NaNoWriMo 2015 : Kit et Rielle Jour 7

Il contempla encore longtemps les étoiles alors que les deux terreurs s’étaient endormie en se servant de lui comme oreiller. Bercé par le bruit régulier des criquets et celui, rassurant, du souffle des chevaux, il finit par s’endormir à son tour.

Un léger mouvement le réveilla, le lendemain matin. Il s’agissait de Rielle qui s’était redressée pour contempler le lever du soleil. Bran repoussa doucement Kit qui dormait encore à poings fermés et s’assit à côté de la jeune fille. Elle tourna un bref instant la tête vers lui et sourit ; malgré ses grands yeux noirs indéchiffrables, elle était beaucoup plus expressive qu’en hippocampe à pattes. « Je suppose que tu n’as pas de raison de venir t’installer à Athenaïs pendant les quatre ans à venir ? s’enquit elle doucement d’un ton badin.
– Pas vraiment, répondit Bran sur le même ton afin de ne pas déranger Kit dans son sommeil. Mais vous vous en sortirez très bien sans moi. Tant que vous êtes tous les deux, il ne peut rien vous arriver, c’est ce que vous m’avez dit hier.
– Mmhmm. » Lâcha pensivement Rielle. Elle ramena les genoux à son menton et les enserra de ses bras, les yeux fixés sur l’horizon. Le jeune homme passa un bras autour de ses épaules et l’attira contre lui.

« Vous allez me manquer aussi, tu sais.
– C’est vrai ? émit la jeune fille.
– Evidemment. Et puis, cela ne veut pas dire qu’on ne se reverra jamais. Vous reviendrez à Bourgétoile pendant les congés par exemple.
– Tu pourras aussi venir nous voir, précisa Rielle en lui jetant un regard plein d’espoir.
– Aussi, oui. Tu vois, ce ne sera pas si terrible que ça. » Sa protégée hocha silencieusement la tête. « Tu devrais faire comme Kit, lui conseilla Bran. Il ne pense pas à ce genre de chose, du coup ça ne lui empoisonne pas l’existence.
– Oui, confirma la blondinette aux yeux noirs de jais. Mais il faut bien que l’un de nous deux fasse preuve de plus de réflexion d’une courge. » Le jeune homme enfouit prestement sa bouche dans le creux de son coude pour pouffer de rire sans risque de réveiller la courge en question.

Kit finit par se réveiller. La lumière du soleil qui s’élevait dans le ciel avait fini par se frayer un passage à travers ses paupières. Ils prirent un rapide petit déjeuner et passèrent encore une heure à rire ensemble. Puis Bran donna le signal du départ. Rielle reprit sa place sur l’épaule de Kit et les deux garçons préparèrent leurs montures avant de les enfourcher pour rentrer. Cette petite session avait remonté à bloc le moral du futur étudiant de l’Ecole Planétaire de Pilotage et il babilla pendant tout le trajet. Une fois arrivés au ranch, Kit et Rielle restèrent encore un moment à regarder Bran s’occuper des deux chevaux, jusqu’à ce qu’il les renvoie d’autorité à l’hôtel. Ils le saluèrent et s’en furent. Le garçon était tout joyeux ; il ne pensait plus du tout à Edward Hammerson, le géant blond. Sa petite soeur sur son épaule si, mais elle avait repoussé ses idées noires dans un coin de son esprit et s’efforçait de se laisser emporter par l’enthousiasme de Kit. Ce dernier marchait tellement vite – en courant à moitié – qu’ils atteignirent Bourgétoile en un rien de temps.

555 mots, mini journée pour cause d’Halloween en retard ^^

NaNoWriMo 2015 : Kit et Rielle Jour 6

– Bon, si c’est lui qui vous a proposé… »

Malgré son ton incertain, elle se réjouissait de voir que leur moral semblait revenu. Ce Bran, qu’elle n’avait pas vu souvent au demeurant, paraissait toujours savoir ce qu’il fallait faire avec eux. Elle avait rarement rencontré d’adolescent – enfin, de jeune homme à présent, car il avait dépassé la vingtaine – aussi attentionnés envers des plus petits que lui. Ni aussi calme. Ce Bran lui paraissait la mesure incarnée. Encore une fois, elle ne l’avait pas vu très souvent, elle se disait donc qu’il y avait des chances qu’il montre sa meilleure figure lorsqu’elle était là. Mais cela lui suffisait pour laisser Kit – et Rielle – passer du temps en compagnie de leur aîné qu’ils adulaient tant. Elle assista, avec un certain ravissement, à la préparation des affaires des deux terreurs. Ils brassèrent beaucoup d’air sans être très efficaces. La petite chambre – dans laquelle Madame Granger avait installé un deuxième petit lit depuis qu’elle savait que la petite hippocampe à pattes était en réalité une petite fille – se retrouva sans dessus dessous en un rien de temps. Attendrie, la mère de Kit les laissa faire à leur guise, ajoutant discrètement un pull par ci et enlevant une babiole inutile par là. Lorsqu’ils se considérèrent fins prêts, Rielle reprit sa place favorite sur l’épaule de Kit, et ce dernier se planta fièrement devant Madame Granger. « Parés ! » L’informa-t il. Elle rit et leur enjoignit longuement de se montrer gentils avec Bran. « Pas de problème ! Lui assura Kit sur le ton de celui qui n’avait absolument rien écouté.
– Rielle, je compte sur toi. » Soupira la mère.

La petite créature hocha la tête. Avec elle, on pouvait être certain que les recommandations ne tombaient pas dans l’oreille d’un sourd. Elle n’arriverait certes pas à juguler toutes les entreprises parfois catastrophiques de Kit. Mais, dès que c’était possible, elle s’assurait qu’il ne lui arrive rien de fâcheux. Malgré qu’il approchait de ses seize ans, le garçon avait toujours une très forte propension à s’attirer des ennuis et Madame Granger désespérait qu’il devienne mature un jour. Elle les suivit du regard alors qu’ils arpentaient le chemin poussiéreux en direction du ranch où résidait et travaillait leur jeune mentor. Tant mieux si ils oubliaient leur tristesse de se sentir délaissés par Edward Hammerson. Ce dernier paraissait avoir beaucoup de graves problème et c’était sans doute pour le mieux si les enfants oubliaient son existence pour le moment. Sur cette pensée, elle retourna à ses clients.

Kit marchait d’un bon pas, tout en devisant avec Rielle. Ils avaient totalement oublié qu’ils étaient déprimés et essayait de prévoir ce que serait leur vie lorsque le garçon serait à l’Ecole Planétaire de Pilotage. Piloter n’intéressait pas la jeune fille. Et, de toutes façons, elle ne faisait partie d’aucun registre nulle part, ce qui faisait qu’elle ne pouvait pas étudier officiellement quoique ce soit. Kit, quant à lui, devrait déménager pour aller loger sur le campus de l’école. Celle ci se trouvait près du plus gros spatioport de la planète, en périphérie de la capitale, presque à l’opposé de la région où se trouvait Bourgétoile. Bourgétoile était le lieu historique du premier atterrissage humain sur la planète. Mais, alors que les premiers colons s’installaient autour du petit spatioport, les expéditions d’exploration découvraient un endroit beaucoup plus propice à la fondation d’une ville étendue et à un véritable centre d’activités de l’autre côté. Ainsi fut fondée Athenaïs, la capitale mondiale.

Le garçon ne s’était jamais rendu dans la mégalopole. Rielle non plus, du reste, puisque la seule expérience qu’elle avait de la planète de son compagnon se cantonnait à Bourgétoile et ses alentours rustiques. Du coup, il se demandait à quoi les choses pouvaient bien ressembler là-bas. Sa soeur de coeur essaya de lui expliquer de quoi tout pouvait avoir l’air, d’après d’autrs villes dans lesquelles elle était allée avant d’atterrir ici. Des immeubles qui grattaient le ciel, image qui amusa beaucoup Kit, jusqu’à la foule qui devait certainement parcourir les rues de la grande cité. L’adolescent était emballé et avait hâte de voir toutes ces choses de ses propres yeux. Ils ne savaient pas si les « animaux de compagnie » seraient acceptés là où il comptait aller, mais ils avaient décidé d’un commun accord de ne pas s’en préoccuper. Que ce soit autorisé ou non, Rielle comptait bien venir, quitte à devoir se cacher. Elle n’était pas un simple animal et, si son père ne voulait pas de sa présence, elle ne comptait pas lâcher son frère de si tôt.

A force de discuter, ils arrivèrent au ranch sans même s’en rendre compte. Bran les attendait ; il tenait les rênes de deux chevaux sellés. « Waaa ! S’exclama Kit. On va aller loin ?
– Pas tant que ça, mais suffisamment pour être tranquilles, déclara le jeune homme en se hissant sur son cheval.
– C’est super ! Se réjouit son cadet en l’imitant.
– Vous me paraissez plus en forme que tout à l’heure, nota Bran avec un sourire.
– Un peu, confirma Kit. On parlait de l’Ecole Planétaire de Pilotage d’Athenaïs. On se demandait comme ça allait être, là bas. Rielle a beaucoup d’idées de ce à quoi ça doit ressembler !
– Vous avez toujours l’intention de partir tous les deux ? S’enquit le plus grand d’un ton léger.
– Oh oui ! Je ne vais nulle part sans elle. »

Bran se rendit compte que, pendant que Kit lui répondait, la créature bleue et dorée le fixait de ses yeux noirs liquides, comme si elle étudiait sa réaction. Il se reprit rapidement et leur sourit de nouveau. « Vous êtes mignons, tous les deux, commenta-t il.
– Ah bon ? Lâcha le plus jeune qui ne s’attendait pas à ce genre de remarque. Pourquoi ?
– Parce que vous êtes soudés envers et contre tout. Je suis content de savoir que vous serez ensemble une fois à Athenaïs ; c’est une très grande cité et ça peut être un peu déconcertant quand on en a pas l’habitude.
– Bah, tant qu’on est tous les deux, tout se passera bien, assura Kit avec une confiance inébranlable.
– Je n’en doute pas. »

Il continuèrent de deviser ainsi durant tout le temps de la promenade, bercés par le pas régulier de leurs montures. Comme la nuit commençait à tomber, Bran alluma deux lanternes torches et ils mirent pied à terre pour guider les chevaux encore quelques minutes. Ils étaient littéralement au milieu de nulle part. Kit ne l’avait pas remarqué tout de suite, mais le jeune homme leur avait fait quitter le chemin et ils marchaient à présent précautionneusement dans une plaine balayée par une brise douce, mais fraîche. Il sentit Rielle se pelotonner contre son cou, à la recherche d’un peu de chaleur. « Bon. Ici, on devrait être pas mal. » Décréta finalement Bran. Ils entravèrent leurs montures et installèrent des couvertures sur le sol. L’hippocampe reprit une forme de jeune fille et s’assit sur une des couvertures tout en s’enroulant dans une autre.

Ils grignotèrent ensuite un morceau à la lumière des grosses lampes torches. C’étaient de bonnes lanternes et elles éclairaient la plaine sur plusieurs mètres alentours. Lorsqu’ils se sentirent repus, Kit demanda avec entrain à ce qu’ils fassent un feu. « Pas tout de suite, refusa son aîné. D’abord, je voudrais que vous vous allongiez et que vous fermiez les yeux. » Ses deux jeunes élèves obtempérèrent immédiatement.
Lorsque Bran les autorisa à ouvrir de nouveau les yeux, les inséparables restèrent bouche bée. Leur jeune mentor avait éteint les lampes, leur offrant ainsi une vue d’un ciel envahi d’étoiles à couper le souffle. Aucun des deux n’avait jamais eu l’occasion d’admirer un tel ciel nocturne et ils en restèrent sans voix pendant de longues minutes. Satisfait de sa surprise, Bran se creusa une place entre ses petits protégés et admira à son tour les étoiles, les bras nonchalamment croisés derrière la tête. « Alors, ça vous plait ? finit il par demander en brisant le silence qui s’était installé.
– C’est… Pfou ! C’est génial ! S’enthousiasma Kit qui restait rarement aussi longtemps sans parler.
– C’est magnifique, renchérit Rielle.
– Tant mieux, se réjouit le jeune homme. Je suis bien content que ça vous plaise. »

Le silence se fit de nouveau, seulement perturbé par de lointains cris d’animaux et par le bruit du vent. Comme elle avait toujours froid, Rielle, toujours enroulée dans sa couverture, se pelotonna contre Bran. En réponse, il la frictionna jusqu’à ce qu’elle ait suffisamment chaud pour ne plus être crispée. « Tu veux toujours faire un feu ? s’enquit il ensuite auprès de Kit.
– Oh non, ça ira, j’ai encore envie de regarder les étoiles. Tu les connais toutes ?
– Oulà, bien sûr que non, il y en a beaucoup trop pour toutes les connaître !
– Comment ça se fait ? S’enquit le garçon qui avait du mal à concevoir l’infinité.
– Et bien je suis quelqu’un de normal. Et ce n’est pas humainement possible de connaître toutes les étoiles. Par contre, je connais les constellations de ce ciel, je peux vous montrer. » Il passa près d’une heure à leur expliquer quelles formations d’étoiles ils pouvaient voir en cette saison et à essayer de les leur montrer en même temps. Aucun des deux ne se montra très doué dans ce domaine, mais ils continuèrent d’écouter religieusement les enseignements de Bran. Il leur raconta en plus quelques anecdotes qu’il connaissait sur l’une ou l’autre des étoiles qui composaient certaines constellations.

Au bout d’un moment, leur mentor avait arrêté de parler depuis quelques minutes, Rielle nicha sa tête dans le creux de l’épaule du jeune homme, tandis que Kit se faisait un oreiller de son estomac. D’abord surpris par toutes ces effusions, Bran estima que c’était agréable. Il se mit à caresser doucement le dos de l’une, tout en gratouillant la tête de l’autre. Ainsi câlinés, il ne leur fallut pas longtemps pour s’endormir. De son bras libre, le jeune homme attrapa d’autres couvertures. Il en enveloppa le garçon, avant d’en disposer une autre sur ses propres jambes.

1686 mots

NaNoWriMo 2015 : Kit et Rielle Jour 5

Les deux plus jeunes s’assirent en tailleur à ses pieds et le contemplèrent, les yeux brillants d’expectative. Il les laissa mijoter un peu, son effet le faisant intérieurement jubiler, puis sortit un objet de derrière une racine. En regardant mieux, les enfants purent constater qu’il s’agissait d’une arme à feu ou, peut être, à énergie sculptée dans le bois. Bran était un habile sculpteur ; il offrait régulièrement de petites figurines sculptées par ses soins à ses apprentis. « Déjà un cadeau ? s’étonna Kit. Mais nous avons à peine terminé l’échauffement…
– Ce n’est pas un cadeau, le reprit l’adolescent en lui assénant un petit coup de son arme en bois sur la tête. C’est quelque chose que vous devrez mériter ! Aujourd’hui, nous allons commencer à apprendre comment désarmer quelqu’un qui a une arme de portée alors que vous, non. »

Comme à chaque fois, les balbutiements des deux débutants furent désastreux. Mais ils étaient déterminés et au fil des mois – ou des années pour certaines choses particulièrement complexes – ils parvinrent à exécuter tout ce que Bran leur demandait. Ce dernier avait également étudié les étranges capacités de Rielle. Plusieurs questions s’étaient posées à lui. Tout d’abord, si la fillette pouvait prendre une forme animale, pouvait elle en prendre d’autres ? Après de nombreux essais, il s’avéra que ce n’était pas le cas. En revanche elle pouvait moduler sa taille d’hippocampe à pattes. Elle pouvait devenir aussi petite qu’un rat ou aussi grande qu’elle même sous sa forme de petite fille. Elle était aussi capable de faire fluctuer ses degrés de transformation. Devenir une fillette avec une queue à nageoire ou un hippocampe qui parle par exemple.

Durant ces années – où Ed Hammerson et ses compagnons ne daignèrent même pas se montrer, au grand dam des deux enfants à qui ils manquaient beaucoup – certains contrebandiers un peu moins scrupuleux commencèrent à créer une certaine insécurité au sein de Bourgétoile. Mais ils apprirent rapidement à éviter le garçon à l’animal bleu et or. La bête, minuscule au premier abord, gonflait comme un poisson globe et était dotée de dents pointues. Quant au garçon, il ne fallait pas se fier à sa taille. Les deux inséparables purent ainsi continuer de profiter de leur enfance en toute insouciance. De manière un peu trop insouciante, même, considérait Rielle. Elle ne pouvait pas s’empêcher de s’inquiéter à chaque fois que Kit en venait à provoquer des gens sans même s’en rendre compte. D’ailleurs, en constatant que la jolie créature était tout à fait apte à défendre son fils rassurait beaucoup Madame Granger, qui continuait à les laisser vaquer à leurs occupations à leur guise. Le fait que son rejeton soit capable de gérer lui même les problèmes n’entrait pas en ligne de compte. Bien sûr, il rentrait parfois avec un oeil au beurre noir ou des égratignures. Mais jamais plus. Kit lui même en était parfois surpris. Il y eût cette incartade où il était persuadé de ne pas avoir réussi à éviter un rayon tiré d’un pistolet à énergie d’un dadais particulièrement vindicatif. Mais il se vanta à sa mère d’être encore plus doué que ce qu’il pensait, puisqu’il n’avait qu’une légère brûlure là où le rayon l’avait frôlé. Pendant qu’il se pavanait, alors que Madame Granger essayait de soigner la plaie, le regard de cette dernière était tombé sur Rielle. La petite créature se léchait discrètement la patte au même endroit, estima la mère, que là où le rayon avait frôlé Kit. Le lendemain, Rielle ne portait plus de trace de blessure, tandis que le garçon arborait fièrement son bandage. Cette remarque sortit donc de la tête de Madame Granger.

Les années passant, le temps où Kit allait pouvoir postuler à l’Ecole Planétaire de Pilotage approchait. Il allait avoir ses seize ans dans quelques mois. Durant toutes ces années, Edward ne fit qu’une seule apparition pour voir comment se portaient les deux enfants. Il en avait profité pour expliquer aux contrebandiers un peu trop sûrs d’eux, que ce n’était pas une très bonne idée de provoquer le désordre dans un endroit où l’on souhaitait se cacher. Ses compagnons et lui s’étaient montrés tellement persuasifs que Bourgétoile entra de nouveau dans une période de calme après leur départ. Encore une fois, Kit et Rielle avaient déploré le peu de temps qu’il leur avait consacré. Comme excuse, il avait mis en avant ses activités très prenantes pour le moment et le fait qu’il ne serait pas très prudent qu’il s’attarde où que ce soit. Lorsque sa fille et son ami s’étaient enquis de ce qui le menaçait, Ed avait éludé. « Je ne savais pas que tu étais capable de parler, lorsque tu avais cette forme, s’étonna-t il néanmoins auprès de la petite créature bleue et dorée certainement pour changer de sujet.
– Nous nous sommes entraînés dur, expliqua fièrement Kit. Nous savons faire plein de choses tous les deux maintenant !
– Je n’en doutais pas, pouffa Hammerson d’un ton qui démentait quelque peu ses paroles. Mais je croyais que tu devais garder tes secrets, Rielle. » Ajouta-t il tout bas. La précaution était inutile, personne ne prêtait attention à leur conversation dans la salle.

« Je lui ai tout dit dès le premier jour, le provoqua l’hippocampe.
– Ah ben c’est malin… Lâcha Edward. Heureusement que je t’ai laissée sur une planète isolée si tu balances ta sécurité à tout va.
– J’aurais été plus en sécurité avec toi, pointa Rielle.
– Haha ! S’esclaffa le géant blond. Tu ne crois pas si mal dire ! Les choses ont été un peu… chaotiques pourrait on dire.
– Tu as toujours des problèmes avec maman ? S’enquit sa fille.
– Entre autre, confirma vaguement Ed.
– Pourquoi est ce que nous ne pouvons pas venir avec toi ? Répéta-t elle une ènième fois d’un ton irrité.
– Je te l’ai déjà dit, ma sirène, ce serait beaucoup trop dangereux.
– Nous sommes vraiment devenus des champions, plaida Kit tandis que Rielle approuvait d’un vigoureux hochement de tête.
– Ce qui ne suffit absolument pas pour monter sur mon vaisseau, balaya Hammerson d’une façon définitive.
– Pfff. »

L’hippocampe à pattes, sous ses airs dédaigneux, était désemparée. Elle aimait beaucoup Kit. Et sa mère aussi. Cette dernière avait appris un an auparavant qu’elle pouvait prendre forme humaine et elle n’avait pas eu l’air surpris ou effrayé. Elle avait accepté ce fait comme si c’était la chose la plus classique du monde. De temps en temps, elle lui jetait des regards pensifs, mais cela s’arrêtait là. Elle avait également tissé des liens profonds avec Bran qu’elle adulait plus que quiconque. Et cette situation convenait parfaitement à Rielle. Mais les voyages interstellaires et les lieux plus avancés technologiquement parlant lui manquaient. Les lieux avec plus d’eau aussi. Au final, la planète de Kit était assez aride par rapport à ce dont elle avait l’habitude. Et son côté animal aquatique se languissait de grandes étendues d’eau pour nager pendant des heures. Plus enfoui en elle, résidait l’envie de créer des liens avec ce père qu’elle n’avait que peu eu l’occasion de côtoyer. A son grand déplaisir, celui ci se montrait particulièrement fuyant.

Ed Hammerson était parti peu de temps après cette conversation. Il avait eu l’air de considérer que sa fille se portait suffisamment bien à son goût et que Kit grandissait de manière tout ce qu’il y avait de plus satisfaisante. Cela avait paru lui convenir. Madame Granger, elle, était surtout soulagée de voir que les choses allaient redevenir plus calmes, grâce à l’intervention de l’imposant Edward auprès de toutes les fripouilles qui zonaient dans le coin. D’ailleurs, une partie d’entre elles avaient décidé de carrément quitter la planète. L’atmosphère s’était faite beaucoup trop oppressante à son goût ; elle la ressentait d’autant plus qu’elle était en contact direct autant avec les gens du crû comme de ceux qui venaient d’ailleurs. Elle se permit donc de souffler, mais contempla, le coeur serré, les deux jeunes aller s’isoler ensemble après le départ du géant blond. Elle n’aimait pas les voir tristes. Enfin, c’était assez difficile de déterminer les émotions de Rielle avec sa tête d’hippocampe inexpressive. Mais toutes les émotions de Kit se marquaient sur sa figure et elle savait que les deux enfants étaient devenus particulièrement fusionnels.

Le garçon laissa ses pas le guider tandis qu’il ruminait, en compagnie de la petite créature bleue et dorée qui broyait, elle aussi, du noir sur son épaule. L’inconscient de Kit les mena tout droit au ranch où travaillait toujours Bran. Au lieu de le harceler comme à leur habitude, les deux apprentis se perchèrent sur une barrière pour contempler leur professeur grand frère à l’oeuvre. Il débourrait un cheval. Ils se tinrent sage pendant toute l’opération, les mines mornes et le moral en berne. Lorsqu’il remarqua leur présence, il s’inquiéta. S’approchant avec son jeune cheval, il leur lança : « Et bien alors, vous êtes malades tous les deux ?
– Non, grommela Kit.
– Hmpf, renchérit Rielle.
– Vous vous êtes encore battus ?
– Même pas, déplora presque le garçon. On vient de voir Ed partir. »

Bran savait qui était Edward Hammerson, il savait également que Kit l’admirait beaucoup et qu’il était le père de Rielle, même si il ne ressemblait pas beaucoup à cette dernière physiquement. « Vous devriez être contents de l’avoir vu, reprit il. Alors pourquoi vous faites ces têtes ?
– Il n’a pas voulu rester, expliqua le garçon.
– Il n’a pas voulu nous emmener, se plaignit la fille en même temps.
– Mmmh, je vois… » Commenta platement Bran, embêté de les voir aussi déprimés. « Bien, voici ce que je vous propose, continua-t il d’un ton enjoué. Pendant que je termine mes corvées, vous allez prévenir votre mère que vous aller passer la nuit avec moi. Ensuite, vous revenez avec des couvertures et un pique nique. Ca vous va ? »

Les deux plus jeunes le fixèrent avec des yeux ronds, le temps que l’idée intéressante se fraye un chemin dans leurs esprits envahis par les idées noires. Une fois qu’ils eurent réalisé que Bran leur proposait de passer toute une nuit comme des adultes, ils s’entre regardèrent et un sourire se dessina sur leurs mines dépitées. « Wouhou ! S’écria Kit. Allez vient Rielle ! Dépêchons nous ! On revient vite Bran ! » La petite créature bondit prestement de nouveau sur l’épaule du garçon, qui se mit à courir à toute allure en direction de Bourgétoile. Il avait beaucoup d’endurance pour réussir un tour de force pareil, mais il n’en arriva pas moins complètement essoufflé au petit hôtel que tenait sa mère. « Maman ! Hurla-t il tellement fort que tout le pâté de maisons avait pu l’entendre. Rielle et moi, on va passer la nuit chez Bran.
– Mmmh, et il est sûr de ça, Bran ? S’enquit Madame Granger assez perplexe vu leur état d’excitation.
– Oh oui, c’est lui qui nous a proposé, se réjouit Kit.

1823 mots

NaNoWriMo 2015 : Kit et Rielle Jour 4

Les jours continuèrent de s’écouler puis les semaines, puis les mois. Kit et Rielle se languissaient de revoir Ed. Ils avaient mis à profit le temps passé ensemble à mieux se connaître. Ils se disputaient parfois mais, aucun des deux n’étant de nature rancunière, leur insouciance enfantine reprenait vite le dessus et ils redevenaient rapidement les meilleurs amis du monde. Durant tout ce temps, le garçon en avait profité pour faire visiter sa ville et ses alentours à son animal exotique. Ainsi que la fillette l’avait pressenti, dès que l’on quittait l’enceinte de Bourgétoile, tout signe de civilisation disparaissait assez rapidement. « Tu ne te sens pas un peu vulnérable au milieu de nulle part, comme ça ? avait demandé Rielle la première fois qu’il l’avait emmenée en balade dans la campagne.
– Ca veut dire quoi « vulnérable » ?
– Ca veut dire quelque chose comme sans défense.
– Bah, non, avait répondu le garçon. Je ne suis pas sans défense, moi. Je suis un homme et je sais me battre.
– Oui, mais si il nous arrive quelque chose, comment tu comptes prévenir quelqu’un ?
– Il ne nous arrivera rien ! »

Il avait ri, comme si cette idée lui paraissait complètement saugrenue. Petit à petit, sa compagne avait fini par s’habituer à cet environnement provincial, si nouveau pour elle. Leurs promenades en dehors de Bourgétoile les menaient la plupart du temps au ranch le plus proche. L’un des adolescents qui y était employé s’était pris d’affection pour Kit depuis belle lurette. Et il avait accepté de même Rielle. Ce grand gaillard se prénommait Bran, arborait une masse chaotique de cheveux noirs et souriait très peu. Malgré son jeune âge – même si il paraissait déjà adulte aux yeux du garçon puisqu’il avait au moins deux fois son âge – Bran avait déjà beaucoup voyagé et il disait qu’il avait appris les arts martiaux auprès d’un vieil ermite qui vivait dans un marais insalubre. Comme Kit voulait devenir fort dans tous les domaines, l’adolescent avait accepté de lui apprendre ce qu’il savait en terme de combat. « Hé Bran ! S’écria le garçon en voyant son aîné au loin qui s’occupait de chevaux. Tu nous apprends encore les arts maritaux ?
– Les arts martiaux, corrigea Bran en levant les yeux au ciel. Ca ne veut rien dire, ça, les arts maritaux !
– D’accord ! Acquiesça Kit en sautillant joyeusement à la rencontre du plus grand. Ca veut dire que tu veux bien ?
– Oui oui, mais il faut que je finisse de travailler d’abord. »

Le garçon s’installa sur une barrière pour regarder oeuvrer son aîné. Rielle, quant à elle, quitta l’épaule de Kit sur laquelle elle se perchait habituellement pour aller se poster sur celle de Bran. L’enfant n’étant pas très patient, il demandait régulièrement à l’adolescent si il avait bientôt fini. Pour le faire taire, celui ci lui envoya une pomme en espérant que cela le distrairait suffisamment longtemps pour qu’il soit tranquille. Bien évidemment, le fruit fut englouti en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Mais le garçon prit sur lui de rester silencieux un peu plus longtemps. Il avait cru comprendre que les plus grands pratiquants des arts « maritaux » – comme il les appelait – étaient de grands sages. Or, les sages se tiennent sages, cela lui paraissait évident. C’était plus facile à dire qu’à faire et il recommença bientôt à s’agiter. « Attrape ! » Lui cria Bran en lui jetant trois pommes cette fois. Ravi de ce défi surprise, Kit mit tout son coeur à les attraper. Il tomba même de la barrière pour cueillir la dernière in extremis. « Bien joué, le félicita l’adolescent. Maintenant, entraîne toi encore à jongler avec. » L’enfant n’était pas doué pour jongler. Mais il faisait toujours de son mieux et il entreprit de faire voler les pommes de son mieux. Cette tactique laissa à Bran le temps de terminer ses tâches et de prévenir les ranchers qu’il s’absentait un petit moment.

Il emmena les deux plus jeunes un peu à l’écart, dans un endroit suffisamment discret pour que Rielle puisse reprendre sa forme de petite fille. Kit avait tellement confiance en Bran qu’il lui avait dévoilé le secret de la fillette. L’adolescent avait juré de garder le secret. Depuis qu’elle était là, il ne se trouvait plus avec un seul mais avec deux petits disciples, qui l’adulaient autant l’un que l’autre et se disputaient régulièrement son affection. De plus, maintenant qu’il avait une rivale, Kit était d’autant plus motivé pour tous les exercices fatigants que Bran pouvait lui imposer. Lors de leurs sessions, ils eurent l’occasion de remarquer que Rielle avait une puissance musculaire et une vivacité largement supérieure à celle d’une petite fille normale. « Surhumaine » l’avait qualifiée Bran, tout en précisant que c’était certainement logique, puisque les vrais humains ne se transforment pas en animaux.

« Surtout en hippocrampe, s’était senti obligé d’ajouter Kit.
– Il n’a pas dit hippocrampe, mais hippoCAMPE, avait ronchonné Rielle.
– Du calme, du calme. » Etait tout de suite intervenu l’aîné, pressentant une nouvelle bagarre. Quoiqu’il en soit, avait il continué, il était tout à fait possible qu’elle soit d’une race surhumaine.

Elle rattrapa d’ailleurs très vite le retard qu’elle avait sur Kit et, lorsque ce dernier constata qu’elle était en passe de le dépasser, il donna un gros coup de collier. Dès lors, les deux progressaient à une vitesse ahurissante et, lorsqu’il se retrouvait tout seul, Bran avait même repris son entraînement personnel, de peur que les deux petits ne le rattrapent trop vite. Il tenait beaucoup à son rôle de professeur et il ne voulait pas être obligé de le quitter trop vite. Sans compter que ses deux apprentis seraient très certainement déçus de constater que leur maître n’était pas si bon que cela, tout compte fait.

En attendant, il avait fort à faire avec les caractères de Kit et Rielle. Comme ils avaient une forte propension à se chamailler lorsqu’un défi était en jeu, ils se dissipaient beaucoup. La majeure partie du travail de Bran consistait à les canaliser. Il se demandait souvent si il était aussi pénible lorsqu’il avait leur âge et qu’il s’était retrouvé sur cette planète misérable, obligé de loger chez un ermite excentrique au milieu d’un marais. Il se sentait beaucoup mieux sur cette planète ci, où l’air n’était pas vicié, où les plaines s’étendaient à perte de vue et où l’on pouvait voir le ciel où que l’on se trouve. « Hé, Bran, regarde, j’ai fini l’échauffement avant Kit ! Fit remarquer Rielle d’une voix enjôleuse, sortant l’interpellé de ses pensées.
– Même pas vrai ! Se défendit le garçon. J’ai juste pris mon temps.
– Allons, allons, vous n’allez pas recommencer, les gourmanda Bran d’un ton désabusé. Sinon je ne vous montrerai pas la surprise que j’ai pour vous.
– Une surprise ?! » S’exclamèrent les deux en choeur, des étoiles soudain plein les yeux.

L’adolescent ne répondit pas et se contenta d’arborer un fin sourire.

1161 mots, petite journée.

NaNoWriMo 2015 : Kit et Rielle Jour 3

La petite créature colorée le gratifia d’un regard perplexe. Elle cligna plusieurs fois des yeux, toujours silencieuse. « Tu n’en as pas l’air très convaincue. » Commenta l’enfant un peu déçu. L’hippocampe secoua négativement la tête. « Tu me comprends, alors ? » murmura le garçon incrédule. Rielle hocha de nouveau négativement la tête, le plus innocemment du monde. « Je ne suis pas bête, tu sais. » La morigéna-t il. La bestiole fit mine de pouffer, avant de lui tirer la langue. « Je rêve ! s’exclama Kit. Mais tu te moques de moi ! » Il tenta d’attraper créature, qui l’esquiva lestement. « Tu ne perds rien pour attendre. » La menaça-t il. L’hippocampe émit un son entre le grondement et le roucoulement et se jeta sur lui. Ils roulèrent tous les deux à bas du lit, sur le sol, et Kit se mit à rire. « Tu me chatouilles ! Arrête ! » Mais Rielle n’arrêta pas et ils continuèrent de se chamailler en riant pendant de longues minutes jusqu’au moment où, haletants, ils se sentirent trop fatigués pour persister.

Ils s’enroulèrent en boule l’un autour de l’autre et sombrèrent pour une petite sieste à même le sol. Lorsque le garçon se réveilla, il se trouva tout ankylosé. Et la lumière qui baignait la pièce s’était faite orangée, annonçant l’arrivée du soir. Il s’étira longuement, gênant sa petite compagne dans l’opération. Elle émit un son sur un ton accusateur, puis s’étira à son tour, bâillant à s’en décrocher la mâchoire, permettant ainsi à Kit de remarquer de petits crocs pointus. « Tu es une petite guerrière, lui dit il. Je pense que Ed avait raison : tu me soutiendras jusqu’à ce que je devienne assez grand pour être le plus fort. » Elle le fixa silencieusement de ses yeux liquides. « Tu sais faire des tours ? » Rielle émit un reniflement dédaigneux et recula de quelques pas. Alors que le garçon, pensant l’avoir froissée, allait s’excuser, il s’étrangla en la voyant grossir et changer de forme. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, il se retrouva face à une petite fille qui semblait avoir à peu près son âge. Elle avait les cheveux aussi dorés que les nageoires de sa forme d’hippocampe et elle avait gardé un teint légèrement bleuté. De même, ses yeux étaient toujours entièrement noirs de jais. A ces détails près, elle ressemblait en tout point à une petite fille normale.

« Oui, je sais faire des tours, lâcha-t elle en arborant un petit air supérieur.
– Je… Euh… Balbutia Kit avant de s’avouer vaincu et de rester bouche bée.
– Et bien quoi ? Tu as perdu ta langue ?
– Bien sûr que non, se défendit le garçon. J’ai été un peu surpris, c’est tout.
– C’est certain que tu ne dois pas voir ça souvent, dans ta campagne.
– Pourquoi tu te montres méchante tout d’un coup ? Je croyais qu’on s’entendait bien tout à l’heure, nous deux.
– Je ne suis pas méchante, corrigea Rielle. Je ne suis pas contente que papa m’ait abandonnée ici, c’est tout.
– Papa ? Répéta Kit en ouvrant des yeux aussi grands que des soucoupes.
– Oui, confirma la fillette comme si son compagnon était le dernier des imbéciles de ne pas comprendre. Edward Hammerson, le grand type qui m’a laissée là, tu vois de qui je parle ? Et bien c’est lui mon père.
– Wow. Il ne m’a jamais dit qu’il avait une fille !
– Ca ne m’étonne pas. Lui même ne l’a pas appris il y a très longtemps.
– Et pourquoi est ce qu’il t’a amenée ici ? s’enquit curieusement Kit à qui il semblait qu’il avait des milliards de questions à poser.
– Pour ne pas que ma mère me trouve, je suppose.
– Pourquoi ? S’étonna le garçon. Elle est méchante ?
– Je n’ai pas envie d’en parler, éluda Rielle. De toutes façons, maintenant je suis ici et je ne pense pas qu’elle pourra me retrouver.
– Je ne pense pas, confirma Kit. Et, si jamais elle venait ici, je te cacherai.
– Ah bon ? S’étonna à son tour la petite fille aux yeux entièrement noirs. Pourquoi ?
– Parce que ton père m’a confié la mission de veiller sur toi. »

Il ponctua sa phrase d’un sourire désarmant. En une expression, il parvint à museler la colère de Rielle. « D’accord, acquiesça-t elle d’un ton radouci. Dans ce cas là, je veillerai sur toi aussi. Il n’y a pas de raison. » La fillette s’approcha alors de lui et l’embrassa sur le front. Kit ressentit un frisson glacial dans tout son corps. « Voilà, conclut elle.
– Qu’est ce que tu as fait ? demanda le garçon qui tremblait presque de froid.
– Tu sauras peut être un jour, le taquina Rielle.
– C’était… bizarre je dirais, tenta-t il d’expliquer.
– Je ne sais pas. Ca ne m’est jamais arrivé.
– Je me demande si il faut que j’en parle à maman…
– Du baiser ? s’enquit la fillette.
– Bien sûr que non. Je parlais de lui dire que tu es la fille de Ed.
– Ca, je ne sais pas non plus, avoua Rielle. Je suis un peu perdue.
– Ce n’est pas grave, on décidera de ça plus tard, décida Kit. Je commence à avoir faim ! » Il jeta un coup d’oeil à sa fenêtre pour constater que le soleil était presque entièrement couché. « Je pense qu’il va être temps de manger, déclara-t il à l’intention de Rielle. Vient. » Elle se métamorphosa de nouveau en hippocampe bleu à pattes et le suivit docilement jusqu’à la salle commune, qui servait aussi de restaurant à l’hôtel.

Une fois installé à sa table habituelle – car il insistait pour manger avec tous les autres clients et non isolé à la cuisine – il disposa lui même le couvert pour deux personnes. « Tu as invité un ami à manger avec toi ? s’enquit sa mère.
– Oui, déclara pompeusement Kit. C’est Rielle. Et maintenant elle mangera tout le temps avec moi à ma table.
– Vraiment ? Et quand avons nous convenu de cela ?
– J’en ai convenu avec Rielle tout à l’heure, expliqua-t il.
– Avec Rielle ? » Madame Granger jeta un coup d’oeil à la petite créature sagement installée en face de son fils. L’hippocampe aux nageoires dorées lui rendit son regard, de ses grands yeux liquides empreints d’innocence. Elle considéra de nouveau son fils pensivement. Peut être se sentait il seul. Il se pouvait que ce soit du au fait qu’il était terriblement déçu que Ed Hammerson soit parti si vite. Et, comme l’homme lui avait laissé cette petite créature, il devait lui transférer son affection. Soit. Elle pouvait bien lui permettre une si petite chose. Et puis, après tout, le géant blond avait bien dit que cette petite bête se nourrissait comme les humains. Elle ne fit aucun commentaire supplémentaire. Néanmoins, de temps à autre pendant qu’elle vaquait à ses occupations hôtelières, elle jetait des coups d’oeil curieux en direction de son fils, qui paraissait en grande conversation avec sa petite Rielle. A plusieurs reprises, elle eût même l’impression que la bestiole répondait. Ce n’était certainement pas le cas – les animaux ne parlent pas voyons – mais il était vrai qu’elle regardait Kit comme si elle le comprenait et cela devait être important pour le garçon. Quoiqu’il en soit, son fils paraissait heureux et c’était bien tout ce qui comptait, au final.

Les jours suivants, Madame Granger put constater que la relation entre Kit et Rielle devenait complètement fusionnelle. Ils mangeaient ensemble, dormaient ensemble, jouaient ensemble, le garçon emmenait la petite créature partout où il allait et elle participait à tout ce dont il participait lui même. Ils avaient l’air tout à fait satisfaits de leur rencontre et ne se quittaient plus d’une semelle. La mère de Kit en vint même à se dire que, si elle avait su, elle aurait pris un petit chien ou un petit chat à son fils. Elle ne se doutait pas le moins du monde que l’hippocampe bleue était en réalité une petite fille. Le garçon se sentait vraiment content d’avoir Rielle avec lui. Ed avait eu raison quand il avait dit qu’ils deviendraient amis. Il n’aurait jamais pensé qu’il pourrait être aussi copain avec une fille. Ses amis et lui en avaient convenu plusieurs fois : les filles ce n’était pas intéressant. Après, celle là n’était pas n’importe quelle fille. Elle savait se métamorphoser ! Et ça, c’était terriblement intéressant. Il avait voulu en parler à ses copains, mais il s’était retenu car il avait compris qu’il était plus sage pour veiller sur sa petite compagne que personne ne sache sa véritable nature. Après tout, contrairement à ce que disait Rielle, Kit considérait que Bourgétoile n’était pas si perdu que ça et la mère de l’hippocampe pouvait très bien entendre parler d’elle. Il se contenta de devenir le garçon qui possédait un animal exotique. La fillette ne prenait une forme humanoïde que lorsqu’ils se retrouvaient seuls.

Malheureusement, certains enfants du quartier de Kit se firent jaloux de constater que ce dernier avait la chance de posséder un animal aussi étonnant que rare. Il importait peu au garçon que certaines personnes ne l’aiment pas. Cela inquiétait plus Rielle. Mais son compagnon lui avait assuré, avec un ton docte emprunté au Docteur Sam, que dans la vie on ne pouvait pas être aimé de tout le monde. En quoi il n’avait pas tort. Et la fillette fut impressionnée par la sagesse de Kit. Qui n’avait que huit ans. Cela faisait un an de plus qu’elle même, mais ce n’était toujours pas beaucoup. En parlant du Docteur Sam, il se montra surpris lorsque le petit garçon lui présenta Rielle. « Tiens donc, s’était exclamé l’homme de médecine. Je n’ai jamais vu un animal pareil !
– Elle est exothermique, lui avait expliqué fièrement Kit.
– Exotique, plutôt, avait corrigé le médecin. Et c’est exact ! Elle ressemble à un animal marin qu’on appelle un hippocampe.
– Elle sait nager alors ?
– Je suppose. En tous cas, elle a des nageoires, ce qui tend à indiquer que c’est une créature aquatique. Mais elle a aussi des pattes et elle ne semble pas perturbée de vivre sur la terre ferme. C’est stupéfiant ! »

1709 mots

NaNoWriMo 2015 : Kit et Rielle Jour 2

Kit poussa un cri de joie en voyant sa mère accepter qu’il recueille l’étrange créature bleue. « Elle n’est pas dangereuse, au moins ? voulut elle se rassurer.
– Pas le moins du monde ! » Lui promit Ed, qui paraissait presque aussi aux anges que le jeune garçon. Les deux adultes se gratifièrent d’un signe de tête entendu et Madame Granger retourna à ses affaires.

L’hippocampe à pattes, quant à elle, ne paraissait pas ravie de la tournure des évènements. Lorsque le géant voulut s’emparer d’elle de sa main libre afin de la mettre dans les bras du garçon, elle couina désespérément et s’accrocha le plus fort qu’elle put. Kit eut même l’impression d’entendre un « Non ! » au milieu de ses cris plaintifs. Mais elle ne pouvait rivaliser avec la force de Hammerson. Celui ci émit un glapissement surpris lorsque la dernière prise que trouva Rielle se trouvèrent être ses poils d’avant bras. « Lâche moi. » Lui enjoignit Ed d’un ton doux mais sans condition. Sur un dernier gémissement plaintif, la petite créature accepta de lâcher la pilosité fournie du géant. Il la déposa délicatement dans les bras d’un Kit émerveillé. Rielle se blottit machinalement contre le garçon et jeta un regard désespéré à Hammerson. Ce dernier arborait un air satisfait et un demi sourire se dessinait derrière sa barbe de trois jours.

« Ne t’inquiète pas Ri, rassura-t il la petite créature en lui caressant tendrement le dessus du crâne d’un doigt. Je te laisse entre de bonnes mains. Tu as entendu, il va devenir l’homme le plus fort de la galaxie ; il ne peut rien t’arriver ! » L’hippocampe à pattes émit un reniflement peu convaincu. « Je sais, je sais, convint Hammerson. Pour le moment il est encore tout petit. Mais je me suis laissé dire qu’il s’entraînait dur ! » Il y eut un soupir désabusé de la part de l’animal. « Allons allons, soit sage, la gourmanda Edward. Et puis, tu seras là pour l’épauler le temps qu’il devienne le plus fort. »

La petite créature bleue tourna le cou pour fixer Kit dans les yeux. Le garçon lui rendit gravement son regard, ne sachant pas si le géant blond faisait semblant de dialoguer avec Rielle ou si elle comprenait véritablement ce qu’il lui disait. Il trouvait les yeux noirs liquides de l’hippocampe bleue très particuliers. Cela lui semblait difficile de les lire. Il repensa au Docteur Sam, qui lui avait dit un jour que ce n’était pas les yeux qu’on lisait, mais les infimes mouvements de l’expression du visage selon le contexte, que l’on analysait inconsciemment. En considérant l’étrange créature, il réalisa que sa figure était assez statique. Comme elle ne montrait pas d’expression particulière, il ne pouvait pas essayer de déterminer ce à quoi elle songeait en le fixant ainsi. Elle pencha alors la tête sur le côté et il eut l’impression qu’elle lui souriait. Il écarquilla les yeux, surpris, et se rendit compte que la créature avait enroulé sa queue, ornée d’une magnifique nageoire caudale dorée, autour de son bras.

Ce qui était certain, en revanche, c’était que Ed souriait bel et bien d’un air aussi attendri que rusé. Derrière lui, ses compagnons continuaient de boire, discuter et rire entre eux, en faisant mine de ne pas suivre les évènements qui se déroulaient à côté d’eux. En réalité, ils n’en perdaient pas une miette. Mais, par considération pour Hammerson, ils lui laissaient un semblant de vie privée. Kit les connaissait tous par leur nom et il avait passé des moments privilégié avec chacun d’eux, depuis le temps qu’ils accostaient régulièrement sur la planète du garçon et logeaient invariablement à l’hôtel de Bourgétoile.

Les joyeux drilles de Hammerson avaient rapidement remarqué le petit Kit qui, peu farouche, était venu leur poser des questions sur l’endroit d’où ils venaient et sur la raison de certaines de leurs particularités physiques. Comme leurs cicatrices par exemple. Au début, les hommes du géant n’avaient rien répondu. Mais ce dernier, amusé par l’audace innocente du petit garçon, avait autorisé d’un rire les confidences. Sur le regard inquisiteur de la maman, ils avaient tout de même passé sous silence certaines choses pas très légales qui avaient mené à leurs cicatrices et qui les avaient poussés à parcourir l’espace intersidéral. Cela faisait à présent deux ans que, depuis leur rencontre avec Kit à l’auberge de Bourgétoile, ils revenaient régulièrement lui rendre visite. Les contrôles étant rares sur cette planète tranquille, ils s’étaient vite sentis comme chez eux. Quant à Kit, n’ayant pas de père – selon la formule consacrée concernant les enfants dont personne ne savait qui était le géniteur – il avait été enchanté de trouver autant de grands frères et d’oncles à sa disposition. D’ailleurs, Ed était devenu ce qui se rapprochait le plus d’un père pour lui. La considération familiale était réciproque et, tant que tous ces bandits se tenaient à carreau sous son toit, Madame Granger les considérait avec bienveillance.

« Nous n’allons pas pouvoir rester très longtemps cette fois ci, déplora Ed Hammerson à l’intention de son fils de coeur.
– Oooh ! » S’exclama l’enfant de déception. La petite créature fit écho à sa consternation avec un couinement plaintif. « Tu vois, Rielle est d’accord avec moi, vous devriez rester plus longtemps.
– Haha ! J’aimerais beaucoup passer plus de temps avec vous, les enfants, leur assura le géant blond. Mais le… devoir nous appelle.
– C’est nul, observa Kit d’un ton boudeur. Vous venez à peine d’arriver ! Vous pourriez rester un ou deux jours, quand même.
– Dis donc, je t’ai amené une nouvelle amie et tu trouves encore le moyen de te plaindre ? Ironisa Ed en couvant son jeune interlocuteur d’un regard moqueur.
– Je prends exemple sur toi, rétorqua le garçon avec un sourire insolent.
– Hahaha ! » Hammerson s’esclaffa bruyamment et tous les gens qui se trouvaient dans la salle tournèrent brièvement le regard vers lui, intrigués, avant de retourner à leurs affaires. « C’est quelque chose qui risque de t’apporter beaucoup d’ennuis, sais tu ? ajouta-t il ensuite avec une lueur malicieuse dans le regard.
– Ce n’est pas grave, balaya Kit. Je ferai avec ! »

Les hommes d’Ed se mirent à rire à leur tour. « Tu ne sais pas à quoi tu t’exposes ! » Pouffa l’un d’eux qui répondait au nom de Sun Lee. L’enfant haussa les épaules, ne sachant quoi répondre. Il n’avait plus très envie de dire quoique ce soit, maintenant qu’il savait que Hammerson ne se laisserait pas convaincre. En fait, le géant blond ne s’était jamais laissé convaincre de rester. A chaque fois qu’il avait ordonné le départ, rien ne réussissait à le retenir. Kit avait tout essayé, les larmes, l’argumentation, la provocation… Mais aucune de ses tactiques, élaborées avec soin, n’avaient jamais porté ses fruits. Il avait même demandé à sa mère des conseils. Malheureusement, elle ne s’était révélée d’aucun secour. Elle s’était contentée d’essayer de le raisonner sur le fait que Ed avait des choses importantes à faire et qu’il reviendrait un jour prochain. En attendant, il était particulièrement déçu. Il aurait voulu aborder le sujet de l’entraînement avec le géant blond et comparer ce qu’il avait à dire aux propos du Docteur Sam.

Il perçut un mouvement sur son bras. Rielle avait entrepris de l’escalader. Elle se retrouva sur son épaule en un rien de temps, enroula délicatement sa queue autour du cou du garçon pour affermir sa prise, et se mit à pousser une série de sons sur un ton clairement accusateur. Kit resta perplexe en se demandant si il s’agissait d’un véritable langage. Dans tous les cas, cela y ressemblait fort et, avant que Ed ne prenne la peine de répondre à la tirade de la petite créature furieuse, le garçon s’empara d’elle pour la tenir à bout de bras, face à lui même. « Qu’est ce que tu racontes ? lança-t il à l’hippocampe bleu et doré tout en le secouant doucement. Tu ne pourrais pas plutôt parler une langue que tout le monde comprend ? » Rielle ne daigna pas lui répondre et se contenta de le gratifier d’un plissement de ses yeux noirs de jais. « Elle a l’air en colère. » Commenta un Kit toujours intrigué par la créature. Il pensait que Ed lui avait remis un simple animal de compagnie. Un animal précieux, certes, puisqu’il avait dit quelque chose qui ressemblait au fait qu’il y tenait comme à la prunelle de ses yeux.

« Cela lui arrive, acquiesça Hammerson d’un ton étonnamment doux de la part d’un morceau tel que lui.
– Tu vois, continua le garçon. Tu ferais mieux de rester, même juste une nuit de plus. » Le géant blond caressa la joue du petit de son poing en souriant. Kit soupira. Il sentait bien que son ultime tentative n’avait pas fonctionné non plus. D’ailleurs, les compagnons de Edward commençaient déjà à se lever et l’un d’entre eux fouillait ses poches à la recherche de quoi payer toutes les consommations. « Cette fois ci, vous partez vraiment très très vite, constata tout haut le garçon.
– Bien sûr, j’étais juste venu pour te confier mon trésor, lui murmura Hammerson sur le ton de la confidence. A la revoyure ! » Lança-t il ensuite d’une voix de stentor, pour tous les clients présents.

Sur un pas nonchalant mais efficace, la troupe quitta bientôt le petit hôtel, sous le regard consterné de Kit et de son hippocampe à pattes qu’il serrait à présent contre lui. Une fois qu’ils eurent disparu, celle ci leva les yeux vers le garçon et poussa un petit gémissement. « Oui, ils sont partis. » Répondit l’enfant. Il ne savait pas ce que lui disait la petite créature, mais il s’imaginait la comprendre. Il la considéra un moment, puis monta avec elle dans sa chambre. Madame Granger et son fils logeaient dans une dépendance de l’hôtel. Ils y possédaient un petit appartement qui donnait directement sur la cour intérieure. Kit avait la chance d’avoir une chambre pour lui tout seul. Il en poussa la porte et pénétra avec soulagement à l’intérieur. Après avoir posé Rielle sur son lit, il alla fermer la porte pour être certain d’être tranquille, et s’assit à côté de la créature bleue et dorée. Sa mère essayait toujours de le faire parler quand elle le voyait triste. Mais elle ne comprenait pas : il n’était pas triste ! Il était grand maintenant, alors il n’était plus triste. Par contre, il était déçu de l’attitude de Ed. Parfaitement. Et il en fit part à l’hippocampe qui le considérait silencieusement, la tête légèrement penchée sur le côté.

« Alors, comme ça, tu es un trésor ? » S’enquit Kit pour changer de sujet.

1764 mots

NaNoWriMo 2015 : Kit et Rielle (-> Je suis une championne des titres pourris) Jour 1

Kit faisait des pompes. Avec acharnement. Il ne prenait même pas le temps d’enlever les mèches brunes qui pendaient devant ses yeux. Le garçon avait décidé qu’il serait le plus fort de toutes les nouvelles recrues de l’Ecole Planétaire de Pilotage lorsqu’il serait en âge de postuler dans cet établissement prestigieux. Comme il n’avait que huit ans, il avait encore quelques années devant lui – huit autres dans les faits – pour s’entraîner et avait décidé de mettre à profit la moindre minute de son temps pour parfaire sa musculature. En effet, il avait entendu dire que les pilotes devaient toujours être au meilleur de leur forme physique. Sa mère lui adressait toujours un regard doux accompagné d’un sourire attendri lorsqu’elle le voyait en train de se démener pour devenir plus fort. Lorsqu’il s’était plaint qu’elle se moquait de lui parce qu’il n’était qu’un enfant et que, par conséquent, personne ne le doutait capable de se tenir à un entraînement comme les adultes, elle lui avait assuré qu’elle croyait en lui et qu’il deviendrait le plus fort de toute la planète.

« Ce n’est pas suffisant, lui avait il répondu avec un reniflement de celui qui en sait plus que tout le monde. Il faut que je devienne le plus fort de la galaxie.
– Oh, fort bien, avait déclaré sa maman d’un air impressionné. Mais, surtout, n’oublie pas d’entrainer un peu ta cervelle.
– Pfeuh ! Ca ne sert à rien, la cervelle, avait ronchonné Kit.
– Bien sûr que si, lui avait elle assuré. Retiens bien que, sans cervelle, les muscles ne servent à rien. »

Il n’avait pas eu envie de contredire sa mère, parce qu’il aimait beaucoup lui faire plaisir. Mais il avait gardé par devers lui l’idée que, par exemple, on ne pouvait décemment pas gagner un combat avec un cerveau. Déjà, le cerveau était à l’intérieur de la tête. Il ne pouvait frapper personne. Et, en plus, il ne faisait que penser alors qu’il se faisait promener de partout par ses pieds. Peut être qu’en donnant des coups de tête, il pourrait mettre sa cervelle à contribution. Il avait alors essayé, mais ses velléités d’utiliser son crâne comme marteau s’étant avérées fort douloureuses, il décida rapidement d’abandonner cette idée. En réalité, il comprenait bien que sa mère lui conseillait de faire preuve de réflexion parfois, mais il avait l’impression de ne jamais réfléchir comme il fallait. Ce qui le décourageait rapidement.

D’ailleurs, il s’occupait un peu trop de ses pensées et pas assez de son entraînement maison qu’il s’était concocté lui même. Avec l’aide du Docteur Sam en fait. Il avait parlé de son projet au Docteur Sam lorsque ce dernier était venu le voir parce que le garçon avait de la fièvre. Ce jour là, le médecin passait justement par Bourgétoile, et la mère de Kit, un peu inquiète, avait fait appel à lui. L’enfant avait très rapidement balayé les questions de routine de Sam pour lui demander comment il pouvait s’entraîner pour devenir l’être vivant le plus fort de toute la galaxie. Le médecin avait commencé par lui adresser un regard scrutateur par dessus ses petites lunettes à verres rectangles. Voyant que le petit était on ne peut plus sérieux, il avait réprimé un sourire. « Il faut de l’exercice régulier, avait il alors professé.
– Régulier, comme tous les jours ? S’était enquis le garçon. Parce que je suis prêt à m’entrainer tous les jours, moi ! Et pendant plusieurs heures ! »

Cette fois ci, le médecin ne s’empêcha pas de rire. Depuis la dizaine d’années qu’il opérait dans le coin, partageant sa semaine entre cinq grosses bourgades, il avait pu voir beaucoup d’enfants. Et il avait pu constater que tous les enfants étaient toujours prêt à faire beaucoup d’efforts tous les jours et toute la journée, dans leur enthousiasme sans bornes. Enthousiasme rapidement douché par la difficulté, l’effort, ou juste par la persévérance nécessaire. Néanmoins, comme le Docteur Sam était toujours prêt à inculquer un peu d’hygiène de vie à ses patients – car, sur cinq bourgades, il en avait beaucoup, et il préférait venir les soigner lorsqu’ils ne tombaient pas malades de leur fait – il commença à expliquer à Kit quel genre d’entraînement il pouvait mettre en place pour devenir un homme fort.

« Pas seulement un homme fort, avait précisé le garçon. L’homme le plus fort.
– Pour devenir l’homme le plus fort, il faut que tu deviennes grand, avait alors continué le médecin sur un ton doctoral. Et aussi, que ton corps se développe correctement, parce que tu es en pleine croissance. C’est pour ça qu’il ne faut pas faire trop d’exercice d’un coup, mais qu’il faut en faire régulièrement.
– Maman dit que c’est pour ça que je suis tombé malade. A cause de la croissance.
– C’est possible, cela demande beaucoup d’énergie de grandir. Du coup, comme ton corps est fatigué, il est plus susceptible de succomber aux microbes et aux virus.
– Je les battrai aussi quand je serai fort. » Avait décrété Kit après un instant de réflexion, arrachant un sourire au médecin. Depuis qu’il avait établi un plan d’exercices à faire grâce au Docteur Sam, le garçon s’y tenait. A la grande surprise de sa mère et du médecin, il se tenait à ce qu’il appelait son entraînement depuis plusieurs mois avec une régularité effarante de la part d’un enfant de huit ans. Une fois qu’il eut terminé ses exercices, il retourna dans le petit hôtel dont sa mère était la tenancière.

L’établissement tenait plus de l’auberge que du grand hôtel de luxe, mais comme il servait également de restaurant et de débit de boisson à la bourgade alentours, il disposait d’une grande salle qui elle était toujours peuplée quelle que soit l’heure du jour et de la nuit. Bien entendu, la nuit seuls les clients de l’hôtel bénéficiaient de la salle, car Mme Granger était tenue de fermer son établissement après minuit. Elle disposait également de nombreuses chambres pour une aussi petite ville que Bourgétoile. Mais c’était là que se trouvait le spatioport de la région. A l’échelle des spatioports, celui de Bourgétoile était plutôt petit. Etant donné l’activité de la région, il n’y avait pas beaucoup de transit. Un vaisseau cargo venait régulièrement emporter ou apporter des marchandises. Il passait toutes les semaines. Au delà de ces vaisseaux cargo, il y avait peu de touristes. Mais certains venaient parfois profiter de l’air typique d’une campagne très provinciale où la technologie ne se trouvait pas si présente que cela. Ou montrer à leurs enfants comment sont élevés les animaux dans une ferme, puisqu’autour de Bourgétoile se trouvaient principalement des fermes. Vu leur taille et les étendues de terrain qu’elles couvraient, les personnes sur place les appelaient plutôt des ranchs. Du au fait qu’il y avait peu de circulation, la sécurité se laissait un peu aller dans le petit spatioport et des contrebandiers y faisaient régulièrement escale. Tant qu’ils ne causaient pas de grabuge, tout le monde fermait les yeux sur leurs activités pas toujours très légales. La plupart de ces personnes arrivant au petit port interstellaire de Bourgétoile logeaient à l’hôtel de la mère de Kit.

Malgré son jeune âge, le garçon avait donc déjà rencontré beaucoup de personnes différentes et de différents horizons. « Mon chéri, lui dit sa mère en le voyant arriver après sa séance d’exercices, Monsieur Hammerson est ici. » Le visage de Kit s’illumina et il ne perdit pas une seconde pour se précipiter dans la salle commune. Il balaya rapidement la pièce du regard pour repérer la silhouette familière de l’homme avec qui il avait tissé des liens si particuliers. « Ed ! s’écria-t il en courant vers Hammerson.
– Hé ! Salut petit ! » L’homme adressa un grand sourire au jeune garçon, tandis que ce dernier se jetait sur lui. Il le souleva d’un bras comme si c’était un fétu de paille. Il faut dire que le dénommé Hammerson était gigantesque, en plus d’arborer une abondante chevelure blonde, une barbe de trois jours et de poser un regard vert pétillant sur le monde qui l’entourait. « Mais dis donc, on dirait que tu as encore grandi et forci depuis la dernière fois, ajouta-t il pendant que le petit lui serrait le cou à lui en couper le souffle.
– Oh, oui, confirma Kit. Je suis tombé malade à cause de la croissance et je m’entraîne pour devenir l’homme le plus fort de la galaxie.
– L’homme le plus fort ? S’esclaffa le géant. Mais pourquoi donc ?
– Pour devenir pilote, expliqua l’enfant.
– Et tu as besoin d’être le plus fort de la galaxie pour devenir pilote ? S’enquit Edward Hammerson avec un large sourire.
– Oui, appuya Kit en arborant un sourire tout aussi large.
– Mais pourquoi donc ?
– Parce que je veux être le meilleur pilote. »

Le géant attendit un instant pour voir si il y avait une suite d’explication. Mais l’enfant gardait son sourire, et aucun mot ne semblait plus devoir sortir de sa bouche à ce propos. Hammerson rit de nouveau. « Tant mieux, dans ce cas, tonna-t il. Parce que je vais avoir grand besoin de l’homme le plus fort de la galaxie.
– Ah bon ? » Les yeux de Kit s’emplirent d’étoiles. Ed allait avoir besoin de lui, quelle fièreté ! « Tu as une mission pour moi ?
– Un peu ! » Le géant lui adressa un clin d’oeil et le posa à terre. De son autre bras qui, venait de se rendre compte le garçon, lui avait été dissimulé tout du long, Hammerson lui tendit une petite créature qu’il n’avait jamais vue. Elle se tenait à quatre pattes, palmées, toutes fermement accrochées au bras de l’homme. Elle tendit son long cou pour croiser le regard brun de Kit avec de grands yeux liquides, noir de jais. Le garçon n’avait jamais vu d’hippocampe, mais c’était bel et bien à cela que ressemblait la créature : un hippocampe avec des pattes, au corps bleu ciel moiré de bleu roi et aux nageoires dorées. L’enfant contempla la petite créature, bouche bée.

« Elle te plait ? S’enquit Hammerson qui regardait la bestiole d’un air attendri.
– Oh oui, répondit Kit en hochant la tête pour appuyer son propos.
– Tant mieux. Parce que j’aurais besoin que tu me la gardes, pendant quelques temps.
– Que je te la garde ?
– Oui, telle est la mission que je te confie, déclara le géant sur un ton pompeux.
– Oh maman, je peux la garder ? » Supplia le garçon auprès de sa mère qui venait servir des pintes à Ed et ses acolytes qui discutaient bruyamment à côté. Madame Granger posa un regard curieux sur la créature qui, elle, s’était retournée en direction de Hammerson et lui adressait des petits bruits sur ce qui paraissait être un ton accusateur. « C’est une mission de Ed, argumenta-t il à tout hasard.
– Une mission d’importance sans aucun doute, susurra sa mère. Dangereuse ?
– Oh non m’dame, promit Hammerson. Je tiens juste à cette petite bête comme à la prunelle de mes yeux et je pense que notre grand Kit sera tout à fait capable d’en prendre soin pendant quelques temps.
– Mmmh, réfléchit elle tandis que son fils faisait preuve de toute sa science en terme d’yeux suppliants pour la convaincre. Et qu’est ce que ça mange ces petites bêtes là ?
– La même chose que nous, ronronna Ed. Il n’y a pas plus facile à s’occuper que cette charmante petite.
– C’est une elle ? vérifia Kit.
– Oui, c’est une elle, confirma Hammerson.
– Comment elle s’appelle ? s’enquit ensuite le garçon.
– Elle se nomme Rielle, révéla le géant en gratouillant tendrement la tête de l’hippocampe bleu arrimé à son bras.
– Oh, maman, s’il te plait, est ce que Rielle peut rester avec nous ? »

Face au regard suppliant de son fils, qui faisait écho au regard suppliant de Hammerson, Madame Granger capitula et accepta que son fils prenne en charge la prunelle des yeux du géant. Elle ne savait pas si elle faisait bien car, contrairement à son petit, elle se doutait que Edward Hammerson faisait au moins de la contrebande. Mais le regard dont il couvait l’étrange créature était empreint de tendresse et non de cupidité. Le même genre de tendresse dont il gratifiait Kit, ce qui faisait qu’elle avait plutôt tendance à lui faire confiance, malgré ses réserves.

2067 mots

NaNoWriMo de 2015

Salutations !

Comme vous vous en souvenez peut-être, le mois de Novembre est dédié au NaNoWriMo, le National Novel Writing Month. Même si, dans les faits, ça concerne le monde entier. Comme je l’avais fait l’année dernière pour Bård, je recommence cette année.
Comme l’année dernière, je vous mettrai jour par jour ma production quotidienne.
Si vous avez des questions, n’hésitez pas, et venez participer avec moi l’année prochaine ! (Ou pour les NaNoCamps d’Avril et de Juillet)