NaNoWriMo 2017 : À l’École de l’Autre Côté du Miroir, jour 7

Même les Belles Gens avaient l’air impressionnés. Et surpris du compliment dont s’était fendu le professeur ; ils pensaient certainement qu’il se montrerait aussi froid qu’eux. Valentine était écarlate et gênée par tant d’attention autour de sa personne. Certains la contemplaient avec envie, d’autres avec admiration. « Waaa ce que tu nous as fait ! S’exclama Jérémy. C’était presque aussi fascinant que ce que j’ai fait avec Mollasson ! » Cédric trouvait le garçon brun de mauvaise foi : ce qu’avait fait Valentine était beaucoup plus impressionnant de son point de vue.

Lui-même n’avait pas encore réussi à faire quoi que ce soit avec ses filaments de brumes qui virevoltaient paresseusement autour de ses pieds. Maintenant que le professeur s’était éloigné, il essayait de nouveau de se concentrer sur son catalyseur. Il fut interrompu dans ses efforts par un cri de joie de Stéphanie qui avait réussi à faire tripler sa loutre de volume, qui irradiait à présent d’énergie crépitante.

Encore quelques minutes plus tard, la plupart des élèves étaient parvenus à produire un effet avec leur catalyseur. Matéo avait lui aussi réussi à illuminer sa baguette magique qu’il brandissait fièrement. Et Cédric n’avait toujours pas réussi à faire quoi que ce soit avec sa brume. Il commençait à en ressentir une certaine irritation. C’est à ce moment là qu’il réalisa que Monsieur Apowain se tenait juste à côté de lui.

« Le brouillard a une réputation difficile, lui dit-il de sa voix douce. Mais ce catalyseur ne serait pas devenu tien si tu n’étais pas capable de l’utiliser. Prend une bonne inspiration pour calmer ton cœur, assied toi et regarde profondément dans la brume. » L’apprenti magicien aurait préféré des consignes plus claires. A défaut, il essaya ce que le conseillait le professeur. Il repoussa son irritation, s’assit en tailleur, se concentra de nouveau et se mit à fixer les volutes de brume qui environnaient ses jambes.

Lorsque la cloche sonna, il sursauta. Il n’avait toujours pas réussi à catalyser la magie, mais il sentait qu’il n’en était pas loin. Monsieur Apowain lui conseilla de ne pas se décourager et de persévérer. Cédric acquiesça. Il ne comptait pas se retrouver à la traîne avec son petit brouillard et prévoyait d’ores et déjà de continuer à s’entraîner pendant l’étude du soir, avant de rentrer chez lui.

[songer à faire un emploi du temps aussi]

L’heure de manger arriva enfin. Le réfectoire était immense, car il servait pour nourrir tous les collégiens et les lycéens de l’établissement. Il se trouvait dans une immense verrière et peuplé de dizaines de tables rondes qui pouvaient chacune accueillir cinq élèves. Sur chaque table se trouvaient des condiments et une cruche sans fin et à chaque place se trouvait un menu. Les élèves choisissaient une entrée, un plat et un dessert parmi les propositions, qui étaient toutes garanties équilibrées et adaptées à la croissance des élèves.

Quelques secondes après avoir choisi ce qu’ils voulaient manger, Cédric, Valentine, Stéphanie et Jérémy virent des plateaux en provenance des cuisines flotter jusqu’à eux et se poser délicatement sur la table. En soulevant les couvercles qui maintenaient les plats au chaud, ils eurent la joie de renifler de délicieux fumets. L’expérience les ravit au plus haut point.

« C’était comme ça dans ton école d’avant Jérémy ? S’enquit Stéphanie.
– Oh non, ce n’était pas un service aussi classe que ça, répondit l’interpellé avec la bouche déjà pleine. On était servis par de vieilles sorcières et elles vérifiaient toujours qu’on finisse nos assiettes, même si ce n’était pas bon. Où est passé Matéo ?
– Il est parti essayer de s’intégrer à un autre groupe. » Lui indiqua Valentine en pointant de sa fourchette une autre table plus loin.
En effet, Matéo s’était greffé à une table de quatre filles de leur classe qui discutaient ensemble avec animation. « Qu’est ce qu’on a après manger ? S’enquit Cédric en haussant les épaules.
– Expression, l’informa Stéphanie, avec une certaine madame Anneau.
– Ah oui Expression, postillonna joyeusement Jérémy. C’est pour apprendre à parler et écrire correctement. C’est ennuyeux, mais c’est important pour les sortilèges. »

Durant tout l’après-midi, Cédric fut impatient que les cours se terminent pour essayer de maîtriser son catalyseur de magie. Il essaya même de le faire réagir pendant les cours d’Expression, de Mathémagiques et de Biomagie, mais la brume persistait à produire seulement d’indolentes volutes, pas spectaculaires pour un rond. Il comptait bien parvenir à produire un quelconque effet avant de rentrer chez lui.

En arrivant en salle d’étude, le garçon blond demanda à la surveillante en poste s’il pouvait s’entrainer à catalyser l’énergie magique.

 

762 tous petits mots pour le 7 novembre ^^

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s