NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 7 et 8

Lorsque Clay ressortit du camp avec leurs affaires, Tina s’empressa de venir l’aider. Suivis de l’archéologue qui traînait, répugnant à quitter sa chère bibliothèque, ils gravirent la faille qui menait à l’air libre. Alors qu’ils chargeaient la mécamobile, les trois angelnish perçurent un tremblement du sol sous leurs pieds. Ils tournèrent la tête en direction de Chaahk, quelques mètres plus loin. A leur grande surprise, la terre paraissait se mouvoir de sa propre volonté, absorbant le corps de Gregory sous le regard grave du dieu. « Qu’est ce qu’il fait ? s’étonna Tina.
– Il l’enterre, je suppose, répondit Simon qui paraissait fasciné par la scène. Je vais en profiter pour lui demander s’il veut venir avec nous. »

Clay amorça un mouvement pour demander si se promener avec un homme à moitié nu ne risquait pas d’attirer l’attention une fois qu’ils seraient à Lancy. Il s’arrêta, voyant bien que c’était inutile : Simon était déjà près de Chaahk pour lui proposer de voyager avec eux. L’ancien Faucheux était certain que l’archéologue lui faisait miroiter des découvertes passionnantes en se fondant dans une ville typiquement actuelle.

Le dieu écouta attentivement le professeur Derrington, puis prononça quelques mots ponctués d’un signe de tête en direction de la bibliothèque. Cela parut faire réfléchir Simon qui se gratta le cuir chevelu d’un air pensif. Puis il se tourna de nouveau vers Chaahk pour lui répondre en haussant les épaules. Le dieu pencha la tête sur le côté et parut faire une proposition à l’archéologue qui accepta aussitôt.

Un nouveau tremblement de terre fit sursauter Clay et Tina. « Regarde ! » s’exclama la blondinette en désignant la colline qui recouvrait la bibliothèque. La terre autour de la faille paraissait avoir pris vie et bouchait l’entrée par laquelle ils passaient pour pénétrer dans l’antique bâtiment. « Il a vraiment des pouvoirs impressionnants, commenta Tina.
– Ca, c’est sûr, approuva Clay.
– Imaginer qu’il y a des gens aussi puissants qui se promènent dans le monde, ça m’inquiète un peu.
– Je te comprends, je dois dire que ça me met aussi mal à l’aise. Surtout en sachant qu’il se sent tout faible…
– Je ne veux même pas essayer d’imaginer quand il se sent fort. » acquiesça Tina.

Les deux anciens Faucheux regardèrent Chaahk et Simon revenir vers eux, avec un brin d’appréhension. Ils espéraient que le dieu ne se ferait pas remarquer en ville et que rien ne l’obligerait à utiliser ses pouvoirs. En montant en voiture, Clay tenta de se rassurer en se disant que Chaahk paraissait être une personne raisonnable et qu’il ne se mettrait pas de lui-même dans une situation gênante. En fait, il paraissait surtout observer ce qu’il se passait autour de lui. Peut-être était-ce pour ne pas agir de manière imprudente. D’ailleurs, le jeune homme le trouvait bien calme face à sa situation : le dieu avait été endormi pendant des centaines et des centaines d’années, s’était réveillé dans un lieu en ruine, et ne paraissait pas en faire grand cas.

Tandis que la mécamobile atteignait une ébauche de chemin de terre, Clay essaya de se mettre à la place de Chaahk. Quand ce dernier avait ouvert les yeux dans la bibliothèque, il avait dû se sentir perdu. S’était-il seulement réveillé avec les idées claires ? En tous cas, l’ancien Faucheux savait qu’il aurait paniqué en se retrouvant seul dans un lieu connu devenu une ruine peuplée de fantômes. Il frissonna. En plus d’avoir des pouvoirs merveilleux et un physique sans défaut, Chaahk paraissait aussi intelligent et avoir un moral d’acier. C’était donc cela d’être un dieu ? On incarnait la perfection ? Le jeune homme se sentait un peu jaloux de tant de qualités. A côté de Chaahk, il avait l’impression d’être insignifiant et il n’aimait pas cette sensation. D’un autre côté, les dieux étant restés dans les mémoires tellement de centaines d’années après avoir disparu, ce n’était pas étonnant qu’ils soient des êtres exceptionnels.

Il fut interrompu dans le flot de ses pensées par Tina qui demanda en désignant Chaahk d’un petit mouvement de menton : « Dites, m’sieur Derrington, vous ne pensez pas qu’il faudrait l’habiller un peu plus pour aller en ville ?
– Oh si si, confirma Simon. J’y ai songé, mais je ne pense pas que nous trouverons de tailleur convenable entre ici et Lancy.
– Mais il a pas besoin d’un tailleur convenable, juste de pas être tout nu ! protesta la jeune fille.
– Rho, mais il n’est pas techniquement nu… » Temporisa l’archéologue.

Tina leva les yeux au ciel et se cala de nouveau au fond de son siège, à côté de Clay ; ils étaient à l’arrière, séparés par un sac qui ne tenait pas dans le coffre avec le reste des bagages. Ils n’avaient pas pris le temps d’enlever le matériel de remplacement qu’ils stockaient dans le véhicule pendant qu’ils travaillaient dans la bibliothèque, la mécamobile était donc un peu chargée.

Chaahk ne disait rien. Il contemplait le paysage qui défilait à l’extérieur, l’air impassible. Cet air presque toujours impénétrable rendait Clay nerveux. Il aimait bien avoir des indications sur ce que pensaient les personnes face à lui. Simon engagea la conversation avec son silencieux passager en langue antique. Le dieu répondait brièvement aux questions du professeur Derrington. « Qu’est ce qu’il dit ? s’enquit Tina qui n’aimait pas ne pas comprendre.
– Je lui ai demandé ce qu’il pensait de nos petites merveilles de technologie que sont les mécamobiles, répondit plaisamment l’archéologue. Et il m’a expliqué que la civilisation antique que nous étudions avait des moyens de transport encore plus performants. Et aussi qu’il était prêt à m’expliquer comment tout cela fonctionnait à l’époque, mais qu’il doutait que j’ai le bagage de… mmmh… d’ingénierie nécessaire pour bien comprendre. »

L’archéologue avait essayé de garder un ton détaché en prononçant la dernière phrase, mais Clay sentait bien qu’il s’était senti un peu piqué par la remarque. Au moins, Simon était facile à lire, lui. L’ancien Faucheux s’était très vite senti en confiance en présence du professeur Derrington. Il savait que Tina aussi. Même Ethelle, qu’il sentait plus circonspecte, lui avait rapidement accordé sa confiance. Simon était ainsi : il attirait la sympathie. Clay sourit par devers lui en se disant que la plupart des gens devaient le trouver sympathique jusqu’au moment où il leur faisait subir son enthousiasme sans limite.

L’ancien Faucheux était en train d’organiser ses idées pour savoir comment les raconter à Ethelle quand il la retrouverait, lorsqu’il s’assoupit. Il commença par rêver qu’il était à un mariage. Il se sentait un peu gêné de voir qu’il avait été convié à une réception de la haute, mais Tina était avec lui, ce qui le rassurait. C’est alors qu’il vit Ethelle, qui lui parut resplendissante avec ses cheveux roux qui contrastaient avec sa robe blanche. Il comprit que c’était elle qui l’avait invité à son mariage. Avec un grand sourire, il lui fit un signe de la main, auquel elle répondit chaleureusement.

Juste avant de remarquer qu’elle ne le regardait pas directement. Nicolas Merryweather le dépassa allègrement et il comprit que c’était au jeune homme blond qu’Ethelle faisait signe et non à lui. Nicolas était également vêtu de blanc et les deux jeunes mariés s’étreignirent avec tendresse. Alors que de les voir ainsi serrait le cœur de Clay, une ombre enfla derrière les tourtereaux. Avec horreur, l’ancien Faucheux réalisa qu’il s’agissait d’une araignée géante, noire et rouge avec les chélicères frémissantes, qui s’apprêtait à dévorer le couple.

Clay voulait les prévenir, surtout Ethelle, mais il n’arrivait pas à bouger et aucun son ne sortait de sa bouche. La gorge nouée, il détourna les yeux et son regard tomba sur Tina qui était armée de son arbalète chargée d’un carreau d’argent. Avec espoir, il la regarda tirer en direction de l’araignée. Le premier carreau fit mouche, le monstre recula d’un pas, agitant ses chélicères de douleur, et la blondinette chargea aussitôt son arme avec un nouveau projectile. Le deuxième carreau fila vers Ethelle et Clay cria silencieusement d’horreur.

Une fois parvenu juste devant le front de la jeune femme rousse, le projectile s’arrêta, de même que toute la scène du rêve de Clay. Au milieu de la scène suspendue, une femme s’avança vers l’ancien Faucheux. Elle fronçait les sourcils, comme si elle était déçue de ce qu’elle voyait et commença à parler dans une langue que le jeune homme ne comprenait pas. Comme il ne répondait pas, elle secoua la tête en levant les yeux au ciel, avant de le toucher brièvement. Clay sentit disparaître la boule qui lui nouait la gorge. « Je ne comprends pas… » Parvint-il à dire. La femme soupira et claqua des doigts.

Le jeune homme se sentit projeté jusqu’à une nouvelle scène, toujours en compagnie de la femme qui avait apparemment le pouvoir de diriger les rêves. S’y tenaient plusieurs personnes, dans une grande salle blanche remplie de cages peuplés de créatures diverses. Il se rendit compte qu’il s’agissait d’animaux qu’il ne connaissait pas et, apercevant une banshee, il supposa que les autres devaient aussi être des créatures magiques.

Parmi les personnes présentes, il reconnut la femme qui était intervenue dans son cauchemar et Chaahk. Tous discutaient de manière animée, puis la scène se suspendit comme l’avait fait son rêve. La maîtresse des rêves désigna Chaahk. « Oui, je le connais. » déclara Clay qui ne savait pas quoi dire d’autre. Visiblement, la femme ne le comprenait pas plus qu’il ne la comprenait. Elle ouvrit la bouche.

Mais le jeune homme se réveilla dans la mécamobile. « Qu’est ce qui t’arrive ? lui lança Tina. T’as envie de vomir ? T’es tout pâle.
– Pas loin, grommela Clay. J’ai fait un de ces cauchemars ! Et après une femme est venue arrêter mon rêve. Je crois qu’elle voulait parler à Chaahk. » Entendant son prénom, le dieu se tourna vers la banquette arrière. Simon lui traduisit les propos de Clay. Le visage de Chaahk s’éclaira et il déclara avec soulagement :

« Yingana.
– C’est le nom de la femme de mon rêve ? vérifia le jeune homme.
– Oui, répondit Chaahk après la traduction du professeur Derrington. Amie, dieu.
– Je suis bien content qu’elle soit intervenue en tous cas, reprit Clay. Ce rêve prenait un tour qui m’a rendu malade.
– Raconte ! lui enjoignit Tina.
– Je préfère pas. C’était suffisamment horrible comme ça. » Clay n’avait pas envie de raconter à sa cadette qu’il l’avait vue presque tuer Ethelle.

Le reste du trajet se déroula calmement. Simon fredonnait par intermittence, les deux anciens Faucheux contemplaient l’extérieur et Chaahk s’était endormi. Clay se dit qu’il devait essayer de retrouver la dénommée Yingana dans ses rêves. Il se sentait content pour le dieu et espérait qu’il arriverait à joindre sa semblable. En revanche, il préférait ne pas penser aux pouvoirs cumulés de deux dieux, surtout une fois qu’ils auraient retrouvé leurs forces.

 

1805 mots pour ces deux jours, dont le quota pour aujourd’hui ! Utiliser Siegfried aide donc vraiment ^^

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.