NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 2

En tous cas, ça devait être vraiment intéressant, puisque le professeur Derrington finit par s’emparer d’un carnet au milieu de la conversation pour griffonner frénétiquement dessus.

À la fin de leur échange, Chaahk paraissait presque aussi troublé que Simon et se servit une nouvelle tasse d’eau bouillante tandis que l’archéologue parcourait rapidement les notes qu’il avait prises. Tandis que l’homme vêtu de peaux et de végétaux sirotait son thé brûlant, Simon se tourna vers son apprenti, les yeux brillants. « Clay, mon ami, nous avons en cette personne un témoin de première main de l’antiquité.
– Comment ça ?
– Il était là, précisa l’archéologue. Il a vu la bibliothèque en activité.
– Mais c’est pas possible ! s’exclama Tina qui les avait rejoints, intriguée. Personne ne peut vivre si longtemps que ça !
– J’ai peur qu’il ne cherche à vous arnaquer, ajouta Clay qui trouvait que le professeur Derrington ne se montrait pas assez méfiant avec l’étranger.
– Impossible ! se récria Simon. Il n’aurait jamais pu apprendre la langue antique tout seul sans de solides bases de linguistiques. Et puis regardez ses yeux : avez-vous déjà vu des yeux aussi verts et brillants ?
– Il volait dans nos affaires quand même, précisa Tina avec un reniflement.
– On ne peut reprocher à quelqu’un d’avoir faim, argumenta l’archéologue. Dans le pire des cas, il s’agit d’un érudit qui essaye de m’arnaquer. Auquel cas, c’est un plaisir de se faire jouer par un esprit si brillant. Il t’a bien montré comment nettoyer, ou régler ou réparer ou que sais-je, cette machine antique. Il semble s’y connaître. »

Les deux anciens Faucheux s’entre regardèrent et décidèrent d’un commun accord de laisser tomber leurs craintes. « Je ne sais pas comment vous faites pour être si confiant m’sieur Derrington, le complimenta même Tina.
– Je suis un très bon juge de caractère, répondit Simon avec un clin d’œil. Cela vous intéresse-t-il de savoir ce que j’ai appris grâce à notre invité ? »

Clay et Tina hochèrent la tête. Ils se sentaient aussi curieux que l’archéologue vis à vis de l’homme qui se servait une troisième tasse de thé. « Entre ce qu’il m’a dit et ce que j’en ai déduit, nous avons avec nous une créature presque entièrement constituée de magie.
– Pourquoi il ressemble à un homme alors ? l’interrompit Tina.
– Parce qu’il était un humain comme vous et moi avant de devenir un dieu.
– C’est vraiment un dieu alors ? s’étonna Clay d’une voix inquiète.
– Allez-vous continuer à m’interrompre à chaque phrase ? pouffa Simon. Vous êtes exactement comme je l’étais avec mes professeurs. »

Les deux plus jeunes se turent, la mine coupable. L’archéologue reprit : « Je ne suis, bien sûr, pas certain d’avoir tout compris. La communication n’était pas si aisée, nos connaissances de la langue antique étant parcellaire, n’est ce pas. Il m’a affirmé être plus vieux que cette civilisation antique que nous connaissons et pense même faire partie de l’antiquité de notre propre civilisation antique, qui faisait certainement partie de l’antiquité de notre antiquité.
– Euh… l’interrompit timidement Clay. Ça devient un peu difficile à suivre toutes ces antiquités…
– Je me doute, acquiesça Simon. Mais ce n’est pas grave, je vous expliquerai tout cela lorsque j’aurai un tableau à disposition. Bref. Nous avons là un être terriblement vieux, même s’il nous semble dans la fleur de l’âge, et qui a assisté à de nombreuses époques. Il me dit qu’il en a aussi raté beaucoup car il a souvent été en sommeil.
– Comme les ours ? s’enquit Tina.
– Plus ou moins, oui, confirma le professeur Derrington. Comme il est fait de magie, il a tendance à disparaître en même temps que la magie disparaît, et lorsqu’elle est de nouveau assez présente dans le monde, il revit. »

Ses deux interlocuteurs jetèrent un coup d’œil ébahi à Chaahk qui leur rendit un regard paisible de ses yeux verts. « Il est immortel alors ? demanda Clay.
– Pratiquement, je suppose, répondit Simon. Je n’en suis pas certain. Ce qui est sûr en revanche, c’est que sa puissance dépend de la quantité de magie présente dans le monde. Il m’a affirmé qu’il était pour le moment très faible ; il y a actuellement juste assez d’énergie magique pour qu’il soit en vie.
– Et Belisama ? interrogea Tina qui voulait enfin comprendre.
– Belisama serait sa cheffe, expliqua le professeur Derrington. En fait, avant que le voile noir soit créé – je n’ai pas encore bien saisi ce dont il s’agissait – la magie était présente en permanence dans le monde et sept êtres… et bien magiques étaient choisis pour assurer l’équilibre. Ils ont changé suivant certains cycles. Lui fait partie de ceux du dernier cycle, qui est toujours en cours d’ailleurs puisqu’il a été plusieurs fois entrecoupé de looongues centaines d’années sans magie.
– Comment ils ont été choisi ? demanda Clay qui était à présent entré dans l’histoire corps et âme.
– Par les dieux précédents. Une fois que les dieux d’un cycle sont fatigués, ils se mettent en quête de leurs successeurs, piochés dans le monde entier. Je trouvais ça étrange qu’ils ne soient que sept en tout et pour tout, car il existe énormément de dieux de par le monde !
– Je croyais que les dieux c’étaient des histoires pour enfant de l’ancien temps, intervint Tina.
– On peut le voir comme ça, en convint Simon. Leur souvenir est resté fortement ancré dans les esprits, mais nous ne les prenons effectivement plus très au sérieux.
– Ça va peut-être devoir changer, dit Clay.
– Tu crois ? lâcha la bricoleuse. Il n’a pas l’air si terrible que ça comme dieu. Je veux dire, il est doué, ça c’est sûr. Mais de là à dire que c’est un dieu, c’est exagéré. »

Les trois interlocuteurs s’interrompirent pour fixer Chaahk. Comme il l’avait déjà fait, il leur rendit paisiblement leurs regards. Un demi sourire étira un coin de ses lèvres, il leva une main et Tina poussa un petit cri. Un tournevis était sorti de l’une de ses multiples poches et flottait à présent au dessus d’elle. Chaahk tendit ensuite sa main et l’outil s’y précipita. Alors que Simon applaudissait la démonstration, ravi, l’homme inspecta l’objet qu’il tenait sous toutes les coutures, avant de le rendre à sa propriétaire. « Ça montre surtout que c’est un magicien avec un humour douteux. » Grommela Tina en récupérant vivement son bien. Clay réprima un pouffement de rire et Simon affichait un de ses sourires lumineux.

« Dans tous les cas, reprit soudainement l’archéologue, notre ami Chaahk va pouvoir nous aider à en savoir plus sur les gens qui ont construit cette bibliothèque et qui l’utilisaient. Il sait même comment leur civilisation s’est écroulée ! Nous allons avoir beaucoup de discussions intéressantes grâce à lui. Et puis… Je dois bien avouer qu’il connait mieux la langue antique que moi. Je vais apprendre et comprendre tellement de choses grâce à lui ! »

(changement de chapitre)

Les premiers invités d’Heather Merryweather firent leur apparition au manoir le lendemain soir de la mésaventure d’Ethelle avec le majordome d’Arabella Finley. La jeune femme et Nicolas étaient sorti les accueillir sur le perron. Les nouveaux arrivants étaient une famille de quatre et se réjouissaient d’avoir pu arriver si tôt ; la qualité des lignes de train depuis l’Empire de Nueva Azteca s’était nettement améliorée ces dernières années.

Mademoiselle Morton trouvait les tenues nahua aussi jolies que tape à l’œil. Les tissus de leurs vêtements étaient somptueux, vivement colorés et brodés de fils d’or importé de leur empire jumeau de l’autre côté de l’océan. De nombreux pans de leurs habits étaient également ornés de plumes bariolées. La benjamine de la famille, une fillette d’une douzaine d’années, n’arrivait pas à s’empêcher de jouer avec et se faisait souvent reprendre par son père. C’est ainsi qu’Ethelle apprit son prénom, Miztli, avant même les présentations.

« Bienvenue au domaine Merryweather ! » les accueillit Nicolas avec chaleur. Il présenta ensuite à Ethelle les membres de la famille [Machintruc] : Cuauhtli le père, Xochitl la mère, Izel le fils aîné et Miztli la benjamine. La jeune femme rousse les salua poliment avec son plus beau sourire et n’oublia pas de complimenter Xochitl sur sa grossesse mise en valeur par ses riches atours. Une fois les formalités dûment échangées, tous rentrèrent se réfugier à l’intérieur, le temps étant particulièrement froid et humide.

 

Seulement 1403 mots, je suis rentrée trop tard de l’animation que je devais faire ce soir !

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.