NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 9

(changement de chapitre je crois)

« Comment ça « il a disparu » ? s’emporta Nicolas. Un simple majordome emprisonné ne peut pas disparaître aussi facilement !
– Et bien, il n’a pas exactement disparu, précisa un gendarme gêné après avoir échangé un regard avec son collègue qui l’avait accompagné. Il… Et bien il s’est enfui.
– Enfui ?
– Oui, confirma le deuxième. Il a fait un énorme trou dans le mur de la prison.
– Comment est-ce possible ? s’étonna le jeune Merryweather.
– Il semblerait qu’il ait juste défoncé la pierre à mains nues, reprit le premier gendarme.
– Comment peut-il avoir eu assez de force pour ça ? »

Nicolas ne revenait pas de sa surprise et Ethelle, qui pourtant avait subi la force de Gregory, était toute aussi impressionnée. Et inquiète, aussi. Un nouvel éclat de voix de la part de son hôte la fit sursauter. « Plusieurs jours ? Mais pourquoi ne me prévenez-vous que maintenant ? Avez-vous la moindre idée de ce qui aurait pu arriver pendant ces quelques jours ? Quand je pense que nous étions confiants, alors qu’un monstre rôde peut-être sur mon domaine. »

Ethelle n’avait jamais vu Nicolas aussi en colère. En ce moment il n’avait plus rien du jeune homme mesuré qu’elle avait rencontré. Il congédia les deux gendarmes, après qu’ils lui eurent expliqué qu’ils avaient mis en place une surveillance du manoir, au cas où Gregory revienne terminer ses noirs desseins. Merryweather se tourna vers la jeune femme rousse, le visage reflétant son inquiétude. « Je ne laisserai pas cet homme vous faire du mal. Désormais, vous ne resterez plus seule, c’est trop dangereux.
– Je ne suis déjà pratiquement jamais seule, protesta Ethelle. Et puis, j’ai déjà une protection personnelle.
– La jeune fille du pendentif ?
– Tout à fait. Elle s’est montrée efficace aux deux occasions qu’elle a eues de rencontrer cet homme.
– Mais elle est toute menue et vous ne l’avez pas revue depuis : comment savoir si elle se manifestera au prochain danger ?
– J’ai confiance, lui assura Ethelle. Maintenant, nous devrions retourner nous occuper des invités : ils doivent se demander où nous sommes passés. Cela risque de jaser. »

Nicolas Merryweather ne paraissait pas convaincu par l’argument du pendentif, mais il se rangea à la suggestion de retourner divertir les invités. Présentant son bras à la jeune femme, qu’elle saisit avec légèreté, ils retournèrent dans la salle de réception du manoir. Ils furent accueillis par une ambiance colorée et de la musique qui les enveloppa aussitôt avec des rires et des discussions. La salle foisonnait de monde qui avait revêtu leurs toilettes les plus tapageuses et qui avaient décidé de profiter de leur soirée.

Tous parurent enchantés de retrouver Ethelle et elle fut très rapidement accaparée par ces personnes qui voulaient lui parler de son père. Elle les gratifiait tous de son plus gracieux sourire, qu’elle parvenait de nouveau à afficher après la pause bienvenue octroyée par les gendarmes. Ils avaient certes été annonciateurs de mauvaises nouvelles, mais s’aérer la tête de tous ces gens qui venaient lui remémorer son père disparu s’était avéré une véritable aubaine et lui avait rendu un peu d’énergie.

Mademoiselle Morton se laissa emporter dans le tourbillon des mondanités. Elle trouvait l’ambiance trop festive pour engager des conversations utiles. De toutes façons, elle ne se sentait pas le courage de ne faire que parler de Charles Morton toute la soirée. Les moments de discussions légères étaient les bienvenues entre deux discussions sérieuses sur les affaires de son père.

Bien que parfois ennuyeuses et déprimantes pour la jeune femme, ces conversations n’en recelaient pas moins de nombreuses informations. Ethelle découvrait une facette de Charles Morton qu’elle ne connaissait pas du tout, ce qu’elle regrettait à présent. Cuauhtli n’était pas le seul à lui assurer que son père était doué en affaires. L’impression semblait générale et pas seulement parce que les convives se montraient polis.

Elle apprit qu’il n’était pas qu’un simple collaborateur des entreprises MecanInc, AérosTech et RotorCorp. Il était chargé d’affaires dans chacune d’elles en plus de son poste de conseiller municipal et au Parlement (vérifier tout ça). Au vu de toutes ces activité, il n’était pas étonnant que la jeune femme n’ait eu que peu de temps à passer avec lui. Tout le monde lui parlait d’un secret que détenait Charles Morton et la plupart des invités paraissaient convaincu qu’elle en avait hérité. Ne sachant trop comment réagir à cette confiance qu’ils plaçaient en elle, Ethelle ne les détrompa pas. Elle temporisa seulement en précisant qu’elle n’avait pas encore bien compris toutes les ficelles du secret.

Les parents de la famille [Machintruc] la présentaient à tout le monde, la mine fière comme si elle était leur fille. Leur véritable fille, Miztli, ne faisait pas grand cas du foisonnement d’intérêt autour d’Ethelle. Elle préférait courir et jouer avec les autres enfants qui avaient à peu près son âge. En plus de temps, elle se retrouva avec la robe déchirée en plusieurs endroits, riante et essoufflée. Izel non plus ne s’intéressait pas aux histoires de Charles Morton. Négligeamment adossé à une colonne, il contemplait la foule d’un air blasé. Ethelle ne parvenait pas à savoir ce qu’il pensait d’elle. Miztli l’aimait bien, elle en était certaine, leurs parents la couvaient comme si elle faisait partie de la famille, mais Izel maîtrisait trop bien l’attitude nonchalente des adolescents.

Un fracas interrompit les musiciens. Ethelle, tendue, était prête à s’enfuir lorsqu’elle réalisa qu’il s’agissait juste d’un saladier qui s’était écrasé au sol après avoir été maladroitement poussé par quelqu’un. La jeune femme expira. Elle croyait qu’elle avait enfoui ses inquiétudes au fond de son esprit, mais le premier bruit venu les avait libérées. Ethelle s’efforça de calmer les battements de son coeur ; elle avait eu l’impression de voir son camée briller et la dernière chose dont elle avait besoin était une apparition impromptue de [Bidulette].

Avant que les conversations reprennent après cette bruyante interruption, la porte de la salle de bal s’ouvrit. Ethelle sentit son coeur battre la chamade de plus belle. L’invitée en retard n’était autre qu’Arabella Finley. Toujours filiforme et vêtue d’une robe noire près du corps, elle affichait une mine contrariée, qui s’éclaira d’un sourire mauvais lorsqu’elle repéra la jeune femme rousse au milieu d’un attroupement.

Ethelle se raccrocha à cette idée : au milieu de tant de monde, la Veuve-Noire ne pouvait lui faire de mal. Mademoiselle Morton devrait aviser pour les jours suivants. Elle se méfiait d’Arabella. Sans compter que si elle se trouvait ici, Gregory ne devait pas se trouver bien loin. Elle chercha Nicolas du regard pour le prier de se méfier de mademoiselle Finley, mais le jeune homme était déjà en train de l’accueillir avec empressement et sourires. Il lui apportait un verre pour contrer les effets du voyage qu’elle venait d’effectuer et qui avait été, confirma-t-elle, particulièrement éprouvant. Les trains n’avaient eu que des retards et leur confort s’était avéré moins que relatif.

Ethelle remarqua bien vite que l’héritière de Jeremiah Finley recevait presque autant d’attentions qu’elle. Cela blessa son ego, mais surtout, cela l’inquiéta. Ces gens étaient destinés à être ses alliés, pas ceux de la Veuve-Noire. Mademoiselle Morton savait bien qu’elles étaient censées être du même côté et elle se demanda comment Arabella comptait agir envers elle. Cependant elle ne pouvait pas s’empêcher d’avoir l’impression que la Veuve-Noire était en train de tisser une toile mortelle autour d’elle.

« Comment se fait-il que mademoiselle Finley se trouve ici ? s’enquit Ethelle auprès de Nicolas qui s’était éloignée de la dernière arrivée.
– Oh, et bien je suppose que tout le monde la croyait folle quand elle disait que la ruine de l’entreprise de son oncle était liée à des dragons. Mais maintenant que tout le monde commence à avoir été témoin d’évènements surnaturels au point que même les journaux en parlent… et bien elle est devenue une sorte de génie incompris.
– C’est sûr que cela a dû lui demander beaucoup de courage de défendre ses théories surnaturelles. » nota Ethelle en buvant nerveusement une gorgée de son verre, plein d’un alcool pétillant. Le jeune Merryweather lui adressa un sourire lumineux, heureux de constater qu’ils se comprenaient. Mademoiselle Morton ne le détrompa pas non plus. Elle estimait que cela lui demanderait trop d’énergie pour un probable piètre résultat.

La jeune femme s’éloigna un peu, se postant près du buffet. Son estomac n’avait pas envie de nourriture, mais elle avait envie de boire. Elle percevait son camée pulser contre sa gorge et décida de l’ignorer. « Vous buvez trop, commenta une voix jeune alors qu’elle venait d’avaler un deuxième verre et commençait à en ressentir les effets.
– Pardon ? s’offusqua-t-elle en se tournant vers son interlocuteur.
– Vous allez vous endormir sous la table si vous continuez ainsi, la prévint Izel qui s’était approché d’elle.
– Non non, s’exclama-t-elle. Je ne dois pas m’endormir ici, c’est beaucoup trop dangereux. »

Joignant le geste à la parole, elle délaissa son verre sur la table où il fut prestement débarrassé par une servante zélée. « Pourquoi est-ce dangereux ? s’enquit Izel faisant ainsi preuve d’un semblant d’intéret.
– Parce qu’Arabella ne m’aime pas.
– Boah, plein de gens n’en aiment pas d’autres, je ne vois pas en quoi ce serait dangereux.
– Vous ne comprenez pas, se plaignit Ethelle.
– J’ai bien peur que non.
– Ce n’est rien, balaya la jeune femme. Je pense que je devrais me retirer.
– Déjà ? s’étonna Izel de façon un peu moqueuse. Ne craignez-vous pas que les invités se sentent blessés par votre absence ? »

Il avait raison. Ethelle ne pouvait pas abandonner tous ces gens que madame Merryweather avait conviés spécialement pour la rencontrer. Elle se tourna pour contempler l’assemblée, se tordant les mains. Le ballet tourbillonnant des gens qui venaient lui parler de son père faisaient à présent de même autour d’Arabella. Au milieu de toutes ces attentions, elle affichait une mine triomphante, s’efforçant de se montrer sympathique. Mademoiselle Morton se sentit dégoûtée par la situation. « Tant pis, lâcha-t-elle à son jeune interlocuteur. Je vais quand même me coucher.
– Non ! s’exclama-t-il. Ne faites pas cela, elle va gagner sinon.
– Gagner ?
– Mais oui, elle n’aura rien besoin de faire pour s’attirer les faveurs de tous ces gens si vous vous en allez. »

Elle devait reconnaître qu’une fois de plus, Izel faisait preuve d’une sagesse assez incroyable pour un adolescent de – quoi – seize ans ?

 

1741 mots pour aujourd’hui, j’ai du mal à atteindre le quota minimum, mais j’y arrive ! J’espère que je réussirai à récupérer mon retard ce week end 🙂

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.