NaNoWriMo 2018 : Arkhaiologia Tome 2, jour 10

Elle jeta un nouveau coup d’œil à l’assemblée. Tout en hochant la tête à l’intention de l’adolescent, elle se prépara à affronter de nouvelles discussions à propos de son père et se composa un nouveau sourire. Ceci fait, elle se tourna vers Izel pour vérifier si elle faisait suffisamment bonne figure. Il donna son approbation. Ethelle lui sourit et se lança dans un nouveau bain de foule.

Elle redoubla d’attentions envers ses interlocuteurs et s’efforça de leur donner une image positive d’elle-même, espérant en donner une meilleure que celle d’Arabella. Elle avait l’avantage de paraître moins sèche et excentrique que l’héritière de Jeremiah Finley, mais cela ne suffirait pas à ranger les convives de son côté si jamais un conflit d’intérêt venait à se déclarer entre elles. Ethelle fit de son mieux pour faire miroiter le mystérieux secret de son père qui avait fait la richesse de MecanInc, AerosTech et RotorCorp.

A ce propos, la jeune femme rousse était déçue de constater qu’elle n’apprenait pas grand chose concernant le décès de Charles Morton. Toutes les personnes présentes paraissaient certaines qu’il n’y était pour rien dans la chute des trois entreprises florissantes, mais personne ne sut lui expliquer pourquoi ni n’avait d’idée précise sur le mobile du crime. Certains appuyaient même la thèse du suicide. En discutant avec les convives, Ethelle était tout de même parvenue à la certitude que son père avait dû être assassiné pour son secret. Cela lui semblait évident.

(rajouter des trucs peut-être ? Et présenter quelques personnes présentes ? Pas beaucoup de Eastlondiens je suppose. Est ce qu’on dit Eastlondiens déjà ? Je ne sais plus)

Ethelle avait décidé qu’elle ne quitterait pas la salle la première. Arabella devait avoir pris la même décision, car elle ne montrait aucun signe de vouloir prendre congé. Mademoiselle Morton devait admettre qu’elle était impressionnée par l’endurance de la Veuve-Noire qui sortait tout juste d’un long voyage. Tout en devisant avec d’anciens amis de son père qui avaient quitté Eastlond quand elle était encore petite, Ethelle surveillait mademoiselle Finley du coin de l’œil. Cette dernière faisait mine d’ignorer la jeune femme rousse, mais Ethelle pensait que ce n’était qu’une impression et qu’elle la surveillait tout autant.

Les invités de madame Merryweather, fatigués, finirent par quitter la salle de réception d’eux-mêmes. Lorsqu’il ne resta plus suffisamment de personnes à charmer, la Veuve-Noire se retira à son tour. Ethelle n’attendit que quelques minutes pour suivre son exemple. Elle avait la tête pleine d’informations sur les convives de la soirée et d’alcool dont elle avait un peu abusé.

Elle gravissait l’escalier principal, pressée de retrouver sa chambre, lorsqu’elle s’aperçut qu’Arabella Finley l’attendait au balcon intérieur, qui faisait office de palier. « Nous nous retrouvons enfin. » susurra la Veuve-Noire et la jeune femme perçut son camée palpiter de nouveau sur sa gorge. Ethelle regarda tout autour d’elle, paniquée, à la recherche de quelqu’un qui pourrait lui servir de prétexte pour ne pas se retrouver seule en présence de cette femme qui l’effrayait. Mais elles étaient seules. Mademoiselle Morton n’avait d’autre choix que de lui faire face.

« En effet, déclara Ethelle. Je dois avouer que je suis surprise de vous voir ici.
– J’ai reçu un message de mon majordome, qui m’expliquait qu’une réunion vous impliquant allait se tenir ici. J’ai donc contacté madame Merryweather, qui m’a aimablement conviée en tant qu’héritière de Jeremiah Finley. En revanche, je n’ai pas eu de nouvelles de Gregory depuis. Auriez-vous eu de ses nouvelles ?
– Si l’on veut, répondit la jeune femme en tentant de garder son calme. Il a essayé de m’assassiner, avant d’être arrêté et emprisonné.
– Voilà qui est fâcheux. » commenta la Veuve-Noire en fronçant ses fins sourcils.

Certaine que son interlocutrice ne trouvait pas fâcheux le fait que son majordome ait tenté de la tuer, Ethelle ne releva pas. Elle se demandait si Arabella l’avait attendue parce qu’elle tenait à lui dire – ou peut-être à lui faire subir – quelque chose en particulier, ou cela avait juste été une coïncidence de la croiser. Dans le doute, et parce que mademoiselle Finley semblait plongée dans ses pensées, la jeune femme amorça un mouvement pour s’en aller.

« Vous avez disparu en même temps qu’une de mes petites araignées, l’interrompit finalement Arabella. Où est Clay ? Et Tina ? Elle a déserté plus tard, mais je me suis laissée dire qu’elle vous avait peut-être rejoints.
– Tina ? s’étonna sincèrement Ethelle avant d’avoir la présence d’esprit de rajouter : Clay ? Qui sont-ils ? Je ne fraie pas avec les araignées.
– Je ne vous crois pas. Mais peu importe ; Gregory ne restera pas emprisonné bien longtemps. Si c’est trop dangereux pour lui de revenir ici, il se lancera à la poursuite de Tina et Clay.
– Grand bien lui fasse. Maintenant, si vous me le permettez, je vais aller me coucher. »

Arabella ne prit pas la peine de lui répondre, à son grand soulagement. Ethelle s’en alla dignement jusqu’à sa chambre. Après avoir fermé la porte, elle toucha légèrement son pendentif. Il produisit de la chaleur et [Bidulette] apparut. (vérifier où on en est du tutoiement/vouvoiement)
« J’ai cru que j’allais devoir sortir plusieurs fois aujourd’hui, déclara la jeune fille du camée. Tu avais l’air souvent inquiète et le collier me poussait à sortir ! Mais comme tu m’as ordonné de ne pas bouger tant qu’il y avait du monde, j’ai fait de mon mieux pour résister.
– Merci, je préférais t’avoir avec moi, mais j’avoue que j’aurais été bien en peine d’expliquer ton apparition soudaine.
– Oh, bientôt ça ne posera plus de problème, balaya [Bidulette] en faisant des étirements au milieu de la pièce. Tout le monde va finir par s’habituer, ils ne s’étonneront pas de voir quelqu’un jaillir de ton collier.
– Je ne sais pas. Simon et Clay sont retournés à la bibliothèque pour trouver des moyens de pallier à la résurgence du surnaturel. Peut-être qu’ils trouveront une solution avant que tout le monde s’habitue et que notre système en place ne s’effondre avant l’arrivée d’un dragon ou de je ne sais quoi.
– Moi, ça m’arrangerait qu’ils ne trouvent pas : j’aime bien sortir du pendentif pour marcher dans le monde et interagir avec d’autres personnes que moi-même. »

Ethelle ne répondit pas. Elle avait rapidement considéré [Bidulette] comme faisant partie de son entourage et n’avait même pas pensé qu’une solution pour pallier à la magie pourrait avoir une influence sur sa petite protectrice, alors que c’était l’évidence même. « Pourquoi m’as-tu demandé de sortir ? s’enquit [Bidulette].
– J’avais besoin de parler un peu.
– Parlons dans ce cas ! »

L’esprit du pendentif bondit sur le lit où elle atterrit déjà en tailleur. Ethelle s’assit à côté d’elle. « Je suis inquiète pour Clay et Simon, avoua la jeune femme rousse.
– À cause de ce majordome-loup qui a essayé de te tuer ?
– Oui, je crains qu’il se soit lancé à leur poursuite, ne pouvant pas m’atteindre ici.
– Ce que je comprends, acquiesça [Bidulette]. Il est très fort, alors même qu’il n’a pas encore la force d’un vrai loup-garou. Il aurait mangé le garçon qui s’est dressé face à lui, mais il avait à faire à une trop forte partie avec moi. Je ne peux pas encore rester dehors longtemps, mais je maîtrise parfaitement les arts martiaux qui m’ont été enseignés.
– Mais mes amis n’ont personne pour les protéger.
– Je te proposerai bien d’aller les aider, malheureusement je suis beaucoup trop liée au collier. Et puis je préfère rester avec toi ! Mais ne t’inquiète pas trop : le majordome-loup est peut-être juste parti chasser parce qu’il avait faim.
– Cela fait tout de même plusieurs jours qu’il a disparu, précisa Ethelle peu convaincue.
– Quand une bête comme ça a faim, elle a très très faim. En plus, une fois qu’elle a bien mangé, elle peut se priver de nourriture pendant plusieurs jours ensuite, donc c’est tout à fait possible. »

L’explication ne suffit pas à rassurer complètement la jeune femme rousse. Elle en venait à espérer que le majordome se cachait quelque part dans le parc du domaine Merryweather. Il y avait en effet un point sur lequel elle était d’accord avec [Bidulette] : c’était que la jeune fille pouvait tenir tête à l’effrayant Gregory. La présence de l’esprit de son camée la rassurait. Elle s’en voulait à présent de s’être laissée aller à la panique ; tant que [Bidulette] était là, elle ne risquait rien. Elle bâilla.

« Je vais me coucher maintenant. » déclara Ethelle en se levant pour commencer à défaire sa robe. Il s’agissait cette fois d’une robe qu’elle avait commandé elle-même et elle l’avait demandée facile à mettre et à enlever seule. La couturière avait paru étonnée par une telle demande, mais s’était exécutée sans commentaire. [Bidulette] ne bougea pas, la fixant toujours tandis qu’elle revêtait sa robe de nuit. « Pourquoi es-tu toujours là ? s’enquit Ethelle.
– Ces habits que tu as me fascinent, j’aime bien te regarder les changer.
– Ah, et bien je n’en changerai plus avant demain, tu peux t’en aller. »

La jeune fille rousse se coucha dans son lit, sous l’édredon moelleux. Complètement épuisée, elle ignora [Bidulette] et s’endormit aussitôt la tête posée sur l’oreiller. L’esprit du pendentif s’allongea face à elle et la regarda dormir un moment. « Oh non… » souffla-t-elle avant de se transformer en fumée et de rejoindre le camée délicatement posé sur la table de nuit.

 

Le lendemain, Ethelle eut la désagréable surprise de constater qu’Arabella s’installait face à elle pour le petit déjeuner. La jeune femme se dit qu’elle aurait mieux fait de prendre son repas au lit. Elle espéra que la Veuve-Noire ne comptait pas la suivre à la trace toute la journée, car cela allait rapidement lui mettre les nerfs en pelote. Ethelle plissa les yeux ; peut-être était-ce là ce que cherchait à faire Arabella. Souriant de nouveau, elle s’occupa de ses voisins de table – Nicolas et Xochitl – et ignora totalement mademoiselle Finley.

Ethelle passa ensuite le reste de sa journée à récupérer les adresses des convives qui avaient promis de la soutenir dans la réhabilitation du nom des Morton et à récolter les promesses d’aide. Elle savait que tous ne répondraient pas à l’appel si elle leur demandait, mais une partie d’entre eux suffirait à l’épauler. La jeune femme devait à présent se constituer un dossier de défense, ce qui s’annonçait difficile vu le peu de témoignages fiables qu’elle avait pu réunir au sujet de Charles Morton. Elle se disait qu’elle aurait peut-être dû essayer de rassembler les éléments avant d’essayer de rallier les gens à elle, mais il était à présent un peu tard pour recommencer ; les choses étaient lancées.

Pendant tout ce temps, elle faisait de son mieux pour rester hors de portée d’Arabella Finley. Ce faisant, elle réalisa qu’elle ne voyait pas beaucoup Nicolas ces derniers temps. Lui aussi avait beaucoup à faire en tant qu’hôte. En revanche, où qu’elle se trouve, elle remarquait qu’Izel n’était jamais loin. Pourtant, à chaque fois qu’elle tournait le regard vers lui, il faisait mine de ne pas faire attention à elle.

C’est alors qu’un grand bruit retentit, suivi de hurlements de terreur. Cette fois, ce n’était pas un saladier brisé. Des créatures sorties du lac de Lancy avaient brisé une barque amarrée et se dirigeaient à présent vers le bout de jardins où se trouvaient les invités. Tout le monde se mit à courir dans l’autre sens. Ils n’avaient pas besoin de se presser, constata Ethelle, car les êtres sortis de l’eau n’avaient pas de pattes arrières. L’avant ressemblait à celui d’un humain déformé et l’arrière presque à une queue de poisson. Ils poussaient des borborygmes et ne cessèrent leur avancée que lorsque des coups de feu retentirent.

L’un d’entre eux s’effondra en criant de douleur, touché par une balle. Les autres paniquèrent et fuirent en l’emmenant le plus rapidement qu’ils pouvaient dans la sécurité des eaux lacustres. « Tout va bien. » commenta [Bidulette]. Ethelle ne l’avait même pas vue apparaître tant elle avait été hypnotisée par le spectacle des habitants du lac.

 

2016 mots pour aujourd’hui. J’espère rogner encore plus de retard demain !

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.