas envie de devoir s’inquiéter du moindre garçon de courses ou de la moindre fille de cuisine. Elle mentionna tout de même à Nicolas de se montrer particulièrement vigilant concernant les nouveaux employés, ce à quoi il acquiesça ; il paraissait particulièrement soucieux.

Pour se changer les idées, ils sortirent tous les deux se promener dans le parc, bien emmitouflés à cause du froid. « Je suis heureux que nous ayons retrouvé un peu d’intimité, déclara Nicolas alors que son souffle créait de la fumée dans l’atmosphère presque glaciale.
– Il est vrai que vos invités se sont montrés tellement enthousiastes qu’ils ont dévoré toute mon énergie.
– C’est bien vrai. En parlant d’invités, vos amis ont réussi à partir pendant que vous… vous disputiez avec mademoiselle Finley.
– Tant mieux, au moins tous ces éclats n’auront pas été vains s’ils ont pu partir discrètement et en toute sécurité. »

Ethelle affichait un doux sourire, mais elle se sentait très triste du départ de ses amis. Elle avait été ravie de les voir et déplorait que leurs retrouvailles aient été si courtes. La jeune femme aurait voulu discuter plus longuements des découvertes dans la bibliothèque et passer plus de temps avec Clay. La complicité qu’ils avaient développé pendant leur séjour en antiquité lui manquait. Elle n’était pas parvenue à tisser le même genre de lien avec Nicolas. Ils s’entendaient pourtant plutôt bien en général, mais elle avait l’impression que, malgré toute sa gentillesse, il ne la comprenait pas vraiment. Il paraissait être à l’écoute pourtant, mais ses réactions tombaient toujours à côté de ce à quoi Ethelle s’attendait.

Néanmoins il était gentil et prévenant et la jeune femme rousse en avait bien besoin. Elle lui était reconnaissante de tout ce qu’il avait fait pour elle. Même si une grosse partie de ce qu’il avait fait avait été initié par sa mère. Ethelle n’appréciait que moyennement Heather Merryweather en revanche. Cette femme était beaucoup trop envahissante à son goût. Selon la jeune femme, cela empêchait même son fils de s’épanouir. Elle espérait que Nicolas le réaliserait un jour et qu’il finirait par s’envoler du nid familial, devenant ainsi son propre maître.

Elle frissonna. Le vent était vraiment froid. Un vol coloré fila d’un arbre, au-dessus de leurs têtes. « Qu’est ce que cela ? s’étonna Nicolas.
– Des lucioles ou quelque chose de ressemblant ? suggéra Ethelle.
– Si ce sont des lucioles, elles sont sacrément grosses.
– C’est vrai, en plus j’ai l’impression que certaines ont des ailes de papillon.
– J’ai bien peur que ce soient encore de nouvelles créatures magiques, soupira le jeune Merryweather.
– Elles sont tellement jolies ! Bien plus que ces créatures difformes qui sont sorties du lac l’autre jour.
– Je pense que ce n’est pas très difficile. »

La jeune femme rousse acquiesça en pouffant de rire. Elle se demanda ce qu’avaient voulu faire ces créatures aquatiques lorsu’elles étaient sorties à leur rencontre. Elle aurait bien aimé parler de cela aussi à Simon Derrington : Ethelle était certaine qu’il aurait eu une explication. Ou, du moins, un début d’explication. Cet homme savait tellement de choses et était tellement intéressant !

Comme elle frissonnait de nouveau à cause du froid, Nicolas proposa qu’ils retournent au manoir pour s’installer dans de confortables fauteuils devant une cheminée où flamberait un bon feu. Enchantée par l’idée de se retrouver devant la chaleur de flammes crépitantes, la jeune femme accepta et ils obliquèrent sur leur trajectoire pour rejoindre la maison de campagne des Merryweather.

C’est alors qu’Ethelle aperçut quelque chose qui bougeait dans les feuilles, à côté du sentier. « Qu’est ce ? s’enquit-elle auprès de Nicolas.
– Quoi donc ?
– Ce qui est là, cela bouge. Serait-ce… quelqu’un recouvert de feuilles ?
– Je vais voir, ne bougez-pas. » lui intima le jeune Merryweather.

Il s’approcha et sursauta lorsque les feuilles donnèrent l’impression d’exploser, volant brusquement de toutes parts. Un homme en émergea, entièrement nu et l’air en colère. Ethelle n’avait jamais vu une peau si noire et n’avait jamais vu non plus de parties intimes masculines ailleurs que sur les statues antiques. L’inconnu cria quelque choes à l’intention de Nicolas qui s’était approché, mais ni lui ni mademoiselle Morton ne comprirent ses mots.

Apeuré et choqué, le jeune Merryweather lui intima en retour, d’une voix qu’il espérait ferme : « Que faites-vous là ? Vous êtes sur une propriété privée ! Je vais devoir vous demander de partir, mais… mais si vous êtes dans le besoin, exprimez-vous clairement et je verrai ce que je peux faire pour vous. » Ethelle était certaine qu’il avait ajouté la dernière partie pour l’impressionner par sa clémence et sa bonté. Tant mieux pour elle, car elle avait remarqué que l’inconnu avait les yeux aussi éclatants que ceux Chaahk. Ils brillaient d’un violet vif quant à eux.

En entendant Nicolas lui parler, l’homme l’invectiva de nouveau dans une langue inconnue. « Je ne comprends pas ce que vous dites. » crut bon de mentionner le jeune Merryweather. Le vent s’accentua tandis que l’inconnu aux yeux violets fixait le jeune homme blond. Il se prit ensuite la tête dans les mains en débitant des mots à toute vitesse. Ils parurent prononcés sur un ton de profond désespoir à Ethelle. Elle allait s’approcher lorsque l’homme laissa retomber ses bras, poings fermés, et leva la tête vers le ciel. Alors que les nuages noircissaient, il hurla quelque chose qui ressemblait à : « Belisamaaaaa ! » Des éclairs zébrèrent le ciel en réponse et le tonnerre gronda.

Quand son hurlement mourut dans sa gorge, il tomba au sol au milieu des feuilles, inanimé. L’orage s’était tu et les nuages étaient redevenus gris clair. « Je pense qu’il est perdu, supposa Ethelle sans se préoccuper du temps capricieux. Nous ne pouvons pas le laisser là.
– Vous avez raison, concéda Nicolas. Allez donc chercher de l’aide, pendant que je le surveille. »

La jeune femme rousse acquiesça et s’en fut chercher Henry. Avec l’aide de plusieurs autres domestiques, ils transportèrent l’inconnu dans le manoir. Avant qu’Ethelle ne revienne avec les renforts, Nicolas avait placé son manteau comme couverture sur le corps de l’homme aux yeux violets. Il ne voulut pas le récupérer et c’est en grelottant qu’il parvint au manoir. Ils laissèrent Henry s’occuper d’installer leur étrange invité évanoui dans un lit et d’appeler un médecin de toute urgence, en espérant qu’il en trouverait un de disponible.

Ethelle et Nicolas firent ce qu’ils avaient décidé : ils s’installèrent sur des fauteuils devant les flammes d’une cheminée. Ils se trouvaient dans le salon décoré par Heather Merryweather. La jeune femme rousse s’était assise dos au portrait pour ne pas subir le jugement permanent de son regard. Au début, elle regretta car elle sentait le regard peser sur ses épaules, mais petit à petit elle parvint à l’ignorer, puis à l’oublier. Les deux jeunes gens profitèrent longuement de ce moment de calme à contempler les flammes claires qui crépitaient dans l’âtre. Nicolas s’était emparé d’un tisonnier et jouait avec les braises d’un air absent.

« Je me demande qui est cet homme que nous avons secouru, déclara Ethelle.
– C’est sûr que c’est un homme en tous cas, appuya le jeune Merryweather. Mais je me demande aussi qui il peut être ; j’ai presque eu l’impression que c’était lui qui avait commandé le tonnerre.
– Ce serait phénoménal. Un peu trop même, je pense que ce n’est qu’une coïncidence.
– Peut-être. Il est certainement juste un pauvre hère sans abri. »

Sur un grincement, la porte s’ouvrit, faisant se retourner Ethelle et Nicolas. Ils écarquillèrent les yeux en reconnaissant l’inconnu qui s’accrochait au chambranle de la porte pour s’empêcher de tomber. Il avait une étrange allure vêtu d’habits de nuits qui devaient avoir appartenu à monsieur Merryweather. L’homme luttait aussi visiblement contre la perte de connaissance, s’efforçant de garder les yeux ouverts. Il respirait profondément, comme s’il était essoufflé. Faisant un effort pour rassembler ses forces, il prononça un mot, qu’il répéta plusieurs fois, avant de tomber à genoux, visiblement épuisé. Il répéta encore le mot, puis resta silencieux, prostré contre le chambranle.

« Comment est-ce possible ? souffla Ethelle.
– Avez-vous compris ce qu’il vient de dire ? s’étonna Nicolas.
– Oui, il… Il vient d’utiliser la langue de la civilisation qu’étudie le professeur Derrington, j’en suis sûre !
– Et que dit-il ?
– Il répète le mot montagne, révéla la jeune femme rousse.
– Mais pourquoi parle-t-il donc d’une montagne ?
– Cela, je ne sais pas. »

L’inconnu aux yeux violet répéta le mot encore plusieurs fois, avant d’enfouir son visage dans ses mains et de sangloter. Ethelle se leva et s’approcha de l’homme. « Pouvez-vous communiquer avec lui ? s’enquit Nicolas.
– Je ne pense pas, déplora la jeune femme en posant une main compatissante sur l’épaule de l’inconnu. Je ne sais pas comment se prononcent la plupart des mots de cette langue. C’est un hasard que j’ai pu saisir celui-là. »

L’homme à genoux s’agrippa à la taille d’Ethelle, enfouissant son visage dans sa robe, et continua à laisser libre cours à ses larmes. « Vous importune-t-il mademoiselle ? s’enquit calmement Henry qui venait d’arriver dans le dos de l’inconnu.
– Oh, non non, ça ira, balaya la jeune femme qui se sentait gênée par la proximité physique de cet homme mais qui ne voulait pas lui attirer d’ennuis. Le pauvre a l’air désemparé et exténué.
– Assurément, approuva platement Henry. Je venais informer monsieur Merryweather que madame Cartridge compte bientôt trouver le temps de venir examiner notre nouvel invité.
– Fort bien, fort bien, commenta Nicolas. Veuillez donc ramener monsieur notre invité jusqu’à son lit. Il semblerait qu’il ait encore besoin de repos. »

Lorsqu’Henry l’approcha pour l’aider à se relever, l’homme se laissa faire. Il ne sanglotait plus mais les larmes coulaient toujours à flot le long de ses joues. Après avoir brièvement incliné la tête à l’intention d’Ethelle, l’inconnu se laissa guider jusqu’à la chambre où il avait été installé. « Ses yeux brillent aussi fort que ceux de l’homme que votre ami, Simon Derrington, a amené ici, constata pensivement Nicolas.
– C’est ce que j’ai remarqué aussi, acquiesça la jeune femme rousse. Mais je ne sais pas ce que cela signifie, ni même si cela signifie quelque chose. Je vais aller m’étendre un moment, je me sens terriblement lasse. »

Le jeune homme lui souhaita un repos réparateur et Ethelle se rendit rapidement à sa chambre. Au lieu de se coucher sur le lit, elle sortit la mallette de son père de sa cachette et s’assit à son secrétaire. Elle s’empara ensuite de papier à lettres et de quoi écrire. Mademoiselle Morton contempla un instant le papier en caressant machinalement le cuir de l’attaché-case, avant de se lancer dans la rédaction.

« Chère famille [Machintruc], vous êtes à peine partis que vous me manquez déjà beaucoup.

 

 

2022 mots pour aujourd’hui, mais sans tricher cette fois hahaha ! Par contre, c’est pas pratique d’écrire quand on s’endort sur son ordi toutes les 5 minutes.

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.