NaNoWriMo 2016 : Arkhaiologia Jour 26

Le regard d’Ethelle tomba sur le plateau que la servante avait posé à côté de son lit. Son ventre gargouilla. « Vous n’avez pas mangé depuis hier, l’informa Simon. Vous devriez vous remplir un peu l’estomac.
– Je meurs de faim. » Confirma la rouquine. Clay se leva vivement du fauteuil et fit le tour du lit pour approcher le plateau. Remarquant que l’objet possédait des pattes, il les déplia et le posa au-dessus des jambes de la jeune femme. Puis, singeant les domestiques pincés des Merryweather, il souleva délicatement la cloche qui maintenait le repas chaud et s’inclina avec exagération. Comme il continuait ses bêtises, Ethelle finit par pouffer de rire. Puis elle commença à manger, divertie par les conversations de Simon et Clay. Ils lui tinrent compagnie encore quelques temps, avant de prendre congé. Ils lui souhaitèrent un prompt rétablissement et l’ancien Faucheux lui promit de dessiner tout ce qu’il pourrait de leurs découvertes ou scènes fantomatiques qu’elle allait rater. Quant à elle, elle leur souhaita un bon voyage, leur fit quelques recommandations et leur fit promettre de se montrer prudents durant leurs explorations.

Une fois que la porte de sa chambre se fut refermée sur eux, elle ressentit un grand vide. Elle repoussa le plateau hors du lit et s’enfouit sous l’édredon, les larmes aux yeux. Au loin, elle entendit la voiture de location de Simon se mettre en route et s’éloigner sur le chemin de la propriété des Merryweather. Esseulée, elle réprima un sanglot, puis un autre et encore quelques autres avant de parvenir à se maîtriser. Ethelle était un peu surprise de sa réaction. Une telle chose ne lui était encore jamais arrivée. Elle avait déjà pleuré, bien entendu, mais se sentir aussi désemparée après le départ de quelqu’un était quelque chose qu’elle n’avait encore jamais ressenti. Elle décida qu’elle ne devait pas se laisser abattre. Après tout, plus vite elle serait de nouveau sur pied, plus vite elle pourrait rejoindre ses amis. La rouquine réalisa que, même si elle trouvait l’étude de la bibliothèque était intéressante, ce qu’elle avait réellement apprécié était d’avoir accompli tout cela en équipe. Et, plus précisément, en compagnie de deux personnes qui, elle en était certaine cette fois, elle pouvait qualifier d’amis.

Ethelle voulut trouver le sommeil – on lui avait dit de se reposer – mais elle ne parvint pas à fermer l’oeil. Elle roula sur le dos, écartant l’édredon moelleux de sa tête et fixant le plafond. Que pouvait-elle faire à présent ? Devait-elle appeler quelqu’un ? Et si il s’agissait encore de la servante prude ? Est ce que cette servante serait disposée à demander à Nicolas de venir lui tenir compagnie ? Etait-elle condamnée à mourir d’ennui dans ce lit confortable ? La rouquine soupira. Elle dérogea déjà à sa décision de se reposer pour se remettre plus facilement. S’efforçant d’ignorer de son mieux ses maux de crânes qui la lançaient dès qu’elle bougeait, elle se leva du lit. Elle fit quelques pas en grimaçant et se rendit à la fenêtre. Visiblement, sa chambre se trouvait à l’arrière du manoir. La fenêtre s’ouvrait sur un immense jardin fleuri et arboré. Sur la droite, elle aperçut même un petit labyrinthe de buis. Parmi les fleurs, il y avait des massifs entiers de rosiers de toutes les couleurs possibles. Bien sûr, vu l’avancement de la saison, il ne restait plus beaucoup de fleurs fraîches.

Quelqu’un frappa à la porte. « Entrez ! » Lança la jeune femme sans quitter l’extérieur des yeux. Elle entendit le battant s’ouvrir et elle se retourna, se retrouvant face à une femme rigide en robe bordeaux, au chignon gris serré et à la mine sévère, qui portait une petite mallette gonflée en cuir. « Oui ? S’enquit Ethelle.
– Je suis madame Cartridge, le médecin de famille des Merryweather, l’informa formellement la femme qui venait d’entrer. Que faites-vous hors du lit ?
– Je me dégourdissais les jambes.
– Ce n’est pas raisonnable, balaya le médecin un peu revêche. Retournez vous coucher. » La rouquine n’aimait pas le ton de madame Cartridge, mais lui obéit néanmoins, se glissant sous l’édredon encore chaud.

La femme dans la robe bordeaux s’approcha d’elle, lui enleva le bandage qui ceignait son front et commença à l’examiner. Heureusement pour Ethelle, la consultation ne dura pas longtemps. Le médecin lui fit quelques sévères recommandations de repos et lui laissa des médicaments avec de strictes consignes pour les prendre. La jeune femme, pressée de se débarrasser de cette présence envahissante, hocha la tête, faisant mine d’écouter sagement. Madame Cartridge avait du en voir d’autres, car elle insista pour lui faire répéter toutes les instructions. Quand, finalement, le médecin prit congé, elle fut tout de suite remplacée par la servante qui s’était offusquée de voir Clay dans la chambre de la rouquine. Ethelle réprima une soudaine envie de lever les yeux au ciel et s’efforça de lui sourire à la place.

La domestique, qui n’avait pas entendu les recommandations de madame Cartridge, obéit à la rouquine lorsque cette dernière lui demanda de l’aider à se lever et se vêtir. Quand la servante s’empara de son sac de voyage, Ethelle lutta de nouveau contre une vague d’émotion soudaine. Simon et Clay s’étaient montrés suffisamment attentionnés pour lui amener toutes ses affaires. La domestique en sortit la robe que la jeune femme avait mise pour se rendre à son entrevue avec le comte Clayton. Cela lui paraissait s’être déroulé il y a des dizaines d’années. Elle se sentit un peu plus en forme, ainsi vêtue. Soupirant d’aise, elle sortit de la chambre, comptant bien se rendre dans le jardin qu’elle avait vu un peu plus tôt, afin de prendre un peu l’air. La servante tenta bien de l’en dissuader, arguant le fait qu’Ethelle risquait de prendre froid. Mais la rouquine l’ignora et s’en fut dans le jardin, sans plus s’occuper d’elle.

Effectivement, le fond de l’air était frais et une brise jouait avec les pans de sa robe et de sa pèlerine. Tout cela lui donna un petit coup de fouet. Elle marcha un moment entre les dernières fleurs de la saison, ne pouvant s’empêcher de remarquer des pensées, ces petites fleurs des fées, çà et là. La jeune femme se demanda si ces petites fleurs émettaient aussi une lueur la nuit. Elle nota cette question dans un coin de son esprit et prévoyait de vérifier cela la nuit venue. Ses pas la menèrent ensuite devant le petit labyrinthe. Elle sourit par devers elle et y pénétra. Caressant les haies de la main droite sur son passage, Ethelle s’amusa à se perdre et essayer de retrouver la sortie. Le labyrinthe n’était pas très étendu, et cela ne lui prit pas très longtemps avant d’en trouver la fin. De l’autre côté du labyrinthe se tenait Nicolas Merryweather, un doux sourire aux lèvres. Il lui tendit le bras, dans une muette proposition de promenade. La rouquine sourit à son tour et accepta, prenant le bras offert.

« Je vois que vous vous sentez mieux, commenta le jeune homme.
– Oui, confirma Ethelle. J’avais besoin de marcher un peu à l’extérieur.
– Vos amis sont partis tout à l’heure, ils avaient l’air pressés, continua Nicolas dont le ton contenait une interrogation.
– Oh oui, ils devaient repartir le plus rapidement possible, confirma de nouveau la rouquine. Ils pensent pouvoir trouver des moyens de contrer des éruptions de créatures magiques agressives, mais ils doivent le faire avec diligence.
– Je comprends, et je suis heureux qu’au moins vous soyez restée.
– Il semblerait que je sois en convalescence et que je ne puisse voyager, déplora Ethelle avec un soupir.
– Ne vous en faites pas, la rassura Merryweather. Je ferai tout pour vous rendre ce séjour agréable.
– Je n’en doute pas, vous êtes un véritable gentilhomme, lui dit-elle avec un sourire.
– Voyons, vous me flattez, la gourmanda gentiment Nicolas. Je fais seulement tout cela parce que je crains les représailles de vos deux amis si je ne vous traite pas suffisamment bien ! »

La jeune femme se mit à rire. Elle avait du mal à imaginer Simon ou Clay intimidants, eux qui s’étaient toujours montrés prévenants avec elle. Intérieurement, elle avait beaucoup ronchonné à propos de la promiscuité qu’ils avaient eue. Mais elle subodorait que tout cela allait bientôt lui manquer. Elle chassa ces idées de son esprit pour se concentrer de nouveau sur la compagnie de Merryweather. « J’avais une question, osa la rouquine.
– Oui ? L’encouragea Nicolas.
– Jusqu’ici, toutes les personnes que je connaissais avant le décès de mon père m’ont tourné le dos depuis le scandale qui a entouré notre nom (est-ce que j’avais vraiment déterminé cette histoire de scandale au début ou pas ? A expliquer un peu plus.). Pourquoi agissez-vous comme si rien ne s’était passé ?
– Ah, ça. » Le jeune homme se tut un instant, comme si il cherchait la meilleure manière de répondre. Sa mine s’était faite un peu plus grave. Puis il sourit de nouveau.

« C’est très simple, en réalité, exposa-t-il. Je sais qu’il y a eu des problèmes depuis que plusieurs familles ont fait faillite. Je sais aussi que nous autres, qui nous qualifions nous-mêmes de la bonne société, sommes très prompts aux chamailleries. A partir de là, ce n’est pas très compliqué de déduire que le scandale autour de votre père n’est que la partie émergée de l’iceberg. Pour ma part, je préfère ne pas prendre parti sur toute cette histoire. Je pense que votre père a été un bouc émissaire très pratique pour certaines choses dont nous n’avons même pas conscience !
– J’aimerais bien savoir, remarqua pensivement Ethelle. Je m’étais promis de faire la lumière sur cette affaire. Mais, ne sachant pas comment m’y prendre, j’ai profité de tomber sur deux personnes adorables qui m’ont fait passer d’excellents moments pour m’évader de toutes ces choses…
– Vous avez bien fait, je pense ! » Merryweather émit un rire sibyllin.

Ethelle devait bien se rendre à l’évidence : son hôte avait raison. Au moment où elle avait rencontré Clay, elle avait besoin de se changer les idées et de changer d’air, de vie, au moins de manière temporaire. Tout le temps qu’elle avait passé en compagnie de Simon et de l’ancien Faucheux lui avait été salutaire. Elle sourit à son tour. « Je pense qu’à présent je suis prête à reprendre pied avec la réalité, déclara-t-elle finalement en relevant le menton.
– Je vois cela, nota Nicolas. Vous paraissez déterminée.
– Je le suis, confirma la rouquine. Evidemment, je ne sais toujours pas comment je vais m’y prendre pour laver mon nom de famille, mais je n’aurais pas du perdre cet objectif de vue. Je pensais que l’étude du surnaturel m’aiderait à faire cela par un moyen détourné, mais je pense maintenant que ce n’était qu’une échappatoire. »

Elle soupira à ses mots et se tut un moment. Elle lança un regard légèrement meurtri à son hôte. « De plus, ajouta-t-elle, je leur fais totalement confiance. Je sais qu’ils n’ont pas besoin de moi pour trouver les réponses et des solutions au niveau de l’émergence de magie.
– Si tel est votre avis, intervint Merryweather, je suis tout disposer à vous aider.
– A m’aider ?
– Tout à fait, affirma-t-il. En tant qu’ami et ancien admirateur enfantin, je suis prêt à vous concéder mes ressources pour vous prêter assistance dans votre quête. C’est à cela que servent les amis, n’est ce pas ? » La jeune femme resta un bref instant bouche bée et sans voix. Elle savait que Nicolas était une personne dotée d’un bon cœur, mais elle ne s’était pas attendue à tant de générosité. Ethelle adressa un sourire lumineux à son aimable hôte.

« Je serais ravie que nous travaillions ensemble à ce propos, lui dit-elle. Et je vous remercie du fond du cœur de votre générosité, je ne m’attendais pas à autant.
– Allons, mademoiselle Morton, je ne fais qu’écouter ce que me commande ma conscience. Mais avant de nous lancer dans cette croisade, je vous propose de retourner vous reposer un peu.
– Mais je m’ennuie en me reposant, ronchonna la jeune femme.
– Vous vous porterez mieux ensuite, lui assura Merryweather avec une mine encourageante. Et puis, si vous vous reposez suffisamment, je vous invite à dîner. Vous pourrez avoir ce que vous voulez !
– Vraiment ? Minauda Ethelle qui commençait à vraiment beaucoup apprécier son hôte.
– Je vous le promets.
– Je ferai peut-être bien de retourner me coucher, dans ce cas. »

Le jeune homme acquiesça en réprimant un petit rire et la raccompagna doucement jusqu’à sa chambre. Ce faisant, il la félicita sur le temps particulièrement court qu’elle avait mis à sortir du labyrinthe, ce à quoi elle répondit qu’en tant qu’exploratrice, elle ne pouvait se perdre dans aucun labyrinthe. Et ils devisèrent ainsi, de choses et d’autres, toutes très triviales. Une fois à la porte, il lui souhaita un bon repos et un prompt rétablissement et lui donna un tendre baisemain. Encore une fois, elle sourit : elle n’avait plus eu de baisemain gentilhommesque depuis une éternité. Ils se séparèrent. Ethelle se dévêtit rapidement et se glissa de nouveau sous le moelleux édredon, le cœur bien plus léger cette fois. Elle sombra rapidement, un sourire aux lèvres, dans un sommeil réparateur. En se réveillant ensuite, elle ne ressentait plus ses maux de tête. En revanche, elle se leva instantanément, craignant d’avoir trop dormi. En jetant un coup d’œil à la fenêtre, elle constata que le soleil était en train de se coucher.

 

 

2250 mots, ce qui est bien, mais j’aurais préféré faire un peu plus en ce glorieux samedi ^^

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s