NaNoWriMo 2019 : Prison Dorée, jour 4

Elle nota cependant tout ce qu’elle put des conseillers. Ils n’étaient pas nombreux, le seigneur Arthur régnant seulement sur un Comté de moindre importance. Il y avait bien sûr Edmond, celui qui voulait la marier. Éléonore ne savait pas si elle aurait dû intervenir lorsqu’il avait abordé l’idée du mariage. Elle trouvait difficile de réagir sans connaître les tenants et les aboutissants d’une telle proposition. Si son père tenait autant à la garder juste pour lui, elle aurait peut-être dû appuyer les propos d’Edmond, mais elle n’était pas une novice en matière de jeux : les choses n’étaient jamais aussi simples.

Ensuite il y avait le vieux Raymond, qui n’avait pas prononcé un seul mot de toute la réunion. Éléonore le soupçonnait d’avoir somnolé tout du long. Et enfin, Sigismond, qui lui avait paru être une sorte d’intendant du château. Visiblement de moins haute extraction que les autres, il parlait peu et en prenant beaucoup de précautions.

Tout en se remémorant la séance à laquelle elle avait assisté, Éléonore, qui était de retour dans son propre salon, fouillait partout à la recherche de n’importe quel signe technologique : fils électriques, micros, n’importe quoi. Elle ressentait encore un peu le besoin de se rassurer quant à sa santé mentale et sa présence au sein d’un jeu organisé. Et puis, elle était contente de pouvoir fouiner sans que Jodie s’en offusque. Ses maux de tête avaient presque disparu et cela aurait été un véritable soulagement si ses souvenirs étaient aussi revenus.

Elle ne trouva aucune installation électrique. Peut-être y en avait-il derrière les lambris ou entre les pierres, mais elle ne comptait pas s’acharner au point de tout casser. Dans tous les cas, elle finirait bien par savoir quand tout cela serait terminé. Maintenant qu’elle se sentait moins lasse et que ses douleurs avaient disparu, elle décida de visiter le château et ses alentours toute seule.

Éléonore adressa la parole à toutes les personnes qu’elle croisa dans son escapade. Elle ne put pas tirer grand-chose des domestiques, qui se contentaient de répondre le strict minimum à ses questions. La cuisinière en chef accepta cependant de lui faire la conversation, mais refusa catégoriquement de lui faire visiter les cuisines et les réserves. « Ce ne sont pas des endroits pour une dame, vous risqueriez de vous faire bousculer et salir ! Certains de mes aides ne savent pas regarder où ils vont. Vous vouliez faire une commande particulière pour le repas de ce soir ?
— Oh, euh, non, je vous fais entièrement confiance pour décider des plats. »

La cuisinière afficha un sourire ravi. Éléonore sentit une chance d’en savoir plus et reprit : « Vous savez, je suis encore un peu perdue depuis que je me suis heurtée la tête en chutant de cheval. Pourriez-vous m’aider à me rafraîchir la mémoire sur les évènements qui ont précédé mon accident ?
— Pauvre enfant, c’est terrible ce qui vous est arrivé. Mais pourquoi vous autres, de la haute, persistez-vous à monter sur ces bêtes du diable ? Ouhlàlà, elles m’effraient foutrement, sans vouloir vous manquer de respect, madame. Comme je dis toujours : les chevaux, c’est juste bon aux labours et à manger ! »

Éléonore sourit à son tour. Enfin quelqu’un qui ne prenait pas de pincettes avec elle et elle trouvait ça agréable. « Hum, voyons voir, dit la cuisinière en se grattant pensivement la tempe avec une louche. Je n’ai assisté à rien, mais j’ai entendu des choses. Il paraît que vous étiez furieuse contre votre père, vous savez comment il est, et vous vous êtes précipitée aux écuries pour vous vider l’esprit. Quelle drôle d’idée, sauf votre respect, madame. Sauf que vous n’avez pas pris le bon cheval. Et la suite, vous la connaissez. »

Éléonore hocha la tête. Heureuse d’obtenir enfin des réponses, même parcellaires et dont elle ne pouvait pas voir l’utilité pour le moment, elle continua : « Je me suis trompée de cheval ?
— Oui, il y en avait un déjà sellé et vous l’avez enfourché sans demander votre reste, pendant que votre père vous suivait en criant. Vous n’aviez pas le temps de demander à ce qu’on vous en prépare un, je suppose.
— Savez-vous pourquoi j’étais furieuse contre mon père ? »

La cuisinière la considéra un moment avec un regard pensif, mêlé de compassion. « Bah, comme d’habitude, madame. C’est un peu toujours la même rengaine, vous savez. Cette fois-ci, vous aviez fini par vous enticher d’un joli petit seigneur de passage au château — ça, je ne pense pas que vous l’ayez oublié — et c’était réciproque. Vous aimiez tous les deux les livres ; encore un truc de nantis qui me dépasse. Bref. Tout le monde jubilait, ici, en suivant votre histoire ! Vous preniez bien soin de cacher vos désirs à messire votre père et je peux vous assurer que personne ne lui a rien dit. »

Le visage ouvert de la cuisinière s’assombrit. « Continuez, l’encouragea Éléonore qui était impatiente de connaître la suite.
— Je ne sais pas comment monseigneur a su, madame. Mais il a su et… » Elle s’approcha d’Éléonore pour lui dire tout bas : « Certains disent que votre père lui avait tendu un piège.
— Quoi donc comme piège ?
— Eh bien, le cheval pardi !
— Je ne comprends pas. » avoua Éléonore.

La cuisinière secoua la tête d’un air affligé, ouvrit la bouche pour expliquer, puis la referma en voyant une servante passer à côté d’elles. Une fois la femme hors de vue, elle reprit : « Voyons mon petit, on dirait bien que cette sale bête vous a fichu un sacré coup. Je vais vous expliquer, mais surtout, ne rapportez à personne ce que je vous raconte ! Croyez-moi, ça vaudra mieux : autant pour vous que pour moi.
— Bien sûr.
— Le cheval n’était pas fait pour être monté. Enfin, selon moi y en a aucun qui devrait l’être, hein. Mais celui-là, particulièrement. C’était une bête terrible et sournoise. Votre père l’avait faite préparer pour Lance, le joli petit seigneur qui vous aimait bien, là. Il devait retourner chez lui — il avait reçu un message préoccupant, mais personne n’a su me dire ce qu’il y avait dessus — et monseigneur comptait bien que le cheval se débarrasse de votre prétendant. Sauf que, ce qu’il n’avait pas prévu, c’était que vous auriez une dispute au sujet de ce même petit Lance et que, comme vous étiez furieuse, vous alliez prendre le cheval qui devait le… enfin vous savez. »

Éléonore se sentit bête. C’était effectivement évident : le seigneur Arthur voulait le faire tuer tout en déguisant la mort en accident. Les scénaristes étaient allés fort sur la dangerosité de ce personnage, se fit-elle la remarque. « Et ce joli seigneur, Lance, où se trouve-t-il à présent ?
— Ah, ça, il est parti, l’informa la cuisinière. Plus personne ne l’a revu depuis votre accident, madame. Une bien triste histoire, si vous voulez mon avis. Tout le monde, ici, était à la fois déçu qu’il vous ait laissée et à la fois soulagé qu’il soit parti loin de monseigneur, sauf votre respect. »

Éléonore était déçue de ne pas pouvoir rencontrer ce fameux Lance. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’il reviendrait ; il ressemblait fort à un allié. Elle trouverait amusant que ce joli seigneur soit joué par [Bidulon], qui lui manquait. Jodie passa, saluant Éléonore, et s’en fut aussitôt. La cuisinière gratifia la servante d’un regard suspicieux. « Je me méfie d’elle, commenta-t-elle. Elle est bizarre. » Une cloche sonna. « Oh ! Je parle, je parle, mais je vais être en retard pour préparer le dîner. Je vais vous concocter votre plat préféré, ça vous rendra des forces, vous verrez ! »

Éléonore la remercia avec chaleur, mais fit tout de même quelques pas plus avant dans les cuisines. « Tetete ! s’exclama la cuisinière. Vous devriez retourner dans les parties présentables du château madame, ne croyez pas que je ne vous vois pas : j’ai des yeux derrière la tête ! » Cela fit rire Éléonore, qui obtempéra, un peu à contrecœur. Les cuisines se trouvaient au rez-de-chaussée et son futur objectif était de se rendre à l’extérieur : elle n’avait plus qu’à trouver la porte.

Elle faillit se heurter à Raymond, le plus vieux conseiller d’Arthur, qui était en admiration béate devant une armure d’apparat exposée dans le corridor. Elle le salua avec un sourire. « Oh, mademoiselle, lui dit-il avec un petit rire ravi, regardez donc ce petit bijou de ferronnerie. Je suis chevalier, vous savez, je portais une armure comme celle-là avant. Peut-être même que c’était la mienne… Mmmh… Qu’ai-je fait de mon armure ? Il faut que je demande à Berthe. Elle sait toujours tout, Berthe.
— Et pourquoi ne la rejoindriez-vous pas ?
— Parce qu’il fait froid dehors. Et le cimetière est loin. Je crois même qu’il neige un peu. Je n’aime pas la neige. C’est glacé et c’est fourbe : ça s’insinue dans le col et après, Berthe meurt de pneumonie.
— Je suis désolée.
— Oh, ce n’est rien, je lui demanderai tout à l’heure pour mon armure, dès qu’il fera un peu soleil. Et je lui amènerai des tournesols. Ces fleurs sont hideuses, mais elle les aime bien. Allez comprendre les femmes… »

D’humeur à présent maussade, Raymond tourna les talons et s’éloigna en maugréant. Éléonore se demanda pourquoi Arthur le gardait comme conseiller. Il ne devait plus être très pertinent dans ses conseils. Néanmoins il avait mis le doigt sur quelque chose : il devait faire froid dehors [vérifier quand même si c’est bien censé être l’hiver] et elle n’était pas habillée pour sortir. Sa robe était chaude, mais il lui fallait un manteau, ou une cape, ou quoi que ce soit que les dames mettaient à cette époque pour vaincre la bise hivernale.

« Madame ! » l’appela une voix. En se retournant, Éléonore aperçut le même valet qui lui avait apporté un message de la part de son soi-disant père. « J’ai un message pour vous de la part de votre père. » Décidément, l’histoire se répétait. « Il veut vous voir de toute urgence dans la salle des doléances.
— Fort bien, je m’y rends de ce pas. »

Elle se souvenait de cet endroit, qu’elle avait visité en compagnie de Jodie. D’après la servante, la salle de doléances avait été nommée ainsi par un ancêtre du seigneur Arthur qui était très proche du peuple. Dans les faits, cette pièce servait à traiter toutes les affaires courantes en plus des doléances. Éléonore n’eut besoin que de quelques secondes de réflexion pour retrouver le chemin du lieu de rendez-vous. Durant le trajet, elle se demanda si Arthur comptait souvent faire appel à elle. Si tel était le cas, elle finirait certainement par refuser de se rendre à plus d’une ou deux convocations par jour. Il devait avoir la consigne de lui faire perdre du temps et elle ne comptait pas se laisser ainsi phagocyter.

La salle des doléances était peuplée de gens agités. Arthur siégeait sur son trône, balayant l’assistance d’un regard sévère.

 

1834 mots pour aujourd’hui, voilà qui est quand même mieux qu’hier ! Il faut dire que certains trucs commencent à se mettre en place dans ma tête et ça aide un peu.

S'exprimer par un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.